Maladies du pancréas - symptômes, traitement, régime et prévention

Le rôle du pancréas dans le corps humain est très grand: il participe à la régulation du métabolisme énergétique, facilite la digestion, facilite la digestion des protéines, régule le taux de glucose et participe à d’autres processus importants du corps. L'inflammation du pancréas (ou pancréatite) est dangereuse en raison de complications pouvant conduire au diabète, voire à la nécrose du tissu pancréatique.

Symptômes et signes d'inflammation du pancréas

La glande est située derrière l'estomac et à proximité de la vésicule biliaire. Si cela fait mal, la maladie se propage au pancréas. Au début du développement de l'inflammation, les signes et les symptômes de la pancréatite sont standard:

  • zona nature de la douleur;
  • douleur brûlante dans le bas des cuisses par le dos;
  • diminution de l'appétit;
  • réflexe nauséeux accru;
  • en se penchant en avant, la douleur est réduite;
  • parfois caractérisé par une augmentation de la température.

Les patients confondent souvent la pancréatite avec l'ostéochondrose, la pyélonéphrite et même le zona. Mais un médecin expérimenté détermine rapidement l'inflammation du pancréas, car l'apparition de la maladie passe toujours avec une douleur aiguë. Pour déterminer que ce n’est pas la colonne vertébrale qui fait mal, il est facile de le palper: avec ostéochondrose ou pyélonéphrite, la prise dans la zone douloureuse est palpable, mais pas avec la pancréatite.

Forme aiguë

La forme aiguë de la pancréatite est traitable à l'hôpital et les médecins doivent «calmer» rapidement le pancréas, sinon la maladie menace de devenir une nécrose (mort des tissus) et le décès du patient. Par conséquent, lorsque la première douleur dans la région épigastrique ou une inflammation de l'hypochondre devrait consulter immédiatement un médecin. Les maladies aiguës des glandes entraînent la mortalité dans 15% des cas, en raison du traitement inopportun effectué par un spécialiste. Les principaux signes d'inflammation aiguë du pancréas:

  • la tachycardie;
  • vomissements;
  • douleur aiguë autour du nombril;
  • augmentation de la température;
  • la diarrhée.

Chronique

Si une pancréatite aiguë se produit sur le fond d'activation des enzymes pancréatiques, sa forme chronique est formée de diverses maladies du tractus gastro-intestinal, telles que la maladie des calculs biliaires, la cholécystite ou l'hépatite. Les signes d'une maladie chronique:

  • aversion pour les aliments gras;
  • douleur dans l'hypochondre pendant l'exercice;
  • violation de la chaise;
  • perte de poids importante;
  • perte d'appétit.

En fonction des symptômes, les médecins distinguent plusieurs formes de maladie pancréatique chronique: asymptomatique, douloureuse, récurrente et pseudo-tumorale. Dans la première forme, le patient ignore la maladie, en cas de douleur, il ressent une douleur récurrente sous les côtes et, lors des rechutes, les sensations douloureuses apparaissent, mais elles disparaissent après le traitement. Une forme pseudo-tumorale d'inflammation pancréatique se produit lorsque la tête grossit, envahie par le tissu fibreux.

Localisation du processus inflammatoire

Si le pancréas est enflammé, les douleurs sont différentes: douleur, coupure, poignardée, à un endroit spécifique, par exemple, sous le bord droit, ou même sans localisation dans toute la cavité abdominale, dans le dos ou à l'aine. Le type de douleur dépend directement de la partie de la glande enflammée: corps, tête ou queue. Lorsque la localisation de la douleur est floue, les médecins parlent souvent de la maladie complète de l'organe.

La douleur douloureuse dans la partie médiane de la cavité abdominale indique que le corps du pancréas est enflammé, si la douleur est palpable du côté droit - la tête de la glande est enflammée et si elle est à gauche - la queue. La présence des deux derniers cas est bien pire, car dans ces parties une formation de masse (tumeur) est formée.

Dans la tête du pancréas

Un changement général de la taille du pancréas est beaucoup plus sûr que d’augmenter sa taille. La tête de la glande a une forme particulière et une structure particulière: elle se situe chez un adulte, au niveau des deux premières vertèbres, et légèrement plus élevée chez le nouveau-né. À l'âge adulte, la taille normale de la tête du pancréas devrait atteindre 35 mm. Si elle est plus petite ou plus grande, on considère alors qu'il s'agit d'une pathologie.

La formation volumétrique de la tête pancréatique est généralement détectée lors d'une échographie abdominale et est considérée comme une maladie dangereuse. Il est bénin ou inférieur aux normes, ce qui nécessite un retrait immédiat. Cette maladie est souvent trouvée chez les personnes après 60 ans. Même un médecin expérimenté détermine les premiers signes d'inflammation de la tête de la glande: changement de la couleur de la peau et coloration du blanc des yeux au jaune. Le traitement de cette forme de la maladie se produit à l'hôpital.

Dans la queue

La queue du pancréas a la forme d'une poire courbée et épouse étroitement la rate. Chez l’adulte en bonne santé, la queue d’un organe a une largeur optimale d’environ 20 à 30 mm et une forte pathologie de la glande est son expansion ou sa compaction, au fond de laquelle se forme une obstruction de la veine splénique ou de la forme sous-rénale.

On observe rarement une tumeur dans la queue de la glande: environ un quart de toutes les maladies du tractus gastro-intestinal. Mais si elle est diagnostiquée, la tumeur est souvent immédiatement maligne et presque impossible à traiter, car elle est détectée tardivement, alors qu'elle atteint déjà une taille considérable. En opérant une tumeur dans la queue du pancréas, les médecins doivent souvent prélever des organes à proximité.

Causes de la maladie

Dans la plupart des cas, les causes de la maladie du pancréas sont associées aux boissons alcoolisées. De plus, peu importe ce qui a été bu la veille: de la vodka chère ou du vin fait maison. Les gens ont l'habitude de penser que l'alcool constitue la principale charge du foie, ce qui conduit à la cirrhose, mais il est jusqu'à un certain point de faire face aux alcools qui utilisent ses enzymes. Le pancréas n'a pas du tout de telles protéines, alors les alcools frappent immédiatement le corps qui ne peut pas se défendre.

