Neuropathie: causes, symptômes et traitements

La neuropathie est un terme qui unit les maladies du système nerveux périphérique.

Faits sur la neuropathie:

La neuropathie est une complication d'un certain nombre de maladies.

Trois types de nerfs peuvent être affectés: autonome, moteur et sensoriel.

Parfois, des nerfs individuels ou des cellules nerveuses sont affectés. La paralysie de Bell est un exemple spécifique de neuropathie du nerf facial qui affecte les muscles et la peau du visage.

Des lésions physiques, des lésions récurrentes, des infections, une altération du métabolisme, l'exposition à des toxines et la prise de certains médicaments peuvent entraîner le développement d'une neuropathie.

La plupart des cas de neuropathie sont diagnostiqués chez des diabétiques.

Dans la neuropathie, en tant que type de complication du diabète, 50% des personnes ne présentent aucun symptôme.

Le dépistage de la neuropathie est un élément indispensable du traitement du diabète.

Dans la neuropathie provoquée par les toxines, l'élimination des toxines du corps aidera à prévenir d'autres lésions des nerfs.

Qu'est-ce que la neuropathie?

Le terme "neuropathie" couvre une vaste zone de maladies nerveuses. Peut être affecté:

Les nerfs sensoriels (les nerfs qui contrôlent la sensation). Une personne a des picotements, des douleurs, un engourdissement ou une faiblesse dans les jambes et les bras

Nerfs moteurs (nerfs responsables de la force et du mouvement). Une personne a une faiblesse dans les jambes et les bras

Les nerfs végétatifs (les nerfs qui contrôlent les systèmes du corps, tels que les intestins, la vessie). Des modifications de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle apparaissent, la transpiration augmente

La neuropathie est également subdivisée:

Mononeuropathie - un seul type de nerfs est affecté.
Polyneuropathie - plusieurs types de nerfs sont touchés.

Causes de la neuropathie

30% des neuropathies se développent chez l'homme pour des raisons inconnues. Les 70% restants sont causés par des maladies et des facteurs:

Le diabète est la cause la plus fréquente de neuropathie. Les taux élevés de sucre dans le sang chez les personnes atteintes de diabète mal maîtrisé provoquent des lésions nerveuses.

Une carence en vitamine B12 peut provoquer une neuropathie.

Certains médicaments de chimiothérapie et médicaments utilisés pour traiter le VIH contribuent aux lésions nerveuses.

Poisons (toxines) - les insecticides et les solvants peuvent endommager les nerfs périphériques.

Cancer - Une neuropathie peut survenir chez les personnes atteintes de certains types de cancer: lymphome et myélome multiple.

Alcool - une consommation excessive d'alcool provoque des lésions nerveuses.

Maladie rénale chronique - si les reins ne fonctionnent pas correctement, un déséquilibre des sels et des produits chimiques peut provoquer une neuropathie périphérique.

Maladie chronique du foie.

Infections - Certaines infections, notamment l’infection à VIH et la maladie de Lyme, peuvent causer des lésions nerveuses.

Troubles du tissu conjonctif - polyarthrite rhumatoïde, syndrome de Sjogren et lupus érythémateux disséminé.

Certaines affections inflammatoires, notamment la sarcoïdose et la maladie cœliaque, peuvent également provoquer une neuropathie périphérique.

Maladies héréditaires - syndrome de Charcot-Marie-Tut et ataxie de Friedreich.

Prévalence de la maladie

La neuropathie périphérique est très répandue.

On estime que plus de 20 millions d'Américains souffrent de cette maladie.
La maladie peut survenir à tout âge, mais est plus fréquente chez les personnes âgées.

Neuropathie diabétique

La cause la plus fréquente de neuropathie périphérique est le diabète.

Un taux élevé de sucre dans le sang endommage les parois des vaisseaux sanguins minuscules qui fournissent de l'oxygène et des nutriments aux nerfs situés aux extrémités des bras et des jambes ainsi que des organes principaux (yeux, reins, cœur).

Symptômes de la neuropathie

Neuropathie sensorielle

  1. Picotements et engourdissements.
  2. L'hypersensibilité.
  3. Augmentation de la sensibilité à la douleur ou perte de la capacité à ressentir la douleur.
  4. Perte de capacité à enregistrer les changements de température.
  5. Perte de coordination
  6. Changements dans la peau, les cheveux et les ongles.
  7. Ulcères de jambe, infection et gangrène.

Neuropathie motrice

Faiblesse musculaire - provoque l'instabilité et rend difficile la réalisation d'actions simples, telles que le boutonnage d'une chemise.

Neuropathie végétative

Étourdissements et évanouissements (dus aux changements soudains de la pression artérielle).

Incapacité de transférer de la chaleur.

Perte de contrôle de la vessie entraînant une incontinence.

Ballonnements, constipation ou diarrhée.

Difficultés à obtenir ou à maintenir une érection (impuissance).

Névralgie post-herpétique - après un zona. La neuropathie sensorielle peut durer plusieurs mois après la disparition du lichen

Neuropathie du nerf ulnaire - après une blessure au coude.

Syndrome du canal carpien - provoqué par la compression des nerfs dans la membrane du poignet.

Paralysie du nerf fibulaire - provoquée par la compression du nerf, qui passe à travers le cou du péroné.

Paralysie du nerf radial.

La paralysie de Bell est une neuropathie qui affecte le visage.

Diagnostic de la neuropathie

Le médecin découvre les informations et analyse:

  1. Les symptômes.
  2. Santé générale.
  3. Cas de neuropathie chez des proches.
  4. Tous les médicaments pris (ou récemment pris).
  5. Toute exposition à des poisons (toxines).
  6. Consommation d'alcool.
  7. La vie sexuelle.
  1. Examen de la peau.
  2. Vérification du pouls.
  3. Vérifiez les sensations.
  4. Vérification des vibrations
  5. Tendon saccades.

Test de conduction nerveuse

Un examen de la conduction nerveuse teste la vitesse à laquelle les nerfs envoient des signaux.

Des électrodes spéciales sont placées sur la peau au-dessus du nerf à tester. Ces électrodes émettent de très petites impulsions électriques, qui ressemblent un peu à un petit choc électrique qui stimule le nerf.

D'autres électrodes enregistrent l'activité électrique du nerf.

La distance parcourue par les impulsions par rapport aux autres électrodes et le délai après lequel elles reçoivent cette impulsion nous permettent de calculer la vitesse du nerf pulsé.

En neuropathie périphérique, ce taux est significativement réduit.

Électromyographie

Ce test évalue l'activité électrique des muscles.

Une aiguille très fine avec une électrode attachée est insérée à travers la peau dans le muscle et connectée à l'oscilloscope.

