Fibrome de l'utérus: symptômes et traitement

Le fibrome utérin est une tumeur mature bénigne qui présente une structure de tissu conjonctif et s'étend depuis les parois de l'utérus. Les manifestations cliniques du fibrome utérin sont directement liées à sa croissance et peuvent inclure des anomalies menstruelles, des douleurs et une pression dans le bas-ventre, des troubles dysuriques, une constipation et des douleurs au bas du dos. Le fibrome de l'utérus est diagnostiqué par les résultats d'un examen pelvien, d'une échographie, d'une échographie, d'une hystérosalpingoscopie, d'un scanner et d'une IRM. Le traitement du fibrome utérin peut être conservateur (médicamenteux), chirurgical (préservant un organe ou radical), peu invasif (endovasculaire).

Fibrome de l'utérus

Les fibromes peuvent survenir dans divers organes: le plus souvent des fibromes des ovaires, de l'utérus, du sein, de la peau. Le fibrome de l'utérus peut être représenté par un seul sceau ou des amas nodaux; il se développe asymptomatiquement et progressivement. La taille du fibrome utérin varie de quelques millimètres à 20-30 cm ou plus de diamètre. Les fibromes utérins ne sont presque pas sujets à la malignité.

Types de fibromes utérins

La classification des fibromes est basée sur l'emplacement de la tumeur dans l'utérus. Les fibromes sous-muqueux se développent à l'intérieur de l'utérus, sous sa coquille. Avec la croissance de fibrome sous-muqueux de l'utérus, des spasmes et des douleurs apparaissent, des saignements souvent graves se produisent. Les fibromes sous-cutanés se forment à l'extérieur de l'utérus, sur sa coque externe. Les tumeurs fibroïdes de ce type sont asymptomatiques jusqu'à ce qu'elles atteignent une taille telle qu'elles gênent le fonctionnement des organes voisins.

Fibromes interstitiels de l'utérus - un type de fibromes qui se forment dans les parois d'un organe. La gynécologie les rencontre le plus souvent. La croissance des fibromes interstitiels entraîne une augmentation de la taille de l'utérus. Les fibromes ligamenteux sont situés entre les ligaments de soutien de l'utérus. L'élimination de ces tumeurs fibroïdes est associée à un risque élevé de lésion d'autres organes ou de vaisseaux sanguins.

Les fibromes de l'utérus ressemblant à la tige se forment suite à l'apparition de la tige dans les tumeurs sous-séreuses. La croissance du fibrome de l'utérus à pédoncule s'accompagne d'une courbure de la jambe et d'une douleur intense. Les fibromes utérins parasites rarement rencontrés sont caractérisés par l'addition d'une tumeur fibroïde à d'autres organes. Dans certains cas, des fibromes utérins cervicaux se développent.

Causes du fibrome utérin

Les moments étiologiques dans le développement des fibromes utérins ne sont pas définis avec précision. La plupart des chercheurs soulignent le lien entre le fibrome utérin et une sensibilité hormonale accrue aux œstrogènes et à une prédisposition héréditaire. Cependant, même avec ces facteurs, le fibrome utérin peut ne pas toujours se développer.

Des affections supplémentaires contribuent à l’émergence de fibromes utérins - ménarche tardive, interruption artificielle de la grossesse dans l’histoire de la femme, manque d’accouchement à l’âge de 30 ans, accouchement compliqué, curetage diagnostique fréquent, médicaments hormonaux aux fins de contraception ou de ménopause, maladies concomitantes chroniques sexualité, etc. Souvent, le fond extra-génital pour le développement du fibrome utérin est un excès de poids, une hypertension artérielle Nziya, l'obésité, les maladies de la thyroïde, le diabète, le manque d'exercice, le stress et autres. d.

Les représentants de la race négroïde sont plus sensibles à l'apparition de fibromes que les femmes de race européenne. L'incidence des fibromes utérins est corrélée à l'âge: chez les femmes de moins de 20 ans, le diagnostic de tumeur fibroïde est effectué dans 20% des cas, jusqu'à 30 ans - dans 30% des cas, jusqu'à 40 ans - dans 40% des cas.

Les fibromes de l'utérus sont de nature hormono-dépendante. Ils ne se développent donc pas chez les filles du premenarch ni chez les femmes de la femme ménopausée. La croissance des fibromes utérins existants peut augmenter avec le développement de la grossesse lorsque la synthèse des œstrogènes augmente. Après l'accouchement, en règle générale, les nœuds fibroïdes ont retrouvé leur état d'origine. Chez les femmes ménopausées présentant une diminution du taux d'œstrogènes, la croissance des fibromes utérins s'arrête et elle diminue ou disparaît de manière significative.

Symptômes de fibromes utérins

Chez la majorité des femmes atteintes de fibromes utérins, la maladie évolue sans manifestations et seulement 15 à 25% développent des symptômes cliniques en fonction de l'emplacement de la tumeur par rapport aux organes pelviens, du nombre, de la taille et de la direction de croissance des ganglions fibroïdes. La présence de fibrome utérin peut être caractérisée par des menstruations abondantes et prolongées (ménorragie) allant jusqu'au saignement, ce qui conduit à une anémie. Dans certains cas, le saignement utérin est acyclique (métrorragie).

La ménorragie s'accompagne de douleurs intenses et de crampes abdominales, ainsi que de la libération de caillots sanguins. Avec le fibrome de l'utérus avec tige, la douleur survient souvent pendant la période intermenstruelle. Dans les fibromes utérins, une femme peut ressentir une gêne ou une lourdeur dans la région pelvienne, provoquée par la pression des ganglions fibromateux sur les organes adjacents. Douleur souvent marquée dans le bas du dos et le périnée, due à la compression des nerfs allant aux membres inférieurs.

Lorsque le fibrome utérin est le résultat d'une pression exercée sur la vessie, le besoin d'uriner devient plus fréquent. en pressant l'uretère peut développer une hydronéphrose; la pression sur la paroi du rectum se manifeste par une constipation, une douleur lors de la défécation. Une femme atteinte de fibrome utérin peut éprouver des sensations douloureuses pendant l'intimité.