Les facteurs suivants sont également considérés comme étant les causes d'inflammation d'un organe:

  • Maladies des voies biliaires. Lorsque la bile est jetée dans le pancréas, il se produit une accumulation de substances spéciales qui activent les propres enzymes de la glande, créant un gonflement des tissus, des lésions des vaisseaux sanguins et diverses hémorragies. Si vous ne tenez pas compte de la pancréatite alcoolique, cette forme d'inflammation représente 70% de toutes les maladies de la glande.
  • La formation de pierre ou de sable. Dans le canal pancréatique, sous l'influence de la malnutrition, il se forme souvent des calculs qui, à la sortie, chevauchent le canal, provoquant une inflammation du "pancréas".
  • Maladies du duodénum ou de l'estomac. Un ulcère gastrique, une gastrite ou toute autre inflammation du tube digestif contribuent à la libération de contenu intestinal non traité dans les canaux pancréatiques, ce qui entraîne une exacerbation de la pancréatite.
  • Hypertension, diabète, athérosclérose, grossesse. Dans ces cas, il y a violation de la circulation sanguine normale, limitant le pouvoir du pancréas, développant une inflammation.
  • Intoxication chimique ou alimentaire. En cas d'intoxication par des alcalis, des acides, des toxines, une intoxication ou une invasion helminthique, les enzymes pancréatiques sont activées, ce qui conduit souvent à une pancréatite.
  • Médicaments non contrôlés. Certains médicaments activent les enzymes des glandes. Ils doivent donc être pris strictement sous la surveillance d'un médecin.
  • Trop manger Si le métabolisme corporel est perturbé avec une tendance à trop manger, le risque de pancréatite augmente considérablement. Surtout si une personne abuse des aliments frits, gras et épicés.
  • Abdomen blessé ou blessé. Lorsque des plaies, des blessures contondantes ou des interventions chirurgicales infructueuses sur les organes du tractus gastro-intestinal augmentent le risque de développer une inflammation aiguë des organes.
  • Les infections. L'hépatite chronique, la varicelle, l'insuffisance hépatique, l'amygdalite, les oreillons, les processus purulents abdominaux, la sepsie intestinale ou la dysenterie augmentent le risque de pancréatite.
  • La génétique. Les troubles génétiques provoquent souvent une inflammation du pancréas chez un enfant immédiatement après la naissance.

Méthodes d'élimination de l'inflammation et de traitement de la pancréatite

Pour toute douleur dans le tractus gastro-intestinal, il est préférable de consulter immédiatement un médecin. Le traitement de la pancréatite a généralement lieu à l'hôpital. Les médecins en phase aiguë anesthésient le pancréas en supprimant ses fonctions de sécrétion. Ils éliminent également les médicaments avec des spasmes de sorties et prescrivent l'utilisation d'antibiotiques à large spectre pour prévenir les changements inflammatoires ou les complications secondaires. Si les complications dans le pancréas sont graves, une intervention chirurgicale est utilisée.

L'exacerbation d'une maladie chronique est traitée en ambulatoire. On prescrit au patient une diète économiquement thermique avec des plats cuits à la vapeur. Une bonne nutrition est associée à la prise de médicaments qui bloquent les enzymes actives de la glande. Avec une forte exacerbation de l'inflammation "pancréas" a également prescrit des analgésiques, antispasmodiques, des médicaments à base d'enzymes et des vitamines.

Comment traiter les herbes et les remèdes populaires

Un traitement ancien et efficace est la phytothérapie. En plus du régime approprié pour la pancréatite et du rejet des aliments frits, gras et épicés, afin de soulager l'inflammation aiguë du pancréas, vous devez boire des herbes cholérétiques. Pour ce faire, prenez 10 g d'herbes sèches:

  • la chélidoine;
  • stigmates de maïs;
  • fruits d'anis;
  • racine de pissenlit;
  • violettes tricolores;
  • oiseau alpiniste.

Tous écraser, mélanger, verser ½ litre d'eau bouillante et laisser bouillir pendant 3 minutes. Après refroidissement, le bouillon doit être bu avec une exacerbation de la maladie trois fois par jour avant les repas pendant deux semaines d'affilée. Ensuite, vous devez préparer un verre à partir des herbes suivantes:

  • aneth, menthe poivrée 30 g chacun;
  • fleurs d'immortelle, fruits d'aubépine de 20 g;
  • fleurs de marguerite 10

Verser les herbes hachées ½ litre d'eau bouillante et laisser reposer 20 minutes, puis filtrer et prendre quotidiennement trois fois après les repas pendant un mois. Il est également utile de boire le jus de choucroute sans carottes ni épices. Le jus soulage rapidement les douleurs aiguës, car il contient de l'acide lactique, particulièrement utile pour exacerber la pancréatite.

Les médicaments

Les médicaments éliminent principalement la principale cause du processus inflammatoire dans le pancréas, ainsi que:

  • restaurer la fonction digestive;
  • soulager la douleur;
  • compenser une déficience endocrinienne.

Pour obtenir ces résultats, les médecins prescrivent des médicaments tels que des analgésiques, des antispasmodiques visant à soulager la douleur dans la glande, des enzymes destinées à rétablir une fonction pancréatique normale, ainsi que des antiacides, des médicaments qui inhibent la sécrétion d'acide chlorhydrique gastrique. En cas d'inflammation aiguë, les glandes sont utilisées à doses moyennes, mais pas de silo, de papavérine ni d'atropine.

Quels tests sont nécessaires

Si vous suspectez une inflammation du pancréas, le patient est envoyé pour un examen complet. Il est prescrit:

  • échographie de la cavité abdominale;
  • examen général par rayons X;
  • imagerie par résonance magnétique calculée;
  • laparotomie.

Si le médecin a diagnostiqué une pancréatite, l'état du pancréas doit être surveillé en permanence. Par conséquent, les tests de laboratoire suivants (tests) doivent être effectués régulièrement:

  • sang clinique général;
  • sang biochimique;
  • l'urine, les matières fécales;
  • la salive.

Comment supprimer une attaque de douleur chez un enfant

À la maison, les médecins recommandent vivement de ne pas subir d'attaque de pancréatite aiguë chez un enfant. Quels que soient les symptômes de la maladie, vous devez emmener le bébé à l'hôpital. Mais dans la vie, il existe différentes situations, par exemple, l'assistance médicale n'est pas disponible. Dans de telles situations, la douleur aiguë du pancréas doit essayer de vous retirer, puis assurez-vous d’envoyer l’enfant au centre médical le plus proche. Cela nécessitera:

  • Jeûne sévère.
  • Paix totale du corps.
  • Toutes les 30 minutes, donnez à l'enfant ¼ de verre d'eau.
  • Vous ne devez pas donner de médicaments tels que Creon ou Panzinorm, ni d'autres enzymes contenant des enzymes, afin de ne pas aggraver la situation.
  • Il est préférable, si possible, de faire une injection de papaverine (2 ml) ou de la remplacer par du but-spa.
  • Fixez une bulle de glace à l'arrière de la région du pancréas.
  • Asseyez l'enfant en inclinant le torse vers l'avant.

Nutrition et régime

Indépendamment de la forme de la maladie, pour le traitement de l'inflammation du pancréas, il est nécessaire de respecter un régime alimentaire strict. Lorsque vous exacerbez la maladie dans les deux premiers jours, ne prenez aucun aliment. Il est autorisé uniquement le bouillon de rose sauvage, eau minérale sans gaz ou thé faible et non sucré. Il est nécessaire d'exclure du régime si la maladie est exacerbée:

  • l'alcool;
  • épices, assaisonnements;
  • gras, frit;
  • saucisses, viandes fumées;
  • cornichons, aliments en conserve;
  • confiseries, chocolat, jus aigres.