La réaction du muscle, quand il est stimulé par les nerfs, est contrôlée et enregistrée avec un oscilloscope.

En neuropathie périphérique, l'activité électrique sera anormale.

Biopsie nerveuse

Prendre une petite partie du nerf pour des recherches plus approfondies au microscope.

Biopsie cutanée

Cette nouvelle méthode a été développée pour l’étude des nerfs périphériques.

Il peut être utilisé pour diagnostiquer la neuropathie périphérique à un stade précoce, ainsi que pour surveiller la progression de la neuropathie et l'efficacité du traitement.

De plus, la densité des fibres nerveuses dans la zone cutanée est mesurée.

En neuropathie périphérique, la densité des nerfs périphériques diminue.

Traitement de la neuropathie

Des médicaments sont disponibles pour soulager la douleur et réduire les engourdissements et les picotements. Certains des médicaments utilisés pour traiter d'autres maladies, mais aident également les personnes atteintes de neuropathie:

Soulagement de la douleur neuropathique:

La gabapentine (Neurontin), la prégabaline (Paroles) et la carbamazépine (Carbatrol, Tegretol et autres) sont des médicaments contre l'épilepsie.

La duloxétine (Cymbalta) et la venlafaxine (Effexor) sont des antidépresseurs qui inhibent le recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline.

Elavil ou Endep), la nortriptyline (Pamelor), la désipramine (Norpramin) et l’imipramine (Tofranil) sont tous des antidépresseurs tricycliques.

L'oxycodone (Oxecta, OxyContin, autres) et le tramadol (Conzip, Ultram, etc.) sont des analgésiques opioïdes.

Neuropathie: symptômes et traitement

Neuropathie - les principaux symptômes:

  • Vertige
  • Palpitations cardiaques
  • Nausée
  • Transpiration
  • Coordination du mouvement
  • Peau sèche
  • Salivation accrue
  • Pansements
  • Perte de conscience
  • Déchirant
  • Picotements dans les jambes
  • Yeux secs
  • Brûlures d'estomac
  • Douleur dans les membres
  • Troubles Urinaires
  • Cicatrisation lente
  • Brûlant dans les membres
  • Manque de miction
  • Changement de goût
  • Pied suspendu

La neuropathie est une maladie du système nerveux de nature non inflammatoire qui progresse en raison de dommages ou de l'épuisement des cellules nerveuses. La pathologie n'est pas limitée par l'âge ou le sexe. Il est à noter que cet état pathologique peut toucher à la fois une fibre nerveuse et plusieurs fibres nerveuses à la fois, et qu'elles ne se trouvent pas toujours à un point du corps.

Étiologie

La manifestation des symptômes de la maladie peut provoquer de nombreuses causes. Parmi les plus communs sont les suivants:

  • l'hypovitaminose;
  • troubles métaboliques;
  • traumatisme de la fibre nerveuse de tout degré de gravité;
  • la présence de tumeurs bénignes ou malignes;
  • pathologie des vaisseaux sanguins;
  • intoxication du corps;
  • maladies endocriniennes;
  • réactivité réduite du corps;
  • vascularite;
  • pathologie du sang;
  • alcoolisme chronique;
  • infections virales et bactériennes;
  • hypothermie sévère;
  • facteur héréditaire.

Espèces

En médecine, plusieurs classifications de la maladie sont utilisées, lesquelles sont basées sur les causes, la nature des lésions des fibres nerveuses.

Classification en fonction des raisons de la progression de la pathologie:

  • neuropathie diabétique. Cette forme de pathologie progresse dans le contexte d’une diminution de la concentration de glucose dans le sang. Se développe habituellement avec le diabète;
  • neuropathie post-traumatique. Les principales raisons de sa progression sont les traumatismes mécaniques de la fibre nerveuse et de ses branches, qui les pincent ou les maintiennent dans la zone de défaite de l'intervention opérable. Cette forme de pathologie affecte dans la plupart des situations cliniques le nerf cubital, la sciatique, la radiothérapie ainsi que les nerfs des membres inférieurs. Le plus souvent, un traumatisme provoque une neuropathie du nerf radial, du péroné et de l'ulna;
  • neuropathie alcoolique. La raison de la progression - consommation de grandes quantités de boissons contenant de fortes doses d'alcool. Cette substance, ainsi que ses produits de décomposition, complique considérablement le processus de métabolisme, en particulier l'absorption de vitamines dans l'intestin. Cela conduit à l'avitaminose, qui devient la cause de la progression de la neuropathie alcoolique;
  • forme ischémique. Ce type de maladie se développe à la suite d’une rupture de l’alimentation en sang des terminaisons nerveuses.

En fonction de la nature des lésions des fibres nerveuses, on distingue les types de maladies suivants:

  • neuropathie sensorielle. Il se caractérise par une violation de la sensibilité d'un organe particulier du corps humain. Manifesté par l'absence de douleur, d'engourdissement et de picotement, ainsi que de douleurs fantômes;
  • neuropathie périphérique. Il est dit de sa progression si le processus physiologique de transmission des impulsions nerveuses du système nerveux central aux organes innervés par les fibres nerveuses touchées est perturbé. En conséquence, la neuropathie périphérique se manifeste par les symptômes suivants: perte de sensibilité diminuée ou complète, faiblesse musculaire, convulsions, tics et coordination insuffisante des mouvements (ce symptôme se manifeste généralement dans les cas de neuropathie des membres inférieurs, de neuropathie du nerf radial, etc.);
  • neuropathie motrice. Un signe caractéristique - activité physique défectueuse. Il est à noter que dans ce cas, il n'y a pas de diminution de la sensibilité. Symptômes caractéristiques: le patient fait des mouvements des membres qu'il ne peut pas contrôler lui-même, certains réflexes musculaires disparaissent, la faiblesse musculaire augmente progressivement;
  • neuropathie autonome. Dans ce cas, l'innervation des organes internes est perturbée. Cette forme de pathologie est considérée comme la plus dangereuse car, dans le cas de sa progression, le fonctionnement de certains organes et systèmes est perturbé. En particulier, le patient peut avoir une violation de la miction, de la déglutition, de la défécation.

Selon la fibre nerveuse touchée:

  • neuropathie du nerf péronier;
  • neuropathie du nerf cubital;
  • neuropathie du nerf radial;
  • la défaite du nerf trijumeau;
  • dommages aux nerfs des membres inférieurs.

Symptomatologie

Les symptômes de la maladie dépendent en grande partie de la ou des fibres nerveuses écrasées ou blessées. En fait, il existe de nombreux signes de cette maladie, mais la plupart d'entre eux ne sont pas caractéristiques, ce qui, dans une certaine mesure, rend difficile l'établissement d'un diagnostic précis.

