Prolapsus de l'utérus: symptômes, stades, traitement, prévention

Parfois, une femme ressent une lourdeur incompréhensible dans la région pubienne, une douleur dans le vagin. Après examen, le gynécologue établit que la cause de l’indisposition est l’affaiblissement du tonus musculaire, à la suite duquel l’utérus est descendu. La pathologie peut être insignifiante, mais elle peut aussi avoir des conséquences désagréables. L'omission est plus fréquente chez les femmes âgées, mais chez les jeunes, une telle condition est également possible. À cause de cela, il y a de graves complications et conséquences, donc un traitement est nécessaire.

Prolapsus de l'utérus, ses stades

L'utérus est maintenu dans la cavité pelvienne par les muscles du plancher pelvien (un groupe de muscles de la région périnéale) et par ses propres ligaments. Normalement, il se situe au centre de la cavité pelvienne, entre le rectum et la vessie. Le col de l'utérus est légèrement dévié en arrière, de sorte qu'un angle d'environ 100 ° se forme entre le corps de l'utérus et le col de l'utérus.

Si le tonus musculaire s'affaiblit et que les ligaments s'étirent (le soi-disant prolapsus génital se produit), l'emplacement normal de l'utérus est perturbé et son omission se produit: la partie supérieure à partir de laquelle s'étendent les tubes (le bas de l'utérus), descend et le cou se rapproche de l'ouverture vaginale. Un prolapsus de l'utérus peut survenir lorsque le col est sorti. Les violations dans l'appareil ligamentaire font descendre le vagin, ainsi que le rectum, la vessie et les reins.

L'omission survient plus souvent chez les femmes de plus de 55 ans, mais cette condition se rencontre souvent chez les jeunes. Il y a plusieurs degrés de la maladie.

1 degré. Il y a un prolapsus du corps de l'utérus, alors que son cou se rapproche de l'entrée du vagin, mais ne va pas au-delà, même si la femme est tendue.

2 degrés. L'utérus descend tellement que son cou est visible, si une femme se fatigue, tousse ou soulève un objet lourd. Cette condition s'appelle l'omission et le prolapsus incomplet de l'utérus.

3 degrés. Une perte incomplète se produit: le cou et une partie de l'utérus dépassent du vagin.

4 degrés. Le corps et le fond de l'utérus s'étendent au-delà de la fente génitale, la soi-disant perte complète se produit.

Cette pathologie ne constitue pas une menace mortelle, mais à mesure qu'elle progresse, de plus en plus de symptômes désagréables de prolapsus utérin et de troubles de son fonctionnement apparaissent, ce qui rend une femme handicapée.

Causes de prolapsus d'organe

Les raisons pour l'affaiblissement des muscles et des ligaments qui retiennent l'utérus et d'autres organes du pelvis sont les suivantes:

  • rupture des muscles du périnée lors de l'accouchement: lors de l'extraction de l'enfant à l'aide d'une pince obstétricale, de l'extraction sous vide et de la présentation pelvienne du fœtus;
  • des dommages aux ligaments et aux muscles lors d'une intervention chirurgicale sur les parties génitales;
  • les blessures qui provoquent la rupture du périnée;
  • violation de la sensibilité des terminaisons nerveuses situées dans les organes du système urogénital, impossibilité de régler normalement la contractilité musculaire par le système nerveux central;
  • troubles congénitaux de la structure des organes, des muscles et des ligaments situés dans le bassin;
  • pathologie héréditaire du développement du tissu conjonctif (trouble génétique de la production de collagène) - dysplasie du tissu conjonctif.
  • une diminution de l'élasticité des muscles et des ligaments à la suite de modifications du fond hormonal liées à l'âge, une diminution du contenu en œstrogènes (pendant la ménopause).

Le risque de développer une pathologie est accru chez les femmes impliquées dans l'haltérophilie, obligées d'effectuer un travail physique pénible. Souvent, le prolapsus et le prolapsus de l'utérus surviennent chez les femmes qui ont accouché plusieurs fois, ainsi que souffrant de constipation.

Le développement est favorisé par la formation de tumeurs dans la cavité abdominale. Une augmentation de la pression intra-abdominale, entraînant un prolapsus d'organe, survient chez les femmes atteintes de maladies chroniques qui provoquent une toux grave. Cela peut également se produire avec l'obésité.

Vidéo: Causes et conséquences du prolapsus utérin

Symptômes et complications possibles

La pathologie peut ne pas déranger une femme pendant des années. Les symptômes du prolapsus utérin commencent à apparaître de plus en plus au fur et à mesure de sa progression. Une femme a une sensation de présence dans le vagin ou dans le périnée d'un corps étranger, provoquant des douleurs dans cette zone, ainsi que dans le bas de l'abdomen, aggravée lorsqu'elle marche ou est assise. Préoccupé par la douleur dans le sacrum et le bas du dos.

La douleur, l'inconfort apparaissent pendant les rapports sexuels. Dans les dernières étapes de l'omission, les rapports sexuels deviennent impossibles.

Lorsque l'utérus descend, il exerce une pression sur la vessie. Les mictions deviennent alors fréquentes, difficiles et douloureuses, et une incontinence urinaire peut survenir. La stase de l'urine provoque une cystite, une inflammation des reins, une lithiase urinaire.

Le prolapsus de l'utérus entraîne un prolapsus intestinal, ce qui entraîne une constipation et des flatulences chez la femme. Parfois, l'incontinence fécale se produit.

Peut-être l’augmentation plus blanche, l’apparition de pertes vaginales sanglantes. Tous les mois deviennent abondants et prolongés. Avec une forte omission ou un prolapsus de l'utérus, une femme ne peut pas devenir enceinte.

