Herpès génital - traitement

L'herpès génital est une maladie très commune qui appartient au groupe des maladies sexuellement transmissibles, dont l'agent causal est le virus de l'herpès simplex de type II. L'herpès génital affecte principalement la peau et les muqueuses des organes génitaux, la maladie est plus souvent détectée chez les femmes. L'âge moyen des patients est de 20 à 30 ans.

La transmission du virus d'une personne malade à une personne en bonne santé a lieu pendant les rapports sexuels, ainsi que pendant les relations anales et orales, et le risque d'infection augmente plusieurs fois si, au cours du contact, le patient présente des signes d'exacerbation de l'herpès génital. Les facteurs qui contribuent à l’infection par cette forme de la maladie incluent la présence d’un grand nombre de partenaires sexuels et des relations sexuelles occasionnelles.

Symptômes de l'herpès génital

Chez 80% des personnes atteintes d'herpès génital, la maladie est complètement asymptomatique pendant très longtemps et, sans le savoir, peut infecter des personnes en bonne santé.

L'exacerbation d'une infection virale survient généralement à la suite d'une exposition à des facteurs tels que des situations de stress, l'avitaminose, la présence de maladies chroniques, des interventions chirurgicales, la menstruation chez les femmes.

Chez les hommes et les femmes, en raison des caractéristiques anatomiques des organes génitaux, les signes de l'herpès génital sont quelque peu différents. Mais le principal symptôme pour tous est l'apparition d'éruptions cutanées, ressemblant à de petites vésicules, sur les organes génitaux.

Chez les femmes, des éruptions cutanées apparaissent sur la peau des grandes et des petites lèvres, des fesses, des cuisses et des muqueuses vaginales. L'apparition de lésions s'accompagne généralement de douleur. Parfois, les femmes malades se plaignent de douleurs dans le bas de l'abdomen, s'étendant dans le rectum et dans le bas du dos. Peut-être l'apparition d'un écoulement du tractus génital, dont le nombre augmente dans la seconde moitié du cycle menstruel. Mais le principal symptôme de l'herpès génital, qui pousse le plus souvent la femme à se tourner vers un gynécologue, est une démangeaison douloureuse dans la région génitale.

L'herpès génital chez les femmes est dangereux car pendant la grossesse, le virus qui le cause a un effet négatif sur le fœtus. En outre, il est possible que l’enfant soit infecté en passant par le tractus génital de la mère pendant le travail. Par conséquent, toutes les femmes atteintes d'herpès génital actif (éruption sur les parties génitales) doivent être traitées avant de planifier une grossesse.

Chez les hommes atteints d'herpès génital, les éruptions cutanées se trouvent sur la tête du pénis. L'apparition d'éruptions cutanées s'accompagne de douleur et de démangeaisons intolérables. Le processus peut se propager à l'urètre, à la vessie, à la prostate et aux testicules, ce qui peut conduire au développement d'une urétrite ou d'une prostatite, qui présentent leurs propres symptômes.

Traitement de l'herpès génital

Le virus de l'herpès, une fois dans le corps humain, est stocké à vie dans les cellules. À ce jour, le médicament avec lequel il serait possible de le détruire n'a pas encore été créé. Avec l'aide d'un traitement médicamenteux, vous ne pouvez qu'éliminer les symptômes de la maladie et, inactiver le virus, le transférer au stade de la rémission.

Les médicaments antiviraux sont le principal groupe de médicaments utilisés dans le traitement de l’herpès génital. Acyclovir, Valacyclovir, Famciclovir et Foscarnet sont utilisés pour traiter cette maladie. La prise de médicaments antiherpétiques dure 7 à 10 jours. Plus le traitement est instauré tôt, plus les chances de rémission à long terme de la maladie sont grandes.

En plus du traitement antiviral, un traitement immunomodulateur est prescrit. Les médicaments du groupe des inducteurs d'interféron (Lavomax, Amiksin, Poludan) ont une bonne efficacité dans le traitement de l'herpès génital. En outre, les multivitamines sont prescrites aux patients (Biomax, Vitrum, Alphabet).

Prévention de l'herpès génital

La prévention de cette maladie est la même que dans d’autres maladies sexuellement transmissibles. Il est nécessaire de s'abstenir des rapports sexuels occasionnels, de limiter le nombre de partenaires sexuels, d'utiliser des méthodes de barrière de contraception (préservatifs) en cas d'incertitude chez un partenaire. Un soin particulier doit être pris en période de maladie aiguë afin de ne pas devenir une source de partenaires infectieux.

Une attention particulière doit être accordée à la santé des femmes qui envisagent une grossesse. Étant donné que dans la plupart des cas, s'il existe un bon statut immunitaire, l'herpès génital ne se manifeste pas du tout, il est recommandé aux femmes de subir un examen complémentaire au stade de la planification de la grossesse. Si une infection est détectée, le partenaire sexuel de la femme doit également être examiné et traité. Un gynécologue peut recommander aux femmes de commencer le traitement entre 35 et 36 semaines de gestation afin d'éviter toute exacerbation du processus pendant l'accouchement.

Il convient également de noter que le virus de l'herpès, une fois sur la peau et les muqueuses, ne pénètre pas immédiatement dans les cellules du corps et peut être inactivé. Les experts russes estiment que le virus peut être inactivé pendant les premiers jours qui suivent l’infection et les scientifiques américains affirment que cette période est limitée à 1,5 à 2 heures. Par conséquent, en cas d'incertitude chez un partenaire, après un rapport sexuel occasionnel, il est nécessaire de procéder à une prévention urgente de l'infection par l'herpès sexuel et d'autres IST. Immédiatement après un rapport sexuel ou dans un avenir proche, vous devez procéder à une toilette minutieuse des parties génitales. Vous pouvez également utiliser des médicaments utilisés pour la prévention des infections génitales (Miramistin, Chlorhexidine). Cette méthode de prévention de la maladie n’est pas efficace dans tous les cas, mais elle peut réduire considérablement le risque d’infection par l’herpès génital.

Quel médecin contacter

Si des symptômes d'herpès génital apparaissent, vous devriez consulter un vénéréologue. Un gynécologue ou un urologue aidera également au traitement de cette maladie. Dans les cas graves de maladie, lors de l'infection d'une femme enceinte, la consultation d'un spécialiste des maladies infectieuses est nécessaire. En cas de rechutes fréquentes de la maladie, il est nécessaire de consulter un immunologiste, car l’herpès génital est un signe d’immunodéficience.

L'herpès génital

L'herpès génital est une maladie vénérienne très commune aujourd'hui. En dépit de son appartenance au groupe vénéréologique, la maladie peut être qualifiée de "sans risque": elle ne provoque pas la mort, car elle ne perturbe pas le fonctionnement des organes internes, elle ne provoque presque jamais de stérilité.

Néanmoins, l'herpès génital est une maladie extrêmement désagréable, causant au patient de nombreux inconvénients et de graves problèmes, notamment sociaux et psychologiques. C'est pourquoi tout le monde devrait être conscient du danger de contracter l'herpès et observer les mesures nécessaires pour le prévenir.

Le virus de l'herpès simplex en tant que cause de l'infection génitale à l'herpès

Les agents responsables de l'herpès génital sont deux types de virus - HSV-1 et HSV-2, également appelés virus de l'herpès des premier et second types, respectivement. Ils appartiennent à la grande famille des virus de l'herpès, contenant plus de 200 types de virus différents. Dans la vie de tous les jours et même dans le domaine scientifique, ils sont appelés virus de l'herpès simplex.

Aujourd'hui, les médecins s'accordent pour dire qu'un virus du premier et du second types peut provoquer l'herpès génital à la même fréquence. Cependant, lorsqu'un organisme HSV-2 est infecté, il est caractéristique de la forme génitale de l'infection et une image symptomatique extrêmement désagréable apparaît beaucoup plus souvent.