Forme diabétique

La neuropathie diabétique est la complication la plus courante du diabète. Le plus souvent, cette maladie manifeste une neuropathie périphérique. Les manifestations de la maladie sont multiples, les nerfs spinaux étant impliqués dans le processus pathologique, ainsi que les nerfs responsables du fonctionnement des organes internes.

Symptômes de la neuropathie diabétique (en cas de progression de la neuropathie périphérique):

  • picotements dans les jambes;
  • Les structures musculaires des membres à mesure que la neuropathie diabétique progresse peuvent changer de forme;
  • le patient peut remarquer qu’à un moment donné, il ressent un fort refroidissement des extrémités et qu’un autre moment, une sensation de chaleur se crée en eux;
  • sensation de rampement dans les membres;
  • douleur dans les membres (se manifestant principalement pendant la nuit);
  • sensibilité accrue au toucher. Parfois, même un toucher léger peut causer de la douleur;
  • un signe caractéristique de neuropathie périphérique est la sensation de porter des gants ou des chaussettes sur les membres, mais ils sont nus;
  • brûlant dans les membres;
  • les blessures reçues avec une neuropathie périphérique déjà existante guérissent très longtemps.

La neuropathie diabétique autonome se manifeste par les symptômes suivants:

  • nausée et bâillonnement;
  • vertige en essayant de changer la position du corps;
  • brûlures d'estomac;
  • problèmes d'excrétion d'urine;
  • la tachycardie, qui peut se manifester même dans un état de repos complet;
  • violation de la fonction érectile;
  • selles irrégulières;
  • même en cas de surpeuplement important de la vessie, il n'y a aucune envie d'uriner;
  • perte de conscience, malgré le fait qu'il n'y a aucune raison visible pour cela;
  • transpiration accrue;
  • sécheresse excessive de la peau.

Défaite du nerf facial

La neuropathie du nerf facial est très fréquente. La littérature médicale parle également de neuropathie du trijumeau. Il est généralement provoqué par la surfusion de la fibre nerveuse, de sorte que la maladie a son caractère saisonnier. Le plus souvent, il se produit dans la période automne-hiver. La neuropathie du nerf facial débute de façon aiguë - les symptômes et leur degré de gravité dépendent directement de l'emplacement de la lésion.

Symptômes de neuropathie du nerf facial:

  • baver;
  • la moitié du visage, où le nerf touché est localisé, comme s'il durcissait;
  • violation de la perception du goût;
  • avec la neuropathie du nerf facial, il existe un syndrome douloureux marqué de la part du nerf touché;
  • l'œil ne ferme pas complètement et la personne ne peut pas cligner des yeux;
  • symptôme caractéristique de neuropathie du nerf facial - le devant de la langue devient engourdi;
  • larmoiement;
  • une sécheresse oculaire grave peut parfois être observée.

Affection nerveuse fibiale

La neuropathie du nerf péronier affecte généralement les filles âgées de 10 à 19 ans. Il est à noter que cette maladie a un pronostic défavorable. La neuropathie du nerf péronier peut être provoquée par un traumatisme de l'articulation du genou ou de l'appareil ligamentaire, des fractures osseuses, une intervention opérable le long du trajet de la fibre nerveuse, etc.

Symptômes de la neuropathie du nerf péronier:

  • perdre progressivement la capacité de faire pivoter le pied;
  • les patients qui marchent ou courent peuvent se tordre le pied inopinément
  • l'incapacité de plier et de plier correctement les orteils;
  • pied affaissé;
  • un homme ne peut pas marcher sur les talons.

Événements médicaux

Le traitement de la neuropathie doit être effectué immédiatement, dès l'apparition des premiers signes avant-coureurs de progression de la pathologie. Pour le rendez-vous du traitement correct, vous devez consulter votre médecin. L'automédication n'est pas valide.

Le traitement de la neuropathie est effectué de manière séquentielle. Activités nécessaires:

  • élimination du facteur dommageable (compression);
  • élimination de l'inflammation;
  • soulagement de la douleur;
  • restauration du fonctionnement complet de la fibre nerveuse touchée;
  • stimulation des processus de régénération;
  • traitement de maladies provoquant une pathologie (le cas échéant);
  • prévention des rechutes.

Si vous pensez avoir une neuropathie et les symptômes caractéristiques de cette maladie, un neurologue peut vous aider.

Nous vous suggérons également d'utiliser notre service en ligne de diagnostic des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

L'hypoparathyroïdie est une maladie causée par une production insuffisante d'hormone parathyroïdienne. La progression de la pathologie entraîne une violation de l'absorption du calcium dans le tractus gastro-intestinal. L'hypoparathyroïdie sans traitement approprié peut entraîner une invalidité.

La labyrinthe est une maladie inflammatoire qui affecte l'oreille interne. Commence à progresser en raison de la pénétration d'agents infectieux dans l'organe ou en raison d'une blessure. En médecine, cette affection s'appelle également otite interne. Elle se caractérise par le développement de troubles vestibulaires (vertiges, incoordination), ainsi que de lésions aux organes de l'aide auditive.

La claustrophobie est une maladie caractérisée par l’apparition d’une peur persistante et obsessionnelle des espaces clos. La peur augmente lorsqu'une personne pénètre dans des pièces étroites, petites ou basses, des pièces sans fenêtre, etc. Les personnes atteintes de claustrophobie éprouvent également une gêne lors de leurs déplacements en transports, dans une foule de personnes. En raison de cette peur panique, les gens essaient d'éviter des activités ou des situations pouvant causer une autre attaque de panique. En conséquence, le comportement d'une personne change parfois, dans la mesure où il peut arrêter de quitter la maison.

Un phéochromocytome est une tumeur bénigne ou maligne constituée de tissu chromaffinique extra-surrénalien et de médullosurrénale. Le plus souvent, la formation ne touche qu'une seule glande surrénale et a un cours bénin. Il convient de noter que les raisons exactes de la progression de la maladie n'ont pas encore été établies. En général, le phéochromocytome de la glande surrénale est assez rare. Habituellement, la tumeur commence à progresser chez les personnes âgées de 25 à 50 ans. Mais la formation de phéochromocytome chez les enfants, en particulier chez les garçons, est également possible.

L'encéphalite est une lésion inflammatoire du cerveau. En règle générale, la progression de cette pathologie dangereuse chez les enfants et les adultes est provoquée par des agents infectieux. Les cliniciens sécrètent une encéphalite cérébrale primaire et secondaire. Le primaire progresse indépendamment alors que le secondaire apparaît dans le contexte de diverses maladies - rougeole, toxoplasmose, grippe, etc.

Avec l'exercice et la tempérance, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.

Polyneuropathie des membres supérieurs: symptômes, traitement et conséquences de la pathologie

La polyneuropathie est une maladie dangereuse et grave qui affecte principalement le système nerveux périphérique. Cette maladie peut entraîner une faiblesse des membres, une perte de sensibilité, une paralysie flasque et d’autres conséquences désagréables.