Quels produits peuvent

Si l'inflammation du pancréas est chronique, les médecins autorisent les produits suivants:

  • Produits laitiers: fromage cottage sans acide, yaourt, kéfir.
  • Variétés de poisson faibles en gras: brochet, daurade, sandre.
  • Produits à base de viande sous forme de purée de pommes de terre, boulettes de viande, soufflé de lapin, veau, bœuf, dinde ou poulet.
  • Légumes moulus bouillis.
  • Des biscottes ou du pain de blé sec.
  • Omelette d'œufs à la vapeur.
  • Soupes aux céréales, au poulet, aux nouilles ou aux légumes.
  • Huiles: tournesol raffiné, olive, crémeuse.
  • Des pâtes, du gruau au sol.
  • Gelée sucrée, gelées, compotes.
  • Poires au four, pommes.
  • Son de blé en bouillon, thé faible, bouillon de hanches, eau minérale sans gaz.

Si le pancréas est enflammé, vous pouvez utiliser le régime approximatif décrit ci-dessous. Le menu est conçu pour 1 personne pour 2 jours:

  • Petit déjeuner 1: purée de pommes de terre 100 g, 2 craquelins, eau minérale.
  • Petit déjeuner 2: œufs brouillés sur une paire de 2 œufs, 2 côtelettes à la vapeur, 1 craquelins de blé, lait faible en gras 200 ml.
  • Déjeuner: soupe au poulet 200 ml, poisson bouilli 100 g, courgettes cuites 100 g, 1 biscotte, raisins secs cuits à la vapeur 30 g, jus de tomate 200 ml.
  • Déjeuner: gelée de fruits 200 ml, eau minérale sans gaz.
  • Dîner: flocons d'avoine 150 g, 1 galette à la vapeur, purée de carottes 100 g, 1 biscotte, thé au lait 200 ml.
  • Petit déjeuner 1: boeuf bouilli 100 g, flocons d'avoine 150 g, 1 biscotte, eau minérale.
  • Petit déjeuner 2: compote de pommes 100 g, pudding au fromage blanc 100 g, 1 toast, 200 ml de thé.
  • Déjeuner: soupe aux légumes 250 ml, 2 galettes de poisson à la vapeur, bouillie de citrouille 100 g, fromage cottage 100 g, 1 pain grillé, thé.
  • Snack: purée de carottes 150 g, boulettes de viande 100 g, purée de pommes 100 g, yaourt 100 g
  • Dîner: purée de pommes de terre 150 g, pain de viande 150 g, pouding au fromage blanc 100 g, 1 toast, gelée de fruits 100 ml, thé.

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Causes, symptômes, traitement de l'inflammation du pancréas

Le pancréas est un organe interne nécessaire à l'absorption du glucose, qui pénètre dans le corps humain avec les aliments. La glande sécrète des hormones telles que le glucagon et l'insuline, ainsi que les enzymes nécessaires à la digestion correcte des aliments. L'inflammation de cet organe s'appelle la pancréatite. Si les enzymes stagnent dans le pancréas et ne pénètrent pas dans l'intestin, elles peuvent provoquer une irritation et un gonflement de la membrane muqueuse tapissant la surface interne de cet organe important du système digestif. L'inflammation peut se développer soudainement et peut durer des années. Et au fil du temps, le pancréas est progressivement détruit.

Causes de l'inflammation du pancréas

Les facteurs les plus fréquents de la pancréatite sont l’abus d’alcool et la formation de calculs dans la vésicule biliaire. En outre, cette maladie peut se développer à la suite de blessures, d’infections et de l’utilisation incontrôlée de certains médicaments. Il arrive parfois que les causes ayant conduit à des processus inflammatoires dans le pancréas restent idiopathiques (inexpliquées). À l'état normal, le pancréas et ses canaux ne permettent pas aux enzymes de détruire les cellules muqueuses. Mais parfois, la sortie d'enzymes dans l'intestin grêle est défaillante et les sucs digestifs commencent à avoir un effet destructeur sur les tissus de la glande.

Pancréatite aiguë

Le plus souvent, un blocage des calculs biliaires du canal pancréatique ou une consommation excessive d'alcool entraînent une crise de douleur aiguë. Une attaque soudaine de pancréatite et provoquer des crises de frénésie prolongée.

Les autres raisons incluent:

Triglycérides élevés dans le sang;

Certains médicaments (stéroïdes, antibiotiques, médicaments pour le traitement de l'hypertension).

Pancréatite chronique

Les experts estiment que le développement de la pancréatite chronique entraîne une fascination excessive pour les aliments gras, le tabagisme et l’abus d’alcool. Il n'est pas précisé précisément comment l'alcool affecte le travail du pancréas. Vraisemblablement, il peut empêcher la libération des sucs digestifs du pancréas ou modifier considérablement leur composition chimique, de sorte qu'ils commencent à provoquer un processus inflammatoire.

Symptômes de l'inflammation du pancréas

Le symptôme le plus évident de l'inflammation du pancréas est une douleur assez intense dans l'hypochondre gauche ou dans la partie supérieure de l'abdomen. Parfois, la douleur est rendue et est le zona. Lorsque vous vous assoyez ou que vous vous penchez légèrement vers l'avant, la douleur diminue progressivement et devient insignifiante.

Les symptômes incluent également:

Jaunissement du blanc des yeux et de la peau;

Douleur dans le dos, cependant, ce symptôme est parfois provoqué par des maladies telles que l'ulcère peptique, l'appendicite, la cholécystite, l'obstruction intestinale et la diverticulose.

Qu'advient-il de l'inflammation du pancréas?

Pancréatite aiguë

La pancréatite peut être légère ou grave. La pancréatite légère aiguë la plus communément diagnostiquée. Une telle maladie n'affecte pas les organes voisins et est guérie assez rapidement. Lors de la prescription du traitement correct, les symptômes de la maladie disparaissent une semaine après le début du traitement.

Le traitement est effectué directement à l'hôpital sous la surveillance d'un médecin qui, en fonction des caractéristiques du corps humain, prescrit des analgésiques et des anti-inflammatoires et élabore un système de prise de ceux-ci. Dès que l'inflammation est éliminée, le patient guérira immédiatement.

Mais parfois, une nécrose du tissu pancréatique ou de graves lésions de ses cellules peuvent survenir. Dans ce cas, il y a un risque de défaillance complète du corps. Dans les cas avancés, les processus inflammatoires dans le pancréas peuvent être fatals.

Pancréatite chronique

Habituellement, la maladie devient chronique après une série d'attaques de pancréatite aiguë et en l'absence de traitement adéquat. Les experts disent que la cause la plus probable d'inflammation chronique est l'abus constant de boissons alcoolisées.