La partie tombante de l'utérus est constamment blessée lors de la marche; ainsi, des ulcères saignants s'y forment et une inflammation se produit. La circulation sanguine dans le petit bassin est perturbée, des varices des extrémités inférieures apparaissent, un gonflement des tissus et de la membrane muqueuse de l'utérus apparaît.

Avec l'omission et le prolapsus de l'utérus, des complications telles que des plaies de pression dans le vagin, un pincement du prolapsus de l'utérus et des anses intestinales peuvent apparaître.

Diagnostic du prolapsus utérin

Pour détecter le prolapsus et le prolapsus de l'utérus, le médecin peut déjà lors d'un examen externe des organes génitaux. Le degré de manifestation au repos de la femme et lors de la tentative d'étirement est vérifié. Afin de déterminer le stade de développement de la pathologie et le diagnostic des maladies associées, il est procédé à un examen, sur la base duquel le médecin détermine le traitement requis et si une opération chirurgicale doit être effectuée.

Les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  1. Colposcopie de l'utérus. Vous permet d'étudier l'état du col de l'utérus et de l'utérus, de détecter les plis, les zones d'inflammation, d'explorer l'état de l'endomètre et des muqueuses du col de l'utérus.
  2. Hystérosalpingoscopie - examen par ultrasons des trompes de Fallope.
  3. Échographie de l'utérus et d'autres organes pelviens.
  4. Test de Pap. Examen cytologique d'un frottis vaginal et cervical pour détecter des cellules anormales.
  5. Examen microscopique du frottis pour déterminer la composition de la microflore, ainsi que l'ensemencement du contenu du frottis pour déterminer le type de bactérie qu'elle contient.
  6. Semez de l'urine. Conduit pour établir la présence d'infection dans les organes urinaires.
  7. IRM ou scanner des organes pelviens. Ces méthodes vous permettent de diagnostiquer qu'il s'agit du prolapsus ou du prolapsus de l'utérus, qui, d'après les signes extérieurs, peut ressembler à des pathologies telles que la «naissance» du nœud myomateux, l'inversion utérine, le kyste vaginal.

Des consultations du proctologue et de l'urologue sont organisées pour identifier les pathologies des intestins et des organes urinaires.

Traitement

Il existe deux moyens de traiter l'omission et le prolapsus de l'utérus: conservateur et chirurgical. En choisissant la direction de la thérapie, le médecin prend en compte le stade de développement de la pathologie et les symptômes de sa manifestation.

Traitement conservateur

Il est utilisé dans le cas où la première étape de l'omission est observée, le fonctionnement des organes voisins n'est pas altéré. Utilisé des médicaments de traitement médicamenteux qui augmentent la teneur en œstrogène dans le sang. Il aide à renforcer les ligaments et à améliorer le tonus musculaire. Ces médicaments se présentent également sous forme de pommades introduites dans le vagin.

Le massage gynécologique de l'utérus est prescrit pour améliorer la circulation sanguine et éliminer la stagnation du sang et l'œdème. Les patients âgés doivent utiliser des pessaires, des anneaux en caoutchouc élastique spéciaux remplis d’air. L'anneau élastique soutient l'utérus et ne lui permet pas de tomber dans le vagin. L'inconvénient est que l'utilisation à long terme du pessaire entraîne l'apparition de plaies de pression dans le vagin. Par conséquent, ils sont utilisés pendant 3-4 semaines, puis font une pause de quinze jours. La procédure obligatoire est la furatsiline, le permanganate de potassium ou l’extrait de camomille.

Avertissement: au début du traitement, une femme doit renoncer à un effort physique intense, passer à un travail plus léger, suivre un régime permettant d'éliminer la constipation.

Types de chirurgie

Si le traitement conservateur était inefficace et que le degré de déplacement des organes est important, un traitement chirurgical est appliqué. L'élimination de la pathologie est possible en utilisant les méthodes suivantes:

  1. Vaginoplastie. Suture la paroi postérieure du vagin, ainsi que le rectum, les muscles de l'anus et le périnée. En cas d'incontinence urinaire, une «colporrhaphyie antérieure» est réalisée (élimination d'une hernie de la vessie résultant de son omission).
  2. Le raccourcissement des ligaments utérins et leur fixation dans la paroi avant et arrière de l'utérus. La méthode n’est pas suffisamment efficace, car les ligaments s’étirent avec le temps.
  3. Coudre les ligaments ensemble. Après une telle opération, une femme ne pourra pas donner naissance à un enfant, car l’utérus ne peut pas s’étirer et se contracter normalement.
  4. Fixation de l'utérus aux os et aux ligaments du plancher pelvien. Cette opération permet à la femme de conserver la capacité de porter des enfants.
  5. Renforcement des ligaments avec des matières plastiques. Rejet possible du plastique, rechute de la maladie, apparition de fistules dans les organes pelviens.
  6. Le rétrécissement de la lumière du vagin.
  7. Hystérectomie - retrait complet de l'utérus. Elle est réalisée en cas de prolapsus de l'utérus chez les femmes en âge de procréer.
  8. Méthode combinée: tenir simultanément l'utérus, renforcer les ligaments et suturer le vagin.

Les opérations sont effectuées par le vagin ou par laparoscopie (par des perforations dans la paroi abdominale). Parfois, vous devez recourir à une chirurgie à cavité ouverte.

Après traitement chirurgical du prolapsus utérin, un traitement anti-inflammatoire et des analgésiques sont prescrits. Si l'utérus est préservé, un traitement hormonal substitutif avec des préparations contenant de l'œstrogène est effectué si nécessaire.

Recommandation: En période postopératoire, il est recommandé de suivre un régime, d'exercer des exercices de thérapie pour renforcer les ligaments et les muscles du plancher pelvien.

