Trichomonase chez la femme: causes, symptômes, traitement, effets

La trichomonase chez les femmes est un problème assez commun. Les patients atteints de cette maladie sont régulièrement référés à des gynécologues et des vénéréologues. Malheureusement, de nombreux patients viennent chercher de l'aide aux derniers stades de la maladie, ce qui complique grandement le processus de traitement.

Aujourd'hui, beaucoup de gens s'intéressent à la question de savoir ce qui constitue la trichomonase. Comment se transmet l'infection? Quels sont ses premiers symptômes? Comment se protéger de cette maladie? Cette information sera utile à tous.

Trichomonase: résumé de la maladie

Aujourd'hui, la trichomonase est considérée comme l'une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes. Selon les enquêtes statistiques, dans certains cas, le nombre de personnes infectées atteint 40% de la population totale. Dans les pays plus développés, ce chiffre est beaucoup moins élevé - 8-12%.

À propos, la trichomonase chez les femmes est diagnostiquée beaucoup plus souvent que chez les hommes. Dans le cas des représentants du sexe fort, l’infection est généralement dissimulée et il est possible d’établir sa présence uniquement pendant les tests de laboratoire. Malheureusement, toutes les personnes infectées ne recherchent pas l'aide médicale, préférant les remèdes maison pour l'auto-traitement. L'absence de traitement approprié entraîne le passage de la maladie à la forme chronique, ce qui entraîne de nombreuses complications, notamment l'infertilité.

Caractéristiques de l'agent pathogène

L'agent causal de cette maladie est un organisme microscopique monocellulaire appelé Trichomonas. Aujourd'hui, la médecine connaît trois types les plus simples de ce groupe, parasitaires dans le corps humain:

  • Trichmonas tenax - les micro-organismes affectent principalement la muqueuse buccale.
  • Trichmonas hominis - ce type de parasite vit dans l'intestin humain, notamment dans le caecum.
  • Trichmonas vaginalis - c'est ce type qui conduit au développement d'une maladie sexuellement transmissible appelée "trichomonase".

Il faut noter immédiatement que Trichomonas vaginal n’est pas une bactérie et que les antibiotiques n’agissent donc pas dessus. Ce microorganisme appartient au type le plus simple, à savoir la classe des flagellés. En fait, Trichomonas est très facile à voir lors d'un examen microscopique, car il possède une cellule caractéristique en forme de poire et plusieurs flagelles mobiles, à travers lesquels il se déplace assez activement.

Le plus souvent, ces micro-organismes vivent dans le vagin (chez l'homme, ils se propagent dans l'urètre). Beaucoup moins souvent, les trichomonas affectent les parties supérieures du système urogénital. Il est à noter que ces protozoaires interagissent parfaitement avec une infection bactérienne - souvent, les bactéries se «cachent» des médicaments et du système immunitaire situé juste à l'intérieur de la cellule de ce protozoaire.

En revanche, Trichomonas ne peut pas survivre en dehors du corps de l’hôte. Dans des conditions extérieures, les cellules ne peuvent durer plus de plusieurs heures et seulement si de l'humidité est présente. Ce type de protozoaires meurt à des températures élevées, manque d'humidité, exposition aux rayons ultraviolets, ainsi que dans un environnement fortement acide ou alcalin. Un pH compris entre 5,2 et 6,2 est optimal pour la survie des micro-organismes.

La trichomonase chez la femme: causes et modes de transmission

Quelles sont les principales causes de cette maladie? Comment se transmet l'infection? Pourquoi certaines personnes sont-elles plus sujettes à cette maladie que d'autres? Ces questions intéressent beaucoup.

Il est possible de détecter l'agent pathogène exclusivement pendant les rapports sexuels sans utiliser de préservatif. De plus, les contacts oraux et anaux sont également dangereux. À propos, chez les hommes, la trichomonase est souvent cachée, sans aucun symptôme visible, de sorte que votre partenaire peut même ne pas être au courant de sa maladie. Certains pensent que Trichomonas peut être infecté par des moyens domestiques. En fait, la probabilité de contracter une infection dans un bain ou une piscine est extrêmement faible.

Ce ne sont pas tous des facteurs sous l’influence desquels la trichomonase se développe chez la femme. Les raisons peuvent être associées aux particularités du fonctionnement du corps. Par exemple, les patientes dont l'acidité de l'environnement vaginal est altérée sont plus sujettes à une telle infection. Mais le pH est inférieur à 5,5 ou supérieur à 7 ne convient pas à la reproduction active de micro-organismes.

De plus, la présence de plaies, de sites lâches et érosifs sur l'épithélium vaginal peut également contribuer à l'activation de l'infection. La composition bactérienne de la microflore est également importante car certains microorganismes bactériens (en particulier certaines souches de gonocoques) sont capables de créer des conditions optimales dans l’organisme pour l’activité vitale de Trichomonas. Naturellement, les facteurs de risque comprennent l’affaiblissement du système immunitaire.

À propos, l'immunité durable contre cette maladie n'est pas développée. Après le traitement, vous pouvez facilement être à nouveau victime de l’infection.

Les principaux symptômes de la maladie

Comment les femmes développent-elles la trichomonase? Cette question intéresse beaucoup. Après tout, ce n’est un secret pour personne que plus tôt les premiers symptômes se manifestent, plus vite le médecin sera en mesure de vous prescrire le schéma de traitement approprié.

Comment commence la trichomonase? La période d'incubation pour les femmes dure dans la plupart des cas de deux à quatre semaines. Alors les premières violations commencent à se manifester. La leucorrhée, écoulement abondant de couleur jaunâtre avec une odeur désagréable sont les premiers symptômes de la trichomonase chez la femme. Souvent, ces écoulements sont liquides et même mousseux.

La leucorrhée affecte les tissus des organes génitaux externes, corrodant la couche épithéliale. Cela conduit à de fortes démangeaisons et même à la douleur. Souvent, la situation est exacerbée par le grattage constant de la peau affectée.

Les principaux symptômes peuvent également inclure des douleurs survenant lors des rapports sexuels. De nombreux patients se plaignent également de brûlures et de douleurs graves pendant la miction. Au fur et à mesure que la maladie se développe, des douleurs extrêmement désagréables dans le bas de l'abdomen et dans la région lombaire apparaissent également.

Certains signes ne peuvent être vus que lors d'un examen pelvien. Tout d'abord, le médecin constate la présence d'un œdème à la surface des petites lèvres et dans la région du clitoris. De plus, il est souvent possible de voir de petits ulcères superficiels sur la membrane muqueuse des organes génitaux externes.

De plus, la trichomonase chez la femme entraîne un gonflement de la partie vaginale du col de l'utérus. En même temps, ses tissus se relâchent et saignent souvent - dans de tels cas, des impuretés sanguines peuvent être observées dans les sécrétions vaginales. Dans les cas plus graves, l'infection entraîne une inflammation du col de l'utérus et une érosion supplémentaire.

En aucun cas, ne devrait pas hésiter à consulter le médecin. Les premiers signes de trichomonase chez les femmes, ou plutôt, leur présence est une raison pour les tests et l'examen gynécologique.

Méthodes de diagnostic modernes

La trichomonase chez la femme est souvent retrouvée assez accidentellement lors d’un examen gynécologique. À l'aide de méthodes colposcopiques, le gynécologue peut remarquer de petites hémorragies sur le col de l'utérus - ce symptôme s'appelle «cou de fraise». Malheureusement, ces symptômes sont loin de se produire chez tous les patients.