Les deux types de virus herpès simplex eux-mêmes ne diffèrent l'un de l'autre que par la structure des particules virales. Ces membranes ont une forme sphérique et sont constituées de protéines: lipo et glycoprotéines. Parmi ces derniers, il y a deux glycoprotéines, différentes pour HSV-1 et HSV-2. Ces glycoprotéines jouent le rôle d'une sorte de "tentacules", à l'aide desquels le virion reconnaît la paroi cellulaire et y est fortement attaché.

La particule virale a un diamètre de seulement 200 nanomètres et, sur le segment de droite séparant deux divisions millimétriques, 5 000 virions allongés dans une rangée conviendront!

Dans l'environnement externe, le virus de l'herpès est assez stable. À une température de 37 degrés Celsius, il ne perd pas sa viabilité pendant 20 heures, mais la température de 50 degrés le tue en une demi-heure. Les virions n'ont pas peur des cycles de congélation et de décongélation répétés. De plus, ils peuvent persister indéfiniment à une température de moins 70 degrés.

Bien que, dans des conditions environnementales normales, le virus de l’herpès simplex dure littéralement quelques dizaines de minutes, cela suffit pour qu’il se répande très rapidement entre les personnes.

Modes de transmission de l'herpès génital et transmission du virus dans l'organisme

Selon les statistiques, 11% des jeunes de moins de 15 ans et 73% des personnes âgées de plus de 50 ans sont infectés par le virus de l'herpès simplex de type 2. Cependant, cela ne signifie pas que la grande majorité des retraités souffrent d'herpès génital.

La différence dans les symptômes et la localisation des éruptions cutanées, caractéristiques de l'herpès, n'est pas due à la différence des types de virus, mais à la différence des endroits où l'herpès est en sommeil dans le corps. Pour comprendre cela, il est nécessaire d'examiner plus en détail le processus d'infection du corps par l'herpès.

Les principales méthodes de transmission de l'herpès génital sont les suivantes:

  • Transmission en direct par contact sexuel. Dans ce cas, c'est tout à fait possible et très souvent, il y a une transmission du virus des lèvres du porteur aux organes génitaux des personnes infectées;
  • Manière domestique de transférer le virus qui se produit même chez les personnes qui n'ont jamais eu de relations sexuelles. Donc, vous pouvez être infecté en touchant vos lèvres avec un rhume lors de l'exacerbation des lèvres, puis en touchant vos parties génitales sans vous laver les mains. Bien sûr, il est possible de transférer l'agent pathogène à travers des articles ménagers ou des vêtements.

Peu importe où, mais après avoir pénétré dans les organes génitaux, les virions d'herpès pénètrent dans les muqueuses des canaux urinaires et dans les organes génitaux internes. Là, ils sont introduits dans les cellules, atteignent leur appareil nucléaire et apportent leur matériel génétique à l'ADN des cellules. Après cela, la cellule commence involontairement, avec ses substances, à synthétiser les protéines du virus, à partir desquelles de nouveaux virions sont assemblés. Ces nouvelles particules quittent la cellule mère et se propagent plus loin dans le corps. Quand ils sont trop nombreux, les symptômes caractéristiques de la maladie apparaissent.

Les virions qui atteignent les processus des cellules nerveuses, tout au long de ces processus, se précipitent dans le noyau de la cellule. Les noyaux des cellules nerveuses sont situés dans la région des ganglions de la base, dans la région de la colonne vertébrale. Et les cellules, dont les axones sont attirés par les organes génitaux, sont dans la zone du coccyx, et les cellules avec les terminaisons sur le visage sont dans la région de la tête. Une fois que le corps a développé une immunité contre l’herpès, toutes les particules libres du corps meurent et les cellules infectées sont remplacées par des cellules jeunes et en bonne santé. Et seules les cellules nerveuses conservent les gènes viraux. Dès que l'immunité du corps est affaiblie, de jeunes virions vont commencer à émerger de la cellule, qui «roule» vers les tissus externes le long des mêmes axones. Du cerveau aux lèvres et du coccyx aux organes génitaux. Ainsi, à partir de l'endroit où l'infection est entrée dans le corps, elle continuera à se manifester.

En conséquence, le terme «herpès génital» s'entend moins comme un type de virus particulier que comme une infection touchant certaines zones des organes génitaux.

Groupes à risque de la maladie

Il est impossible de dire quelles personnes sont plus susceptibles d’être infectées par l’herpès génital. Cependant, les statistiques suggèrent que la maladie est plus fréquente dans:

  • homosexuels - près de la moitié d'entre eux sont l'herpès génital;
  • des représentants de la race négroïde;
  • les femmes en général - elles sont plus facilement infectées par l'herpès génital;
  • personnes souffrant d'autres maladies sexuellement transmissibles.

De plus, le risque de contracter l'herpès augmente avec l'âge. Selon le nombre de porteurs d’herpès simplex, les catégories d’âge les plus nombreuses sont les 20 à 29 ans et les 35 à 40 ans.

Et bien sûr, plus une personne a des partenaires sexuels, en particulier aléatoires, plus elle risque d'être infectée.

Symptômes et stades de la maladie

À différents stades de la survenue de l'herpès génital, ses divers symptômes apparaissent, il est donc commode de les connaître dans l'ordre de leur apparition.

Dans la première étape, des démangeaisons, des douleurs et des brûlures apparaissent dans la zone des futures éruptions. Gonflement mineur peut commencer. En outre, les symptômes à ce stade sont les suivants:

  • douleur dans le scrotum et le périnée;
  • douleur et sensation de lourdeur dans le haut des cuisses;
  • engourdissement dans la région pelvienne, surtout après avoir dormi et longtemps assis;
  • fièvre.

Avec la hausse de la température, un malaise général survient généralement. Ce symptôme est rare et il est important de ne pas le confondre avec les manifestations de certaines autres maladies.

Dans la deuxième étape, l'éruption cutanée commence à apparaître. D'abord, les rougeurs apparaissent à leur place, puis de nombreuses petites bulles transparentes apparaissent sur la rougeur. Ils sont très douloureux et causent beaucoup de désagréments.

En règle générale, ces éruptions cutanées ont les dislocations suivantes:

  • sur la vulve;
  • pubic;
  • sur les fesses et dans l'anus;
  • sur la surface intérieure des cuisses;
  • sur le col de l'utérus;
  • dans l'urètre.

L'apparition d'éruptions cutanées dans l'anus et sur les fesses est typique d'une infection herpétique après un rapport sexuel anal.

Au troisième stade, les vésicules éclatent et de petits ulcères se forment à leur place. Cela se produit assez régulièrement et toute la phase de rupture de la bulle dure de plusieurs heures à un jour.

Au dernier stade, les plaies sont recouvertes d'une croûte sèche et les tissus situés en dessous sont régénérés. Après cela, l'épisode de la maladie n'a aucune conséquence visible.

Au cours d'une telle exacerbation de l'infection est caractérisée par la manifestation de nombreux symptômes psychologiques de la maladie. Parmi eux figurent la dépression, la phobie sociale, le stress, l’insomnie, l’enfermement, la peur des relations sexuelles, des maux de tête et parfois des pensées suicidaires. De telles conditions sont caractéristiques de flegmatique et mélancolique, ainsi que des personnes ayant une expérience sexuelle faible.

Cependant, l'herpès génital ne se manifeste pas toujours par les symptômes ci-dessus. Certaines formes d'évolution de la maladie se caractérisent par l'absence de signes ou par un tableau symptomatique extrêmement flou. Par conséquent, ces formes doivent être examinées séparément.