Fibrome utérin et grossesse

En règle générale, les petits fibromes utérins asymptomatiques n'empêchent pas la grossesse. Les tumeurs fibroïdes bloquent les trompes de Fallope et bloquent le passage des spermatozoïdes, ce qui rend impossible la fécondation de l'œuf. La présence de fibrome utérin peut nuire au déroulement de la grossesse. Les gros nœuds qui réduisent l'espace libre de l'utérus ne permettent pas à l'embryon de se développer pleinement. Ces fibromes utérins peuvent provoquer des fausses couches tardives ou des naissances prématurées lors de la naissance d'un bébé prématuré.

Les gros fibromes de l'utérus peuvent entraîner une mauvaise position du fœtus, ce qui non seulement complique le déroulement de la grossesse, mais aggrave également l'acte de naissance. Dans de tels cas, une césarienne est souvent pratiquée. Le plus grave et le plus dangereux pour l’accouchement est la présence de fibrome cervical de l’utérus, ce qui crée un obstacle au passage de la tête du bébé et au risque de saignement grave. Le maintien de la grossesse chez les femmes atteintes de fibrome utérin nécessite une attention accrue et la prise en compte de tous les risques possibles.

Diagnostic du fibrome utérin

La détection initiale du fibrome utérin se produit généralement lors d’une consultation gynécologique. Lors d'un examen vaginal à deux mains, on détermine un utérus élargi de consistance dense avec une surface bosselée. À l'aide de l'échographie transvaginale du petit bassin, l'emplacement du fibrome utérin, sa taille, sa densité et sa relation avec les structures voisines sont clarifiés, une différenciation du kyste ovarien est réalisée.

L'hystérosalpingoscopie par rayons X ou par ultrasons permet de déterminer la présence de fibrome sous-muqueux de l'utérus dans la cavité de l'endomètre. En cas de saignement spontané dans la période intermenstruelle, afin d'exclure le cancer de l'utérus, un curetage diagnostique séparé ou une biopsie de l'endomètre avec examen histologique des tissus est effectué.

Pour la confirmation finale du diagnostic de fibrome utérin et sa distinction avec un sarcome utérin, un fibrome et un cystome ovarien, une IRM ou une tomodensitométrie est indiquée. La laparoscopie diagnostique est utilisée lorsqu'il est impossible de distinguer les fibromes utérins des tumeurs ovariennes par des méthodes non invasives. Sur la base d'un ensemble de données de diagnostic, les tactiques sont déterminées en relation avec les fibromes utérins.

Traitement du fibrome utérin

Toutes les femmes atteintes de fibromes utérins sont soumises à la surveillance d'un gynécologue ou d'un gynécologue-endocrinologue. Les fibromes utérins de petite taille asymptomatiques nécessitent une surveillance dynamique. Des tactiques d’attente peuvent être indiquées pour les patients avec un âge préclimactérique. Le traitement conservateur est justifié lorsque la taille des fibromes utérins est inférieure à 12 semaines de grossesse; arrangement sous-seur ou interstitiel de noeuds; absence de ménorrhée et de métrorragie, syndrome de la douleur; contre-indications de tactiques chirurgicales. Le traitement médicamenteux des fibromes utérins comprend la prise d’AINS, de suppléments de fer, de vitamines et d’hormones.

Le traitement conservateur des fibromes utérins repose sur une hormonothérapie avec divers groupes de médicaments. Pour supprimer la synthèse des stéroïdes ovariens dans les fibromes utérins, des dérivés d'androgènes peuvent être utilisés (gestrinone, danazol). Les androgènes suivent un traitement continu d’une durée pouvant aller jusqu’à 8 mois, ce qui peut entraîner une diminution de la taille des fibromes utérins. L'utilisation de gestagènes (didrogestérone, noréthistérone, progestérone) permet de normaliser la croissance de l'endomètre lors de processus hyperplasiques. L'efficacité des progestatifs par rapport aux fibromes étant faible, leur utilisation peut donc être justifiée dans le cas de petites fibromes de l'utérus avec une hyperplasie concomitante de l'endomètre. Le traitement par gestagènes dure jusqu'à 8 mois.

L’utilisation du système hormonal intra-utérin de Mirena contenant l’hormone gestagénique, le lévonorgestrel, donne de bons résultats dans le traitement du fibrome utérin. La libération régulière de l'hormone dans la cavité utérine empêche la croissance du fibrome et a un effet contraceptif. L'utilisation de COC (éthinylestradiol + diénogest, éthinylestradiol + drospirénone) ralentit efficacement la croissance de petits ganglions fibromes (jusqu'à 2 cm). Le traitement du fibrome utérin avec des préparations combinées est effectué pendant au moins 3 mois.

L'utilisation d'analogues de la GnRH (goséréline, buséréline) est destinée à la réalisation de l'hypoestrogénie. Grâce à leur admission régulière, le flux sanguin dans l'utérus et les ganglions fibroïdes est réduit, ce qui entraîne une diminution de la taille des fibromes. L’efficacité du traitement par les analogues de la GnRH est réversible puisqu’après la cessation de leur utilisation, les nœuds atteignent leur taille initiale au bout de 4 à 6 mois. En gynécologie, les analogues de la GnRH sont souvent utilisés en période préopératoire afin de réduire la taille des nœuds pour faciliter leur retrait. Les effets secondaires de ces médicaments comprennent les bouffées de chaleur, la pseudo-ménopause, la sécheresse vaginale, l'instabilité de l'humeur et l'ostéoporose. Le traitement chirurgical des fibromes utérins est recommandé en cas de croissance sous-muqueuse, de symptômes cliniques graves (saignements, douleurs, compression d'organes voisins), de gros nodules, d'une combinaison de fibrome avec endométriose ou de tumeurs ovariennes, de nécrose de la glande fibroïde.