Les plus précis sont les tests de laboratoire. À ce jour, plusieurs méthodes de base sont utilisées:

  • L'examen microscopique d'échantillons prélevés lors d'un frottis permet de voir les cellules vivantes de l'agent pathogène. Dans ce cas, les techniciens de laboratoire peuvent envisager des préparations colorées et non peintes. C'est la méthode la plus simple et la plus accessible, mais sa précision ne dépasse pas 60%.
  • Semer des échantillons prélevés sur un milieu nutritif artificiel est une méthode plus précise. Il permet non seulement de déterminer la présence et la nature des agents pathogènes pathogènes, mais également de déterminer le groupe de médicaments auquel ils sont sensibles.
  • Aujourd'hui, les méthodes de recherche immunologique sont assez précises et permettent de déterminer la présence d'anticorps spécifiques dans le corps d'une femme.
  • D'autre part, récemment dans la médecine moderne, les méthodes de PCR permettant de détecter le matériel génétique de Trichomonas sont de plus en plus utilisées.

Quelles sont les complications possibles?

La plupart des experts estiment que la trichomonase est la maladie vénérienne la plus inoffensive et la plus sûre qui soit facilement traitable. Dans le même temps, certains chercheurs ont avancé l'hypothèse selon laquelle cette infection est extrêmement dangereuse et peut parfois conduire à une dégénérescence maligne des tissus. En tout état de cause, l’absence de traitement provoque souvent l’apparition d’une grande variété de complications.

Quelles sont les conséquences de la trichomonase chez les femmes? Comme déjà mentionné, l'infection affecte rarement les organes génitaux internes, car le col de l'utérus est une sorte de barrière. Cependant, si elle est endommagée ou si la structure est brisée (ceci est observé pendant la menstruation, après un accouchement ou un avortement), les trichomonas peuvent se propager davantage, entraînant diverses complications. En particulier, la pénétration de micro-organismes dans la cavité utérine peut entraîner un processus inflammatoire et une endométrite. Trichomonas pénètre également dans les trompes de Fallope et les ovaires, provoquant une inflammation, et plus tard - la formation de kystes, d'adhérences, etc.

Ainsi, une telle maladie en l'absence de traitement entraîne des complications assez graves pouvant aller jusqu'à l'infertilité. Par conséquent, en aucun cas, ne doit pas ignorer ses symptômes et refuser un traitement.

Trichomonase pendant la grossesse

Malheureusement, la trichomonase chez les femmes enceintes est diagnostiquée assez souvent. De plus, la maladie peut survenir à la fois de manière cachée et avec la manifestation des principaux symptômes. Dans tous les cas, il convient de comprendre que cette infection est extrêmement dangereuse pour le fœtus en croissance. Pour commencer, il convient de noter que le bébé peut facilement être infecté par la mère pendant le développement du fœtus ou déjà en cours d'accouchement.

La présence de Trichomonas dans le corps de la mère augmente considérablement le risque de grossesse ou de fausse couche. En outre, la majorité des femmes atteintes de trichomonase ont observé un écoulement prématuré de l'eau, ce qui a entraîné une naissance prématurée de l'enfant. En outre, il ne faut pas oublier que ces protozoaires peuvent favoriser la propagation d'une infection bactérienne en protégeant les agents pathogènes des effets du système immunitaire.

Comment guérir la trichomonase chez les femmes pendant la grossesse? Le traitement dans ce cas est effectué sous la surveillance constante d'un médecin. Au cours du premier trimestre, on utilise généralement des suppositoires ou des crèmes vaginaux. À l'avenir, des traitements à court terme sont autorisés avec de petites doses de préparations contenant de l'imidazole. Naturellement, le partenaire doit également suivre un traitement, car cela permet d'éviter une réinfection.

L'accouchement chez les femmes atteintes de trichomonase est pris dans des cliniques spécialisées. Il est impératif de vérifier immédiatement si le nouveau-né est infecté et, si nécessaire, d'initier un traitement approprié.

Comment traiter la trichomonase chez les femmes?

Bien sûr, si on soupçonne une telle infection, vous devez immédiatement consulter un médecin. Le schéma thérapeutique est déterminé ici individuellement, car il dépend du stade de développement de la maladie, de la propagation de l’infection dans tout le corps, de l’état du corps de la femme et, bien entendu, de ses caractéristiques physiologiques individuelles. Alors, comment traiter la trichomonase chez les femmes?

Étant donné que Trichomonas appartient au groupe des organismes les plus simples, l'utilisation d'antibiotiques, souvent utilisés pour l'auto-traitement, est inefficace. Le schéma thérapeutique de la trichomonase chez la femme comprend la prise de médicaments appartenant au groupe nitroimidazole. Le terme le plus couramment utilisé signifie "tinidazole", "métronidazole", "ornidazole" et quelques autres médicaments.

Une seule dose, le calendrier et la durée du traitement ne sont déterminés que par le médecin traitant - vous devez suivre scrupuleusement toutes ses recommandations. Étant donné que l'infection est transmise sexuellement, les deux partenaires (ou tous les partenaires) doivent recevoir un traitement. Tout en prenant des médicaments, il est strictement interdit de boire de l'alcool.

En outre, le traitement de la trichomonase chez la femme comprend des préparations topiques. Ceux-ci peuvent être des suppositoires vaginaux, des gels, des crèmes, des pilules ou des balles. Ces médicaments sont utilisés comme adjuvants. Au cours de l'évolution chronique de la maladie et des récidives constantes, le patient reçoit une administration par voie intraveineuse du vaccin spécial «Solkotrihovak». Une semaine après la fin du cours, la patiente et son partenaire devraient subir des tests répétés.

Trichomonase chronique: quel est le danger?

En raison du fait que la maladie est souvent complètement asymptomatique, il y a une forte probabilité de sa transition vers la forme chronique. Selon les statistiques, ce phénomène est extrêmement courant aujourd'hui.

Quel est le tableau clinique? La trichomonase chronique est caractérisée par une évolution cyclique dans laquelle les périodes de bien-être relatif sont remplacées par des exacerbations. Au cours des rechutes, les femmes se plaignent des mêmes symptômes habituels - apparition de symptômes inhabituels plus blancs, de douleurs abdominales basses, de démangeaisons et de brûlures. Mais l'aggravation est rapidement remplacée par une amélioration de l'état, si bien que les patients demandent rarement de l'aide.

Néanmoins, des conséquences à long terme sont également perceptibles, car même dans la période de bien-être relatif, certains changements peuvent être remarqués. Pour commencer, il convient de noter que l'état général du corps et le bien-être se détériorent de manière significative.

Par exemple, il y a une diminution de l'immunité - les patients sont plus susceptibles au rhume et à d'autres infections. La forme chronique de la maladie affecte souvent la vie sexuelle. En particulier, les patients notent souvent une diminution du désir sexuel, ainsi que de la sécheresse vaginale.

Quelque chose comme cela ressemble à la trichomonase chronique chez les femmes. Le traitement dans ce cas est effectué avec les mêmes préparations d'imidazole. De plus, on prescrit aux patients un traitement d'immunothérapie. Naturellement, le médicament est immédiatement recommandé aux deux partenaires sexuels. Au moment du traitement est d'abandonner les rapports sexuels, surtout sans l'utilisation de préservatifs. Dans la forme chronique de la maladie, le traitement est plus long, car l’infection se propage dans tout le système génito-urinaire. Bien sûr, en cas de complication (inflammation de l'utérus, etc.), un traitement supplémentaire doit être réalisé.

Mesures préventives de base

La trichomonase chez les femmes peut entraîner des complications extrêmement dangereuses, il est donc extrêmement important de respecter les précautions. Malheureusement, un vaccin qui peut protéger de manière permanente contre cette infection n'existe pas.