Formes de la maladie

Tout d'abord, il convient de distinguer deux types d'herpès génital: primaire et récurrent. La première survient immédiatement après l'infection, généralement après une semaine ou deux, mais elle peut parfois apparaître après quelques mois. la seconde - chaque fois avec une diminution des forces de protection du corps. Symptomatiquement, ils sont assez similaires, mais c’est précisément l’herpès récurrent qui présente plusieurs formes de fuite.

Une forme typique d'herpès génital est une forme dans laquelle se manifestent la plupart des symptômes décrits ci-dessus. En outre, on peut observer:

  • forme microsymptomatique atypique, également appelée subclinique. Quand il peut manifester des symptômes qui ne préoccupent pas particulièrement le patient et ne constituent pas une raison pour consulter un médecin. Il peut s'agir littéralement de plusieurs bulles qui sont apparues, une légère démangeaison, voire même imperceptible;
  • Forme macrosymptomatique atypique dans laquelle tous les symptômes de la maladie n'apparaissent pas. Par exemple, des douleurs et des démangeaisons peuvent survenir, mais les bulles elles-mêmes n'apparaîtront pas, ou inversement;
  • Forme asymptomatique dans laquelle il n'y a aucune manifestation externe de la maladie. Cette forme est observée chez 20% des patients et est particulièrement dangereuse, car avec elle, même pendant la période de rechute, une personne peut avoir des relations sexuelles et infecter ses partenaires sexuels.

L'herpès génital est également caractérisé par le fait que son intensité et son ensemble de symptômes peuvent différer chez les femmes et les hommes.

Herpès génital chez les femmes et les hommes: spécificités

La spécificité de l'herpès génital chez les femmes et les hommes est associée aux nuances d'infection des organes génitaux internes.

Ainsi, chez les femmes, les maladies courantes sont la colpite et la leucoplasie cervicale, qui se sont développées à cause de l’herpès. Aujourd'hui, une maladie intra-utérine relativement nouvelle, localisée dans l'épithélium de l'endomètre, est provoquée par le virus de l'herpès simplex.

L'herpès génital est extrêmement dangereux pour les femmes enceintes. 30% des avortements spontanés et 50% des fausses couches tardives sont dus à cette maladie. Lorsque la mère revient, à la fin de la grossesse, environ 5% des nouveau-nés sont infectés par le virus au moment de la naissance, mais la primo-infection de la mère est en même temps, ce chiffre est de 70 à 75%. De plus, le virus de l'herpès simplex est considéré comme le deuxième virus en raison du risque de déformation chez un enfant après le virus de la rubéole.

Chez l'homme, la prostatite herpétique est une conséquence caractéristique de l'exacerbation de l'herpès génital. Selon les statistiques, dans 20% des cas de prostatite chronique, la maladie est favorisée par une infection herpétique. De plus, il existe même une forme atypique d'herpès génital, dans laquelle la maladie ne se manifeste que par la prostatite.

Les hommes et les femmes ont en commun:

  • Cystite herpétique. Quand il est caractérisé par des mictions fréquentes, la présence de sang dans les urines. Chez les femmes, la cystite peut se développer lors de la primo-infection, chez les hommes elle est le plus souvent le résultat d'une prostatite herpétique;
  • Urétrite herpétique. Cette maladie se caractérise par une douleur intense lors de la miction, l'apparition de sang dans les urines;
  • Lésion herpétique de l'anus et du rectum. Le résultat le plus souvent sont des fissures dans l'anus. En outre, il existe une irritation des hémorroïdes, une douleur intense et des démangeaisons dans la région du sphincter, des saignements lors de la défécation, des flatulences. Un problème commun aux lésions herpétiques rectales est que les patients se font souvent diagnostiquer une fissure rectale sans diagnostiquer que l’herpès est la cause de la maladie.

Nuances de diagnostic

Dans la plupart des cas, le diagnostic de l'herpès génital est posé visuellement par le médecin au cours de l'examen. Dans cette étude, les organes génitaux externes, l'anus, les fesses et les cuisses sont exposés. Chez les femmes, à l'aide d'un miroir spécial, le vagin peut être examiné pour détecter les lésions sur ses parois.

À l'avenir, un frottis de l'urètre ou de l'anus peut être échantillonné. En raison de différences physiologiques, cette procédure peut être quelque peu douloureuse chez les hommes et, quelques heures après le prélèvement, une douleur peut se produire pendant la miction.

Des tests plus fiables pour déterminer la présence du virus de l'herpès dans le corps sans symptômes visibles sont les suivants:

  • un dosage immuno-enzymatique, dans lequel un échantillon de sang est prélevé sur un patient, et en fonction du titre des IgG et des IgM spécifiques du virus, il est déterminé si le corps en est familier;
  • Réaction en chaîne de la polymérase, effectuée uniquement sur le liquide, prélevée dans les bulles pendant l’éruption cutanée;
  • Méthode culturelle. Trop faisable uniquement lors d'une récidive avec une forme atypique de la maladie, lorsqu'il n'est pas toujours possible d'établir la cause de l'éruption cutanée.

Pour un diagnostic correct de l'herpès génital, il est extrêmement important de prélever des échantillons d'un patient sur plusieurs supports à la fois: suc de la prostate, muqueuse vaginale et canal cervical, sperme et urine. Chez les femmes, il faut tenir compte du fait que le virus est activement libéré au début du cycle menstruel.

En Occident, appliquez plusieurs autres tests pour déterminer la présence du virus de l'herpès simplex dans le sang. Parmi eux figurent les méthodes d'Eliza et immunoblot, l'analyse rapide de Pokit et Western Blot.

Traitement de l'herpès génital

Le traitement de l'herpès génital est dans la plupart des cas pour soulager les symptômes de la récurrence de la maladie. Pour ce faire, utilisez divers analgésiques et sédatifs, des onguents et des crèmes spéciaux, des remèdes contre les maux de tête et la fièvre lors de la manifestation de ces derniers.

Aujourd'hui, le traitement suppressif est très efficace et consiste à supprimer à tout moment l'activité du virus dans le corps. Pour ce faire, utilisez des médicaments antiviraux spéciaux - Acyclovir, Panavir, Famvir, Valacyclovir - qui ne permettent pas au virus de se multiplier dans le corps, même en cas de récidive.

La thérapie suppressive continue, dans laquelle le patient utilise des médicaments antiviraux, qu’il ait ou non une rechute de la maladie, a acquis une certaine distribution aujourd’hui. Selon les résultats des recherches, une telle thérapie réduit la fréquence, la force et la durée des rechutes et, associée à d’autres moyens de prévention, réduit également le risque d’infection d’une personne en bonne santé par un porteur.

Et même au stade du traitement, il est très important d'utiliser des médicaments immunomodulateurs qui aident l'organisme à faire face à l'herpès seul.

Causes de récurrence de la maladie

L'affaiblissement du système immunitaire est la principale cause de la récurrence de l'herpès génital et de l'apparition régulière de ses symptômes. Les raisons de cet affaiblissement peuvent être très différentes, mais les plus courantes sont:

  • réduire la quantité de vitamines dans l'alimentation, surtout en hiver;
  • stress ou maladie somatique;
  • immunobloc artificiel dans divers types de traitement;
  • la présence d'immunodéficience;
  • menstruation chez les femmes;
  • tabagisme, abus d'alcool;
  • surchauffe et refroidissement excessifs fréquents.

De plus, chaque personne a ses propres raisons d’affaiblir le système immunitaire. Les allergies, par exemple, ou les maladies chroniques.

Pronostic et complications possibles

En règle générale, le pronostic pour l'herpès génital est généralement favorable. Néanmoins, même chez les patients adultes non immunodéficients, la maladie peut parfois entraîner des complications graves, notamment:

  • l'urétrite;
  • la prostatite;
  • fissures rectales récurrentes;
  • kolpitov.