La myomectomie conservatrice par accès vaginal, laparoscopique ou laparotomique est considérée comme une intervention préservant les organes des fibromes utérins. Pendant l'opération, le nœud fibroïde est énucléé tandis que l'utérus est préservé. En cas de placement sous-muqueux du noeud, on a recours à la myomectomie hystéroscopique sans incisions par le canal hystéroscopique optique flexible. Dans la mesure du possible, des opérations visant à préserver les organes sont effectuées pour les femmes qui envisagent une grossesse ultérieure. Les méthodes radicales de chirurgie du fibrome utérin comprennent l'amputation supravaginale de l'utérus ou l'hystérectomie complète. Le retrait de l'utérus peut s'effectuer par voie vaginale, par laparoscopie ou par accès libre. Il est indiqué pour les patientes qui ne prévoient pas avoir d'enfants.

Une méthode moderne de traitement du fibrome utérin est l'embolisation de l'artère utérine. En raison de l'occlusion endovasculaire des vaisseaux alimentant le fibrome utérin, l'irrigation sanguine est bloquée et la croissance du ganglion tumoral s'arrête. L'embolisation du fibrome utérin est une technique peu agressive et très efficace. Dans certains cas, pour le traitement du fibrome utérin, on utilise l'ablation par ultrasons (FUS) - «évaporation» du nœud par ultrasons à haute fréquence sous contrôle IRM.

Complications et pronostic pour les fibromes utérins

La croissance du fibrome utérin peut être accompagnée d'une torsion de la jambe du noeud, d'une nécrose du noeud (souvent sous-muqueuse ou interstitielle) et d'une hémorragie. La torsion des fibromes se poursuit avec la clinique "abdomen aigu". Avec nécrose, apparaissent des douleurs, de la fièvre, un ramollissement et une douleur du nœud. La probabilité de dégénérescence maligne des fibromes utérins est extrêmement insignifiante et ne dépasse pas 1%. Avec des saignements prononcés, le fibrome utérin provoque le développement d'une anémie.

Les complications associées au traitement chirurgical des fibromes utérins comprennent les infections postopératoires, les saignements, les adhérences au pelvis, la formation de synéchies intra-utérines. La grossesse après la myomectomie conservatrice survient chez 40 à 60% des patientes. En outre, les interventions visant à préserver les organes n’empêchent pas le développement de nouveaux ganglions fibroïdes.

Prévention des fibromes utérins

Il n'existe pas de méthodes spécifiques pour la prévention du fibrome utérin. Cependant, l'exclusion des facteurs provoquant (avortement, consommation incontrôlée de contraception, inflammation chronique, maladies extragénitales, etc.) réduit le risque de fibrome utérin.

Un moyen efficace de prévenir le fibrome utérin consiste à se rendre régulièrement chez le gynécologue et à subir une échographie.

Le fibrome utérin est-il dangereux? Quand une intervention chirurgicale est-elle nécessaire et quels traitements alternatifs sont disponibles?

Le fibrome utérin est l’une des formations bénignes les plus courantes chez la femme. La tumeur se compose principalement de fibres de tissu conjonctif denses et se développe à l'intérieur de la paroi de l'organe ou dans sa lumière.

Il peut y avoir un ou plusieurs nœuds fibreux, souvent accompagnés de règles abondantes et douloureuses, de mictions fréquentes et de gênes pelviennes.

Quelle est la différence entre les fibromes et les fibromes utérins?

Ce sont deux tumeurs bénignes, mais elles sont formées à partir de types de cellules différents. Les fibromes contiennent des cellules musculaires lisses qui forment la paroi musculaire de l'utérus. Le fibrome contient du tissu conjonctif (vous pouvez l’imaginer en regardant, par exemple, la cicatrice cutanée).

Habituellement, la tumeur a une composition mixte et sa structure est un fibrome. Il n'y a pas de caractéristiques significatives de la clinique, du diagnostic et du traitement des fibromes et des fibromes.

Les principales caractéristiques de l'éducation pathologique

Les femmes cherchent souvent la réponse à la question - Fibrome utérin: de quoi s'agit-il? Cette néoplasie se retrouve chez une femme sur deux et a souvent servi de motif au retrait de l'utérus. La gynécologie moderne propose aux patients des médicaments et des interventions chirurgicales à faible impact qui aident à contrôler la maladie.

La tumeur à ses débuts se situe dans la couche musculaire. A l'avenir, en fonction de l'emplacement de sa masse principale, on distingue ces types de fibromes:

  • sous-muqueuse, en croissance dans l'utérus;
  • intra-muros ou intermusculaire;
  • sous-cutané, couché à la surface de l'utérus et poussant dans la direction de la cavité abdominale;
  • fibrome du col utérin.

Le nom le plus correct pour le fibrome est le léiomyome utérin, qui est un type de tumeur mésenchymateuse. Il peut être très petit, ne pas causer de manifestations désagréables, ou atteindre des proportions gigantesques. La tumeur se développe lentement.

Causes et facteurs de développement

Les causes exactes du fibrome utérin sont encore inconnues. En règle générale, la tendance à cette maladie est héritée. 2 à 3 fois plus souvent, la maladie survient chez les femmes d'ascendance africaine.

La tumeur se développe en réponse à la stimulation de l'utérus par les hormones sexuelles féminines - l'œstrogène, sécrété par toute femme en bonne santé. Par conséquent, le fibrome peut apparaître même à un jeune âge (environ 20 ans). Cependant, après la ménopause, lorsque les ovaires cessent de produire des œstrogènes, la taille du fibrome diminue souvent.

Facteurs qui augmentent le risque de développer une tumeur:

  • surpoids;
  • absence d'enfant;
  • première menstruation à l'âge de 10 ans;
  • Origine afro-américaine.

Les experts reconnaissent un certain rôle et des facteurs émotionnels. La psychosomatique est une branche de la médecine qui établit le lien entre le monde intérieur du patient et ses maladies. Il est possible que l'apparition d'un fibrome utérin se produise avec un effet prolongé sur le patient de telles émotions:

  • stress constant;
  • infraction;
  • décision d'avortement;
  • insatisfaction avec l'intimité avec un partenaire;
  • anxiété et peurs.