Par conséquent, les experts recommandent d'éviter les rapports sexuels occasionnels et d'utiliser des méthodes de protection. D'autre part, il convient de considérer qu'un préservatif ne peut garantir une sécurité totale. En cas de contact non protégé avec un partenaire potentiellement infecté, les médecins recommandent de nettoyer soigneusement les organes génitaux et de les traiter avec Miramistin (la douche vaginale est plus adaptée aux femmes).

Etant donné que la maladie est souvent cachée (en particulier chez les hommes), il est extrêmement important de tester régulièrement les MST - c'est le seul moyen de prévenir la propagation de l'infection.

Est-il possible de traiter la maladie par des méthodes traditionnelles?

Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui s'intéressent à la question de savoir quels sont les médicaments contre la trichomonase chez les femmes en médecine traditionnelle. Bien sûr, il existe de nombreuses méthodes de thérapie à la maison. Mais encore une fois, dans ce cas, l’automédication est hautement indésirable.

La décoction de camomille est un remède efficace. Il peut être utilisé pour laver les organes génitaux externes. La camomille a un léger effet anti-inflammatoire, elle aide donc à éliminer les rougeurs, l'enflure et les démangeaisons qui apparaissent pendant la trichomonase. La décoction de camomille peut être prise à l'intérieur. Pour préparer le médicament, vous devez verser cinq cuillères à soupe de fleurs séchées de la plante avec deux tasses d'eau bouillante. Une fois le mélange infusé, il doit être remplacé. Prenez un verre deux fois par jour, de préférence avant les repas.

Aloe est un autre remède efficace. Heureusement, cette plante est dans presque chaque maison. Écraser une feuille de plante, transférer le gruau sur de la gaze et en extraire le jus. Le jus peut lubrifier la peau sur les organes génitaux externes. En outre, un tampon imbibé d’aloe vera peut être inséré dans le vagin pendant 20 minutes chaque jour.

L'huile d'argousier peut également être utilisée pour traiter le vagin. Humidifiez un coton-tige et insérez-le dans le vagin, de préférence pendant la nuit. Répétez la procédure quotidiennement pour les premières améliorations. Il est également utile de se doucher avec l’utilisation d’une décoction de fleurs de calendula, cette plante ayant également des propriétés anti-inflammatoires.

En outre, les guérisseurs populaires recommandent de corriger le régime alimentaire, y compris dans les aliments diététiques qui stimulent le système immunitaire.

Dans tous les cas, avant d'utiliser l'une des recettes populaires, vous devriez consulter un médecin. Seul un spécialiste sait ce qu'est la trichomonase, les symptômes, le traitement chez la femme. Vous ne devez en aucun cas tenter de résoudre le problème vous-même, car les compresses végétales et les décoctions ne peuvent qu'accélérer le processus de guérison, mais ne sauraient en aucun cas remplacer un traitement médicamenteux à part entière.

Les premiers signes et le traitement des femmes Trichomonas

Il existe de nombreuses pathologies du système urogénital, mais les médecins les plus courants incluent la trichomonase. Selon les statistiques, plus de 15% de la population mondiale est atteinte de cette maladie. Cependant, il est avant tout préférable d’évaluer l’évolution des symptômes de la trichomonase chez les femmes, car leur maladie est diagnostiquée plus souvent que chez les hommes. Ce phénomène s'explique par le fait que les représentants du sexe faible subissent plus souvent un examen gynécologique et que leurs symptômes sont beaucoup plus prononcés. En général, la maladie se développe également chez les femmes et les hommes, car elle se transmet au cours du processus de contact sexuel, quelle que soit la méthode utilisée, qu'elle soit orale-vaginale, anale ou vaginale-anale.

Il est extrêmement rare qu’une infection domestique se produise à travers des débarbouillettes, des serviettes et d’autres objets, bien que cela soit tout à fait possible, étant donné que Trichomonas peut survivre dans un environnement humide pendant plusieurs heures.

Si nous parlons de ce qu'est la trichomonase, nous devrions mentionner un parasite unicellulaire pouvant vivre sans air. La trichomonas devient active lorsque le pH se situe entre 5,5 et 6,6, provoquant une maladie infectieuse qui, en l'absence de traitement approprié et opportun, passe facilement dans un état chronique.

Pourquoi la maladie se développe

Comme mentionné ci-dessus, Trichomonas n'est pas une bactérie et par conséquent, la plupart des produits pharmaceutiques antimicrobiens ne peuvent pas faire face au problème. Ce parasite unicellulaire est très mobile et se déplace autour du corps à l'aide de flagelles. Il n'a absolument pas besoin d'oxygène pour survivre. Grâce à ces caractéristiques, les Trichomonas pénètrent pratiquement sans entrave dans les voies urinaires, après quoi ils se déplacent dans le canal cervical jusqu'à la cavité utérine et ses appendices, entraînant le développement d'une inflammation spécifique. Adorant l'humidité, ces agents pathogènes meurent sous l'effet de la lumière du soleil, lorsqu'ils sont chauffés ou séchés.

Une femme a des effets négatifs dus à l'exposition à Trichomonas vaginalis, qui affecte l'organe du même nom avec la vessie. Pour la plupart, les causes incluent:

  • Les rapports sexuels sans discernement, associés aux fréquents changements de partenaires, notamment en l’absence de contraception barrière. Cependant, dans certains cas, un préservatif peut ne pas contenir de trichomonas, car pour des pathologies vénériennes, un tel incident n'est pas si rare.
  • Relations sexuelles dans des conditions insalubres.
  • Maladies sexuellement transmissibles dans l'histoire, dont le patient a récemment souffert.
  • Infections dans la région génitale, déclenchées par d'autres agents pathogènes.

Le risque d'infection à Trichomonas augmente pendant les règles et immédiatement après, en raison du changement de l'acidité de l'environnement vaginal. Pour préparer le terrain à une infection rapide, l'avortement ou l'activité professionnelle peuvent se produire - dans les deux cas, il existe une violation de la protection mécanique contre l'arrière-plan de l'expansion des muscles du col de l'utérus.

Lorsque la trichomonase chez la femme, en fonction de la durée du développement de la pathologie et des symptômes qui apparaissent pendant cette période, trois formes d'infection déterminent:

  • La trichomonase primaire, qui est également divisée en plusieurs groupes - aiguës, subaiguës et oligosymptomatiques.
  • Trichomoniase de l'évolution chronique, dans laquelle il existe des manifestations cliniques discrètes, et la durée de la maladie est de deux mois ou plus.
  • Trichomonadal porteur, qui se caractérise par une évolution asymptomatique. Quant à Trichomonas, ils se trouvent à Belyah.

Selon les statistiques, la trichomonase chez environ 10,5% des femmes et des hommes peut se manifester par une infection indépendante. Dans d’autres cas, la maladie est accompagnée de gonorrhée, d’uréplasmose, de chlamydia et d’autres pathologies similaires. Ce phénomène est compréhensible: les parasites unicellulaires agissent comme une sorte de navire qui absorbe d’autres microorganismes. Le transport de trichomonadal se manifeste à 2-41% - cet indicateur est lié à la fonctionnalité du système immunitaire.

Le principal danger dans le développement de l'infection est la possibilité de dommages aux membranes muqueuses des organes urogénitaux, ce qui menace la formation du VIH. En même temps, l’acidité de la sécrétion vaginale augmente.

Symptômes de la maladie

Après avoir examiné les raisons, parlons des symptômes de la trichomonase chez les femmes. Après que Trichomonas ait pénétré dans le corps, la période d'incubation dure 5 à 20 jours, parfois les premiers signes indiquant un problème surviennent plus tard. À ce stade, les organismes pathogènes commencent seulement à se reproduire, ce qui n’est pas trop dommageable pour la couche muqueuse, la pathologie peut se développer sans gêne.