Cette forme de la maladie se déroule de différentes manières. La pancréatite chronique est souvent accompagnée de douleurs régulières et de complications associées. Ils comprennent des manifestations répétées de tous les symptômes de la pancréatite, le blocage des vaisseaux sanguins, l’intestin grêle, les voies biliaires, l’accumulation d’air et de liquides.

Lorsque la plupart des tissus pancréatiques meurent, le corps cesse de produire les enzymes nécessaires à la digestion qui aident à digérer les protéines et les graisses. Le corps ne peut pas absorber les graisses et celles-ci sont simplement excrétées avec les selles. Il devient liquide, pâle et malodorant en raison du développement de la stéatorrhée.

Les dommages aux cellules responsables de la production d'insuline (insulacytes) conduisent à l'impossibilité d'assimilation des glucides et du sucre d'origine alimentaire, ce qui menace le développement du diabète. La forme chronique du processus inflammatoire du pancréas augmente le risque de cancer. Il survient dans environ 4 cas sur 100 chez des personnes atteintes de pancréatite chronique.

Facteurs de risque

Les facteurs suivants augmentent considérablement le risque de pancréatite:

L'abus d'alcool. Tout dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme. La quantité d'alcool pouvant entraîner la destruction des cellules pancréatiques est différente pour chaque personne. En moyenne, les médecins spécialistes suggèrent que les hommes ne peuvent pas boire plus de deux verres d'alcool fort par jour et que, pour les femmes, cette règle ne devrait pas dépasser un verre;

Pierres dans la vésicule biliaire. La maladie biliaire peut entraîner un blocage du canal pancréatique, ce qui perturbe la sortie des sucs digestifs.

Triglycérides élevés dans le sang;

Déviation de la structure des canaux biliaires ou pancréatiques et pathologie congénitale lorsque le pancréas est divisé et comporte deux canaux principaux.

Important à savoir! Il faut immédiatement faire appel à une assistance médicale en cas de douleur aiguë dans l'abdomen, de vomissements dans les heures qui suivent ou de douleur légère pendant plusieurs jours. Il n'est pas nécessaire que ces symptômes indiquent des maladies du pancréas, mais pour exclure le diagnostic, il est nécessaire d'effectuer une série de tests. Vous ne devez pas tolérer pendant longtemps et attendre que les symptômes disparaissent d'eux-mêmes. C’est particulièrement vrai dans le cas de douleurs abdominales intenses, car cette maladie peut gravement menacer la vie d’une personne.

Diagnostic de l'inflammation du pancréas

Si une inflammation du pancréas est suspectée, les médecins spécialistes suivants peuvent prendre part au diagnostic de cette maladie: thérapeute, chirurgien, médecin de famille, gastro-entérologue. Un examen visuel est effectué, un test sanguin est attribué, ce qui peut indiquer la présence de canaux bloqués ou leur infection. Ensuite, d'autres tests sont également prescrits, y compris l'échographie, qui est la procédure de diagnostic sans douleur la plus courante.

Examen primaire. Pour commencer, le médecin procède à une inspection visuelle et pose des questions sur les symptômes. Découvrez également toutes les maladies qui ont précédé ce problème de santé. En cas de suspicion de cholélithiase, le médecin attire l’attention sur la teinte jaunâtre de la peau et le blanc des yeux, en effectuant un examen numérique de l’abdomen. S'il y a des épisodes de nausée ou de vomissement, il est nécessaire de rechercher leurs causes. Pour ce faire, vous devez décrire aussi précisément que possible vos sentiments chez le médecin. Il est nécessaire de spécifier le nombre d'attaques et leur durée. Pour une étude plus approfondie peut être attribué à des tests détaillés de sang, d'urine, ainsi que des rayons x.

Analyses. Commencer à nommer une étude du niveau d'enzymes dans le sang. D'après les résultats des données obtenues, le médecin diagnostique la maladie et décide de la nomination d'un traitement pour l'inflammation du pancréas.

Pour brosser un tableau plus clair, deux tests sanguins de base sont prescrits:

Niveau de lipase. Une augmentation des taux sanguins peut indiquer une crise de pancréatite aiguë;

Niveau d'amylase Un taux élevé d'amylase est un signe d'inflammation.

En outre, en plus des tests ci-dessus, des tests supplémentaires peuvent être prescrits:

Analyse de la bilirubine. Une augmentation du niveau de cette protéine se produit lorsque les voies biliaires sont bloquées;

Numération globulaire complète. Si le pancréas est enflammé, un grand nombre de globules blancs seront présents dans le sang;

Des tests sanguins pour les enzymes hépatiques. Dans la pancréatite aiguë, provoquée par des calculs biliaires, on observe une augmentation de l'activité de l'alanine transférase et de la phosphatase alcaline.

Les techniques matérielles suivantes sont utilisées:

Echographie de la cavité abdominale. Il peut être utilisé pour déterminer l'étanchéité du conduit et l'emplacement des calculs biliaires.

CT avec contraste. À l'aide de la tomodensitométrie avec l'ajout d'un agent de contraste, les autres causes de douleur abdominale sont exclues. En outre, cette procédure permet d’éliminer l’obstruction intestinale, de rechercher les complications, d’identifier les tissus morts (nécrose pancréatique), de voir le blocage des veines;

MRHT (cholangiopancréatographie par résonance magnétique). Réalisé pour identifier les calculs biliaires dans le canal biliaire principal;

ERCP Cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique. Permet au spécialiste de voir la structure du canal pancréatique principal. Il s'agit du seul test de diagnostic pouvant être utilisé simultanément pour éliminer les calculs des voies biliaires principales et pour traiter les voies biliaires rétrécies;

IRM Cette procédure est utilisée pour détecter une inflammation et compléter les informations obtenues par tomographie par ordinateur;

Échographie endoscopique. Cette procédure est effectuée à l'aide d'un endoscope spécialement conçu, qui est inséré directement dans l'estomac par l'œsophage. Avec l'aide de cette étude a révélé la présence dans les canaux biliaires de calculs biliaires;

Ponction. Une procédure similaire est prescrite dans les cas où un spécialiste n’est pas sûr de l’infection du tissu pancréatique. Ponction prise dans la zone enflammée du corps. Ensuite, un échantillon de tissu ou de fluide est examiné en laboratoire pour détecter la présence de micro-organismes pathogènes qui provoquent une inflammation. Si la pancréatite survient sous une forme chronique complexe, il est nécessaire de procéder à une analyse des matières fécales afin de détecter la présence de graisse dans celles-ci. S'ils y sont présents, cela indique que les graisses ne sont pas digérées et absorbées par l'organisme. Cela signifie que le pancréas ne libère pas assez d'enzymes digestives.

Traitement de l'inflammation du pancréas

Le plus souvent, le traitement est effectué dans un hôpital. Les analgésiques sont prescrits aux personnes malades et un régime médicamenteux spécial est en cours d’élaboration pour éliminer l’inflammation. Avec la pancréatite, de l'air et des liquides s'accumulent parfois dans l'estomac, ce qui peut provoquer des vomissements sévères. Pour éliminer ce symptôme, un tube est introduit dans l'estomac par le nez, ce qui conduit le fluide et l'air à l'extérieur.