Il faut se rappeler que la santé d’une femme est liée non seulement à des influences externes ou hormonales, mais également à son état mental. Tranquillité d'esprit - une des conditions d'un mode de vie sain.

Tableau clinique

Même si la tumeur a atteint une taille importante, les symptômes des fibromes utérins sont souvent absents. Une tumeur est souvent détectée lors d'un examen de routine par un gynécologue.

Les principaux signes de la maladie:

  1. Saignements menstruels abondants (ménorragie) avec des caillots sanguins.
  2. Miction fréquente ou envie d'y arriver, causée par la pression de la tumeur sur la vessie.
  3. Constipation due à la compression du rectum.
  4. La sensation de lourdeur, le surpeuplement abdomen.
  5. La douleur dans les fibromes utérins apparaît généralement pendant la menstruation, puis devient constante et douloureuse dans le bas de l'abdomen ou dans le bas du dos.
  6. Augmenter la circonférence de l'abdomen, ce qui nécessite parfois de changer la taille des vêtements tout en maintenant le même poids.
  7. Infertilité ou fausse couche.
  8. Une éducation dans l'utérus, découverte par un médecin lors d'un examen gynécologique à deux mains ou d'une échographie.

Avec une petite tumeur, une grossesse normale est tout à fait possible. Cependant, il arrive que la maladie cause l'infertilité ou une fausse couche. À l'emplacement du nœud près de l'embouchure du tuyau, un obstacle mécanique aux cellules germinales apparaît. Le ganglion cervical provoque souvent une fausse couche. Un niveau d'éducation élevé peut nuire au développement du fœtus. Les fibromes de l'utérus pendant la grossesse ne changent généralement pas de taille, mais de tels patients nécessitent un suivi plus attentif.

La question de la livraison est résolue dans chaque cas individuellement.

Quand ai-je besoin de voir un médecin en urgence?

Il arrive parfois que vous ne puissiez pas vous passer de soins médicaux urgents. Le fibrome est-il dangereux? Oui, en plus des problèmes de grossesse, il peut devenir une source de saignement ou de mort (nécrose) du site tumoral.

Il est nécessaire de consulter un gynécologue s’il existe de tels signes:

  • cycle menstruel irrégulier, règles abondantes, saignements entre les règles;
  • augmentation de la douleur dans le bassin ou l'abdomen;
  • fièvre ou transpiration nocturne;
  • circonférence abdominale accrue;
  • incapacité de tomber enceinte.

Appelez le "Premiers secours" dans de tels cas:

  • saignements menstruels, qui nécessitent plus de 3 serviettes hygiéniques par heure;
  • douleur intense ou prolongée dans le bassin ou l'abdomen;
  • étourdissements, douleurs thoraciques et essoufflement associés à des saignements vaginaux;
  • saignement du vagin avec une grossesse fiable ou possible.

Pour que les complications graves ne se développent pas, un diagnostic et un traitement rapides des fibromes utérins sont nécessaires.

Diagnostics

Un gynécologue expérimenté sait reconnaître les fibromes utérins. Il interrogera la patiente sur ses plaintes et procédera à un examen bimanuel approfondi sur le fauteuil gynécologique.

Puis attribué une ou plusieurs options pour des diagnostics supplémentaires. Ils sont nécessaires non seulement pour confirmer le diagnostic, mais aussi pour exclure des maladies gynécologiques plus graves, ainsi que pour se préparer à l'opération.

  • L'examen échographique de la cavité abdominale et du petit bassin aide à déterminer la présence d'une tumeur. Etude transvaginale préférée, permettant de mieux voir les nœuds fibromateux.
  • L'hydrosonographie est une méthode qui vous permet de diagnostiquer les fibromes sous-muqueux dans 100% des cas, d'évaluer leur emplacement par rapport aux angles de l'utérus, leur taille, de détecter les affections concomitantes de l'endomètre et d'estimer l'épaisseur de la paroi utérine.
  • La biopsie de l’endomètre, qui est réalisée à l’aide d’un instrument mince qui est transporté dans la cavité utérine par le canal cervical.
  • Hystéroscopie - examen de la cavité utérine de l'intérieur à l'aide d'une caméra à fibre optique réalisée sur une sonde mince à travers le canal cervical.
  • L'hystérosalpingographie est l'introduction d'une substance radio-opaque dans la cavité et les tubes utérins, ce qui permet d'obtenir une image des contours internes de l'organe à tester.
  • La dopplerographie des artères utérines est réalisée avant leur embolisation, afin d'évaluer l'intensité du flux sanguin dans le ganglion du fibrome. La méthode est également utilisée pour contrôler l'efficacité d'une telle intervention.
  • Avant l'embolisation, une angiographie est nécessaire - une étude des vaisseaux de l'utérus après l'introduction d'une substance radio-opaque dans ceux-ci. La méthode permet de détecter la dégénérescence maligne de la tumeur et donc à temps de changer la tactique de traitement.
  • L'IRM avec ou sans contraste est utile pour les formations géantes, ainsi que pour évaluer l'efficacité de l'embolisation.
  • La laparoscopie est une intervention chirurgicale réalisée à l'aide d'instruments optiques miniatures insérés dans la cavité abdominale à travers de petits trous.

Traitement

Pour répondre à la question de savoir comment traiter les fibromes utérins, vous devez connaître sa taille et son emplacement. De plus, les tactiques médicales dépendent des symptômes de la maladie, de l'âge du patient, du désir d'avoir un enfant à l'avenir et de la santé en général.

Beaucoup de femmes n'ont pas besoin d'un traitement par fibrome. Cela est possible avec une petite tumeur, aucun symptôme ou après le début de la ménopause. Si le fibrome provoque un saignement utérin, il peut être nécessaire de guérir l'utérus. De plus, un tel saignement peut être éliminé avec des médicaments.

L'observation par un gynécologue est nécessaire pour déterminer la taille et la croissance des fibromes, ainsi que pour s'assurer que le processus est bénin. Il suffit généralement d’être observé chaque année. Si une femme a des saignements irréguliers ou des douleurs, elle devrait subir des tests de contrôle au moins une fois tous les 6 mois.