Souvent, les premiers signes de trichomonase chez la femme n'apparaissent qu'au cours du cycle menstruel; de plus, les symptômes peuvent largement imiter l'infection fongique du vagin. La première chose qui souffre de trichomonase est la muqueuse vaginale, la paroi interne de l'urètre, ainsi que la vessie. Ce n’est pas si souvent que des processus pathologiques affectent les canaux excréteurs, situés près de l’entrée du vagin, dont la fonction - la sécrétion d’un secret qui réduit les frictions lors des rapports sexuels.

Pour déterminer et évaluer les symptômes lors de la prescription d'un traitement contre la trichomonase chez la femme, il convient de prendre en compte le groupe d'âge auquel appartient la victime.

La maladie est principalement diagnostiquée chez les représentants du sexe faible de 18 à 45 ans - c'est l'âge de procréer et c'est à ce stade que se déroule une vie sexuelle active. Une pathologie peut se développer pendant la ménopause. Lorsque vous portez un enfant, les symptômes de la trichomonase chez la femme peuvent être quelque peu différents. Le plus souvent, on diagnostique chez les femmes du sexe plus faible une vaginite, également appelée trichomonas coleitis. Cette maladie est un processus inflammatoire qui se produit dans les couches supérieures de la muqueuse vaginale.

Avec le développement de la vaginite aiguë parmi les premiers symptômes de la trichomonase chez la femme:

  • Démangeaisons intolérables et sensation de brûlure non seulement dans le vagin, mais aussi dans la région des lèvres. Les démangeaisons se produisent sur le fond de l'effet irritant des micro-organismes pathologiques et l'apparition d'un secret mousseux.
  • Dans le périnée, sur les lèvres génitales en raison de démangeaisons sur la peau apparaît des rougeurs et des égratignures.
  • Cette pathologie est caractérisée par une leucorrhée mousseuse avec une odeur désagréable. La quantité de sécrétion sécrétée dépend du stade de la maladie. En cours aigu, qui continue de progresser, le secret peut être abondant, peint en jaune. Dans la forme chronique, les pertes rares peuvent être grises. Les sécrétions de la trichomonase deviennent abondantes et mousseuses dans le cas d’une adhésion aux processus pathologiques d’activité vitale de bactéries spéciales capables de libérer du gaz.

Si Trichomonas chez les femmes se développe avec une immunité élevée, il est capable de fuir de façon chronique, sous une forme latente. Dans ce cas, les symptômes de la trichomonase peuvent être implicites, souvent certains des signes caractéristiques - et parfois tous - sont absents. Les processus inflammatoires ne se manifestent pas non plus très bien. En cas d'évolution chronique de la maladie, des exacerbations surviennent - ce phénomène est généralement observé avant le début du prochain cycle menstruel, qui est associé à une réduction du taux d'œstrogènes. Ces hormones aident non seulement à renouveler les cellules de la couche muqueuse vaginale, mais aussi à acidifier l'environnement interne de l'organe.

Pathologie de la ménopause et de l'accouchement

En période de ménopause, la manifestation de la pathologie n'est pas trop rare, car avec un manque d'œstrogène, les parois vaginales deviennent plus minces et la fonctionnalité de l'organe diminue. En conséquence, il y a violation de la microflore, détériorant l'immunité, créant d'excellentes conditions pour le développement de nombreux microorganismes pathogènes. Les signes de trichomonase chez les femmes dans ce cas sont les suivants:

  • En prévision du vagin, des démangeaisons apparaissent, uriner est non seulement désagréable, mais également très douloureux.
  • Il existe des sécrétions muqueuses purulentes dans lesquelles il peut y avoir des traînées sanglantes.
  • Dans certains cas, après un rapport sexuel, de légers saignements peuvent survenir.

Habituellement, au cours du développement de la pathologie considérée, des processus inflammatoires se produisent au niveau du système reproducteur, respectivement, pendant la grossesse, la maladie a un effet négatif sur son évolution. Parmi les complications pouvant être provoquées par la trichomonase figurent le travail prématuré et une fausse couche spontanée. Un tel danger apparaît dans le contexte de modifications inflammatoires causées par la libération de substances spéciales dans le sang, les prostaglandines, qui provoquent une contraction accrue des muscles de l'utérus. En conséquence, le risque de pousser le fœtus hors de la cavité utérine augmente.

Mais ce n'est pas le seul danger qui survient dans le corps de la femme pendant la grossesse. Pour les femmes en couches ou en cours d'avortement, le risque de propagation de processus infectieux aux organes internes du système de reproduction - l'utérus, les trompes de Fallope, les ovaires. On a dit plus haut que les trichomonas «absorbent» souvent les micro-organismes pathologiques. Par conséquent, si une vaginite se développe pendant la grossesse, le risque de complications lorsque l'infection se propage aux parties supérieures du système de reproduction semble bien réel.

Dans le contexte du développement d'une forme chronique de pathologie, une infertilité temporaire peut se former.

Au cours du travail, la maladie peut dans certains cas être transmise de la mère à l’enfant. Pour que les trichomonas puissent grandir et se développer, ils ont besoin de glycogène - cette substance est produite par des bâtons de Dederlein, autrement dit des lactobacilles. Exige également une certaine quantité d'œstrogènes. Leurs fonctions consistent notamment à assurer le fonctionnement normal des bâtonnets. La petite fille née dans le monde transmet les deux bâtons et une petite quantité d'œstrogène, ce qui crée un environnement favorable à la formation de Trichomonas. Il est réconfortant qu’à la troisième ou à la quatrième semaine, le niveau d’œstrogènes diminue, ce qui entraîne la disparition des bâtons de Dederlein. Ainsi, même avec la pénétration dans le vagin d'un enfant de Trichomonas, leur développement est impossible. Cependant, pendant la puberté, les œstrogènes et la progestérone sont produits activement par les organismes adolescents, ce qui crée un environnement favorable à la reproduction des lactobacilles et augmente le risque d'infection par la pathologie en question.

Autres formes de pathologie et les dangers qui y sont associés

Il existe un certain nombre d'autres risques, parmi lesquels des troubles du système nerveux central. Les processus inflammatoires qui se produisent dans les couches internes, la formation d'infections secondaires purulentes, les sécrétions vaginales anormales ont un impact négatif sur la vie sexuelle en raison de la douleur liée aux rapports sexuels. Avec une évolution chronique prolongée de la maladie, les femmes peuvent ressentir une frigidité, qui est causée non seulement par un inconfort physique, mais également par un état émotionnel négatif.

Une autre maladie qui provoque la présence dans le corps du parasite en question est l’uréthrite de Trichomonas, qui est un processus inflammatoire spécifique de la couche muqueuse de l’urètre. À quel point la trichomonose se manifeste-t-elle clairement dans ce cas? Le danger est que la pathologie puisse se dérouler de manière secrète - les symptômes se manifestent souvent de manière implicite, le contact avec une institution médicale étant donné que ce facteur ne survient que dans le cas d'une aggravation du processus de la maladie. La formation de la pathologie va dans un certain ordre:

  • La pénétration des agents pathogènes dans la cavité vaginale.
  • Si la victime n'est pas traitée, le processus pathologique se poursuit dans l'urètre, puis dans la région de la vessie.
  • Des signes d'uréthrite de Trichomonas, qui comprennent une douleur et une sensation de brûlure au cours du processus d'urination, se développent, une substance muqueuse purulente avec une odeur désagréable est libérée par l'urètre.