Le choix du traitement de la pancréatite dépendra de la nature de la maladie: crise aiguë ou évolution chronique. Le traitement initial de la pancréatite aiguë doit être effectué en milieu hospitalier. On prescrit au patient des fluides par voie intraveineuse pour remplacer la perte de liquide et normaliser la pression artérielle. Les AINS sont prescrits pour éliminer l’inflammation. Pendant cette période, un régime strict est maintenu de trois jours à une semaine.

En présence de calculs biliaires provoquant des attaques d'inflammation du pancréas, il est prescrit une CPRE (cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique) pour les retirer du canal biliaire. Après l'élimination des processus inflammatoires, la vésicule biliaire est parfois retirée chirurgicalement.

Dans le cours chronique de la maladie, lorsque des crises aiguës de pancréatite apparaissent, un traitement similaire est prescrit. Si nécessaire, l'expansion des canaux pancréatiques, l'enlèvement de calculs ou de kystes, il est nécessaire de recourir à une intervention chirurgicale. Après cette procédure, le médecin traitant doit surveiller en permanence une personne pendant environ six mois afin d’éviter les complications. À la maison, vous devez constamment suivre un régime alimentaire approprié, éviter de trop manger et de consommer des boissons alcoolisées.

Médicaments pour le traitement de l'inflammation chronique du pancréas

Dans le traitement de la pancréatite chronique, des analgésiques, des enzymes qui améliorent la digestion des aliments et, si nécessaire, des médicaments contenant de l'insuline sont prescrits.

Les principaux types de médicaments pour le traitement de la pancréatite:

Analgésiques Si les crises de douleur sont tolérables, elles peuvent alors être arrêtées avec de l'ibuprofène ou de l'acétaminophène. Avec des douleurs plus intenses et plus vives prescrites par un médecin, utilisez des analgésiques plus puissants;

L'insuline Si l'inflammation entraîne la mort des cellules pancréatiques responsables de la production d'insuline, le patient reçoit des injections d'insuline à vie;

Les enzymes Dans les formes graves de processus inflammatoires du pancréas, cet organe peut arrêter la production d'enzymes digestives, essentielles à la digestion et à la bonne absorption des graisses, des glucides et des protéines. Dans ce cas, l'utilisation d'enzymes est prescrite au patient. En entrant dans le corps, ils aident la nourriture à bien digérer.

L'utilisation d'enzymes pour le traitement de la pancréatite chronique peut provoquer des effets indésirables. Par exemple, douleur dans l'anus ou la bouche. La plupart des enzymes sont fabriquées à partir de protéines porcines. Par conséquent, elles ne doivent pas être prises si vous êtes allergique au porc.

Avec prudence et sous la supervision directe d'un médecin, prenez les enzymes pendant l'enfance, car un grand nombre d'entre elles peuvent entraîner une obstruction intestinale.

Quand une intervention chirurgicale est-elle nécessaire?

Le pancréas est un organe très délicat qui peut être facilement endommagé pendant une intervention chirurgicale, les médecins préférant ne pas prescrire autant que possible des interventions. Cependant, parfois, la chirurgie est simplement nécessaire car le risque de complications dues au tissu pancréatique nécrotique est beaucoup plus élevé que le risque de complications du traitement chirurgical.

Si la pancréatite est causée par la présence de calculs biliaires, elle est généralement choisie parmi deux types d’opérations:

Opération ouverte de la vésicule biliaire.

En présence de calculs dans la vésicule biliaire, on utilise une cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique. Il est également fait appel à s'il est nécessaire d'élargir ou de drainer le canal pancréatique étroit.

Différentes méthodes sont utilisées pour éliminer les tissus pancréatiques morts:

Nécrotomie laparoscopique, qui est réalisée avec une nécrose limitée du tissu pancréatique. Une telle opération est importante pour préserver la vie du patient, bien que le volume des enzymes et des hormones sécrétées par l’organe diminue ensuite.

Nécrotomie ouverte. Il est montré avec la propagation étendue de processus nécrotiques dans les tissus pancréatiques. Une excision de cellules nécrotiques est réalisée, suivie de l'élimination de l'exsudat inflammatoire, du drainage du tissu rétropéritonéal et du lavage des cavités purulentes.

La nécrotomie du pancréas est une opération qui préserve les organes et consiste à enlever tous les tissus morts.

Que faire si les complications du processus inflammatoire commencent?

Les attaques de pancréatite ne vont pas sans laisser de traces et sont souvent accompagnées de complications. Ceux-ci comprennent:

Nécrotisation du tissu pancréatique;

Parfois, une intervention chirurgicale est nécessaire pour retirer les calculs de la vésicule biliaire ou la résection de la partie endommagée du pancréas. Si les perturbations sont critiques, le patient devra probablement prendre de l'insuline pour réguler le taux de sucre dans le sang. Et pour la digestion normale des protéines et des graisses prescrits, les médicaments qui contiennent des enzymes digestives.

Si l'inflammation du pancréas est chronique, une personne malade doit adhérer à un régime alimentaire permanent, ce qui élimine complètement la consommation de boissons alcoolisées, notamment à faible teneur en alcool. Il est également nécessaire de prendre constamment des analgésiques. Le patient doit développer un système d'alimentation en collaboration avec le médecin traitant. Il est très difficile de changer vos habitudes gustatives, en particulier pour les personnes qui ont une faible volonté, mais avec la bonne approche, une bonne planification et le soutien de la famille, tout devient possible.

Les complications de la pancréatite chronique incluent:

Accumulation de liquide en excès autour du pancréas;

Blocage des vaisseaux sanguins;

Épisodes de douleur constants;

Sténose des voies biliaires et de l'intestin grêle;

Traitement avec un patient qui s'aggrave

Le résultat d'une longue inflammation chronique du pancréas est une diminution de la quantité d'enzymes digestives sécrétées par celui-ci. Par conséquent, le corps ne peut pas digérer complètement les graisses. La synthèse réduite des enzymes entraîne une stéatorrhée. Cette sélection de selles liquides et grasses.

Puisque la nourriture n'est pas absorbée par les protéines et les graisses, la personne commence à perdre du poids. Résoudre ce problème à l’aide de médicaments contenant des enzymes. Si la pancréatite a entraîné la cessation de la libération de l'hormone insuline par le pancréas, l'injection appropriée est administrée à la personne malade.

Au cours du traitement, lors du développement d'un processus inflammatoire infectieux, on prescrit des antibiotiques au patient ou on retire chirurgicalement du tissu pancréatique atteint de nécrose. Cependant, les médecins tentent de traiter cet organe sans recourir à une intervention chirurgicale car le pancréas est très sensible et vulnérable.