Dans des cas plus rares, il peut développer un cancer du col utérin. Chez les patients présentant un déficit immunitaire, des lésions nécrotiques des tissus situés dans la zone de l'éruption cutanée et la préservation des cicatrices résiduelles sur la peau sont possibles.

Dans l'ensemble, les conséquences de l'infection herpétique chez les enfants sont les plus nombreuses, et leur maladie est encore plus prononcée que chez les adultes. Dans ce cas, les conséquences d'une infection chez un enfant peuvent être:

  • encéphalite herpétique et méningite qui, en l’absence de traitement urgent et intensif, peuvent entraîner une invalidité et même la mort de l’enfant;
  • stomatite herpétique et gingivite;
  • dommages au foie.

En outre, avec le développement de l'herpès chez les nourrissons, une violation du cœur est parfois diagnostiquée, ce qui peut persister et se développer en une myocardite chronique.

Prévention

La prévention de l'herpès génital peut consister à protéger contre l'infection par le virus et à prévenir les rechutes.

Afin d'éviter l'infection, vous devez:

  • mener une vie sexuelle ordonnée;
  • si le partenaire sexuel a une récurrence de l'herpès - peu importe, sur les lèvres ou les organes génitaux - de s'abstenir de relations sexuelles;
  • utiliser des préservatifs et miramistin;
  • suivre strictement les règles d'hygiène.

Si l'herpès génital se manifestait même une fois, réduisez la fréquence et la force des récidives des manières suivantes:

  • en soutenant l'immunité d'une bonne nutrition, d'un mode de vie sain, de l'utilisation de vitamines;
  • mener une thérapie suppressive dans les périodes entre les rechutes;
  • guérir rapidement et avec diligence les blessures et les maladies somatiques émergentes - grippe, mal de gorge et autres;
  • réduire la quantité d'alcool consommée et fumer des cigarettes.

Le vaccin Herpevac a été mis au point et testé aux États-Unis. Il protège les femmes contre l’infection par l’herpès génital avec une efficacité suffisante. Pour les hommes, il n’existe aucun vaccin de ce type, car il n’existe aucun vaccin susceptible de réduire la fréquence des rechutes. Cependant, le vaccin bulgare, connu depuis l'époque soviétique, réduit le temps nécessaire aux rechutes et l'intensité de leurs symptômes.

En général, les moyens les plus modernes de prévention et de traitement de l'herpès génital peuvent réduire considérablement le risque d'infection et le pouvoir de ses manifestations. Néanmoins, il vaut toujours mieux éviter la maladie que d’en guérir. Par conséquent, l'ordre dans la sphère sexuelle et un mode de vie sain ont toujours été et seront toujours les moyens les plus fiables de se protéger contre l'herpès génital.

Qu'est-ce que l'herpès génital et comment le guérir?

Aujourd'hui, l'herpès génital chez l'adulte est considéré comme l'une des maladies les plus répandues du système reproducteur et urinaire. Cette maladie a souvent un cours caché, certains patients ont également des formes non reconnues d'infections herpétiques. De tels types modifiés de cette maladie sont difficiles à identifier dans le temps - c'est ce fait qui est la cause principale de la prévalence omniprésente de cette pathologie. Environ 65% des hommes et des femmes adultes âgés de 35 à 40 ans souffrent des manifestations de l'herpès génital.

Informations générales sur la maladie

Les épidémies massives d'herpès génital ont commencé dans les années 70 du vingtième siècle. L’émergence d’une situation aussi grave a été causée par la révolution sexuelle, qui a d’abord balayé les pays du continent nord-américain et les États d’Europe occidentale, puis l’Europe de l’Est. Son résultat fut la conduite par des jeunes d'une vie sexuelle licencieuse et immorale et la vulgarisation des rapports sexuels oraux.

Cette maladie est due à une infection de la peau et des muqueuses par le virus de l'herpès. La maladie peut être transmise d'une personne infectée à une personne en bonne santé par contact sexuel. La forme sexuelle de la pathologie est provoquée par deux types d'agents pathogènes HSV 1 et HSV 2 - le plus souvent par le second type d'herpès simplex.

L'infection ne survient que lorsque la cavité buccale, les lèvres ou les organes génitaux d'une personne en bonne santé entrent en contact avec la surface de la peau ou des muqueuses touchées par l'herpès. La probabilité d'infection est considérablement accrue si le porteur de l'infection souffre d'une forme active de la maladie, qui se manifeste par la présence d'éruptions ou de plaies vésiculaires. Mais on trouve aussi souvent des types d’herpès génital asymptomatiques, qui se transmettent également lors des rapports sexuels. Ce type de maladie est beaucoup plus dangereux. Dans ce cas, le porteur n’est même pas informé de la présence d’une lésion infectieuse et peut donc infecter des personnes en bonne santé. La forme sexuelle de la maladie a souvent une clinique implicite ou effacée, qui est confondue avec d’autres pathologies dermatologiques.

Les premiers symptômes de l'herpès génital chez l'adulte se manifestent 2 à 14 jours après l'infection proposée. Leur apparition est généralement accompagnée de brûlures graves et de démangeaisons de l'épiderme, de la présence de douleur à la localisation du pathogène.

Causes et facteurs de risque

Pour la première fois avec le virus de l'herpès, une personne se retrouve même dans son enfance. Dans une telle situation, l'infection se produit par des gouttelettes en suspension dans l'air (varicelle). Ainsi, à l'âge de 7 à 8 ans, l'agent causal de cette maladie est présent dans le corps de chaque enfant sur deux. La réinfection est déjà observée à l’âge adulte et elle a pour cause des relations sexuelles imprudentes et non protégées, ainsi que des changements fréquents de partenaires sexuels. Les symptômes les plus courants de cette maladie se retrouvent chez les jeunes, âgés de 20 à 30 ans.

L'herpès génital chez les femmes et les hommes se produit sous l'influence de facteurs prédisposants, notamment:

  • ARVI ou grippe récemment transféré;
  • malnutrition;
  • le sexe humain (les hommes sont beaucoup moins susceptibles d'avoir une infection herpétique);
  • carence en vitamines;
  • baisse temporaire ou prolongée de l'immunité (VIH ou SIDA);
  • la présence de mauvaises habitudes;
  • période prémenstruelle chez la femme;
  • comorbidités (diabète, processus inflammatoires dans divers organes);
  • petites opérations médicales (installation de contraceptifs intra-utérins, avortement, curetage);
  • hypothermie prolongée, surchauffe du corps;
  • état de grossesse;
  • stress psychologique, fatigue constante, stress.

La pénétration des virus de l'herpès simplex chez une personne en bonne santé provoque l'activation de la défense immunitaire. En raison de l'activité du système de défense de l'organisme, des anticorps spéciaux sont créés contre l'agent pathogène, ce qui le détruit et ne laisse aucune chance à l'infection de se manifester de manière symptomatique. Par conséquent, la moindre diminution de l'immunité entraîne un développement accéléré de la pathologie et la multiplication du virus. Les signes de l'herpès génital se produisent sur la peau et les muqueuses, leur apparition est accompagnée d'une douleur de nature neurologique.

Les récidives de cette maladie peuvent également survenir à la suite d'un changement radical des conditions climatiques, du béribéri et des infections par le froid.

Types de lésions herpétiques des organes génitaux

Il n’existe que deux formes principales de cette pathologie - c’est le type d’infection primaire et récurrent. Le premier herpès génital apparu est une maladie qui se manifeste pour la première fois chez un patient, avant l’introduction de cellules pathogènes dans les fibres nerveuses et les ganglions de tout l’organisme. Les signes cliniques d'une maladie similaire se manifestent 14 à 28 jours après l'infection proposée.