Malgré le fait que l'article soit consacré à la formation de la maladie chez les femmes, nous ne devrions pas oublier les hommes, car les processus pathologiques peuvent les affecter à un degré moindre. Habituellement, la lésion se développe dans l'urètre, dans des cas plus rares, dans la région de la prostate. Selon les statistiques, après un rapport sexuel avec une femme porteuse de la maladie, 70% des représentants du sexe fort après 24 heures dans l'urine ont trouvé les parasites considérés. Après cinq jours, 30% des victimes restent de la quantité infectée, ce qui indique l'absence de conditions favorables et contribue à la mort de Trichomonas. Lors de l'examen de la manifestation de la trichomonase, il convient de noter que les symptômes sont souvent cachés et que, lors de l'exacerbation, les symptômes de la maladie sont les mêmes que chez les femmes souffrant d'uréthrite. En outre, il est noté:

  • Sensation de vidange incomplète de la vessie.
  • Des difficultés avec l'apparition de l'urine - il peut se démarquer presque goutte à goutte.

Peu à peu, ces signes disparaissent, la sécrétion sécrétée devient muqueuse, le processus entre dans une phase chronique.

Diagnostic de la maladie

Avant de vous lancer dans la sélection de médicaments pour le traitement des trichomonas chez la femme, il est nécessaire de diagnostiquer la pathologie. La difficulté réside dans l’absence fréquente de signes caractéristiques ou évidents. Pour que la thérapie soit opportune et adéquate, il n’est pas nécessaire d’attendre l’apparition de signes évidents d’un problème, vous devez consulter régulièrement le gynécologue, en particulier en cas de changement fréquent de partenaire. La présence de la maladie est déterminée par l'examen du gynécologue blessé sur la chaise et à l'aide de tests de laboratoire:

  • Sur la chaise, le médecin traitant détermine l’irritation de la muqueuse vaginale accompagnée d’une teinte rougeâtre caractéristique.
  • La présence d'ulcération des couches muqueuses sur les organes génitaux, une augmentation de leur plénitude avec le sang peut être notée.
  • Une hyperthermie locale peut devenir apparente en raison de processus inflammatoires dans le vagin.
  • Lors de la sélection d'un frottis vaginal, un examen à la lumière est réalisé, dans lequel l'utilisation d'un microscope permet de suivre les micro-organismes en mouvement. Les trichomonas peuvent être détectés dans une boîte de frottis pendant 15 minutes après la sélection du matériel.
  • Un ensemencement bactérien est nécessaire si la maladie appartient à un processus lent ou asymptomatique. Les échantillons sélectionnés sont placés dans des conditions favorables spécialement créées. Cette méthode ne provoque pas de sensations particulièrement désagréables, mais son inconvénient est la durée de la période de croissance de l'agent infectieux.
  • Une colposcopie vaginale peut être réalisée dans laquelle il sera nécessaire d'examiner la dilatation des capillaires. Lorsqu'ils sont pressés, ils se cassent.
  • La méthode la plus fiable est la PCR; lors de la réaction en chaîne avec une polymérase, la sensibilité est atteinte à 84%, ce qui permet de détecter la présence du matériel génétique de l'agent infectieux.
  • Lors des études de laboratoire sur la sécrétion pathologique, on observe une augmentation du niveau d'alcali. Dans son état naturel, un environnement acide a lieu dans le vagin.

Dans les cas où il y a d'autres infections ou dysbiose vaginale au cours de l'infection à Trichomonas, des études supplémentaires sont nécessaires. Le médecin ne peut décider du traitement que lorsque les symptômes existants sont pleinement révélés.

Traitement traditionnel de la maladie

Pour un traitement efficace de Trichomonas chez les femmes - et les problèmes de traitement sont tout à fait possibles, étant donné les parasites appartenant aux animaux unicellulaires - vous devez suivre un certain nombre de règles:

  • Il sera nécessaire de mener une thérapie simultanée pour la femme et son partenaire.
  • Lors du traitement de la trichomonase chez les femmes, il est nécessaire d'avertir les victimes de l'interdiction de tout contact sexuel.
  • Le traitement pathologique doit être effectué dans le cadre d’une hygiène personnelle stricte.
  • Les organes génitaux doivent non seulement être tenus propres, mais également utilisés à cette fin, comme antiseptiques - une solution de manganèse faible ou de la furatsiline avec des détergents, autrement dit du savon de toilette.
  • En se détériorant, ils suivent un certain sens du mouvement - du vagin vers l’anus, ce qui est nécessaire pour éliminer le risque d’infection dans l’urètre.
  • Les articles de toilette sont utilisés individuellement, pas d'échange de savon, de serviettes de bain ou de gants de toilette.
  • Changer de sous-vêtements devrait être tous les jours.
  • Il faut se rappeler que les symptômes et le traitement sont étroitement liés - en présence de signes indiquant le développement d'autres pathologies infectieuses-inflammatoires dans le système urogénital, ils devraient commencer leur traitement obligatoire.

En ce qui concerne le traitement de la trichomonase chez la femme, le moyen le plus efficace est le tinidazole (500 mg) ou le métronidazole (250 mg). La durée d'utilisation de ces médicaments peut aller jusqu'à deux semaines. La première dose comprend 1 comprimé. Elle doit être prise trois fois par jour. La réception se poursuit le matin et le soir. Pour les installations sanitaires locales, utilisez des bougies, en particulier le complexe Makmiror. L'introduction de bougies effectuée avant d'aller au lit et après la tenue d'une toilette intime. La durée du traitement atteint une semaine.

Quelles autres pilules fourniront un traitement pour la trichomonase? Pour effectuer une prévention de haute qualité de l’infection des voies urinaires dans les médicaments, ajoutez de l’acide nalidixique. La durée du traitement peut atteindre 7 jours. Nécessite un apport en multivitamines. Il faut se souvenir de l'interdiction de traitement autonome afin d'éviter divers types de complications. Lors de la prise de substances antitrichomonas, le traitement sera effectué dans certaines conditions:

  • Quelques mois après le traitement, il sera nécessaire de sélectionner régulièrement des frottis de l'urètre et du vagin pour examen.
  • Les frottis doivent être sélectionnés pendant 1 à 3 jours après la menstruation.

Avec l’apparition de la trichomonase chez la femme, le gynécologue détermine comment traiter la pathologie, bien que dans certaines situations, il peut être nécessaire d’examiner le vénéréologue et, si nécessaire, de traiter le traitement des processus inflammatoires accompagnant l’urologue.

Utilisation de recettes de médecine traditionnelle

Avant de commencer à utiliser des médicaments à base de plantes, rappelez-vous quelques règles:

  • La médecine traditionnelle, malgré toute son efficacité, ne peut être une méthode de traitement indépendante, il est recommandé de l'utiliser comme outil supplémentaire pour améliorer l'efficacité de la thérapie traditionnelle.
  • Avant d'utiliser une ordonnance, vous devez discuter de cette possibilité avec votre médecin.
  • Il est nécessaire d’envisager la possibilité d’une réaction allergique aux composants des fonds.
  • Il est nécessaire d'étudier les éventuelles contre-indications avant d'utiliser des décoctions et des perfusions.