Vidéo: traitement chirurgical du prolapsus d'un organe interne

Prévention du prolapsus utérin

La législation prévoit la limitation du poids des objets autorisés à soulever et à transporter une femme sur le lieu de travail (pas plus de 20 kg). Il doit strictement respecter le taux établi. Une fille dès son plus jeune âge devrait être initiée aux effets d'un effort physique intense.

Une mesure préventive importante consiste à prendre soin des organes génitaux, en particulier après l'accouchement. Une telle mesure est nécessaire pour prévenir l'inflammation dans le vagin. Il est également important de traiter rapidement les maladies des organes génitaux et autres organes du petit bassin.

La bonne gestion du travail et les écarts de couture soignés sont d’une grande importance. Après l'accouchement, les médecins vous recommandent de faire des exercices pour rétablir l'élasticité des muscles et de l'appareil ligamentaire de l'utérus. En cas de traumatisme à la naissance, une thérapie au laser ou une électrostimulation des muscles pelviens sont prescrites.

Il est nécessaire de manger correctement pour éviter la constipation.

Exercices pour renforcer les muscles pelviens et vaginaux

Le yoga utilisant des poses spéciales est un bon moyen de prévenir le prolapsus de l'utérus et du vagin. Il existe également une série d'exercices spéciaux pour aider à renforcer les muscles du plancher pelvien et du vagin.

Certaines d'entre elles sont effectuées en position assise: les muscles du vagin et du bas de l'abdomen sont rentrés, puis «repoussés», comprimant et relâchant le sphincter. D'autres exercices sont effectués en position debout ou couchée, par exemple en marchant en cercle avec une balle coincée entre les jambes et en rampant d'avant en arrière.

Un exercice qu’une femme devrait faire est de s’allonger sur le dos, les jambes pliées au niveau des genoux. Les pieds appuyés sur le sol sont également utiles: vous devez séparer vos jambes autant que possible, puis les rapprocher, en pressant les muscles du vagin. Avec la même position initiale, vous pouvez soulever le bassin et serrer les muscles. Les exercices sont effectués 10 fois. L'efficacité d'un tel gymnase est garantie.

Prolapsus de l'utérus: symptômes et traitement

Prolapsus de l'utérus - principaux symptômes:

  • Lombalgie
  • Mictions fréquentes
  • Douleur abdominale basse
  • Violation du cycle menstruel
  • Constipation
  • Spotting du vagin
  • Menstruation douloureuse
  • Prolapsus de l'utérus du vagin
  • Sensation de corps étranger dans le vagin
  • Écoulement muqueux du vagin
  • Compression dans la région pelvienne
  • Impossibilité de vivre la vie sexuelle

Le prolapsus de l'utérus est sa position non naturelle lorsque l'organe se trouve en dessous de sa limite anatomique et physiologique. Cela est dû à la faiblesse des muscles pelviens après la grossesse, ainsi que des ligaments utérins. La plupart des cas cliniques sont accompagnés d'un déplacement ou d'une localisation très basse de l'organe, le plus près possible du fond du vagin. Parmi les complications se trouve le principal risque de prolapsus de l’utérus par l’ouverture vaginale.

La pathologie est caractérisée par la préservation du col utérin à sa place. Un autre nom pour la pathologie est connu - prolapsus des organes pelviens. En règle générale, les femmes en âge de préretraite courent le même risque, de même que les filles enceintes.

Habituellement, l’organe reproducteur est fixé dans le petit bassin à l’aide de l’appareil ligamentaire, ainsi que des muscles et des fascias situés dans le plancher pelvien. La raison de cette baisse est la situation lorsque les muscles qui tiennent l'organe perdent leur tonus.

Raisons

Le prolapsus de l'utérus peut être causé par l'une des raisons suivantes:

  • lésions de l'utérus causées par la grossesse et l'accouchement. Elles peuvent être causées par l'utilisation imprécise de forceps par un obstétricien, par une ventouse ou par un accouchement fœtal inapproprié.
  • interventions chirurgicales antérieures dans la région génitale;
  • grandes larmes du vagin;
  • maladies du système nerveux. Ceux-ci incluent notamment une violation de l'innervation du diaphragme urogénital;
  • défauts génitaux héréditaires.

Parmi les raisons qui augmentent le risque de pathologie, émettent:

  • âge avancé;
  • la présence d'effort physique intense;
  • un grand nombre de grossesses;
  • l'obésité, accompagnée par une pression élevée dans la région pelvienne;
  • constipation récurrente;
  • problèmes de toux;
  • tumeurs dans l'abdomen.

Symptomatologie

Chez les femmes d'âges différents, le prolapsus utérin présente des symptômes assez évidents:

  • douleurs persistantes qui irradient souvent dans le bas du dos;
  • compression dans la région pelvienne;
  • la constipation;
  • mictions fréquentes;
  • sentiment d'avoir un objet étranger dans le vagin;
  • grandes quantités de mucus ou de sang. Une importante perte de sang peut entraîner une anémie.
  • pathologie du cycle menstruel (douleur, perturbation de la périodicité);
  • l'incapacité de vivre la vie sexuelle à cause de la douleur lors des rapports sexuels ou de l'incapacité de les commettre (dans les étapes ultérieures).

Si le prolapsus de l'utérus n'est pas diagnostiqué à temps et ne commence pas à cicatriser, la femme sera confrontée à une multiplication des pathologies dysuriques se traduisant par une incontinence urinaire ou, au contraire, des difficultés à uriner. Cela contribuera à son tour au risque d'apparition de maladies infectieuses du système urinaire, notamment la pyélonéphrite et l'urétrite.