La forme récurrente de la maladie est caractérisée par une récurrence épisodique des symptômes d'herpès génital sur les organes génitaux. Son évolution clinique peut être divisée en quatre sous-espèces:

  • Classique ou typique - cette forme de pathologie est considérée comme la plus courante pour les lésions herpétiques, ses symptômes sont décrits plus en détail dans la section suivante de l'article.
  • Microsymptomatique - ses signes ne sont pas pleinement manifestés. Les principaux symptômes de cette forme de maladie sont souvent une légère démangeaison de la peau, une hyperémie faible, une sensation de faiblesse, une légère augmentation des indicateurs de température. Dans ce cas, l'éruption cutanée est assez rare - elle se limite souvent à un petit nombre de vésicules, qui disparaissent rapidement et ne causent aucune gêne au patient. Habituellement, avec ce type d'herpès génital, les patients ne demandent pas l'aide d'un spécialiste.
  • Macrosymptomatique - il se caractérise par la présence de lésions cutanées à grande échelle. Tous les signes cliniques possibles de cette pathologie apparaissent, leur sévérité augmente considérablement.
  • Asymptomatiqueporteur - observé chez l'un des cinq patients infectés par le virus de l'herpès. Lors de l'exacerbation d'une telle maladie, les patients ne présentent aucune manifestation symptomatique. Dans ce cas, une personne infectée ignore la présence d'une infection dans son corps et peut donc infecter tous ses partenaires sexuels.

L'herpès génital suit souvent un cours atypique, qui se manifeste par des lésions chroniques des organes génitaux, des organes génitaux internes et des organes urinaires du patient. Cette forme de la maladie est très dangereuse car elle peut ultérieurement provoquer le développement de néoplasmes malins du système urogénital, l'apparition d'infertilité, une diminution de la réactivité de la protection immunitaire systémique et locale.

Symptômes communs de pathologie

L'herpès génital chez de nombreux patients peut ne pas se manifester avant un certain temps - dans cette situation, l'état d'immunité d'une personne infectée revêt une grande importance. La période d'incubation de cette maladie est en moyenne de 7 à 14 jours. Dans le corps de l'homme, les cellules virales vivent sur les organes des systèmes reproducteur et urinaire, chez la femme - sur les parois du vagin, des canaux urinaires et cervicaux. La primo-infection par l'herpès génital provoque une certaine forme de porteur d'agent pathogène, qui peut être asymptomatique. La maladie se caractérise par des rechutes fréquentes et une évolution clinique persistante.

Sous l'action de facteurs provoquants, la phase prodromique de la maladie se forme. Au stade initial de la pathologie, les femmes et les hommes notent la présence de douleur, de brûlures ou de démangeaisons dans la zone de localisation du foyer infectieux futur.

Quelques jours plus tard, à la place de l'inflammation, apparaissent les premières éruptions herpétiques qui se présentent sous la forme de vésicules remplies d'exsudat séreux. Ces éléments peuvent être situés séparément, mais le plus souvent, ils sont regroupés pour former des foyers plus grands. La taille des vésicules ne dépasse pas 3-4 mm de diamètre. L'éruption est localisée sur la peau des organes génitaux et du mucus des organes génitaux internes. La base pour cela est un épiderme œdémateux rougi. L'herpès génital se caractérise par le fait que l'apparition de l'éruption se produit en plusieurs étapes, chacune d'elles s'accompagnant généralement de symptômes d'indisposition, de fièvre, de migraine.

Avec cette maladie, la taille des ganglions lymphatiques régionaux augmente, leur douleur est notée. Dans la plupart des cas, l’herpès génital primaire est très difficile. La raison en est le manque d’anticorps spécifiques contre le virus. Après plusieurs jours, une éruption cloquante s'ouvre, à sa place apparaît une surface érodée de l'épithélium aux bords déchiquetés. Au cours de cette période, les patients ont noté la présence de démangeaisons, de brûlures, d’augmentation de l’humidité de la région génitale et de douleurs aiguës pouvant devenir insupportables lors des contacts sexuels. Au cours des 10 à 12 premiers jours de pathologie, de nouveaux éléments d’éruption apparaissent. L'exsudat séreux, activement libéré après l'ouverture des vésicules, contient des millions de particules virales.

L'éruption disparaît progressivement, l'épithélium affecté guérit et se recouvre de croûtes jaune-brun. Les érosions sont laissées par les zones pigmentées de la peau, qui diffèrent de la couleur plus claire du derme habituel. La période d'éruption dure de 14 à 21 jours.

L'herpès génital chez la femme affecte la peau du périnée, de la vulve, de la muqueuse vaginale et du col de l'utérus. Les manifestations de cette pathologie chez l'homme se produisent dans la région du canal de miction, à la surface du pénis et du prépuce. Les nerfs pelviens sont souvent impliqués dans le processus d'inflammation - une telle violation entraîne une diminution de la sensibilité des jambes, une douleur dans la région sacrale et lombaire. Il peut y avoir une douleur pendant la miction.

C'est important! L'herpès génital primaire chez les femmes a souvent un cours plus grave et prolongé - dans la moitié masculine de la population, cette maladie passe beaucoup plus rapidement. Une exacerbation qui n'est pas accompagnée d'un traitement approprié peut durer jusqu'à 2-3 semaines.

Méthodes de diagnostic

Pour confirmer le diagnostic d'herpès génital, il est nécessaire d'effectuer une série de tests de laboratoire. Le matériel biologique nécessaire à cet examen peut être prélevé sur le canal urétral, les pertes vaginales, le sperme, le contenu de l'éruption herpétique, la salive, l'empreinte des éruptions vésiculaires, des échantillons de tissu lésé, le sang du patient. Dans l'herpès génital, les méthodes de diagnostic suivantes sont activement utilisées:

  • ELISA - Grâce à la méthode de dosage immunoenzymatique, le médecin peut déterminer la présence dans le corps du patient d'anticorps spéciaux des classes G et M de l'agent causal de cette maladie. Bien que cette méthode de diagnostic soit très populaire, son intérêt pratique pour la détection des virus de l’herpès est limité. Pour de nombreuses personnes, la présence d'anticorps anti-G du virus est déterminée - cet indicateur est la conséquence de contacts passés avec une infection herpétique.
  • La méthode de culture repose sur l'identification de l'agent pathogène dans des cultures cellulaires. L'étude porte sur des méthodes de diagnostic coûteuses et à long terme. Par conséquent, elle est le plus souvent utilisée dans le domaine scientifique et non dans le domaine médical.
  • Cytologie - cette technique de diagnostic est considérée comme l'une des plus fiables. Pour sa mise en œuvre, une empreinte de frottis spéciale est prélevée sur la surface malade de l'épiderme. Si les biomatériaux déterminent la présence de kératinocytes - structures cellulaires multinucléaires de taille énorme, le résultat de l'analyse est considéré comme positif. Dans la forme aiguë du gène de l'herpès, ces cellules se retrouvent chez 3 patients sur 4.
  • La méthode de la PCR - polymérase en chaîne est le moyen le plus informatif et précis de déterminer le virus.
  • Sérologie - repose sur la détection d'anticorps dirigés contre l'agent pathogène de cette pathologie. Une telle étude est réalisée uniquement en présence de manifestations symptomatiques de l'herpès dans la région génitale (en cas d'analyse de culture négative), avec un diagnostic non confirmé de la forme sexuelle de la maladie, lors de relations sexuelles avec un partenaire infecté.

Bon à savoir! La méthode sérologique de diagnostic du virus de l'herpès n'est pas recommandée pour les patients ayant une vie sexuelle immorale, les patients infectés par le VIH et les homosexuels. Cette prudence est due à la probabilité accrue d'infection du personnel de laboratoire par le virus de l'immunodéficience humaine.