Chez les personnes âgées, cette maladie survient plusieurs fois plus souvent. La polyneuropathie ne se transmet pas d'elle-même et peut évoluer. Par conséquent, un diagnostic opportun et un traitement bien choisi sont nécessaires.

Qu'est-ce que la polyneuropathie et pourquoi cela se produit-il?

La polyneuropathie des mains résulte d'une lésion du système nerveux et conduit à une paralysie.

Les nerfs sont le conducteur qui transmet les signaux du cerveau aux autres parties du corps. Si la conductivité est violée, il y a des problèmes de sensibilité. La polyneuropathie se traduit par une maladie de nombreux nerfs. Dans cette maladie, plusieurs branches du système nerveux périphérique sont affectées à la fois. La maladie entraîne une altération de la motricité des membres.

Pour savoir comment se manifeste la polyneuropathie des membres supérieurs, les symptômes, le traitement et le pronostic de cette maladie, il est nécessaire de consulter un neurologue. Le cours de la maladie peut être varié: éclair lent et discret, ou rapide.

La polyneuropathie se développe souvent sur le fond d'une autre maladie. Les causes du développement de la maladie peuvent être:

  1. Carence en vitamine. Le travail du système nerveux dépend en grande partie de la quantité de vitamines dans le corps. Les vitamines du groupe B sont particulièrement importantes pour les nerfs: en cas de déficience chronique, diverses maladies du système nerveux apparaissent, notamment la polyneuropathie.
  2. Le diabète. Le diabète entraîne des troubles métaboliques. Le corps n'absorbe pas le glucose. Par conséquent, les cellules ne disposent pas de suffisamment d'énergie pour fonctionner normalement. Pour cette raison, les vaisseaux qui deviennent plus fragiles, les fibres nerveuses sont affectés. Cependant, les diabétiques sont plus susceptibles d'avoir une polyneuropathie des membres inférieurs.
  3. Intoxication toxique du corps. Cela peut être à la fois alcoolique et viral, intoxication parasitaire, intoxication par des substances chimiques comme l’arsenic, le monoxyde de carbone. L’accumulation de substances nocives dans le corps entraîne des dommages au système nerveux et le développement de maladies chroniques.
  4. Traumatisme Les blessures après un AVC ou une intervention chirurgicale peuvent entraîner un pincement des nerfs, une neuropathie. La polyneuropathie peut aussi être causée par la compression des nerfs due au déplacement des vertèbres.

On sait que la polyneuropathie peut être héréditaire. Ce n'est pas la maladie elle-même qui peut être transmise génétiquement, mais une prédisposition à cette maladie.

La polyneuropathie des membres supérieurs ne peut pas être qualifiée de maladie commune. Il est diagnostiqué chez environ 2,5% des personnes. Dans la vieillesse, la maladie est plus fréquente (environ 8%).

Les principaux symptômes de la maladie

La faiblesse des mains, un engourdissement, des douleurs, des doigts tremblants et une transpiration sont des signes de maladie

La maladie a un tableau clinique assez caractéristique, mais l'intensité de sa manifestation dépend du stade de la maladie, de ses caractéristiques et de l'état du corps. Au début, les signes peuvent être légers. D'abord, les fibres nerveuses sont irritées, puis leur conduction est perturbée.

Au début, les seuls symptômes peuvent être une faiblesse des membres, une pâleur de la peau. En règle générale, avec de telles manifestations, personne ne va chez le médecin. Ensuite, la maladie commence à progresser, entraînant diverses complications. Plus tôt le diagnostic est établi et le traitement commencé, plus la probabilité de conséquences désagréables est faible.

Les symptômes caractéristiques de la polyneuropathie du membre supérieur comprennent:

  • Faiblesse musculaire. La polyneuropathie est souvent accompagnée d'une faiblesse musculaire et d'une atrophie des fibres musculaires. Il y a d'abord une faiblesse de la main, puis tout le bras. Les charges habituelles deviennent impossibles.
  • Tremblement Avec le développement de la maladie et l'apparition d'une faiblesse musculaire, un tremblement apparaît, qui se manifeste par un tremblement constant et involontaire des mains.
  • L'hypesthésie. L'hypesthésie est la réduction ou la disparition complète de la sensibilité de la peau dans la région des extrémités. En règle générale, cela ne s'applique qu'aux mains, dans le reste de la main, la sensibilité est maintenue.
  • Hypohidrose. En raison de la violation des nerfs, il y a une sécheresse accrue de la peau des mains.
  • Douleur intense Les mains douloureuses peuvent ne pas être immédiatement apparentes. En règle générale, les douleurs sont assez intenses, spontanées, apparaissent et disparaissent sans raison apparente.
  • Régénération lente des tissus. Les lésions cutanées, les plaies et les égratignures aux mains guérissent beaucoup plus longtemps que d'habitude.
  • Oedème Dans les zones des extrémités, des œdèmes peuvent apparaître en raison d'une accumulation excessive de liquide et d'une perturbation du système cardiovasculaire. Les oedèmes apparaissent symétriquement des deux mains.
  • Transpiration En règle générale, la fonction de transpiration est altérée, de sorte que la peau des membres transpire constamment, quelle que soit la température ambiante.

La polyneuropathie peut être accompagnée de symptômes non associés au mouvement ou au travail des membres. Par exemple, le patient souffre souvent de tachycardie, d'essoufflement, de problèmes de vaisseaux sanguins, de violations du tractus gastro-intestinal, de constipation, etc.

Types de névrite des membres supérieurs et leurs caractéristiques

En médecine, il existe plusieurs formes et stades de la maladie.

Pour choisir le bon traitement, il est nécessaire de déterminer le stade et la forme de la maladie. La polyneuropathie a plusieurs variétés:

  • Sensoriel. Dans la polyneuropathie sensorielle, la sensibilité est principalement altérée. Le patient a la chair de poule, des picotements et d’autres sensations inhabituelles dans la région du membre affecté. La paume peut devenir engourdie ou brûler.
  • Moteur. Les principaux symptômes de la polyneuropathie motrice sont une violation des fonctions motrices. Le patient lève à peine la main ou ne peut pas pivoter avec une brosse, ni les doigts. Il est associé à une atrophie musculaire progressive.
  • Sensomoteur. Ce type de polyneuropathie combine des déficiences sensorielles et motrices et est le plus fréquent.
  • Végétatif. Avec la polyneuropathie végétative, tous les symptômes sont associés à une lésion du système nerveux végétatif, à savoir une transpiration, une pâleur et des signes non associés à des membres. Dans ce cas, les nerfs qui contrôlent le travail de divers organes internes sont touchés.
  • Mixte Avec une polyneuropathie mixte, la lésion est étendue, de sorte que tous les symptômes ci-dessus apparaissent, progressivement ou simultanément.