Ensuite, nous considérons les recettes les plus populaires pour se débarrasser de la trichomonase:

  • Pour obtenir un effet thérapeutique, vous devez utiliser l'ail en pressant le jus de plusieurs de ses gousses. La boisson doit correspondre à la moitié d'une petite cuillère le matin, l'après-midi et le soir, tandis qu'avant chaque procédure, pressait une portion fraîche de jus. La durée d'un tel traitement est d'un mois, alors qu'il est nécessaire de prendre en compte les effets irritants de l'ail sur l'estomac, respectivement, chaque réception est effectuée dans le processus d'absorption d'aliments.
  • Aloe appartient aux médicaments universels. Pour le traitement de la trichomonase à partir d'une feuille, presser le jus, qui se boit ensuite dans une petite cuillère trois fois par jour. Après cela, avant le repas devrait prendre au moins une demi-heure. La durée du traitement est sélectionnée individuellement.
  • Pour préparer le médicament à la camomille, cinq grandes cuillères du composant broyé sont brassées dans 400 ml de liquide bouillant et conservées sous le couvercle pendant deux heures, en enveloppant le récipient dans un chiffon chaud. Ensuite, la boisson est filtrée et prise le matin et le soir. Le volume de chaque portion doit être de 120 ml.
  • Les feuilles d’aloès peuvent être utilisées pour fabriquer des tampons avant de se coucher. Cela se fait de la manière suivante: le jus est pressé dans de l'aloès, dans lequel un pansement est ensuite trempé. Ensuite, il est plié et injecté toute la nuit dans le vagin. La durée du traitement est d'un mois, puis une pause de dix jours est nécessaire, après quoi, si nécessaire, le traitement est répété.
  • De la trichomonase aide bien à recueillir sur la base d'eucalyptus. Vous devez mélanger quatre grandes cuillères de feuilles séchées de la plante, ajouter la même quantité de fleurs de tanaisie, deux cuillères d'herbe de millefeuille séchée, trois petites cuillères de fruit Sophora. Après avoir mélangé les composants, une grande cuillère du mélange est brassée dans 250 ml d’eau bouillante et infusée pendant 25 minutes supplémentaires. Une fois le produit filtré, il doit être pris avant les repas trois fois par jour. Le volume de chaque portion est constitué de deux grandes cuillères. La durée du traitement est de trois semaines.
  • Vous pouvez utiliser l'infusion de couleur calendula, qui a un effet antimicrobien puissant. Pour la préparation de 60 grammes de colorant, versez 250 ml d'alcool à usage médical et maintenez le liquide pendant deux semaines dans le noir en agitant quotidiennement le récipient. Après la fin de la période, le médicament est filtré, il doit être pris pendant une demi-heure avant les repas, une portion correspond à deux grandes cuillères. La durée du traitement atteint deux semaines et demie, après quoi une pause de dix jours est convenue et le cours est repris après, le cas échéant.

Ce n'est pas une liste complète des prescriptions, vous pouvez les trouver sur presque n'importe quel site médical. Mais l’essentiel est de rappeler les règles et d’observer les dosages et les méthodes d’utilisation de tels agents.

Il ne suffit pas de savoir comment guérir la trichomonase chez la femme, il faut nier la possibilité d'infection par cette pathologie. À cette fin, les experts recommandent de suivre les recommandations de traitement suivantes:

  • Il est nécessaire de refuser de nombreux contacts sexuels occasionnels.
  • La contraception doit être appliquée à l'aide d'un préservatif, ce qui est particulièrement important si vous avez un nouveau partenaire sexuel.
  • Il est nécessaire de respecter à juste titre des règles strictes d'hygiène intime.
  • Les partenaires devront passer une analyse de contrôle deux fois par an.

Lorsque les premiers symptômes de la trichomonase apparaissent, il est nécessaire de consulter immédiatement un spécialiste afin d’empêcher la pathologie de se transformer en une forme chronique. Si une femme a été traitée pour la maladie en question, son partenaire a également besoin d'un traitement, sinon le traitement risque de perdre tout son sens.

Trichomonase chez la femme: symptômes et traitement, photo

Parmi les maladies sexuellement transmissibles, la trichomonase occupe une position de leader.

C'est terrible à imaginer, mais chaque cinquième habitant de la planète est confronté à cette maladie, qu'il le sache ou non. Environ 10% de ce nombre sont des filles enceintes. L'infection se produit chez de telles femmes, naturellement non sans complications sérieuses pour le fœtus.

Quels sont les symptômes de la trichomonase chez les femmes, comment diagnostiquer et traiter cette maladie avec des médicaments? Nous allons essayer de comprendre.

Causes et agent pathogène

Pourquoi la trichomonase survient-elle chez les femmes et de quoi s'agit-il? L'agent causal de la maladie est le parasite Trichomonas vaginalis (T. vaginalis, trichomonas).

Vous pouvez être infecté par la trichomonase lors d'une relation sexuelle non protégée (sans l'utilisation d'un préservatif) avec une personne malade. Il peut être transmis lors de relations sexuelles vaginales et anales. Les femmes enceintes peuvent transmettre cette maladie au bébé pendant l'accouchement. La transmission par le moyen domestique (lorsqu’on partage avec une personne infectée une cuvette de toilette, de la literie ou des sous-vêtements, des serviettes, etc.) n’a pas été prouvée.

Le développement de la maladie contribue à une réduction de l'immunité, à des troubles hormonaux, à une violation de la microflore du vagin chez la femme. Les trichomonas se multiplient activement pendant la menstruation.

Compte tenu de la durée de la maladie et de ses symptômes, on distingue trois formes de trichomonase:

  • pointu
  • chronique - durée de la maladie de plus de 2 mois;
  • transport de trichomonadal - l'absence de symptômes de la trichomonase en présence de trichomonas dans les pertes vaginales.

La période d’incubation de la trichomonase (délai entre l’infection et l’apparition des symptômes) est généralement de 5 à 15 jours.

Symptômes de la trichomonase chez les femmes

Dans la moitié des cas de trichomonase chez la femme, il n'y a aucun symptôme visible. Seulement un tiers des filles infectées développeront des symptômes à l’avenir après une période assez longue, pouvant parfois atteindre 6 mois.

Les premiers signes de trichomonase (voir photo) sont:

  • copieux mousseux ou liquide à reflets jaunâtre, verdâtre avec une odeur désagréable de "poisson";
  • brûlure et démangeaisons de la vulve;
  • inconfort pendant la miction, besoin personnel;
  • douleur dans le bas du dos et le bas de l'abdomen;
  • gonflement et rougeur du vestibule du vagin;
  • inconfort pendant le contact sexuel.

Les premiers symptômes cliniques apparaissent en moyenne deux semaines après l’infection. Durant cette période, les symptômes sont légers, car Trichomonas au début de la reproduction ne cause pas beaucoup de dommages à la muqueuse.

Souvent, la trichomonase peut provoquer le développement de la trichomonas colpite, caractérisée par des brûlures et des démangeaisons à la surface génitale, des pertes vaginales mousseuses blanches ou grisâtres, souvent avec une odeur désagréable.

Diagnostics

Le diagnostic de la trichomonase est posé par un spécialiste après les études et procédures suivantes:

  1. Méthode de culture (parmi les avantages: détermination du nombre de trichomonas dans un frottis, réflexion du degré d'inflammation, détection de la sensibilité aux antibiotiques);
  2. Recherche d'un frottis général au microscope ou selon une méthode de recherche bactériologique (nécessite une confirmation par une méthode de recherche plus précise);
  3. Méthode PCR (donne une précision de détection de 100% des trichomonas). Tout matériel biologique convient à la recherche, y compris la salive, le sang, l'écoulement de l'urètre et du vagin. La méthode est basée sur l'étude de la structure de l'ADN de l'agent pathogène.

La durée de l'étude peut être d'une journée, ce qui permet d'identifier la trichomonase de manière opportune et de commencer un traitement complet à l'aide de médicaments.

Des complications

Avec une évolution défavorable de la trichomonase, une infection vaginale peut se propager à l’utérus et aux trompes de Fallope. L’apparition ou l’augmentation de la douleur dans le bas-ventre est un signe de l’apparition de telles complications. La température corporelle peut augmenter.