L'efficacité de la médecine traditionnelle

Le traitement non médicamenteux des remèdes populaires est inefficace et retarde le début du traitement ou de la chirurgie.

Souvent, pour éviter un traitement hormonal ou une chirurgie, les femmes se tournent vers les remèdes homéopathiques. Ils doivent être sélectionnés par un spécialiste spécialement formé et l’efficacité de tels médicaments n’a pas été prouvée.

Les enthousiastes de cette méthode pensent que l'homéopathie dans le fibrome:

  • rétablit l'équilibre des processus d'excitation et d'inhibition dans le système nerveux, ce qui ralentit la croissance de la tumeur;
  • réduit l'apport sanguin au nœud;
  • améliore la production de gestagènes en réduisant relativement la concentration de facteurs de croissance œstrogène - fibrome;
  • réduit le degré de perte de sang et la gravité de l'anémie.

Remèdes homéopathiques populaires:

N'oubliez pas que, prenant des médicaments qui n'ont pas passé les tests officiels, une femme organise une expérience sur sa santé avec des conséquences imprévisibles.

Traitement médicamenteux du fibrome

Le traitement médicamenteux des fibromes utérins sans chirurgie est prescrit pour les saignements mineurs ou les douleurs abdominales, si la taille du nœud ne dépasse pas 3 cm de diamètre. Il peut inclure un ou plusieurs des médicaments suivants:

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène), qui ont des effets analgésiques.
  • Les contraceptifs oraux qui réduisent la quantité de sang perdue pendant la menstruation et soulagent la douleur.
  • Agonistes des hormones libérant de la gonadotrophine - médicaments qui inhibent la production d’œstrogènes dans l’hypophyse. Une diminution du taux d'œstrogènes entraîne une diminution de la taille des fibromes. Ce type de médicament est souvent utilisé en préparation à une intervention chirurgicale pour réduire la taille du nœud et la perte de sang. Dans les 3 mois suivant la prise de ces médicaments, le fibrome est réduit de 2 fois. Cependant, au cours d'un long traitement, la femme présente des symptômes de déficit en œstrogènes, ressemblant à la ménopause: bouffées de chaleur, fragilité osseuse, sécheresse vaginale.
  • Le médicament anti-hormonal mifépristone est prescrit pour réduire la taille des fibromes avant la chirurgie. Il réduit l'intensité de la douleur dans le bassin et le bas du dos, normalise la miction. Les effets secondaires sont également associés à la suppression de la production d’œstrogènes. Le médicament provoque également une fausse couche, il doit donc être utilisé avec une extrême prudence chez les patientes planifiant une grossesse.
  • Le médicament Danazol provoque une cessation complète des saignements utérins, c'est-à-dire la ménopause artificielle. Ceci est une hormone sexuelle masculine (androgène). Il a de graves effets secondaires, notamment gain de poids, crampes musculaires, réduction de la taille des glandes mammaires, acné, croissance des poils indésirables, peau grasse, sautes d'humeur et dépression, diminution du «bon» cholestérol et signes de dysfonctionnement hépatique.

Lors de l'utilisation des trois derniers groupes de médicaments, la menstruation est arrêtée. Le traitement du fibrome utérin avec la ménopause conduit au fait que la menstruation n'est pas renouvelée. Chez les jeunes femmes, des médicaments combinés œstrogène-progestatif sont ensuite utilisés pour restaurer le cycle.

Si la patiente ne prévoit pas de devenir enceinte dans un avenir rapproché, l'installation de l'hélice Mirena, qui fournit un effet contraceptif et une libération locale de gestagènes, peut lui être proposée pour restaurer le fond hormonal. L'utilisation du médicament contraceptif Charozetta est recommandée pour les fumeurs, en particulier ceux âgés de 35 ans et plus et présentant un risque de thrombose.

La chirurgie

Le retrait chirurgical du fibrome utérin comporte à la fois des risques et des avantages. Par conséquent, la décision de l'opération est prise individuellement, en fonction des caractéristiques de chaque patient.

La chirurgie pour enlever les fibromes utérins est appelée "myomectomie". Elle peut être réalisée par hystéroscopie, laparoscopie ou par un accès ouvert à la cavité abdominale. Le choix de la technique d'intervention dépend de l'emplacement et de la taille de l'éducation.

Ablation de l'utérus (hystérectomie) - est l'opération la plus courante dans le fibrome

Dans les variantes sous-muqueuses, le retrait avec un hystéroscope de l'intérieur à travers l'utérus est montré. Pour les tumeurs sous-séreuses, une ablation laparoscopique est effectuée. En cas de multiples nœuds intermusculaires, une myomectomie conservatrice est réalisée: l'incision est pratiquée dans le bas de l'abdomen et les nœuds sont complètement décortiqués de la paroi musculaire de l'utérus.

Afin de réduire les pertes de sang et le nombre de chirurgies nécessaires avant l'intervention, un traitement d'agonistes de la gonadolibérine est prescrit.

La myomectomie est beaucoup moins susceptible d’être accompagnée de lésions du rectum ou de la vessie. Cette opération sauve le corps et une grossesse est possible.

L'opération la plus courante pour les fibromes est l'ablation de l'utérus ou l'hystérectomie. En fonction de la taille de la tumeur, elle peut être transportée dans le vagin ou dans la cavité abdominale. Dans certains cas, la laparoscopie est utilisée.

La laparoscopie n'est pas utilisée dans de telles situations:

  • utérus plus de 18 semaines;
  • noeuds bas sur le mur arrière;
  • faire des nœuds.

Avant l'opération, des agonistes de la gonadolibérine sont souvent prescrits. Les conséquences de l'opération pour enlever l'utérus - infertilité irréversible et absence de menstruation.

L'hystérectomie est prescrite dans de tels cas:

  • croissance des nœuds sur 4 semaines par an;
  • tumeur maligne suspectée - sarcome;
  • fibrome de plus de 16 semaines;
  • sa croissance postménopausique;
  • nœud de cou;
  • l'impossibilité d'une intervention chirurgicale pour épargner des organes.