Il existe plusieurs étapes du prolapsus sexuel:

  • Stade 1 - l'utérus descend presque jusqu'à la fente génitale, mais même avec des tentatives, il n'en sortira pas. Le col peut descendre fortement.
  • Stade 2 - l'utérus ou son col utérin peuvent partiellement tomber de la fente génitale au cours des tentatives;
  • Stade 3 - une partie de l'organe peut être vue depuis le vagin;
  • Étape 4 - l'utérus est complètement éliminé.

Les symptômes du prolapsus utérin aux stades 2, 3 et 4 peuvent être déterminés par la patiente elle-même - il suffit de sentir les tissus de l'organe sortant du vagin. Les signes de prolapsus utérin se caractérisent souvent par un changement de la position de la vessie ou même du rectum. Un gynécologue diagnostique le prolapsus utérin après l'accouchement. Celui-ci peut, en fonction du stade de la pathologie, prescrire un traitement conservateur (bandage pour le prolapsus de l'utérus) ou une intervention chirurgicale.

Traitement

Beaucoup de femmes s'inquiètent de la manière de traiter le prolapsus utérin et de savoir si la pathologie peut être traitée à la maison et sans intervention chirurgicale. Si la pathologie est en phase finale, le traitement avec un seul gymnase à la maison ne peut être évité - vous devrez vous faire opérer. À ce jour, il existe plusieurs options de traitement utilisant des opérations, et le médecin les recommandera en fonction de l'état du patient. Il est à noter que tout traitement chirurgical comporte un risque de complications ou de rechutes. Le plus souvent utilisé de telles techniques:

  • raccourcir et renforcer les ligaments responsables du soutien de l'organe. Ensuite, les muscles sont fixés à la paroi de l'organe reproducteur ou attachés ensemble à l'aide de matériaux spéciaux.
  • fixer l’organe reproducteur déplacé à la surface des parois du bassin. Par exemple, la descente de l’utérus après l’accouchement peut être corrigée en le fixant à l’os sacré ou au pubis, ainsi qu’aux ligaments du bassin. Dans ce cas, il y a un risque d'exacerbation de la pathologie, car les ligaments qui sécurisent l'organe génital s'étirent avec le temps;
  • utilisation de filets synthétiques en matériau alloplastique. Cette nouvelle technique, qui élimine le prolapsus utérin après la naissance, présente un risque minimal de récidive.

En règle générale, il est nécessaire de pratiquer une intervention chirurgicale en même temps qu'une chirurgie plastique vaginale. Il est possible de procéder à des traitements (opérations) par accès au vagin ou à la paroi abdominale antérieure.

Le traitement repose sur des facteurs tels que l'âge de la femme, la nécessité de préserver la fonction de procréation (ou son absence), la gravité des troubles du système urogénital et le degré de risque médical. Dans certains cas, le traitement est possible par prélèvement de l'organe (hystérectomie), mais les indications correspondantes devraient être les comorbidités avec l'indication du retrait de l'utérus. Il ne faut pas oublier que l'hystérectomie peut entraîner l'omission d'autres organes de la région pelvienne. Par conséquent, si possible, l'organe ne devrait pas être retiré.

Prévention

La période après la chirurgie chez les femmes ne devrait pas inclure l'haltérophilie et diverses activités physiques. Il est également nécessaire de faire la prévention de la constipation.

La gymnastique avec prolapsus utérin n'est rien de plus qu'une méthode prophylactique. Ces méthodes comprennent également le massage, qui aide à renforcer les muscles du bassin et de la région abdominale. Ces deux méthodes sont utilisées lorsque l'organe s'est déjà déplacé par rapport à ses limites anatomiques. À la maison, il est permis de faire les exercices suivants lorsque l’utérus est lâché:

  • "Ascenseur". Une femme qui subit un traitement après une grossesse ou un accouchement devrait se fatiguer les muscles et les laisser pendant quelques secondes. Ensuite, toutes les quelques secondes, les muscles doivent encore se comprimer. Après cela, ils devraient être progressivement détendus;
  • compression. Elles doivent être effectuées progressivement, pendant 3-5 secondes, le périnée est serré et libéré.

L'omission de l'utérus après l'accouchement au premier stade est traitée à l'aide d'un pansement spécial. Il s’agit d’une structure élastique conçue pour remplacer la fonction de ligaments préalablement étirés. Le pansement lorsque l'utérus est abaissé est porté jusqu'à midi, et les médecins recommandent d'aller au lit immédiatement après son retrait afin de ne pas causer la progression de l'affaissement des organes. Le bandage utérin est un traitement plus polyvalent que les anneaux d'obstétrique ou les pessaires portés après la grossesse.

La prévention de la pathologie désagréable pour les filles commence avec l'adolescence en renforçant les muscles abdominaux. De plus, le travail ne devrait pas impliquer de soulever des poids supérieurs à 10 kg.

Si vous pensez que vous avez un prolapsus utérin et que vous présentez les symptômes caractéristiques de cette maladie, votre gynécologue peut vous aider.

Nous vous suggérons également d'utiliser notre service en ligne de diagnostic des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

Le prolapsus de l'utérus est un changement de localisation des organes internes du système de reproduction féminin avec une sortie partielle ou complète de l'utérus vers l'extérieur à travers la fente génitale. Au cours du développement de la pathologie, le patient ressent une douleur et une tension sévères dans la région du sacrum, une sensation de corps étranger dans l’interligne génital, une miction altérée et des selles altérées, une douleur accrue pendant les rapports sexuels et une gêne lors des mouvements.

Les fibromes utérins sont une tumeur bénigne chez les femmes en âge de procréer (le plus souvent entre 30 et 45 ans). Dans le même temps, les fibres du muscle utérus augmentent de façon aléatoire et il se forme un nœud qui est tressé par des vaisseaux densément modifiés. La particularité de la tumeur est qu’elle est dépendante des hormones - son développement et sa croissance dépendent du niveau d’hormones sexuelles dans le corps de la femme.