Si nous parlons de polyneuropathie des membres supérieurs, ils distinguent également la classification en fonction du nerf affecté. Par exemple, il existe une neuropathie du nerf radial, qui traverse tout le bras. Dans ce cas, les symptômes dépendront de la zone touchée. Il existe souvent un syndrome de brosse suspendue, c’est-à-dire que la brosse ne pend que lorsque vous levez les mains.

Une neuropathie du nerf médian peut survenir à la suite d'une blessure ou d'une injection infructueuse dans une veine dans la région de la courbure du coude.

Les symptômes concernent principalement la capacité de déplacer la brosse: elle ne tourne pas, ne se plie pas, il est difficile pour un patient de bouger ses doigts. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les symptômes s'aggravent, les muscles s'affaiblissent, le patient ne peut plus serrer la main.

La neuropathie du nerf ulnaire peut être professionnelle et se produit plus souvent chez ceux dont le travail est lié au soutien des coudes. Dans les lésions sévères, le patient perd de la sensibilité dans la région du petit doigt et de l'annulaire.

Diagnostic et pharmacothérapie

Les résultats de l'électroneuromyographie aideront à confirmer le diagnostic.

Il est souvent difficile de diagnostiquer une maladie, car les symptômes peuvent être flous, similaires aux signes d'autres maladies. Tout d'abord, un neuropathologiste collecte l'anamnèse, mais il est impossible d'établir un diagnostic sur la base de l'anamnèse. Un autre examen est donc prévu. Le médecin vérifiera les réflexes, prescrira une prise de sang, ainsi que l’électroneuromyographie, ce qui est fondamental pour le diagnostic de la polyneuropathie.

La méthode consiste à évaluer l'activité électrique des muscles et des fibres nerveuses. La procédure ne nécessite pas de formation spéciale. Il suffit de venir au bureau l'estomac vide et de ne pas prendre de médicaments le jour de l'examen. Au cours de la procédure, des électrodes sont fixées au corps (notamment au membre blessé). Les impulsions électriques provoquent des contractions du muscle. Le médecin peut vous demander de forcer votre bras ou de faire plusieurs mouvements. La procédure est assez rapide et non invasive. Le résultat est obtenu sous forme de graphique, comme dans un ECG.

Si le patient a reçu un diagnostic de polyneuropathie des membres supérieurs, il est nécessaire de commencer le traitement le plus tôt possible. La pharmacothérapie comprend:

  • Analgésiques La polyneuropathie peut être accompagnée d'une douleur intense. Mais comme cette douleur est de nature neurologique, il est très rarement possible de l’enlever complètement. Anticonvulsivants analgésiques recommandés, tels que gabapentine, neurontin. Les analgésiques conventionnels comme Analgin ne donneront aucun effet.
  • Vitamines. Des complexes multivitaminiques ou des injections de vitamines du groupe B sont prescrits pour renforcer les fibres nerveuses et améliorer leur conductivité. Il existe des médicaments complexes spéciaux contenant des vitamines et de la lidocaïne. Avec des injections, ils soulagent la douleur. La cure de vitamines dure environ un mois.
  • Agents métaboliques. En règle générale, ce sont des médicaments complexes qui améliorent le métabolisme, normalisent le flux sanguin et la conductivité des impulsions nerveuses. Ces médicaments comprennent Actovegin, Instenon, Cytochrome C. Cependant, ils ne sont pas tous efficaces pour traiter certains types de polyneuropathie.

Les médicaments sont prescrits en fonction des causes sous-jacentes de la maladie. Tout d'abord, il est nécessaire d'éliminer ces causes et de guérir la maladie qui a conduit à la polyneuropathie.

Traitement chirurgical et folklorique

Pendant le traitement, il est nécessaire d’adhérer à une alimentation équilibrée et d’abandonner les mauvaises habitudes.

La chirurgie pour la polyneuropathie n'est pas toujours efficace. Si des lésions nerveuses périphériques sont causées par une infection, un diabète sucré ou une autre maladie, un traitement conservateur, la physiothérapie, un massage, une thérapie physique, etc., sont prescrits.

Une intervention chirurgicale est recommandée si la polyneuropathie est provoquée par un nerf pincé et que les symptômes deviennent plus prononcés. Par exemple, la chirurgie est prescrite pour la neuropathie en tunnel. Les muscles qui compriment le nerf sont coupés, les ligaments sont coupés pour arrêter de pincer le nerf. Dans la plupart des cas, la chirurgie éliminera tous les symptômes désagréables. Cependant, l'efficacité de l'intervention chirurgicale dépend en grande partie d'une rééducation appropriée.

En règle générale, la polyneuropathie n'est pas traitée exclusivement par des méthodes traditionnelles, mais elle complète souvent le traitement médicamenteux et permet de faire face rapidement à la maladie.

Les méthodes les plus courantes de traitement de la polyneuropathie sont:

  1. Argile L'argile naturelle a de nombreuses propriétés curatives. Il est utilisé par voie topique. La poudre d'argile bleue ou verte est diluée avec de l'eau en une suspension épaisse. Cette boue doit être appliquée avec une couche épaisse sur la main blessée et attendez qu'elle sèche. Vous pouvez également faire des compresses de réchauffement avec de l'argile.
  2. Massages Une technique de massage appropriée soulagera non seulement la douleur, mais améliorera également la circulation sanguine. Pour le massage, utilisez une pommade chauffante ou de l'huile de ricin. La main doit être frottée doucement jusqu'à ce que la peau devienne rouge. Ensuite, vous pouvez frotter dans la vodka, envelopper votre main avec un chiffon chaud et laisser reposer toute la nuit.
  3. Phytothérapie Lorsque la polyneuropathie est recommandé d'utiliser des décoctions d'herbes à l'intérieur. Pour restaurer le système nerveux, vous pouvez prendre des décoctions et des teintures de bardane, d’aneth, de romarin, de clou de girofle. La racine de bardane peut être mâchée crue. On croit que depuis c'est plus efficace.
  4. Kéfir. Le kéfir frais doit être mélangé avec des graines de persil et de tournesol. Vous recevrez un médicament qui renforce non seulement le système nerveux, mais élimine également les toxines du corps.

Les méthodes traditionnelles de traitement de la polyneuropathie ont leurs propres contre-indications. Ils peuvent provoquer une réaction allergique. Avant d'utiliser l'outil, vous devez consulter un neurologue.

Pronostic et complications possibles

La polyneuropathie peut causer un handicap!