Activités thérapeutiques

Le traitement de l'herpès génital est obtenu à l'aide de divers médicaments antiviraux. Mais même ceux-ci ne peuvent pas éliminer définitivement l’agent pathogène du corps du patient, car, pénétrant dans le corps humain une fois, les cellules du virus y demeurent pour toujours. Dans ce cas, les médicaments ne font que rendre la vie plus facile au patient, en éliminant les signes désagréables de pathologie et en prolongeant l'état de rémission.

Comment soigner rapidement l'herpès génital? À des fins thérapeutiques, des médicaments modernes à usage externe et interne sont utilisés pour traiter cette maladie. Pour que cette maladie disparaisse au plus vite, les experts conseillent de prendre des médicaments en comprimés: Acyclovir, Valtrex, Virolex, Zovirax, Lizavir, Famciclovir, Tsiklovax. L'utilisation d'antiviraux est prescrite en deux cours. Avec une utilisation épisodique, le traitement dure 10 jours et les médicaments à visée prophylactique (préventive) durent entre 1 et 2 mois.

L'acyclovir a longtemps été considéré comme le traitement le plus populaire et le plus efficace pour le gène de l'herpès. Sur le marché pharmaceutique moderne, il existe un grand nombre de ses analogues, qui sont également des médicaments très efficaces. L'acyclovir est vendu sous forme d'onguent à usage externe et de comprimés destinés à une administration orale. En utilisant ce médicament, vous devez suivre la posologie indiquée dans les instructions. Si vous traitez cette maladie en temps opportun, vous pouvez éviter l'apparition d'éruptions herpétiques. Dans le cas où le traitement approprié a été instauré après la formation de vésicules, l’utilisation d’Acyclovir contribuera à réduire la gravité des signes cliniques de pathologie, accélérera la régénération de la peau endommagée et accélérera considérablement l’éruption cutanée. Les récidives trop fréquentes de l'infection nécessitent un traitement antiviral à titre prophylactique.

Pour le traitement du foyer inflammatoire, des médicaments externes sous forme de pommade, de gel ou de crème sont utilisés. Ils doivent être inclus dans le traitement complexe de l'herpès génital:

  • Virolex;
  • Pommade oxolinique;
  • Acyclovir;
  • Fucorcine;
  • Zovirax

Pour l’élimination rapide des symptômes et le traitement de cette maladie, on prescrit aux patients des médicaments immunomodulateurs - Interféron, Amixine, Lycopide, Polyoxidonium. Ces médicaments affectent l'état de la défense immunitaire de l'organisme et augmentent sa réactivité. Grâce à la stimulation de l'immunité, la reproduction et le développement des virus de l'herpès sont bloqués, ce qui réduit le risque de rechute.

Attention! Il est interdit de traiter l'herpès génital avec des antiviraux pendant la grossesse! L'exception à cette règle est une forme compliquée ou sévère de pathologie, qui constitue un danger pour la vie et la santé d'une femme. Pour le traitement sans danger de cette maladie chez la femme enceinte, utilisez des médicaments à base d’immunoglobuline humaine.

Méthodes préventives

La récurrence de l'herpès génital se manifeste à la suite d'une exposition du corps du patient à des facteurs défavorables de l'environnement immédiat ou interne. Ceux-ci incluent les rhumes, les antibiotiques et les corticostéroïdes, la grossesse, les rayons ultraviolets, les situations stressantes. Par conséquent, afin d'éviter l'apparition d'une autre exacerbation de cette maladie, il est recommandé au patient d'observer un certain nombre de mesures préventives:

  • Un mode de vie sain - cette règle implique l'observance du régime du sommeil et du repos, de la nutrition régulière et rationnelle, de la prise de complexes vitaminiques. Les maladies inflammatoires périodiquement manifestées doivent être traitées rapidement. Il est également conseillé d'éviter les effets négatifs de la lumière du soleil, de la surmenage émotionnelle, de l'hypothermie excessive.
  • Hygiène intime - inclut l’utilisation de produits d’hygiène individuels, le lavage régulier des organes génitaux. Lors de la détection de maladies sexuellement transmissibles ou de lésions spécifiques des organes génitaux, il est urgent de consulter un médecin.
  • Rapports sexuels protégés - dans cette catégorie devrait inclure l'utilisation obligatoire des contraceptifs de barrière. Et même avec l'herpès génital, ces outils sont inefficaces, ils offrent une protection fiable contre d'autres maladies plus dangereuses.
  • Attitude responsable à l'égard du sexe - afin de réduire les risques de contracter le virus de l'herpès, les adultes doivent éviter les contacts intimes «fugitifs». Après un rapport sexuel avec des partenaires suspects, il est impératif de rechercher une infection à l'herpès ou à une autre MST.
  • Restriction du sexe oral - cette forme de sexe est très populaire de nos jours. Mais il ne faut pas oublier que dans une telle situation, il est plus facile d'être infecté par la forme sexuelle de la maladie. Par conséquent, de tels actes sexuels ne sont autorisés que entre partenaires réguliers. Même dans ce cas, il est recommandé d'utiliser un préservatif ou des lingettes spéciales en latex. Si le partenaire a une phase active de pathologistes, qui se manifeste sur les lèvres, ce type de sexe doit être abandonné pendant un certain temps.

En l'absence de traitement, l'herpès génital peut évoluer de manière sévère ou compliquée. Cette maladie porte gravement atteinte à la protection naturelle de notre corps. L'apparition de ses premiers symptômes doit donc être une raison pour consulter un médecin. Dans une telle situation, il est conseillé de contacter un gynécologue, un vénéréologue ou un urologue.

L'herpès génital

L'herpès génital est une lésion virale de la membrane muqueuse des organes génitaux, caractérisée par l'apparition d'un groupe de vésicules, puis d'érosions et d'ulcères. Accompagné d'une sensation de brûlure locale, gonflement, hyperémie, une augmentation des ganglions inguinaux et des symptômes d'intoxication. Il est sujet aux rechutes et peut entraîner par la suite de graves complications: diminution de l'immunité locale et générale, développement d'infections bactériennes des organes génitaux, atteinte du système nerveux, développement d'un cancer du col de l'utérus et de la prostate. Particulièrement dangereux chez la femme enceinte, car il augmente les risques de fausse couche spontanée, de pathologie et même de décès du nouveau-né. Inclus dans le groupe des maladies sexuellement transmissibles (MST).

L'herpès génital

L'herpès génital est une lésion virale de la membrane muqueuse des organes génitaux, caractérisée par l'apparition d'un groupe de vésicules, puis d'érosions et d'ulcères. Accompagné d'une sensation de brûlure locale, gonflement, hyperémie, une augmentation des ganglions inguinaux et des symptômes d'intoxication. Il est sujet aux rechutes et peut entraîner par la suite de graves complications: diminution de l'immunité locale et générale, développement d'infections bactériennes des organes génitaux, atteinte du système nerveux, développement d'un cancer du col de l'utérus et de la prostate. Particulièrement dangereux chez la femme enceinte, car il augmente les risques de fausse couche spontanée, de pathologie et même de décès du nouveau-né. Inclus dans le groupe des maladies sexuellement transmissibles (MST).

L'agent causal de l'herpès génital est un type de virus de l'herpès simplex (HSV). L'infection par herpétique dans la population mondiale est d'environ 90%.