Le cancer du col utérin est une maladie grave caractérisée par la prolifération rapide de cellules utérines non contrôlée par le corps humain. Actuellement, les cliniciens ont du mal à établir les causes d'une tumeur, mais les oncologues identifient un certain nombre des facteurs prédisposants les plus probables: hérédité surchargée, vie sexuelle promisceuse et dépendance aux mauvaises habitudes.

L'endométriose est une maladie gynécologique non néoplasique, accompagnée de la prolifération de la paroi interne de l'utérus (endomètre) en dehors des limites de sa cavité. En termes simples, les tissus que l'on trouve dans l'utérus chez les femmes en bonne santé atteintes d'endométriose se développent dans d'autres organes. L'endométriose, dont les femmes ressentent les symptômes, se développe pour des raisons indéterminées, bien qu'il existe certaines raisons d'isoler les facteurs immunitaires, hormonaux, héréditaires et autres.

La colique rénale est un processus pathologique dans les voies urinaires, qui se manifeste sous la forme de douleurs aiguës et crampes dans la région lombaire. Dans ce cas, une intervention médicale urgente est nécessaire car le risque de complications graves est élevé. Il n'y a pas de restrictions concernant l'âge et le sexe, cependant, la pathologie affecte principalement les hommes. Dans 95% des cas, les coliques néphrétiques sont causées par un blocage des voies urinaires supérieures ou inférieures. Cependant, d'autres processus pathologiques dans cette zone ne doivent pas être exclus.

Avec l'exercice et la tempérance, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.

Prolapsus de l'utérus

Le prolapsus de l'utérus - la mauvaise position de l'utérus, le déplacement du bas et du col utérin au-dessous de la limite anatomique et physiologique en raison de l'affaiblissement des muscles du plancher pelvien et des ligaments de l'utérus. Chez la plupart des patientes, le prolapsus et le prolapsus de l'utérus s'accompagnent généralement d'un déplacement du vagin vers le bas. Le prolapsus de l'utérus se manifeste par une sensation de pression, une gêne, des douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen et dans le vagin, des troubles urinaires (difficulté, augmentation de la miction, incontinence urinaire) et des pertes vaginales anormales. Peut être compliqué par une perte partielle ou totale de l'utérus. L'omission de l'utérus est diagnostiquée lors d'un examen pelvien. Selon le degré de prolapsus de l'utérus, les tactiques de traitement peuvent être conservatrices ou chirurgicales.

Prolapsus de l'utérus

Le prolapsus de l'utérus - la mauvaise position de l'utérus, le déplacement du bas et du col utérin au-dessous de la limite anatomique et physiologique en raison de l'affaiblissement des muscles du plancher pelvien et des ligaments de l'utérus. Se manifeste par une sensation de pression, une gêne, des douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen et dans le vagin, un trouble de la miction (difficulté, miction accrue, incontinence urinaire), un écoulement vaginal anormal. Peut être compliqué par une perte partielle ou totale de l'utérus.

Les options les plus courantes pour la mauvaise localisation des organes génitaux internes d'une femme sont le prolapsus de l'utérus et son prolapsus (utérocèle). Lorsque l'utérus est abaissé, son col et son fond sont déplacés sous la limite anatomique, mais le col ne se distingue pas de la fente génitale, même en cas de fatigue. La sortie de l'utérus au-delà de la fente génitale est considérée comme un prolapsus. Le déplacement de l'utérus vers le bas précède sa perte partielle ou totale. Chez la plupart des patientes, le prolapsus et le prolapsus de l'utérus s'accompagnent généralement d'un déplacement du vagin vers le bas.

Le prolapsus de l'utérus est une pathologie assez courante chez les femmes de tous les âges: il est diagnostiqué chez 10% des femmes de moins de 30 ans, à 30-40 ans chez 40% des femmes et à l'âge de 50 ans après. 15% de toutes les opérations sur les organes génitaux portent sur l'omission ou le prolapsus de l'utérus.

Le prolapsus de l'utérus est le plus souvent associé à un affaiblissement de l'appareil ligamentaire de l'utérus ainsi que des muscles et des fascias du plancher pelvien et entraîne souvent une luxation du rectum (rectocèle) et de la vessie (cystocèle), accompagnée d'un trouble des fonctions de ces organes. Souvent, le prolapsus de l'utérus commence à se développer dès l'âge de procréer et évolue toujours de manière progressive. À mesure que l'utérus tombe, les troubles fonctionnels qui l'accompagnent deviennent plus prononcés, ce qui entraîne des souffrances physiques et morales chez la femme et conduit souvent à un handicap partiel ou complet.

La position normale de l'utérus est son emplacement dans le bassin, à égale distance de ses parois, entre le rectum et la vessie. L'utérus a une inclinaison du corps antérieur, formant un angle obtus entre le cou et le corps. Le col utérin est dévié postérieurement, forme un angle de 70-100 ° par rapport au vagin, son pharynx externe est adjacent à la paroi postérieure du vagin. L'utérus a une mobilité physiologique suffisante et peut changer de position en fonction du remplissage du rectum et de la vessie.

Un emplacement typique et normal de l'utérus dans la cavité pelvienne est facilité par son propre tonus, son interposition avec les organes adjacents, le système ligamenteux et musculaire de l'utérus et du plancher pelvien. Toute violation de l'architecture de l'appareil utérin contribue au prolapsus de l'utérus ou à son prolapsus.