Dans de rares cas, Trichomonas peut provoquer une infection ascendante des voies urinaires (cystite, pyélonéphrite). Des troubles de la miction, des douleurs dans le bas de l'abdomen et dans le dos, de la fièvre accompagnent ces troubles.

Trichomonase pendant la grossesse

L'infection des femmes pendant la grossesse aggrave considérablement le déroulement de la grossesse. La complication la plus terrible est le travail prématuré.

Cette infection peut affecter la santé du fœtus, provoquant une infection intra-utérine. On sait que chez les femmes atteintes de cette pathologie, la fréquence des grossesses extra-utérines est presque 2 fois plus élevée.

Traitement de la trichomonase chez les femmes

Si des symptômes suspects sont détectés, en particulier après un rapport sexuel occasionnel, la femme doit subir non seulement un examen, mais également un traitement anti-infectieux. Vous ne devriez pas reporter la visite à la consultation et la réalisation des enquêtes nécessaires, en invoquant un manque de temps, d'argent ou même la honte de votre problème délicat.

Comme vous le savez, la trichomonase ne sera pas guérie de manière indépendante, l'infection deviendra chronique ou porteuse et continuera à causer un préjudice irréparable à la santé des femmes. Il est nécessaire de mener une thérapie dans la trichomonase aiguë et chronique, ainsi que dans le cas d’infection.

Des antibiotiques à action antiprotozoaire sont utilisés pour traiter la forme aiguë non compliquée de la maladie.

  • Le médicament principal est le métronidazole (trichopol), soit une fois 2 g par voie orale, soit pendant cinq à huit jours à raison de 400 mg x 2 par jour. Acceptés pendant ou après les repas, les comprimés ne mâchent pas.
  • En outre, prescrire des bougies ou des comprimés vaginaux avec le même ingrédient actif.

Le traitement efficace de la trichomonase chez la femme consistera à ne pas détecter les trichomonas 3 à 10 jours plus tard, non seulement lors du premier frottis, mais également lors des 3 coups suivants, qui forment 3 cycles menstruels consécutifs. Mais avant de traiter la trichomonase chez la femme, il convient de rappeler que son partenaire sexuel souffre ou est également porteur de la maladie. Par conséquent, les médicaments prescrits par un médecin prennent les deux partenaires.

Prévention

Dans tous les cas, il vaut mieux prévenir la maladie, la prévention est donc très importante. La trichomonase étant une maladie sexuellement transmissible, l'abstinence est le seul moyen d'éviter absolument cette maladie.

Une sexualité sans risque utilisant des préservatifs, la réduction du nombre de partenaires sexuels et une hygiène personnelle soigneuse peuvent également aider à prévenir l’infection à Trichomonas.

Comment traiter la trichomonase chez les femmes

La trichomonase est une maladie infectieuse causée par le micro-organisme le plus simple, le Trichomonas, avec une localisation prédominante du processus pathologique dans les organes du système urogénital humain. Cette pathologie est un leader et occupe la première place dans la structure de toutes les maladies infectieuses transmises sexuellement à l'homme et à la femme.

Quelles bactéries causent la trichomonase?

L'agent causatif de la trichomonase est un microorganisme appartenant au plus simple des genres, le genre Trichomonas. Il s’agit d’un petit microorganisme unicellulaire doté de plusieurs flagelles assurant la mobilité. Chez l'homme, plusieurs types de Trichomonas parasitent - Trichomonas intestinal, oral (mal compris) et urogénital. C'est ce microorganisme qui cause la pathologie inflammatoire chronique du tractus urogénital d'une personne. Dans l'environnement, les trichomonas urogénitaux sont instables et meurent en une heure. La lumière directe du soleil et l’air sec, antiseptiques à concentration normale, sont nuisibles au microorganisme. En liaison avec l'instabilité de l'environnement, le principal moyen de pénétration de Trichomonas dans le corps humain est l'infection pendant les rapports sexuels, avec contact direct des organes génitaux muqueux. La principale caractéristique de Trichomonas, qui complique leur traitement, est leur grande variabilité génétique et leur capacité à développer une résistance aux antimicrobiens. En outre, la majorité des trichomonas urogénitaux sont des parasites intracellulaires, ce qui rend également difficile le diagnostic et le traitement étiologique. Les trichomonas produisent un certain nombre de substances qui constituent des facteurs d’agression et déterminent le pouvoir pathogène (tendance à provoquer une réaction pathologique) de l’agent pathogène, notamment:

  • Les protéases et l’hyaluronidase - des enzymes qui décomposent les liaisons moléculaires des protéines de la matrice cellulaire, facilitent la pénétration de Trichomonas dans les couches plus profondes des tissus.
  • La fibronectine est une substance protéique spécifique qui assure la fixation de Trichomonas sur les cellules du système urogénital humain.
  • L'antitrypsine est une substance qui protège Trichomonas de la phagocytose et de la division enzymatique des cellules du système immunitaire (macrophages et globules blancs).
  • Facteur hémolytique - provoque la destruction des globules rouges dans le domaine du parasitisme Trichomonas.

Différentes sous-espèces d'agents pathogènes de la trichomonase urogénitale, le nombre et le rapport des facteurs d'agression sont différents, ce qui détermine la gravité du déroulement et de la manifestation (apparition de symptômes cliniques) de la pathologie.

Comment se transmet la trichomonase?

La principale source d’infection dans la trichomonase urogénitale est une personne malade (y compris une pathologie asymptomatique) et un porteur de Trichomonas. L'infection d'une personne en bonne santé se produit par contact direct des organes génitaux muqueux (la tête du pénis ou du vagin), car l'infection est très instable dans l'environnement extérieur (des cas isolés de transmission de l'infection par contact lors de l'utilisation d'une seule serviette au sauna). L'infection se produit lors de rapports sexuels non protégés (sans l'utilisation de préservatifs). L'infection de la population humaine est élevée, ce qui est associé à une variabilité significative du micro-organisme, au développement de sa résistance aux antimicrobiens et à l'évolution asymptomatique de la pathologie du tractus urogénital. On pense que l'infection chez les femmes est légèrement plus élevée que chez les hommes.

Comment se développe la maladie?

La porte d'entrée de l'infection est la muqueuse des organes génitaux. La pénétration se fait par la tête du pénis chez les hommes ou par le vagin chez les femmes. Puis, progressivement, les trichomonas se multiplient et, sous l’action des facteurs d’agression, se propagent aux organes du système génito-urinaire. Chez les hommes, ils parasitent la prostate, la vessie et les testicules. Chez la femme, le vestibule et le vagin lui-même, les glandes excrétoires des organes génitaux externes, les petites lèvres, l'utérus, les ovaires et les trompes sont les plus touchés. Dans le domaine de la parasitisation par le trichomonad, un foyer d'infiltration inflammatoire se développe, constitué de cellules du système immunitaire et des microorganismes eux-mêmes. Trichomonas partiellement parasite à l'intérieur des cellules du système immunitaire, ce qui complique le processus de traitement et la formation de la réponse immunitaire. Par conséquent, après l'infection, l'immunité n'est pas formée et la réinfection est possible.

Symptômes de la trichomonase

En fonction de la réactivité du corps humain et de la sous-espèce de Trichomonas, la trichomonase urogénitale peut être asymptomatique ou avec l’élaboration d’un tableau clinique manifeste. La période d'incubation de cette pathologie infectieuse varie d'une semaine à un mois. Il se caractérise par certaines différences sexuelles.