L'hystérectomie s'accompagne de moins de pertes de sang que la myomectomie. En cas de suspicion de cancer de l'utérus ou de l'ovaire, les appendices sont également retirés.

Même avec la préservation des appendices chez la moitié des patients, un syndrome post-hystérectomie apparaît, ressemblant aux symptômes de la ménopause. Par conséquent, un traitement hormonal substitutif est prescrit.

Techniques alternatives

EMA

Une nouvelle approche aux résultats prometteurs - l’embolisation de l’artère utérine. La manipulation implique la cessation de l'apport de sang artériel au fibrome. La procédure est effectuée en insérant un mince tube (cathéter) dans l'artère fémorale. Sous le contrôle d'un équipement spécial à rayons X, déterminez les caractéristiques de l'apport sanguin utérin. Dans l'artère qui alimente le fibrome, de minuscules particules de plastique ou de particules gélatineuses de la taille d'un grain de sable sont injectées. Ce matériau bloque l'apport de sang au nœud fibreux, ce qui réduit la taille de ce dernier.

La méthode convient mieux aux femmes qui ne souhaitent pas être opérées, en raison de l'inefficacité d'autres méthodes ou des contre-indications à la chirurgie. Le corps est préservé et une grossesse ultérieure est possible.

Avec un gros noeud, l’embolisation peut être réalisée comme étape préparatoire avant la myomectomie, afin de réduire le diamètre du fibrome et de faciliter son retrait.

L'occlusion de l'artère utérine par laparoscopie est réalisée lors de l'introduction dans la cavité abdominale de petits instruments et de l'arrêt du flux sanguin dans les vaisseaux. Cependant, l'apport de sang au nœud fibreux ne s'arrête pas complètement. Une telle intervention peut réduire les pertes de sang au cours d'une myomectomie ultérieure. De plus, après cela, l'épaisseur du myomètre diminue et les nœuds se détachent bien dans la cavité utérine, ce qui facilite leur retrait.

Ablation par le FUS

La méthode de traitement la plus récente est l'action des ultrasons focalisés sous le contrôle de la résonance magnétique. En même temps, l'IRM est utilisée pour diriger un faisceau de rayons ultrasonores qui chauffent et détruisent le centre du fibrome.

Il existe d'autres technologies modernes permettant la destruction de ganglions sous-muqueux sans intervention chirurgicale, par exemple la cryomolyse (congélation) ou l'électromyolyse (destruction du ganglion à l'aide d'un courant électrique). Ils sont utilisés pour de petites formations solitaires.

La durée de l’invalidité dépend de la portée et de la méthode de l’opération:

Après un traitement chirurgical pendant un mois, il est recommandé de porter des bas de compression et de prendre du dipyridamole, de la pentoxifylline ou de l’aspirine pour prévenir la thrombose. Les préparations de fer sont prescrites pour rétablir les taux d'hémoglobine dans le sang. Si nécessaire, un traitement hormonal substitutif est ajouté.

Au cours des années suivantes, il est préférable que le patient évite un long séjour au soleil, des visites de bains et de saunas, des massages du bas du dos et des fessiers.

Prévention et pronostic

Mesures de prévention des fibromes utérins:

  • éviter le surpoids après 18 ans;
  • cesser de fumer;
  • examens médicaux réguliers.

Le succès du traitement dépend en grande partie de la gravité de la maladie et de la méthode de traitement.

Puis-je tomber enceinte avec un fibrome utérin?

Oui, c'est tout à fait possible. Cela augmente le risque d'avortement. Cependant, beaucoup de femmes atteintes de petites tumeurs mettent au monde des enfants en toute sécurité.

Si le fibrome est détecté à l'âge de plus de 35 ans, le processus d'aggravation de l'ovulation est déjà en cours, ce qui augmente la probabilité de problèmes de conception.

Le fibrome se transforme rarement en cancer. Plus souvent, il survient chez les femmes ménopausées. Le principal signe de malignité dans ce cas est une tumeur à croissance rapide, qui nécessite une intervention chirurgicale.

Fibrome de l'utérus: causes, signes, comment traiter, pronostic

Le fibrome utérin est une tumeur bénigne qui est plus fréquente chez les femmes jeunes, l'âge moyen des patientes étant de 30 à 40 ans. Il a été observé que les visages de la race négroïde sont plus sensibles aux fibromes que les Européens.

Le fibrome est construit à partir de tissu conjonctif mature, ce qui lui confère une texture dense. Souvent, le fibrome est identifié avec un myome ou un fibromyome, mais du point de vue de la structure morphologique, il s'agit de tumeurs différentes. Le myome et le fibromyome sont constitués de muscles lisses constituant la couche moyenne de l'utérus (myomètre) et d'un fibrome (tissu fibreux). En dépit de la structure et de l'origine différentes, ces tumeurs ont beaucoup en commun et leurs tactiques sont donc similaires à bien des égards.

Le fibrome n'est pas sujet aux tumeurs malignes, il grossit lentement et peut être asymptomatique pendant longtemps. Le diagnostic tardif conduit à l'identification de tumeurs volumineuses, atteignant parfois 10 à 20 cm, bien que ces ganglions ne puissent exister de manière asymptomatique, mais le patient rédige souvent des règles abondantes ou des saignements utérins en raison de changements d'hormones ou d'hyperplasie de l'endomètre, généralement associés à la tumeur.

Avec une détection rapide, la tumeur n'est pas dangereuse et peut être guérie même par des méthodes conservatrices. Les opérations avec de petits fibromes sont moins traumatisantes et n'entraînent pas de complications. Il est donc important de suspecter le processus tumoral à temps et de prendre les mesures nécessaires pour l'éliminer.

Causes et variétés de fibrome utérin

Les causes des fibromes utérins ne sont pas formulées avec précision, mais il existe un lien entre son origine, les fluctuations hormonales et l'hérédité. Ainsi, les filles ne souffrent pas de fibrome avant la puberté et des femmes ménopausées. Si elle se retrouvait dans cette dernière, elle existait probablement avant la ménopause et était asymptomatique. Pendant la grossesse, la croissance tumorale peut augmenter et, après la naissance, le fibrome reprend sa taille initiale. Ce fait indique également le rôle incontestable des hormones du corps féminin dans le développement de la maladie.