Classification du prolapsus et du prolapsus de l'utérus

Il y a les stades suivants de prolapsus et de prolapsus de l'utérus:

  • Prolapsus du corps et du col utérin - le col utérin est déterminé au-dessus du niveau de l'entrée du vagin, mais ne dépasse pas au-delà des limites de la fente génitale;
  • Prolapsus partiel de l'utérus - le col de l'utérus est montré de la fente génitale pendant l'effort, l'effort physique, les éternuements, la toux, le soulèvement de poids;
  • prolapsus incomplet du corps et du bas de l'utérus - le col de l'utérus et une partie du corps de l'utérus dépassent de la fente génitale;
  • perte totale du corps et du bas de l'utérus - la sortie de l'utérus au-delà de la fente génitale.

Causes du prolapsus et du prolapsus de l'utérus

Défauts anatomiques du plancher pelvien, entraînant:

  • dommages aux muscles du plancher pelvien;
  • blessures à la naissance - lors de l'application de forceps obstétricaux, de l'aspiration du fœtus ou de l'extraction du fœtus par les fesses;
  • chirurgies génitales antérieures (vulvectomie radicale);
  • larmes profondes du périnée;
  • violations de l'innervation du diaphragme urogénital;
  • malformations pelviennes congénitales;
  • déficit en œstrogènes, se développant à la ménopause;
  • dysplasie du tissu conjonctif, etc.

Les facteurs de risque dans le développement du prolapsus utérin et sa perte ultérieure sont de nombreuses naissances dans l'histoire, le travail physique lourd et l'haltérophilie, le vieillissement et l'âge, l'hérédité, l'augmentation de la pression intra-abdominale causée par l'obésité, les tumeurs de la cavité abdominale, la constipation chronique, la toux.

Souvent, dans le développement du prolapsus utérin, joue le rôle de l'interaction d'un certain nombre de facteurs, sous l'influence desquels il se produit un affaiblissement de l'appareil conjonctif-musculaire des organes internes et du plancher pelvien. Avec une augmentation de la pression intra-abdominale, l'utérus est expulsé au-delà du plancher pelvien. La descente de l'utérus entraîne le déplacement d'organes étroitement apparentés anatomiquement - le vagin, le rectum (rectocèle) et la vessie (cystocèle). La rectocèle et la cystocèle augmentent sous l'action de la pression interne du rectum et de la vessie, ce qui provoque un prolapsus encore plus important de l'utérus.

Symptômes de prolapsus et de prolapsus de l'utérus

En l'absence de traitement, le prolapsus de l'utérus se caractérise par une progression progressive du déplacement des organes du petit bassin. Aux premiers stades du prolapsus utérin, il existe une douleur et une pression de traction dans le bas de l'abdomen, le sacrum, le bas du dos, une sensation de corps étranger dans le vagin, une dyspareunie (rapports sexuels douloureux), l'apparition d'un écoulement sanguinolent ou de blanchiment du sang. Les manifestations caractéristiques du prolapsus utérin sont des modifications de la fonction menstruelle du type d'hyperpolyménorrhée et d'algoménorrhée. Souvent, lorsque l’utérus est abaissé, on note une infertilité, bien que la grossesse ne soit pas exclue.

À l'avenir, les troubles urologiques qui surviennent chez 50% des patientes rejoignent les symptômes du prolapsus utérin: difficulté ou miction fréquente, développement du symptôme de l'urine résiduelle, congestion des organes urinaires et infection ultérieure des voies urinaires inférieures et supérieures développent une cystite, une pyélonéphrite urolithiase. L'évolution prolongée du prolapsus et du prolapsus de l'utérus entraîne un étirement excessif des uretères et des reins (hydronéphrose). Le déplacement de l'utérus vers le bas s'accompagne souvent d'incontinence.

Des complications proctologiques dans l'omission et le prolapsus de l'utérus sont retrouvées dans tous les trois cas. Ceux-ci incluent la constipation, la colite, l'incontinence fécale et les gaz. Ce sont souvent les manifestations urologiques et proctologiques du prolapsus de l'utérus qui poussent les patientes à se tourner vers des spécialistes adjacents - l'urologue et le proctologue. Avec la progression du prolapsus de l'utérus, le principal symptôme est une éducation auto-détectable dépassant de la fente génitale.

La partie saillante de l'utérus a l'aspect d'une surface brillante, mate, craquelée et défoncée. En outre, en raison d’un traumatisme constant pendant la marche, la surface bombée s’ulcère souvent avec la formation d’épaisses profondes, qui peuvent saigner et devenir infectées. Avec le prolapsus de l'utérus, une circulation sanguine altérée dans le petit bassin, l'apparition d'une stagnation, une cyanose de la muqueuse utérine et un œdème des tissus adjacents.

Souvent, lorsque l'utérus est déplacé au-dessous des limites physiologiques, la vie sexuelle devient impossible. Les patients présentant un prolapsus utérin développent souvent des varices, principalement des membres inférieurs, en raison d'un écoulement veineux déficient. Les complications du prolapsus et du prolapsus de l'utérus peuvent également servir à pincer l'utérus prolaré, les escarres de la paroi vaginale, à pincer les boucles intestinales.

Diagnostic du prolapsus et du prolapsus de l'utérus

L'omission et le prolapsus de l'utérus peuvent être diagnostiqués lors d'une consultation gynécologique lors d'un examen gynécologique. Pour déterminer le degré de prolapsus de l'utérus, le médecin demande au patient de le presser, après quoi, lors d'un examen vaginal et rectal, il détermine le déplacement des parois du vagin, de la vessie et du rectum. Les femmes avec un déplacement des organes génitaux sont mis sur le compte du dispensaire. La colposcopie est obligatoire pour les patientes présentant une telle pathologie de l'utérus.