Avec un traitement rapide de la polyneuropathie aiguë, le pronostic est favorable. Cependant, le traitement de la forme chronique de la maladie dure toute la vie. Le rétablissement complet ne se produit pas, mais vous pouvez améliorer la qualité de vie du patient.

Si le traitement n'a aucun effet, la personne devient invalide. La polyneuropathie peut avoir diverses conséquences désagréables. La douleur constante et la faiblesse musculaire conduisent au fait qu'une personne ne peut pas travailler pleinement. Une maladie rapidement évolutive peut être fatale.

Les complications sévères de la polyneuropathie des membres supérieurs comprennent:

  • Arrêt cardiaque soudain. La perturbation du système nerveux périphérique s'accompagne souvent d'insuffisance cardiaque grave, d'arythmie, de tachycardie, etc. Une forte attaque d'arythmie peut entraîner une mort subite du cœur.
  • Troubles respiratoires. Le système nerveux remplit de nombreuses fonctions, dont l'une consiste à transmettre des impulsions aux muscles. Si la connexion avec les muscles respiratoires est rompue, l’essoufflement, l’asthme et d’autres troubles de la fonction respiratoire se développent, ce qui peut également être fatal.
  • Troubles du mouvement irréversibles. Des lésions graves aux nerfs périphériques empêchent le bras de bouger normalement, même paralysé. Ces effets peuvent être réversibles ou irréversibles dans la forme progressive chronique de la maladie.

Plus d'informations sur la polyneuropathie peuvent être trouvées dans la vidéo:

Pour éviter les complications, il est nécessaire de consulter un médecin à temps et de suivre ses recommandations. À titre de mesure préventive, il est recommandé de pratiquer une activité physique modérée et une nutrition appropriée.

La cause de la polyneuropathie est souvent une infection. Il est donc nécessaire de renforcer le système immunitaire, de durcir, de suivre le régime alimentaire, de prendre des complexes multivitaminés. Il est également très important de se débarrasser des mauvaises habitudes, notamment en prenant de l’alcool. La neuropathie alcoolique existe. L'alcool détruit le système immunitaire et le système nerveux humain.

Neuropathie du nerf médian du bras

La neuropathie du nerf médian est l’un des trois principaux nerfs moteurs-sensoriels des mains, qui assure leurs mouvements et leur sensibilité de l’épaule au bout des doigts.

Sans prendre en compte les facteurs pathogéniques, beaucoup continuent à l'appeler névrite, et la CIM-10, basée sur les caractéristiques anatomiques et topographiques de la maladie, la réfère à la mononeuropathie des membres supérieurs avec le code G56.0-G56.1.

Code CIM-10

Épidémiologie

La statistique exacte de cette pathologie est inconnue. La plupart des études épidémiologiques se concentrent sur le syndrome du canal carpien, qui est le syndrome de compression périphérique du nerf médian le plus répandu, avec une fréquence de maladies élevée - 3,4% de toutes les neuropathies: 5,8% chez les femmes et 0,6% chez les hommes.

Les neurologues européens notent que ce syndrome est diagnostiqué chez 14 à 26% des patients diabétiques; environ 2% des cas sont résolus pendant la grossesse, près de 10% des conducteurs professionnels, un quart des peintres, 65% des personnes travaillant constamment avec des outils vibrants et 72% des travailleurs affectés à la transformation manuelle du poisson ou de la volaille.

Mais le syndrome d'un pronateur rond est détecté dans près des deux tiers des trayeuses.

Causes de la neuropathie du nerf médian

Dans la plupart des cas, les causes de neuropathie du nerf médian sont le pincement d’une partie du tronc nerveux, qui est définie en neurologie comme une neuropathie de compression du nerf médian, une neurocompression ou un syndrome de tunnel. La compression peut être le résultat de blessures: fractures de la tête de l'épaule ou de l'os claviculaire, entorses et coups violents de l'épaule, de l'avant-bras, du coude ou du poignet. Si les vaisseaux sanguins adjacents au nerf et les capillaires de son endoneurium sont comprimés, une neuropathie par compression ischémique du nerf médian est diagnostiquée.

En neurologie, il existe d'autres types de neuropathie du nerf médian, en particulier dégénérative-dystrophique, associée à une arthrose, à une ostéoarthrose déformante ou à une ostéite des articulations brachiale, du coude ou du poignet.

En présence d'inflammations infectieuses chroniques des articulations des membres supérieurs - arthrite, arthrose du poignet, arthrite rhumatoïde ou goutteuse, rhumatisme articulaire - peuvent également causer une neuropathie du nerf médian. Ceci, en tant que déclencheur de pathologie, devrait inclure des processus inflammatoires localisés dans le sac synovial des articulations, dans les tendons et les ligaments (avec ténosynovite sténotique ou ténosynovite).

De plus, les néoplasmes des os de l'épaule et de l'avant-bras (ostéomes, exostoses osseuses ou ostéochondromes) peuvent entraîner des lésions du nerf médian. les tumeurs du tronc nerveux et / ou de ses branches (sous forme de neurome, schwannomes ou neurofibromes), ainsi que des anomalies anatomiques.

Ainsi, si une personne présente une formation anatomique rare dans le tiers inférieur de l'épaule (environ 5 à 7 cm au-dessus du nombre moyen du terminal), l'apophyse épicondyloïde épineuse (apophyse) peut alors former une ouverture supplémentaire. Elle peut être si étroite que le nerf médian et l'artère brachiale qui la traverse peuvent être comprimés, entraînant une neuropathie ischémique par compression du nerf médian, appelée dans ce cas syndrome de l'apophyse supramidiculaire ou syndrome de processus supra condylien.

Facteurs de risque

Les experts estiment que les facteurs de risque incontestables pour le développement de la neuropathie d’un nerf donné sont la tension constante des articulations du poignet ou du coude, caractéristique de certaines professions, les actions à long terme avec un poignet plié ou allongé. L'importance de l'hérédité et du diabète sucré, une forme grave d'hypothyroïdie - myxoedème, amyloïdose, myélome, vascularite et carence en vitamine B - est également notée.

Selon les résultats de certaines études étrangères, les facteurs associés à ce type de mononeuropathie périphérique incluent la grossesse, l’augmentation de l’indice de masse corporelle (obésité), chez les hommes - varices de l’épaule et de l’avant-bras.

La névrite du nerf médian est menacée par la chimiothérapie anticancéreuse, l'utilisation à long terme de sulfamides, l'insuline, le diméthylbiguanide (un antidiabétique), les médicaments contenant des dérivés de la glycolylurée et de l'acide barbiturique, la thyroxone, la thyroxine, etc.

Pathogenèse

La longue branche du plexus brachial, qui s'étend du nœud brachial (plexus brachiaux) de l'aisselle, forme le nerf médian (nervus medianus) parallèle à l'humérus: à travers l'articulation du coude et les os radiaux de l'avant-bras, à travers le canal carpien de l'articulation du poignet brosse et doigts.