Parmi les facteurs prédisposants, citons:

  • La formation tardive de la fonction menstruelle;
  • Avortements fréquents et dispositifs intra-utérins;
  • Manque d'accouchement avant l'âge de 30 ans;
  • Consommation à long terme et incontrôlée de contraceptifs hormonaux contenant une composante œstrogénique;
  • Maladies inflammatoires chroniques du tractus génital;
  • Pathologie d'autres organes - obésité, diabète, hypertension, etc.

Les fibromes se développent généralement sous la forme d'un seul nœud dense - la forme nodulaire d'une tumeur, bien qu'une croissance diffuse soit possible dans l'épaisseur de la paroi utérine. La taille varie de quelques millimètres à 2-3 cm, mais elle peut être plus importante - jusqu’à 20 cm de diamètre.

variétés de fibromes de l'utérus

Selon l'emplacement de la tumeur par rapport aux parois de l'utérus, il en existe plusieurs variétés:

  1. Sous-muqueuse (sous-muqueuse) - située sous l’endomètre, susceptible de causer des douleurs et des saignements;
  2. Subserous - se développe sous la coquille séreuse externe, peut avoir une jambe mince, qui est lourde de torsion et de nécrose du noeud;
  3. Intramural - situé dans l'épaisseur de la paroi musculaire de l'utérus, la forme la plus courante;
  4. Couture - entre les feuilles du ligament large soutenant l'utérus.

Plusieurs fibromes sont également rencontrés lorsqu'il y a plusieurs nœuds et qu'ils sont situés dans différentes parties de l'organe. Une telle tumeur est symptomatologique plus prononcée et nécessite souvent des méthodes de traitement radicales allant jusqu'à l'ablation de l'utérus.

Comment se manifeste le fibrome?

Selon les statistiques, seuls des fibromes sur quatre présentent des signes cliniques. Dans d'autres cas, la maladie est asymptomatique et la tumeur peut être détectée par hasard. Les signes d'un néoplasme sont déterminés par sa taille, son emplacement et sa direction de croissance.

Les principaux symptômes du fibrome utérin se résument à des douleurs et des saignements. La douleur causée par le fibrome est généralement associée à une compression des terminaisons nerveuses de l'utérus lui-même et des structures adjacentes pendant la croissance sous-muqueuse, lorsque la tumeur se développe vers l'extérieur dans la direction des parois du pelvis. La douleur est intense, crampes ou tiraillements, dans le bas de l'abdomen. Une douleur aiguë peut être un signe de torsion de la jambe de la tumeur et de nécrose. Les femmes atteintes de fibrome se plaignent généralement de menstruations douloureuses.

Si la tumeur comprime la vessie, des sensations désagréables se manifestent dans la région sus-pubienne et une envie fréquente d'uriner. La tendance à la constipation et à la douleur dans le bas du dos est caractéristique d'une tumeur se développant dans la direction du rectum et de la région sacro-coccygienne.

Les saignements utérins sont le signe le plus fréquent de fibromes sous-muqueux et intra-muros, lorsque la présence d'une tumeur stimule la croissance excessive de l'endomètre, allant jusqu'à l'hyperplasie. Si le saignement est cyclique, on l’appelle ménorragie, si chaotique - métrorragie. Les saignements peuvent être si intenses qu'ils peuvent provoquer une anémie.

La fibroma peut également être diagnostiquée avec la ménopause. À cet âge, la tumeur est généralement asymptomatique et sujette à une régression spontanée, en raison d'une diminution naturelle de la concentration en hormones sexuelles.

En général, la plupart des fibromes sont bénins sans causer de troubles significatifs. Cela devient dangereux pour une grosse tumeur, en comprimant les structures adjacentes du bassin, des vaisseaux et des nerfs. En outre, des pertes de sang abondantes peuvent provoquer une anémie grave, nécessitant un traitement de substitution et, partant, un traitement rapide. Le risque de malignité dans les fibromes est minime. On pense que les tumeurs malignes du tissu conjonctif (fibrosarcomes) apparaissent initialement comme telles, sans passer par le stade de la bénignité.

Fibrome pendant la grossesse

Beaucoup de jeunes femmes atteintes de tumeurs utérines sont préoccupées par la question: peuvent-elles donner naissance à un bébé en bonne santé? En général, un petit fibrome n'empêche ni le début de la grossesse ni son achèvement réussi. Les exceptions sont les gros ganglions fibromateux et les néoplasmes situés dans la région de la décharge des trompes de Fallope lorsque leur entrée est fermée par une tumeur, ce qui empêche la fécondation et le déplacement de l'ovule vers l'endomètre.

Les gros fibromes constituent un danger pour le développement normal du fœtus, car ils peuvent perturber sa position normale dans l'utérus, provoquer des fausses couches et des naissances prématurées. La localisation cervicale de la tumeur est très dangereuse en raison du risque d'accouchement compliqué et de saignements massifs. Toutes les femmes enceintes chez lesquelles un fibrome a été diagnostiqué devraient être sous le contrôle de spécialistes. Pour les formes dangereuses de la tumeur, il est préférable de s'en débarrasser avant la grossesse ou l'accouchement, si possible.

Diagnostic et traitement

Pour détecter le fibrome utérin, la première chose à faire est de consulter un médecin qui, à la palpation, remarquera une augmentation de la taille de l'organe ou la présence de ganglions tumoraux individuels. En outre, effectuer une échographie, une hystérosalpingographie, une IRM. Il convient de noter qu'il n'est pas toujours possible de distinguer les fibromes des fibromes, en particulier si le composant fibreux du fibrome est prononcé. Afin de différencier ces tumeurs, une biopsie ou un examen histologique d'une tumeur déjà retirée est effectué.

Le fibrome utérin est traité à la fois de manière conservatrice et par élimination du site tumoral. La nécessité d'une intervention chirurgicale est déterminée par l'emplacement, la taille des fibromes, la gravité des symptômes de la tumeur.