En cas d'omission et de prolapsus de l'utérus nécessitant une chirurgie plastique préservant les organes, ainsi que de maladies utérines concomitantes, des méthodes supplémentaires d'examen sont incluses dans le complexe de diagnostic:

  • hystérosalpingoscopie et curetage diagnostique de l'utérus;
  • diagnostic échographique des organes pelviens;
  • prendre des frottis sur la flore, le degré de pureté du vagin, bakposev, ainsi que pour déterminer les cellules atypiques;
  • bakposev d'urine pour exclure les infections des voies urinaires;
  • urographie excrétrice pour éliminer l'obstruction des voies urinaires;
  • tomodensitométrie pour clarifier l’état des organes pelviens.

Les patients présentant un prolapsus utérin sont examinés par un proctologue et un urologue afin de déterminer la présence de rectocèle et de cystocèle. Il évalue l'état du sphincter du rectum et de la vessie pour détecter une incontinence de gaz et d'urine lors d'une tension. L'omission et le prolapsus de l'utérus doivent être distingués de l'inversion de l'utérus, du kyste vaginal, du ganglion myomateux né et du diagnostic différentiel.

Traitement du prolapsus et du prolapsus de l'utérus

Lors du choix d'une stratégie de traitement, les facteurs suivants sont pris en compte:

  1. Le degré de prolapsus ou de prolapsus de l'utérus.
  2. La présence et la nature des maladies gynécologiques concomitantes de l'utérus.
  3. La nécessité et la capacité de restaurer ou de préserver les fonctions menstruelles et de procréation.
  4. L'âge du patient.
  5. La nature du dysfonctionnement du sphincter de la vessie et du rectum, du côlon.
  6. Le degré de risque anesthésique et chirurgical en présence de maladies concomitantes.

Compte tenu de la combinaison de ces facteurs, la tactique de traitement, qui peut être à la fois conservatrice et chirurgicale, est déterminée.

Traitement conservateur du prolapsus et du prolapsus de l'utérus

Lorsque l'utérus est abaissé, lorsqu'il n'atteint pas la fente génitale et que les fonctions des organes adjacents ne sont pas perturbées, un traitement conservateur est utilisé, qui peut inclure:

  • thérapie physique visant à renforcer les muscles du plancher pelvien et les muscles abdominaux (exercices de Kegel, selon Yunusov);
  • massage gynécologique;
  • la thérapie de remplacement des œstrogènes, qui renforce l'appareil ligamentaire;
  • introduction locale dans le vagin des onguents contenant des métabolites et des œstrogènes;
  • transfert des femmes vers un travail physique plus facile.

S'il est impossible d'effectuer un traitement chirurgical en cas d'omission ou de prolapsus de l'utérus chez la patiente âgée, il est recommandé d'utiliser des tampons et des pessaires vaginaux représentant des anneaux de caoutchouc épais de différents diamètres. L'intérieur du pessaire contient de l'air, ce qui lui donne de l'élasticité et de l'élasticité. Après insertion dans le vagin, l'anneau fournit un support pour l'utérus disloqué. Lorsqu'il est inséré dans le vagin, l'anneau repose sur les voûtes du vagin et fixe le col de l'utérus dans une ouverture spéciale. Le pessaire ne peut rester longtemps dans le vagin en raison du risque de développement d'escarres. Lors de l'utilisation de pessaires pour le traitement du prolapsus utérin, des douches vaginales quotidiennes avec de la décoction de camomille, des solutions de furaciline ou de permanganate de potassium doivent être effectuées et le gynécologue doit apparaître deux fois par mois. Les pessaires peuvent rester dans le vagin pendant 3 à 4 semaines, puis faire une pause de 2 semaines.

Traitement chirurgical du prolapsus et du prolapsus de l'utérus

Une méthode radicale plus efficace de traitement d'un prolapsus ou d'un prolapsus de l'utérus est une opération chirurgicale, dont les indications sont l'inefficacité d'un traitement conservateur et un degré important de déplacement d'un organe. La gynécologie opératoire moderne dans le processus de prolapsus et de prolapsus de l'utérus propose de nombreux types d'interventions chirurgicales pouvant être structurées selon un principe fondamental: l'éducation anatomique, utilisée pour corriger et renforcer la position des organes.

Le premier groupe d'interventions chirurgicales comprend la vaginoplastie - chirurgies plastiques visant à renforcer les muscles et les fascias du vagin, de la vessie et du plancher pelvien (par exemple, la colopérinéolévatoroplastie, la colporraphie antérieure). Etant donné que les muscles et les fascias du plancher pelvien sont toujours impliqués dans le prolapsus de l'utérus, la colpopérinéo-neuroplastie est réalisée au cours de tous les types d'opérations, comme étape principale ou supplémentaire.

Le deuxième grand groupe d’opérations consiste à raccourcir et à renforcer les ligaments ronds supportant l’utérus et à les fixer à la paroi antérieure ou postérieure de l’utérus. Ce groupe d'opérations n'est pas aussi efficace et donne le plus grand nombre de rechutes. Cela est dû à l'utilisation pour la fixation de ligaments ronds de l'utérus, ayant la capacité de s'étirer.

Le troisième groupe d'opérations pour l'omission et le prolapsus de l'utérus est utilisé pour renforcer la fixation de l'utérus en cousant les ligaments ensemble. Certaines opérations de ce groupe privent davantage les patients de la capacité de procréer. Le quatrième groupe d'interventions chirurgicales comprend les opérations avec fixation des organes déplacés aux parois du plancher pelvien (os sacré, pubien, ligaments pelviens, etc.).