Il existe plusieurs types de virus de l’herpès qui endommagent la peau, les muqueuses, le système nerveux central et d’autres organes (virus de l’herpès simplex de types 1 et 2, cytomégalovirus, virus de la varicelle et du zona, virus d’Epstein-Barr, zona, etc.). Les types 1 et 2 des virus de l’herpès simplex sont à l’origine des formes buccale et génitale, le VHS de type 1 touchant principalement le visage, les lèvres, les ailes du nez et le VHS de type 2 étant le plus souvent à l’origine d’un herpès génital. Le HSV est souvent détecté en association avec un ureaplasma et un cytomégalovirus.

L'herpès génital a une transmission sexuelle. Différentes formes de contact sexuel pénètrent facilement dans la peau endommagée et dans l'épithélium muqueux. Après l’infection, le HSV migre dans les ganglions nerveux et y reste à vie. La reproduction du HSV dans les cellules épithéliales de la peau et des muqueuses entraîne leur dystrophie et leur mort. L'infection se caractérise par une évolution chronique et se manifeste de manière cyclique: périodes d'activité ou de rechutes (2 à 21 jours), accompagnées de l'apparition de lésions sous forme de bulles, alternant avec des périodes de rémission lorsque les symptômes cliniques disparaissent. L'herpès génital est souvent asymptomatique, mais les patients restent une source d'infection.

Causes de l'herpès génital

La primo-infection par le VHS se produit généralement pendant l'enfance au moyen de gouttelettes en suspension dans l'air (dans une population d'enfants âgés de 6 à 7 ans, le taux d'incidence est déjà de 50%). Les raisons en sont une forte densité de population, un niveau de vie socio-économique bas et un manque d'hygiène.

L'infection secondaire survient généralement à la suite d'un contact sexuel. Une incidence élevée d'herpès génital est observée chez les personnes âgées de 20 à 30 ans. Cela est dû au début précoce de l'activité sexuelle, à la promiscuité, à des changements fréquents ou à la présence de plusieurs partenaires, rapports sexuels non protégés. La vénéréologie considère également les facteurs internes comme un facteur de risque pour la maladie de l'herpès génital:

  • défenses immunitaires réduites;
  • la présence de MST;
  • le sexe d'un homme (on remarque que les femmes souffrent d'herpès génital plus souvent que les hommes);
  • interruption de grossesse chirurgicale, utilisation de dispositifs intra-utérins.

Le système immunitaire humain répond à la pénétration du VHS par la production d'anticorps spécifiques et, à un niveau normal de réponses immunitaires, les manifestations cliniques de l'infection ne sont pas observées. Sous l'action d'un certain nombre de facteurs indésirables réduisant la réactivité immunitaire du corps, le VHS est activé, ce qui se traduit par des éruptions cutanées sur la peau et les muqueuses, des douleurs névralgiques. Les épisodes de récurrence de l'herpès génital se produisent souvent sur fond de stress chronique, de manque de vitamines, d'hypothermie, de surchauffe, de changement climatique, de rhume.

Modes de transmission de l'herpès génital

Les infections par l'herpès génital se produisent le plus souvent par les muqueuses des organes génitaux, le rectum, l'urètre ou par des lésions de la peau lors de contacts génitaux, oraux-génitaux et anus-génitaux.

La transmission du HSV est également possible:

  • par gouttelettes aéroportées;
  • voie verticale de la mère malade au fœtus (pendant l'accouchement en contact avec le canal utérin de la mère, par voie transplacentaire, voie ascendante des organes génitaux externes de la mère par le canal cervical jusque dans la cavité utérine);
  • en cas d'auto-infection - auto-inoculation (un malade transfère lui-même une infection des zones infectées du corps à des zones non infectées - du visage aux organes génitaux);
  • manière domestique - rarement (à travers des articles d'hygiène humide).

Habituellement, l'infection à l'herpès génital se produit lorsqu'un partenaire infecté n'est même pas au courant de la maladie, car il ne présente aucune manifestation clinique de la maladie (dans le cas d'un virus porteur de virus asymptomatique).

Formes et manifestations de l'herpès génital

Selon l'évolution clinique, on distingue l'herpès génital primaire (le premier épisode de la maladie) et récurrent (tous les épisodes suivants de la maladie).

Un herpès génital récurrent peut survenir dans des formes cliniques typiques et atypiques et des formes de virus asymptomatiques.

Herpès génital primaire

Les premiers symptômes de l'herpès génital primaire comprennent un gonflement, une rougeur, une douleur et une sensation de brûlure dans la zone de la porte d'entrée de l'infection. Les manifestations locales de l'herpès génital sont souvent accompagnées de fièvre, de malaises, de maux de tête et de douleurs musculaires. Après quelques jours, apparaissent des lésions d'herpès - de petites bulles au contenu transparent. La rupture des bulles s'accompagne de la formation d'éléments douloureux érosifs-ulcératifs. Avec la localisation des ulcères sur les organes génitaux, on note une miction douloureuse. La guérison de l'éruption se produit dans les deux semaines.

L'herpès génital chez la femme affecte généralement les organes génitaux externes, le périnée et l'anus, l'urètre, l'intérieur des cuisses. Chez les hommes, les éruptions cutanées d'herpès génital sont le plus souvent localisées sur la tête du pénis et du prépuce, moins souvent dans l'urètre, parfois accompagnées par le développement d'une urétrite ou d'une prostatite herpétique.

Herpès génital récurrent

Le développement d'herpès génital récurrent survient chez 50 à 70% des patients ayant eu une primo-infection. Selon la fréquence des épisodes répétés, plusieurs formes d'herpès génital récurrent sont distinguées:

  • forme légère (exacerbations pas plus de 3 fois par an)
  • forme modérée (exacerbations 4 à 6 fois par an)
  • forme sévère (exacerbations mensuelles)

L'évolution de l'herpès génital récurrent peut être arythmique, monotone et disparaître.

Le cycle arythmique de l'herpès génital est caractérisé par une alternance de rémissions de 2 semaines à 5 mois. En même temps, plus les périodes de rémission sont longues, plus les rechutes d'herpès génital sont intenses et prolongées, et inversement.

En cas d'herpès génital monotone, la maladie se manifeste fréquemment après de petites périodes de rémission. Ce type comprend l'herpès menstruel, qui a un cours persistant et est difficile à traiter.

Un cours plus favorable a un herpès génital de type régressif. Elle se caractérise par une diminution de l'intensité des rechutes et une augmentation des périodes de rémission.

Le développement d'herpès génital récurrent se produit sous l'influence de divers facteurs: hypothermie, rapports sexuels, situations stressantes, surmenage, apparition d'une autre pathologie (influenza, ARVI).

Les rechutes symptomatiques de l'herpès génital sont moins graves que la maladie primaire, mais leurs conséquences peuvent être beaucoup plus graves.

Les éruptions cutanées accompagnées d'herpès génital sont accompagnées de douleurs extrêmes rendant le déplacement du patient difficile, le fait d'aller aux toilettes et perturbant le sommeil. L'état psychologique d'une personne change souvent: apparition d'irritabilité, peur de nouvelles lésions, peur pour la santé de ses proches, pensées suicidaires, etc.

Formes atypiques d'herpès génital

Les formes atypiques d'herpès génital sont effacées, sous forme d'inflammation chronique des organes génitaux externes et internes (vulvovaginite, colpite, endocervicitis, urétrite, cystite, prostatite, etc.). Le diagnostic de l'herpès génital repose sur la confirmation en laboratoire de la présence d'une infection herpétique. Les formes atypiques de l'évolution de l'herpès génital représentent plus de la moitié des cas cliniques - 65%.

Pour une forme atypique d'herpès génital, un léger gonflement, des plaques d'érythème, des vésicules ponctuées, des brûlures persistantes et des démangeaisons, une thérapie abondante et peu réactive, la leucorrhée est caractéristique. Avec un cours prolongé d'herpès génital, on note une augmentation et une sensibilité des ganglions inguinaux.