Prévention de l'inflammation du pancréas

Garanti de prévenir l'inflammation du pancréas, comme toute autre maladie, est impossible.

Cependant, il est possible de réduire les facteurs de risque et, ainsi, de minimiser la probabilité de nouvelles attaques:

Étant donné que les attaques de pancréatite les plus courantes se produisent dans le contexte de l'abus de boissons alcoolisées, alors en présence d'une telle maladie, l'alcool doit être complètement exclu de votre vie. Même une petite quantité peut déclencher une crise de douleur ou de complications. De fortes doses d'alcool peuvent être dangereuses pour la vie d'une personne atteinte de pancréatite;

Étant donné que la pancréatite chronique est accompagnée d’attaques douloureuses, des médicaments contre la douleur ainsi que des enzymes digestives sont prescrits;

Les aliments gras, frits, fumés et épicés sont limités, car ils irritent le pancréas et causent des douleurs;

Si les calculs biliaires déclenchent une pancréatite, vous devez surveiller votre alimentation et mener une vie saine et active.

Le tabagisme provoque également le développement de maladies du pancréas, vous devriez donc songer à cesser de fumer;

Dans la nourriture, vous devez manger plus de fruits et de légumes frais, de viandes maigres, de produits de boulangerie à base de farine complète, de bouillie, bouillie dans de l'eau.

Seul l'accès en temps opportun à un médecin en présence des premiers symptômes de la pancréatite, ainsi que le respect de toutes ses recommandations pour le traitement et la prévention de la maladie, contribueront à maintenir le fonctionnement normal d'un organe de digestion aussi indispensable que le pancréas.

Qui dois-je contacter le médecin?

Pour diagnostiquer l'inflammation et traiter l'inflammation du pancréas peuvent:

Gastro-entérologue (spécialiste des maladies du tractus gastro-intestinal);

Auteur de l'article: Gorshenina Elena Ivanovna, gastro-entérologue

Quels sont les symptômes et les signes de la maladie du pancréas?

Les maladies du pancréas affectent de nombreuses fonctions du corps et se manifestent par des troubles dyspeptiques et un syndrome douloureux. Cette glande, malgré son faible poids et sa petite taille, joue un rôle important, elle est directement impliquée dans les processus digestifs et est responsable de la production d'enzymes et d'insuline.

Tout dysfonctionnement du corps peut avoir des conséquences dangereuses. Vous devez donc consulter un médecin dès le premier signe de trouble.

Pancréas: son rôle dans le corps

Le pancréas se situe dans la profondeur de la cavité abdominale et adhère étroitement aux parois de l’estomac. Chez un adulte, un organe ne pèse que 70 à 80 g et ses dimensions, entre 20 et 25 cm. Néanmoins, il remplira deux fonctions importantes:

  1. Endocrinien Elle consiste en la production d'insuline et de l'hormone glucagon, directement impliquées dans le métabolisme des glucides et responsables du maintien du taux de sucre dans le sang à un niveau normal. Avec l'insuline insuffisante, une maladie telle que le diabète sucré se développe.
  2. Exocrine. Responsable de la production du suc pancréatique, nécessaire à la digestion complète des aliments. C'est dans le suc pancréatique que se trouvent les enzymes les plus importantes qui favorisent la dégradation des glucides, des lipides et des protéines. En plus des enzymes, il contient des substances spéciales qui neutralisent l'environnement acide du suc gastrique et protègent la muqueuse gastrique des dommages.

Causes des maladies du pancréas

Les facteurs prédisposant à l'apparition de maladies du pancréas sont:

  • pathologie des voies biliaires et du duodénum;
  • la difficulté de sortie de la sécrétion en raison de processus tumoraux;
  • blessures des glandes;
  • alcoolisme chronique;
  • facteur génétique (anomalies congénitales);
  • maladies infectieuses;
  • régime alimentaire malsain;
  • les effets des substances toxiques et cancérogènes;
  • facteur psychosomatique associé à un stress sévère.

L'effet de l'alcool sur le pancréas est ambigu. Dans certains cas, les patients souffrant d'alcoolisme chronique évitent les processus inflammatoires, alors que même une faible dose d'alcool peut être fatale pour un non-buveur, une personne en bonne santé en raison de la destruction du pancréas.

Souvent, la lésion de la glande est associée à des anomalies de sa structure anatomique (courbure, structure anormale des canaux, hypoplasie) ou à des infections graves de la mère et du fœtus pendant la grossesse. En outre, dans le développement des pathologies pancréatiques, l'âge et le sexe du patient, l'environnement, le style de vie, les risques professionnels et la présence de maladies associées (diabète, cholécystite, hépatite, etc.) jouent un certain rôle.

Les symptômes

Les principaux signes de maladies pancréatiques sont la douleur, la dyspepsie et la décoloration de la peau.

Sensation de douleur

Peut être émoussé, tirant ou tranchant et douloureux (dans le processus inflammatoire aigu). Ils surviennent dans la région épigastrique et peuvent hanter le patient en permanence ou avoir un caractère paroxystique et se manifester lors de troubles alimentaires (après avoir mangé des aliments épicés et gras, de l’alcool, des excès alimentaires) ou des situations stressantes. La douleur donne généralement dans l'hypochondre gauche et l'omoplate, le dos ou a un caractère environnant.

La gravité de la douleur est réduite dans une certaine position (couché sur le côté, jambes pliées). Il est possible d'atténuer les souffrances du patient avec une compresse froide, tandis que l'utilisation de la chaleur ne fait qu'accroître la douleur et contribue à la propagation du processus inflammatoire. Dans cette affection, telle que la nécrose pancréatique, ce syndrome est exprimé de manière si forte qu'il peut conduire à la survenue d'un choc douloureux menaçant le pronostic vital.

Les symptômes dyspeptiques sont accompagnés d'un manque d'appétit, de nausées, de vomissements et de troubles des selles (diarrhée, constipation). Au stade initial, il existe des ballonnements, des flatulences, des selles retardées, associées à un apport insuffisant d’enzymes et d’acides biliaires. Puis, après plusieurs jours de constipation, des selles molles fréquemment apparaissent. Le patient est poursuivi par une soif atroce, une bouche sèche, une faiblesse et la température peut parfois augmenter.

Vomissements

Elle est causée par une intoxication du corps et n'apporte généralement pas de soulagement. Tout d'abord, le contenu de l'estomac est présent dans le vomi, puis seule la bile est libérée. Des vomissements constants provoquent une perte de liquide et d'électrolytes et conduisent à une déshydratation.

Dans les cas graves, cette affection s'accompagne d'une chute de pression artérielle, d'un trouble du rythme cardiaque, de confusion. Avec le développement de l'acidose, le patient peut perdre conscience en raison d'un choc hypovolémique.

La peau devient pâle ou jaunâtre. Cela est dû au fait que le pancréas œdémateux serre les voies biliaires. En outre, en raison d'une intoxication corporelle et de troubles respiratoires associés, une cyanose apparaît dans la zone du triangle nasolabial, sur la peau de l'abdomen (à droite du nombril).