Effets de drogue

Un traitement conservateur est indiqué pour les petits fibromes ne provoquant ni saignements utérins ni douleurs, ainsi qu'en cas d'obstacles à l'opération (pathologie sévère d'autres organes, réticence de la patiente). Les patients âgés atteints de fibrome utérin peuvent être invités à observer, car pendant la ménopause, avec une diminution naturelle de la synthèse des hormones sexuelles, une nouvelle croissance se produit.

Vous pouvez essayer de guérir une petite fibrome sans chirurgie, en utilisant des préparations hormonales, ainsi que des moyens permettant de réduire les manifestations négatives du néoplasme (douleur, anémie, saignement). L’hormonothérapie a certains effets secondaires et peut être contre-indiquée pour certains patients. Par conséquent, l’opportunité de sa mise en œuvre, le choix du médicament et son schéma thérapeutique sont effectués par un gynécologue ou un gynécologue-endocrinologue.

Les bouffées de chaleur, la sensation de chaleur, les muqueuses sèches des voies génitales, la labilité émotionnelle et l'ostéoporose sont parmi les effets secondaires les plus courants de l'hormonothérapie. Les traitements hormonaux doivent être effectués sous la surveillance d'un spécialiste et au-delà de la période prescrite, car une utilisation insuffisante à long terme de ces médicaments augmente les risques d'effets secondaires graves, en particulier de thrombose.

L'hormonothérapie est justifiée pour les petites tumeurs chez les femmes en âge de procréer ou chez les femmes non ménopausées. Le fibrome étant sensible aux hormones œstrogènes, on utilise pour son traitement des moyens permettant de réduire leur effet sur la tumeur:

  • Antigonadotropins - réduisent la production d'hormones gonadotropes hypophysaires et d'ovaires, d'œstrogènes, réduisant ainsi la stimulation de la tumeur par des œstrogènes (danazol);
  • Les progestatifs (duphaston, norkolut) - normalisent le cycle menstruel et sont indiqués pour les petits fibromes accompagnés d'hyperplasie et de saignements de l'endomètre;
  • Le système intra-utérin Mirena, qui sécrète localement l'hormone lévonorgestrel;
  • Contraceptifs oraux combinés (Yarin, logest);
  • Analogues d'hormones libérant des gonadotrophines (zoladex), entraînant une diminution de la concentration en œstrogènes. Leur effet étant temporaire, ils sont souvent nommés avant l'opération prévue afin de réduire la taille de la tumeur.

Le traitement symptomatique vise à éliminer la douleur, l’anémie provoquée par une perte de sang et les modifications hyperplasiques de l’endomètre. À cette fin, prescrire des médicaments anti-inflammatoires, des suppléments de fer, des analgésiques, des hormones, normalisant le cycle menstruel.

Tactiques chirurgicales

Le traitement chirurgical est réalisé chez des patients atteints de gros fibromes à croissance rapide, situés sous la membrane séreuse sur un pédicule mince ou sous-muqueux, présentant un saignement utérin grave et une anémisation, syndrome de douleur intense.

Le choix de la tactique chirurgicale dépend des propriétés de la tumeur et de sa localisation. Le moins traumatisant est l'accès hystéroscopique à travers l'utérus. C'est bon pour les tumeurs sous-muqueuses, mais il est peu probable que les ganglions sous-séreux ou intramuraux soient enlevés au cours de l'hystéroscopie; par conséquent, une laparoscopie sera utilisée. Ces interventions peu invasives sont présentées aux patientes jeunes qui souhaitent préserver non seulement l'utérus, mais également la fonction de procréer.

à gauche: accès hystéroscopique par l'utérus, à droite: laparoscopie

Les gros nœuds fibromateux, les tumeurs multiples, les cas suspects de la malignité du processus nécessitent une opération plus radicale. Donc, peut-être l'ablation complète de l'utérus (hystérectomie) avec les nodules tumoraux. Il est à noter qu'avec les fibromes, la nécessité d'une telle intervention traumatique ne se produit pas souvent.

Parmi les interventions peu invasives, on peut également citer l'embolisation de l'artère utérine et l'ablation du site tumoral. Les principes de ces manipulations ne diffèrent pas de ceux du myome utérin. Pour l'embolisation, une substance est injectée dans les artères utérines, ce qui provoque le colmatage des vaisseaux tumoraux et la régression du néoplasme. L'ablation de fibrome consiste en une exposition à des ultrasons, ce qui provoque une élévation locale de la température et une «évaporation» de la tumeur. La procédure est réalisée sous le contrôle de l'IRM.

embolisation de l'artère utérine

De nombreux patients, craignant de nombreuses procédures diagnostiques et thérapeutiques, tentent de traiter le fibrome avec des remèdes populaires. Je tiens tout de suite à vous avertir que la tumeur ne va pas rétrécir ni arrêter sa croissance, aucune décoction ni infusion d'herbes ne mènera à sa disparition, il est donc préférable de ne pas éviter de rencontrer un spécialiste.

Cependant, l'utilisation de remèdes populaires reste possible pour réduire certains des symptômes de la tumeur. Par exemple, l’utilisation d’écorce d’ortie ou de chêne réduit l’intensité des saignements utérins. La camomille contribue à réduire les modifications inflammatoires du tractus génital, souvent associées à une tumeur et à un déséquilibre hormonal.

Le fibrome est classé comme une tumeur à faible risque de malignité. Par conséquent, avec une croissance lente et aucun symptôme, l'observation est suffisante. Le traitement opportun de la tumeur vous permet d’éviter les effets négatifs sous forme d’anémie grave, de torsion des jambes et de nécrose du site tumoral. Il n’existe pas de mesures spécifiques pour prévenir l’apparition de fibromes, mais il est conseillé aux femmes qui souhaitent éviter de rencontrer cette pathologie d’éliminer les avortements, de traiter rapidement les processus inflammatoires du tractus génital et même de consulter un gynécologue au moins une fois par an, même en l’absence de raisons visibles.