La neuropathie se développe en cas de compression du tronc moyen de la partie supraclaviculaire du plexus brachial, de son faisceau externe (dans la zone de sortie de la jambe supérieure du nerf du nodule brachial) ou du site de décharge de la jambe interne du nerf du faisceau secondaire interne. Et sa pathogenèse consiste à bloquer l'influx nerveux et l'altération musculaire, ce qui conduit à une restriction de mouvement (parésie) du fléchisseur radial du poignet (musculus flexor carpi radialis) et du pronateur circulaire (musculus pronator teres) dans la région de l'avant-bras - le muscle assurant les rotations et les mouvements de rotation. Plus la pression exercée sur le nerf médian est forte et longue, plus le dysfonctionnement nerveux est prononcé.

L'étude de la physiopathologie des neuropathies de compression chroniques a montré une démyélinisation segmentaire mais souvent extensive des axones du nerf médian dans la zone de compression, un gonflement marqué des tissus environnants, une augmentation de la densité des fibroblastes dans les tissus des membranes protectrices du nerf (périneurium, épineuria) et une hypertrophie vascularisée, en serrant.

Une augmentation de l'expression du muscle lisse de la prostaglandine E2 (PgE2) a également été détectée; facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) dans les tissus synoviaux; la métalloprotéinase de matrice II (MMP II) dans les petites artères; facteur de croissance transformant (TGF-β) dans les fibroblastes des membranes synoviales des cavités et des ligaments articulaires.

Symptômes de neuropathie nerveuse médiane

Les définitions principales des diagnostics de mononévrite de compression sont les suivantes: syndrome d'apophyse supramusclérale, syndrome de pronateur rond et syndrome du canal carpien ou syndrome du canal carpien.

Dans le premier cas - syndrome d'apophyse supramidiculaire (qui a déjà été discuté plus haut) - la compression du nerf médian se manifeste par des symptômes de nature motrice et sensorielle: douleur au tiers inférieur de l'épaule (à l'intérieur), engourdissements et fourmillements (paresthésie), sensibilité diminuée (hypesthésie) et affaiblissement des muscles de la main et des doigts (parésie). La fréquence de ce syndrome est de 0,7-2,5% (selon d'autres données - 0,5-1%).

Dans le second cas, les symptômes de neuropathie du nerf médian apparaissent après sa compression lors de son passage à travers les structures des muscles de l'avant-bras (pronateur rond et fléchisseur du doigt). Les premiers signes du syndrome du pronateur rond incluent une douleur à l'avant-bras (irradiant à l'épaule) et aux mains; en outre, on note une hypoesthésie et une paresthésie de la paume et du dos des phalanges terminales de I, II, III et de la moitié du quatrième doigt; restriction des virages et des mouvements de rotation (pronation) des muscles de l'avant-bras et de la main, de la flexion de la main et des doigts. Lorsque la maladie est négligée, le muscle du tener (élévation du pouce) innervé par le nerf médian s’atrophie partiellement.

Dans le syndrome du canal carpien, la compression de la tige nerveuse médiane se produit dans un étroit tunnel fibrillaire du poignet (canal carpien), à travers lequel, avec plusieurs tendons, le nerf s'étend dans la main. Dans cette pathologie, la même paresthésie est observée (ne passe pas la nuit); douleur (jusqu'à insupportable - causalgique) à l'avant-bras, à la main, aux trois premiers doigts et partiellement à l'index; réduction de la motilité musculaire de la main et des doigts.

Les tissus mous de la région du nerf pincé au premier stade gonflent et la peau devient rouge et chaude au toucher. Ensuite, la peau des mains et des doigts pâlit ou acquiert une teinte bleutée, ils s'assèchent et la couche cornée de l'épithélium commence à s'exfolier. Progressivement, il se produit une perte de sensibilité tactile avec le développement de l’astéréognosie.

Dans le même temps, les symptômes qui manifestent la neuropathie du nerf droit droit sont identiques aux signes qui se produisent lorsque la compression est localisée à la main gauche, c’est-à-dire qu’il ya neuropathie du nerf médian gauche. Pour plus de détails, voir - Symptômes de lésions du nerf médian et de ses branches.

Complications et conséquences

Les conséquences les plus désagréables et les complications des syndromes neuropathiques du nerf médian des membres supérieurs sont l’atrophie et la paralysie des muscles périphériques dues à la violation de leur innervation.

Dans le même temps, les limitations motrices concernent les mouvements de rotation de la main et sa flexion (y compris l'auriculaire, l'annulaire et le majeur) et la compression du poing. En outre, en raison de l'atrophie des muscles du pouce et de l'auriculaire, la configuration de la main, qui empêche la motricité fine, change.

Les processus atrophiques ont un effet particulièrement négatif sur l'état des muscles si une compression nerveuse du nerf médian ou une inflammation entraînent une démyélinisation extensive de ses axones - avec l'impossibilité de rétablir la conduction des impulsions nerveuses. Puis commence la dégénérescence fibreuse des fibres musculaires qui, après 10 à 12 mois, devient irréversible.

Diagnostic de neuropathie du nerf médian

Le diagnostic de la neuropathie du nerf médian commence par la découverte des antécédents du patient, l'examen du membre et l'évaluation du degré de lésion nerveuse sur la base de la présence de réflexes tendineux, qui sont contrôlés à l'aide de tests mécaniques spéciaux (flexion-extension des articulations de la main et des doigts).

Des analyses de sang peuvent être nécessaires pour déterminer la cause de la maladie: général et biochimique, pour les taux de glucose, les hormones thyroïdiennes, la teneur en CRP, les auto-anticorps (IgM, IgG, IgA), etc.

Les diagnostics instrumentaux utilisant l'électromyographie (EMG) et l'électroneurographie (ENG) permettent d'évaluer l'activité électrique des muscles de l'épaule, de l'avant-bras et de la main et le degré de conduction de l'influx nerveux par le nerf médian et ses branches. Utilisez également des rayons X et une myélographie avec un agent de contraste, une échographie des vaisseaux sanguins, une échographie, un scanner ou une IRM des os, des articulations et des muscles des membres supérieurs.

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel est conçu pour distinguer mononeuropathie du nerf médian de la neuropathie du cubital ou plexus lésion du nerf radial brachial (de plexite), d'un dysfonctionnement radiculaire avec radiculopathie, skalenus syndrome, inflammation ligament (ténosynovite) pouce, sténosantes fléchisseurs de la ténosynovite, polynévrite dans le lupus érythémateux disséminé, Syndrome de Raynaud, épilepsie jacksonienne sensible et autres pathologies, présentant des symptômes similaires dans le tableau clinique.

Qui contacter?