Symptômes de la trichomonase urogénitale chez la femme

Les principaux symptômes de la forme manifeste de la trichomonase urogénitale sont les suivants:

  • L'apparition de pertes vaginales - elles ont généralement une couleur jaune ou blanche, sont opaques et dégagent une odeur désagréable.
  • Hyperémie des organes génitaux externes - rougeur due à la réaction inflammatoire, accompagnée d'une augmentation du flux sanguin vers le site du parasitisme à Trichomonas.
  • Démangeaisons dans le vagin, petites et grandes lèvres.
  • Dyspareunie - douleur pendant les rapports sexuels.
  • Dysurie - douleur et sensation de brûlure qui se produit lorsque vous urinez.
  • Douleur chronique à l'abdomen.

La gravité et la combinaison de l'apparition des symptômes chez chaque femme sont différentes.

Symptômes de la trichomonase urogénitale chez l'homme

Chez l'homme, la trichomonase urogénitale est asymptomatique. Dans le cas du développement d'une forme clinique manifeste de cette pathologie infectieuse, plusieurs symptômes majeurs se développent:

  • Décharge de l'urètre (urètre), qui peut avoir une teinte jaunâtre ou une couleur blanche.
  • La miction est accompagnée par l'apparition d'une douleur ou d'une sensation de brûlure dans la région de la vessie et de l'urètre.
  • Symptômes de prostatite (inflammation de la prostate) - douleurs abdominales à la vessie, violation de l'éjaculation (souvent sous la forme d'une éjaculation prématurée), difficulté à uriner.

De tous les symptômes apparaissant lors du développement de la forme manifeste de trichomonase urogénitale chez l’homme, les symptômes de prostatite aiguë ou chronique se développent le plus souvent.

Des complications

La principale complication de la trichomonase urogénitale est une infection chronique à vie. Ceci, à son tour, peut conduire au développement progressif de l'infertilité masculine ou féminine associée à une inflammation constante des tissus des organes du système génito-urinaire. Chez la femme, la trichomonase urogénitale peut provoquer des adhérences dans les trompes, puis l'impossibilité de tomber enceinte ou le développement d'une grossesse extra-utérine. Le développement de la trichomonase urogénitale chez une femme enceinte peut entraîner un certain nombre de complications qui dépendent de la durée de la grossesse au cours de laquelle l'infection s'est manifestée. Ceux-ci comprennent:

  • Fausse couche spontanée au cours du développement de l'infection dans les premiers stades de la grossesse.
  • Malformations du fœtus - résultent du dépassement de la barrière placentaire par les trichomonas et de leur parasitisme dans les cellules du fœtus en développement.
  • Le développement intra-utérin du fœtus est un retard dans la croissance et le développement du fœtus avant sa naissance avec une différence d’âge gestationnel. Cela se produit lors de la parasitisation de l'agent responsable de la trichomonase urogénitale dans les cellules du placenta avec le développement d'une inflammation et la détérioration de la circulation sanguine.
  • Infection urogénitale congénitale de l’enfant, causée par son infection dans les derniers stades de la grossesse.

En relation avec le développement possible de troubles du développement fœtal lors de la manifestation de la trichomonase urogénitale pendant la grossesse, il est très important que la femme subisse des tests de laboratoire au stade de la planification de la grossesse. Cela fournira l’occasion de suivre un traitement étiotrope avec destruction de l’infection dans le système urogénital d’une femme.

Diagnostics

En raison de la rareté des manifestations cliniques de la trichomonase urogénitale, les recherches en laboratoire visant à identifier et à vérifier l'agent causal sont fondamentales pour le diagnostic. Pour cela, les techniques suivantes sont utilisées:

  • Microscopie à contraste de phase ou à fond noir d'un frottis indigène prélevé sur les organes génitaux d'un homme ou d'une femme - dans ce cas, on peut voir directement les agents pathogènes caractéristiques.
  • Microscopie d'un frottis coloré avec des colorants spéciaux à l'aniline (coloration de Gram ou coloration de Romanovsky-Giemsa).
  • La réaction en chaîne de la polymérase (PCR) est une technique moderne au cours de laquelle l’ADN (gènes) des trichomonas urogénitaux est déterminé dans du matériel biologique. Cette technique est sensible et vous permet d'identifier l'agent pathogène, même avec un petit nombre de ses cellules dans le matériau.
  • Semer la culture de microorganismes sur des supports spéciaux d’enrichissement en nutriments avec leur identification ultérieure.

En outre, pour évaluer la présence et la gravité des modifications structurelles et fonctionnelles dans les organes du système urogénital, une échographie, une analyse complète du sang et de l’urine sont effectuées. Il est particulièrement important de mener ces études avant la grossesse planifiée, ce qui permettra de prédire son évolution.

Traitement de la trichomonase

Le traitement de la trichomonase urogénitale est effectué en ambulatoire. Le traitement est complexe avec une approche individuelle pour chaque patient, la correction des agents thérapeutiques est effectuée en fonction de la sous-espèce de l'agent pathogène et des troubles fonctionnels du système génito-urinaire. Le traitement étiotropique de la trichomonase urogénitale vise à la destruction complète de l’agent pathogène et à la libération de celui-ci par le corps. Utilisés pour cette chimiothérapie avec une activité contre les trichomonas, ils incluent:

  • Métronidazole pour administration systémique sous forme de comprimés.
  • Métronidazole pour le traitement local de la trichomonase urogénitale chez la femme sous forme de suppositoires vaginaux.
  • Immunothérapie - activités visant à activer l'immunité cellulaire et humorale en relation avec la libération des organes du système urogénital de Trichomonas. À cette fin, des médicaments à effet immunomodulateur sont utilisés. Ils ne commencent à prendre qu'après la nomination d'un médecin et une étude supplémentaire de l'état fonctionnel du système immunitaire et de l'absence d'effets secondaires ou d'intolérance individuelle à des médicaments.

La durée du traitement étiotropique de la trichomonase urogénitale est déterminée individuellement. Il est très important de libérer complètement le corps de l'agent pathogène, car l'arrêt du traitement à ses débuts peut entraîner une évolution chronique de la pathologie. À l’avenir, cela compliquera le traitement étiotropique, étant donné que les Trichomonas restants deviennent insensibles au métronidazole. En moyenne, le traitement étiotropique dure 7 à 10 jours pour le traitement aigu de l'infection et environ 2 à 3 semaines pour le traitement chronique. Le traitement pathogénique de la trichomonase urogénitale vise à réduire la gravité du processus inflammatoire dans les organes du système urogénital et à améliorer leurs fonctions. Pour ce faire, le médecin prescrit des médicaments anti-inflammatoires, les hommes appliquent un massage de la prostate. Les diurétiques des plantes sont également utiles dans cette pathologie infectieuse. Ils éliminent «mécaniquement» Trichomonas des voies urinaires et de la vessie. Les antiseptiques locaux sont également présentés aux femmes sous la forme de douches vaginales.

Prévention

La prévention spécifique de la trichomonase urogénitale sous forme de vaccination n'existe pas. En outre, l'immunité ne se forme pas après l'infection. Par conséquent, un rôle très important dans la prévention de l’infection et le développement de la maladie appartient aux mesures préventives générales, qui incluent la culture de la vie sexuelle, l’élimination des changements fréquents chez les partenaires sexuels et l’utilisation d’équipements de protection individuelle. Les rapports sexuels protégés aident dans 99% des cas à prévenir l'infection à Trichomonas et à d'autres agents pathogènes, qui sont transmis sexuellement. Il s’agit tout d’abord des maladies incurables - VIH / sida et hépatite virale. En outre, dans le contexte de la trichomonase urogénitale, le risque d’infection par d’autres infections sexuellement transmissibles est beaucoup plus élevé.

La pertinence de la trichomonase aujourd'hui ne perd pas sa valeur. L'infection de la population humaine dans presque tous les pays du monde atteint 60% et plus.