De plus, des symptômes spécifiques sont détectés lors de la palpation abdominale. Seul un médecin peut les déterminer et les évaluer correctement. Des tests de laboratoire sur le sang, les matières fécales et l'urine, une échographie ou une tomodensitométrie du pancréas, la détermination des niveaux hormonaux aideront à clarifier le diagnostic.

Maladies Pancréatiques Communes

Laissez-nous nous attarder sur les maladies courantes du pancréas, vous dire comment elles se manifestent et quelles méthodes sont traitées. Dans cette liste:

  • pancréatite d'étiologie différente (aiguë, chronique, réactive);
  • tumeurs et kystes du pancréas;
  • la fibrose kystique;
  • nécrose pancréatique;
  • dommages aux glandes associés au développement du diabète sucré;
  • pierres pancréatiques.
Pancréatite aiguë

Il s'agit d'une inflammation soudaine du pancréas, accompagnée d'un œdème et de lésions d'une partie spécifique de l'organe. Dans de rares cas, une affection aussi grave que la nécrose se développe, avec suppuration des tissus et hémorragies, entraînant la mort, même avec un traitement intensif.

La cause d'une crise aiguë peut être l'alcoolisme excessif, la suralimentation (avec une prédominance de plats gras et épicés), la prise de certains médicaments et les maladies concomitantes de la vésicule biliaire et du duodénum. Le processus inflammatoire déclenche une violation de la sécrétion pancréatique, ce qui provoque une augmentation de la pression dans les conduits de la glande. Les enzymes très actives pénètrent dans les tissus du corps, provoquent le développement d'un œdème et altèrent l'excrétion des enzymes digestives. En conséquence, au lieu de séparer les aliments, ils commencent à digérer les cellules du pancréas.

Lors d'une crise de pancréatite aiguë, le patient ressent des douleurs sévères qu'il est difficile d'éliminer avec des médicaments. La maladie est aggravée par des nausées, des vomissements, une baisse de la pression artérielle, un rythme cardiaque anormal. En cas de pancréatite aiguë, le patient a besoin de soins médicaux d'urgence et d'une hospitalisation.

Pancréatite chronique

Le cours de la maladie est long, accompagné d'exacerbations périodiques. En phase de rémission, le syndrome douloureux est absent et, lors d'une exacerbation, il se produit une douleur sourde dans l'épistagie d'intensité variable, irradiant dans le bas du dos, le dos, sous l'omoplate gauche.

Il y a une diminution de l'appétit, des nausées, des attaques uniques de vomissements d'aliments ou de bile. Il y a des ballonnements, des flatulences, des selles instables (constipation, diarrhée). En règle générale, une rechute de la maladie survient dans le contexte d'une violation de l'alimentation, du stress, de la consommation d'alcool, de l'exacerbation de la maladie des calculs biliaires ou de la cholécystite.

Processus de la tumeur

Dans le pancréas est divisé en tumeurs hormono-actives et tumeurs malignes (cancer). Les tumeurs hormonales sont bénignes et malignes et se développent à la suite d'une offre excessive d'hormones pancréatiques. Ces processus sont généralement accompagnés d'une violation des processus métaboliques.

Le cancer du pancréas au cours des dernières années est assez fréquent. Aux premiers stades, des nausées, des selles graisseuses instables, des ballonnements, un manque d'appétit, une perte de poids sont possibles. La douleur peut survenir par intermittence ou être permanente. Aux stades avancés du cancer, la maladie se complique de vomissements fréquents et d'une diarrhée abondante, et la peau devient pâle ou ictérique.

Kyste pancréatique

Avec un petit kyste, la gravité du syndrome douloureux est faible, mais si la formation est importante, elle serre les terminaisons nerveuses et les canaux de la glande et provoque une douleur intense. Si la tête de l'organe est atteinte, il se produit une perte de poids, une augmentation des selles et une distension abdominale.

Dans les cas où un kyste se forme dans le corps ou la queue du pancréas, des nausées, une constipation et des selles décolorées apparaissent. Les kystes de grande taille peuvent être ressentis à travers la paroi abdominale. Avec la suppuration, la fièvre complique la formation de l'état du patient.

Lorsque la fibrose kystique survient lors de crampes douloureuses dans l'intestin, il existe des selles liquides et grasses, dont le volume est plusieurs fois supérieur à la normale. Un signe caractéristique est une diminution de l'appétit, des flatulences, une bouche sèche, une faiblesse musculaire, des cristaux de sel apparaissent sur la peau.

Le diabète sucré de type 1 associé à l'arrêt de la production d'insuline par le pancréas n'est pas accompagné de douleur. Les signes caractéristiques sont une soif inextinguible, des démangeaisons, une augmentation du volume urinaire, une faiblesse et une sensation de faim aiguë lors de crises hypoglycémiques, des nausées, une transpiration excessive, une perte de poids importante.

Pancréatonécrose

Accompagné de douleurs extrêmement aiguës et aiguës derrière le sternum ou dans l'épigastre, ce qui peut donner dans le dos, le bas du dos, la clavicule. Parfois, le syndrome douloureux d’une telle force entraîne un état de choc et une perte de conscience. Les autres symptômes incluent ballonnements et constipation. Le patient a besoin de soins médicaux urgents, sinon il pourrait mourir de douleur ou de choc toxique.

Pierres dans le pancréas

Formé rarement. Le plus souvent, ils sont localisés dans la tête de la glande et consistent en carbonates de phosphore et de calcium. Jusqu'à présent, les causes exactes des calculs ne sont pas claires, mais on suppose que leur apparition est la stagnation du suc pancréatique, une altération du métabolisme calcium-phosphore ou une inflammation des tissus de la glande qui accompagnent les infections secondaires.

Parfois, les symptômes caractéristiques sont absents et les calculs sont découverts au hasard, avec un examen aux rayons X. Mais plus souvent apparaissent des douleurs sévères dans la partie supérieure de l'abdomen, s'étendant dans le dos. De plus, les accès de douleur deviennent plus prononcés quelques heures après un repas. Avec la progression de la maladie, il y a un manque d'appétit, une alternance de constipation et de diarrhée. Si les calculs migrent vers le canal biliaire commun, une jaunisse mécanique apparaît.

Traitement

Le schéma thérapeutique dépend du type de maladie et est choisi par le médecin en tenant compte de nombreux facteurs: l'état général du patient, la gravité des symptômes, la présence de maladies concomitantes et les éventuelles contre-indications. La base des mesures thérapeutiques est la pharmacothérapie et l’adhésion à un régime alimentaire strict. En complément du traitement principal, vous pouvez utiliser la médecine traditionnelle (après avoir consulté un médecin).