Selon la localisation des éruptions herpétiques, il y a 3 étapes:

  • Stade I - l'herpès génital affecte les organes génitaux externes;
  • Stade II - l'herpès génital affecte le vagin, le col utérin, l'urètre;
  • Stade III - l'herpès génital affecte l'utérus, les appendices, la vessie et la prostate.

Plus l'infection herpétique pénètre dans le tractus urogénital, plus le pronostic est grave. La forme courante d'herpès génital peut conduire à un état d'immunodéficience et, chez la femme, elle augmente le risque de développer une infertilité, un cancer du col de l'utérus. Le VHS est dangereux pour les personnes dont l'immunité est affaiblie (infecté par le VIH) et a subi une greffe d'organe.

Herpès génital et grossesse

Pendant la grossesse, le risque le plus important d'herpès génital est la primo-infection, si aucune manifestation de la maladie n'a été observée auparavant. Il existe un risque de malformations, si la maladie de la mère est survenue au début de la grossesse, lorsque les organes de tous les organes et tissus sont disposés dans le fœtus. Le HSV peut être transmis par le placenta, touchant principalement le tissu nerveux du fœtus. L'herpès génital augmente le risque de fausse couche, de naissance prématurée, de malformations fœtales et de décès.

Les femmes enceintes présentant des formes atypiques d'herpès génital au cours des 6 dernières semaines de grossesse sont testées deux fois pour le VHS. Lorsqu'un virus de l'herpès est détecté, une césarienne est systématiquement pratiquée pour écarter toute possibilité d'infection du fœtus lors de son passage dans le canal utérin.

La meilleure option est un examen du VHS chez les femmes lors de la préparation à la grossesse, ainsi que pendant la grossesse tous les trimestres.

Herpès génital chez le nouveau-né

L'infection la plus fréquente chez le fœtus survient dans les 4 à 6 premières heures du travail suivant la rupture des membranes ou lors du passage du fœtus par le canal de naissance d'une mère infectée. En règle générale, le HSV chez le nouveau-né affecte les yeux, la muqueuse buccale, la peau et les voies respiratoires. Après l’infection initiale du HSV chez un nouveau-né, il se propage dans le corps par voie hématogène ou par contact. La probabilité d'infection chez les nouveau-nés augmente lorsque la mère est infectée par l'herpès génital au dernier trimestre de la grossesse.

Avec une forme localisée d'infection herpétique chez le nouveau-né, peuvent apparaître des rougeurs, des vésicules, des hémorragies cutanées et muqueuses buccales, une méningo-encéphalite, une kératoconjonctivite et une choriorétinite (inflammation des vaisseaux et de la rétine), trouble de l'objectif. Les enfants infectés par l'herpès génital souffrent souvent de troubles neurologiques persistants.

L'herpès génital peut provoquer le développement d'une infection généralisée du nouveau-né. Les signes d'infection herpétique généralisée apparaissent une à deux semaines après la naissance du bébé. Refus de manger, vomissements, fièvre, jaunisse, troubles respiratoires, saignements, choc rejoignent les symptômes locaux. La mort d'un enfant peut survenir à la suite d'une perte de sang aiguë ou d'une insuffisance vasculaire.

Diagnostic de l'herpès génital

Lors du diagnostic de l'herpès génital, le vénéréologue prend en compte les plaintes, les données d'anamnèse et les recherches objectives. Le diagnostic des cas typiques d'herpès génital, en règle générale, n'est pas difficile et repose sur des manifestations cliniques. Les ulcères herpétiques qui existent depuis longtemps doivent être distingués des syphilitiques.

Les méthodes de laboratoire pour le diagnostic de l'herpès génital comprennent:

  • méthodes de détection du HSV dans le matériel des organes affectés (raclages vaginaux et cervicaux, frottis urétral, matériel histologique des trompes de Fallope, etc.). À cette fin, la méthode de culture du HSV en culture tissulaire et l’étude ultérieure de ses propriétés sont utilisées, la méthode de reconnaissance du virus au microscope électronique est utilisée;
  • méthodes de détection d'anticorps anti-HSV dans le sérum (immunoglobulines M et G). Permet d'identifier l'herpès génital même en cas d'évolution asymptomatique et d'identifier les anticorps anti-HSV de type 1 ou 2. Ceux-ci comprennent ELISA - méthode d’analyse immuno-enzymatique.

Traitement de l'herpès génital

Les médicaments actuellement disponibles pour le VHS peuvent réduire la gravité et le délai d'apparition de l'herpès génital, mais ne permettent pas de se débarrasser complètement de la maladie.

Afin d'éviter le développement d'une résistance du HSV aux antiviraux classiques, destinés notamment au traitement de l'herpès génital (nucléosides acycliques - Valacyclovir, Acyclovir, Famciclovir), il est recommandé de les utiliser en association avec des préparations d'interféron. L'interféron a un puissant effet antiviral et sa carence est l'une des principales causes d'herpès génital récurrent.

Le médicament déjà préparé contenant de l'acyclovir et de l'interféron, est la pommade Gerpferon. Il comprend également la lidocaïne, qui produit un effet anesthésique local, ce qui est extrêmement important pour les manifestations douloureuses de l’herpès génital. L'utilisation de Herpferon chez les patients atteints d'herpès génital permet déjà au 5ème jour de guérir les lésions et de soulager de manière significative les symptômes locaux.

Prévention de l'herpès génital

Une méthode de prévention de la primo-infection par l'herpès génital consiste à utiliser des préservatifs pour des rapports sexuels occasionnels. Cependant, même dans ce cas, la probabilité d'infection par le HSV par le biais de microfissures et de lésions des muqueuses et de la peau non recouverte d'un préservatif reste élevée. Il est possible d’utiliser des antiseptiques (Miramistin et autres) pour le traitement de zones sur lesquelles le virus peut se produire.

L’herpès génital récurrent se manifeste par une diminution des réactions protectrices de l’organisme: maladies, surchauffe, hypothermie, règles, grossesse, hormonaux, stress. Par conséquent, pour prévenir la récurrence de l'herpès génital, un mode de vie sain, une bonne nutrition et du repos, la prise de préparations vitaminées est importante. Les mesures de prévention de l’herpès génital consistent également à observer l’hygiène intime et l’hygiène de la vie sexuelle, ainsi que la détection et le traitement rapides des maladies sexuellement transmissibles.

Un patient infecté par le HSV doit en avertir son partenaire sexuel, même s'il ne présente actuellement aucun symptôme d'herpès génital. Comme l'infection par contact sexuel est possible et en l'absence de lésions herpétiques, l'utilisation d'un préservatif est également nécessaire.

Après un contact sexuel douteux non protégé, vous pouvez recourir à la méthode de prévention d'urgence de l'herpès génital avec un médicament antiviral actif localement dans les 1 à 2 heures qui suivent l'intimité.

Pour prévenir l’auto-infection, lorsque le virus de l’herpès génital est transféré avec les mains sales des lèvres aux organes génitaux, il est nécessaire de respecter les exigences hygiéniques de base: se laver les mains soigneusement et fréquemment (en particulier s’il ya de la fièvre sur les lèvres), en utilisant des serviettes séparées pour les mains, le visage et le corps, chaque membre de la famille.

Afin de réduire le risque d'infection par le VHS chez le nouveau-né, il a été démontré que les femmes enceintes atteintes d'herpès génital avaient un accouchement chirurgical (césarienne). Lors des accouchements naturels programmés, on recommande aux femmes présentant un cycle d'herpès génital récurrent de prendre de l'acyclovir à titre prophylactique.

Après un rapport sexuel non protégé, lors de la planification d'une grossesse, ainsi que lors de relations sexuelles avec un porteur du VHS, il est recommandé de faire un test de dépistage de l'herpès génital et d'autres MST.