Traitement de la neuropathie du nerf médian

Le traitement complet de la neuropathie du nerf médian devrait commencer par minimiser la compression et le soulagement de la douleur, pour lequel la position physiologique est donnée au bras et fixée avec une orthèse ou une longueur. Le soulagement de la douleur intense est réalisé par périneural ou paraneural. blocus de la procaine. Alors que le membre est immobilisé, une liste de patients présentant une neuropathie du nerf médian est donnée au patient.

Il convient de garder à l'esprit que le traitement de la neuropathie ne supprime pas le traitement des maladies qui l'ont provoquée.

Des pilules peuvent être prescrites pour réduire la douleur: Gabapentine (Les autres noms commerciaux sont Gababama, Gabalept, Gabantin, Lamitril, Neurontin); Maksigan ou Dexalgin (Dexallin) et al

Pour soulager l'inflammation et le gonflement, recourir à des injections paranérales de corticostéroïdes (hydrocortisone).

L'ipidacrine (Amiridin, Neuromidin) est utilisée pour stimuler l'influx nerveux. À l'intérieur, prendre 10 à 20 mg deux fois par jour (pendant un mois); injecté par voie parentérale (sc ou c / m - 1 ml de solution à 0,5-1,5% une fois par jour). Le médicament est contre-indiqué dans l'épilepsie, les arythmies cardiaques, l'asthme bronchique, les exacerbations d'ulcère gastrique, la grossesse et l'allaitement; ne s'applique pas aux enfants. Parmi les effets secondaires notés: maux de tête, réactions allergiques cutanées, hyperhidrose, nausées, augmentation de la fréquence cardiaque, apparition de bronchospasmes et de crampes.

La pentoxifylline (Vazonit, Trental) contribue à l'amélioration de la circulation sanguine dans les petits vaisseaux et de l'apport sanguin aux tissus. La posologie standard est de 2-4 comprimés jusqu'à trois fois par jour. Effets secondaires possibles: vertiges, maux de tête, nausées, diarrhée, augmentation de la fréquence cardiaque, baisse de la pression artérielle. Les contre-indications comprennent les saignements et les hémorragies rétiniennes, les insuffisances hépatique et / ou rénale, les ulcères gastro-intestinaux, la grossesse.

Pour augmenter la teneur en composés à haute énergie (macro-acides) dans les tissus musculaires, des préparations d'acide alpha-lipoïque - Alpha-lipon (Espa-lipon) sont utilisées: premier goutte à goutte / dans l'introduction - 0,6-0,9 g par jour, après deux ou trois semaines prendre des pilules - 0,2 g trois fois par jour. Les effets secondaires peuvent être exprimés par l'apparition d'urticaire, de vertiges, de transpiration excessive, de douleurs dans la cavité abdominale, de violation des intestins.

En cas de neuropathie associée au diabète sucré, la carbamazépine (Carbalex, Finlepsin) est prescrite. Et tous les patients doivent prendre les vitamines C, B1, B6, B12.

Le traitement physiothérapeutique des neuropathies étant très efficace, des procédures de physiothérapie sont nécessaires avec l'utilisation de la phonophorèse (avec novocaïne et GCS) et de l'électrophorèse (avec du Dibasol ou de la Proserine); UHF, courant alternatif pulsé (darsonvalisation) et champ magnétique basse fréquence (thérapie magnétique); massage thérapeutique conventionnel et acupression (réflexologie); électrostimulation des muscles avec innervation altérée; balnéothérapie et pelothérapie.

Environ une semaine après l’immobilisation du bras, une thérapie par l'exercice est prescrite à tous les patients atteints de neuropathie du nerf médian - pour renforcer les muscles de l'épaule, de l'avant-bras, de la main et des doigts et pour augmenter l'amplitude de leur flexion et de leur pronation.

Traitement folklorique

Parmi les remèdes recommandés pour effectuer le traitement traditionnel de cette pathologie, il est suggéré des compresses anesthésiques à base d’argile bleue, de térébenthine, un mélange d’alcool camphré avec du sel et de teinture à l’esprit de calendula. Personne n’a évalué l’efficacité de ce traitement, ni celui des plantes médicinales (ingestion de décoctions à partir des racines d’élécampane ou de bardane). Mais il est bien connu qu’il est utile de prendre de l’huile d’énoterie (onagre), car elle contient beaucoup d’acide alpha-lipoïque gras.

Traitement chirurgical

Si toutes les tentatives de guérison de la neuropathie ischémique par compression du nerf médian par des méthodes conservatrices échouent et si les troubles moteur-sensoriels ne disparaissent pas au bout d'un mois et demi, un traitement chirurgical est effectué.

De plus, si la neuropathie survient après une lésion due à l'intersection du nerf médianus, l'opération visant à restaurer son intégrité, c'est-à-dire la couture ou la chirurgie plastique, est effectuée plus tôt - pour éviter une restriction persistante de l'amplitude des mouvements de la main (contracture).

Dans le syndrome du canal carpien, une décompression chirurgicale du nerf médian est effectuée (dissection du ligament carpien) ou sa libération (neurolyse) avec élimination des tissus fibreux pincés. L'intervention peut être ouverte et endoscopique.

Les contre-indications à l'opération pour le syndrome du canal carpien sont l'âge avancé, la durée des symptômes pendant plus de 10 mois, une paresthésie constante, une tendovaginite sténosante du muscle fléchisseur.

Mais le syndrome supra-condylien (supra-minky) n'est sujet qu'à un traitement opératoire: à des fins de décompression, une opération est réalisée pour éliminer ce processus osseux.

Prévention

Il n'existe pas de méthodes spécialement développées pour la prévention de la neuropathie.

Les maladies nerveuses périphériques, y compris la neuropathie du nerf médian, ne peuvent souvent pas être évitées. Qu'est-ce qui est possible? Essayez de ne pas vous blesser aux membres, prenez le temps de traiter les inflammations de leurs articulations, prenez des vitamines du groupe B, ne prenez pas de kilos en trop...

Et si votre travail est lié à une tension à long terme des articulations du coude ou du poignet, vous devez prendre de courtes pauses et effectuer des exercices simples mais efficaces pour les articulations des mains: ils sont décrits en détail (avec des illustrations) dans le document Syndrome du canal carpien

Prévisions

La probabilité d'une récupération complète et de la restauration des mouvements et de la sensibilité des membres supérieurs, c'est-à-dire le pronostic de la neuropathie du nerf médian, dépend de nombreux facteurs, principalement de la cause de la déficience fonctionnelle et de l'étendue des lésions au tronc et aux membranes.

Éditeur expert médical

Portnov Alexey Alexandrovich

Éducation: Université de médecine nationale de Kiev. A.A. Bogomolets, spécialité - "Médecine"