Les formes aiguës de pancréatite et de nécrose pancréatique sont traitées à l'hôpital. Les tumeurs, les kystes et les calculs du pancréas sont enlevés chirurgicalement. D'autres pathologies associées à des comorbidités (fibrose kystique, diabète sucré, maladies du foie et de la vésicule biliaire) nécessitent un traitement spécifique.

Le traitement des maladies du pancréas avec des médicaments lors de l’exacerbation de la pancréatite repose sur l’utilisation de médicaments qui réduisent la sécrétion du suc gastrique et sur la prise d’enzymes ne contenant pas de composants de la bile. Éliminer les attaques de nausée tels que les médicaments Zeercal ou Motilium. Pour soulager la douleur, il est recommandé de prendre des antispasmodiques (No-shpu, Papaverin, Mebeverin). Si nécessaire, faites des injections d'analgésiques, utilisez des antibiotiques, des statines, des inhibiteurs de protéase, effectuez un traitement par perfusion.

Dans les cas de pancréatite aiguë, il est conseillé de cesser de manger pendant 2-3 jours. À ce stade, il est recommandé d'utiliser uniquement de l'eau minérale non gazeuse (alcaline) et du thé vert faible. Puis, progressivement, des plats légèrement essuyés sont introduits dans le menu du patient et suivent par la suite un régime strict.

Dans la pancréatite chronique en phase de rémission, l'utilisation de préparations enzymatiques améliorant la digestion (Festala, Pancréatine, Mezim, Créon) est indiquée. Pour rétablir l’acidité normale du suc gastrique, vous aiderez à éliminer les anticidures:

Les médicaments doivent être changés périodiquement et, lorsque l'état du patient s'améliore, il faut interrompre le traitement.

Traitement des maladies des remèdes populaires du pancréas

Dans les pathologies pancréatiques, l'utilisation des herbes cholérétiques fournit un bon effet thérapeutique. La décoction de légumes contribue à éliminer l'inflammation, améliore la décharge de la bile, élimine la congestion et aide à améliorer les processus digestifs. Les préparations à base de plantes peuvent être achetées dans toutes les pharmacies. Les plantes médicinales suivantes sont le plus souvent utilisées pour le traitement du pancréas:

  • soie de maïs;
  • racine de pissenlit;
  • la chélidoine;
  • Highlander;
  • menthe;
  • graines d'aneth;
  • la camomille;
  • aubépine;
  • immortelle

Le bouillon est préparé conformément aux instructions figurant sur l'emballage. Il est plus pratique d’utiliser les charges emballées dans des sacs filtrants. Ils sont simplement brassés sous forme de thé, insistez 15 à 20 minutes et prenez 50 à 100 ml une demi-heure avant les repas. L'acceptation de la décoction à base de plantes doit être coordonnée avec votre médecin, car certains frais peuvent supprimer l'effet des médicaments et réduire l'efficacité du traitement.

Lors de l’exacerbation de la pancréatite, le jus de choucroute aide bien. Il contient de l'acide lactique, qui supprime le processus inflammatoire et aide à éliminer le syndrome douloureux.

Régime alimentaire pour la maladie du pancréas

Le traitement de la pancréatite aiguë commence par plusieurs jours de jeûne. Cela aidera à réduire la production d'enzymes digestives et à réduire la gravité du processus inflammatoire. Dans les 2-3 jours, il est recommandé de boire jusqu'à 1,5 litre d'eau minérale tiède sans gaz ni bouillon d'églantier (200-400 ml).

En outre nommé numéro de régime pancréatique strict 5p. C'est le plus doux, faible en calories, ce qui vous permet de normaliser la fonction du pancréas. Son essence réside dans une nette restriction des graisses et des glucides tout en préservant la norme physiologique des protéines.

Produits interdits:
  • plats gras, épicés et frits;
  • soda sucré;
  • cornichons, marinades, viandes fumées;
  • épices et assaisonnements;
  • saucisses, saindoux, abats;
  • produits en conserve et semi-finis;
  • pâtisseries cuites au four, confiseries (surtout à la crème);
  • graisses animales;
  • crème glacée;
  • fruits aigres (pommes, agrumes);
  • des bonbons, du chocolat, du miel, de la confiture, du sucre et d'autres glucides «rapides»;
  • café, cacao;
  • alcool

Les produits à base de fibres grossières et à haute teneur en substances extractives doivent être exclus. Ils provoquent des ballonnements et provoquent des processus de fermentation et de putréfaction de l'intestin. Vous ne pouvez pas manger de légumes et de fruits crus, de chou, de radis, de navets, de radis, d'ail, d'oseille, d'ajouter des épices et des épices à vos plats.

La nutrition pour les maladies du pancréas devrait être non seulement chimiquement, mais aussi mécaniquement douce. Et cela signifie que tous les plats doivent être préparés sous une forme minable, facilitant autant que possible le processus d'assimilation. Cette méthode de traitement thermique, telle que la friture, devrait être exclue. Tous les plats doivent être cuits à la vapeur, bouillis ou cuits au four. Il est important d'observer la température, au moment de servir les plats doivent être chauds.

Vaisselle et produits recommandés pour utilisation:
  • premiers plats - purée ou soupe de mucus à base de céréales et de légumes;
  • viande et poisson maigres sous forme d'escalopes à la vapeur, de soufflés, de boulettes de pâte;
  • omelettes à la vapeur;
  • plats d'accompagnement aux légumes sous forme de purée de pommes de terre et de puddings à la vapeur;
  • pommes cuites au four (variétés sucrées);
  • kissels, compotes en purée, mousses, gelées;
  • thé vert faible, eau minérale sans gaz.

Il est permis d'ajouter une petite quantité de beurre aux plats. Le pain ne peut être mangé que du blé et des viennoiseries d'hier (pas plus de 50 g par jour). Les aliments doivent être fractionnés, les aliments consommés en petites portions 5 à 6 fois par jour.

Mesures préventives

Les mesures préventives visant à maintenir les fonctions du pancréas reposent sur le respect des recommandations suivantes:

  1. interdiction totale de la consommation de boissons alcoolisées;
  2. cesser de fumer;
  3. nutrition adéquate et équilibrée;
  4. rejet des repas gras, épicés et riches en calories;
  5. suivre un régime prescrit;
  6. diviser les repas;
  7. mode de vie sain et actif.

Ne laissez pas trop manger, grignoter "sur le pouce". Il est nécessaire d'observer la modération dans les aliments, les aliments à prendre en petites portions, de préférence en même temps. L'alcool doit être complètement éliminé, adhérer à un mode de vie sain, faire du sport, renforcer le système immunitaire. Une bonne prévention des maladies du pancréas consiste à utiliser régulièrement une tisane à la rose musquée, à l'airelle, à la myrtille, à l'aubépine et à la menthe.

Au moindre dysfonctionnement du pancréas, il est nécessaire d'ajuster le régime alimentaire et de limiter la consommation de graisses et de glucides. Tout problème avec le tractus gastro-intestinal doit être une raison pour aller chez le médecin, se soumettre à un examen approfondi et à un traitement rapide.