Le cinquième groupe d'opérations comprend des interventions utilisant des matériaux alloplastiques utilisés pour renforcer les ligaments et réparer l'utérus. Les inconvénients des opérations de ce type comprennent un nombre important de récidives de prolapsus utérin, de rejet d'alloplaste et de développement de la fistule. Le sixième groupe d'opérations pour cette pathologie comprend des interventions chirurgicales conduisant à un rétrécissement partiel de la lumière du vagin. Le dernier groupe d'opérations comprend l'ablation radicale de l'utérus - l'hystérectomie, dans les cas où il n'est pas nécessaire de préserver la fonction génitale.

Au stade actuel, la préférence est donnée au traitement chirurgical combiné, qui comprend à la fois la fixation de l'utérus et du plastique du vagin et le renforcement du système musculaire ligamentaire du plancher pelvien de l'une des façons suivantes. Tous les types d'opérations utilisées dans le traitement du prolapsus ou du prolapsus de l'utérus sont pratiqués par accès vaginal ou à travers la paroi abdominale antérieure (accès abdominal ou laparoscopique). Après l'opération, des mesures conservatrices s'imposent: thérapie physique, régime visant à éliminer la constipation, exclusion de l'effort physique.

Prévention du prolapsus et du prolapsus de l'utérus

Les mesures préventives les plus importantes pour l'omission et le prolapsus de l'utérus sont l'observance d'un régime rationnel à partir de l'enfance de la fille. À l'avenir, il sera nécessaire de respecter scrupuleusement la législation dans le domaine de la protection du travail des femmes, de la prévention du travail physique pénible, de la levée et du port de poids supérieur à 10 kg.

Pendant la grossesse et l'accouchement, le risque de luxation génitale augmente. Dans le développement du prolapsus utérin, le nombre de naissances, mais aussi la prise en charge correcte de la grossesse, du travail et du post-partum jouent un rôle important. Les avantages obstétricaux fournis de manière compétente, la protection du périnée, la prévention du travail prolongé, le choix du bon mode d'accouchement - contribueront à éviter d'autres problèmes liés à l'omission de l'utérus.

Les mesures préventives importantes dans la période post-partum sont la comparaison approfondie et la restauration des tissus périnéaux, la prévention des complications septiques. Après l'accouchement, afin de prévenir le prolapsus utérin, il est nécessaire de pratiquer une gymnastique, de renforcer les muscles du plancher pelvien, des abdominaux, des ligaments et, en cas d'accouchement traumatique, de prescrire un traitement au laser et une stimulation électrique des muscles du plancher pelvien. Au début du post-partum, les exercices lourds sont contre-indiqués. Avec une tendance à la constipation, il est recommandé aux femmes de suivre un régime visant à les prévenir, ainsi que de gymnastique médicale spéciale.

Une attention particulière à la prévention des prolapsus et des prolapsus de l'utérus devrait être accordée à la période pré-ménopausique: limiter les efforts physiques excessifs, pratiquer la gymnastique et le sport thérapeutiques et préventifs. Un moyen efficace de prévenir le prolapsus utérin pendant la ménopause est la nomination d’un traitement hormonal substitutif, qui améliore le flux sanguin et renforce l’appareil ligamenteux des organes pelviens.

Prolapsus de l'utérus, symptômes et traitement à domicile

Le prolapsus utérin est un diagnostic qui ne laisse aucune femme indifférente. Une maladie très fréquente chez les femmes âgées de 35 à 60 ans est généralement détectée aux stades avancés.

La cause principale du prolapsus organique est un plancher pelvien affaibli. Typiquement, ce phénomène est caractéristique des femmes après l'accouchement, après un effort physique. L’utérus, comme s’il est partiellement suspendu, tombe souvent de la cavité abdominale avec le vagin, accompagné d’un léger inconfort.

L'omission de l'utérus peut concerner de jeunes femmes qui n'ont pas encore accouché et qui, tout en pratiquant activement un sport, arrêtent brutalement de pratiquer. Il y a un affaiblissement chronique du tissu conjonctif, des ligaments, des muscles, ce qui conduit au prolapsus d'un organe.

Qu'est ce que c'est

Le prolapsus de l'utérus est la mauvaise position de l'utérus, le déplacement de son fond, ainsi que le déplacement du col de l'utérus en dessous du niveau de la limite normale en raison de la faiblesse des fibres musculaires du plancher pelvien et des ligaments.

La pathologie s'accompagne d'un certain nombre de symptômes caractéristiques: sensation de pression, sensation de gêne, gêne pour la patiente, douleurs abdominales et vaginales persistantes. Les patients peuvent avoir des difficultés à uriner, des pertes vaginales. La maladie est parfois compliquée par une perte partielle ou totale de l'organe.

Causes de développement

La faiblesse de l'appareil musculo-ligamentaire de l'utérus peut être due à un certain nombre de facteurs.

Les raisons menant au prolapsus de l'utérus comprennent:

  • interventions chirurgicales sur les organes reproducteurs;
  • affaiblissement des muscles lié à l'âge;
  • troubles de l'innervation des muscles du plancher pelvien;
  • exercice substantiel et régulier (haltérophilie);
  • pathologie des ligaments du tissu conjonctif;
  • malformations congénitales dans la région pelvienne;
  • prédisposition familiale (déterminée génétiquement);
  • blessures à la naissance;
  • déséquilibre hormonal pendant la ménopause;
  • néoplasmes (kystes, fibromes, fibromes).

Lors de l'accouchement, des ruptures importantes du périnée (en particulier dans la présentation du siège par le siège du foetus) entraînent parfois de graves lésions musculaires. Les accoucheuses peuvent également être à l'origine de blessures lorsqu'elles utilisent des obstétriciens avec un extracteur sous vide et une pince obstétricale. Les néoplasmes bénins augmentent la charge sur les ligaments de la région pelvienne, ce qui pourrait bien déclencher le prolapsus de l'utérus. L'un des facteurs prédisposants peut être une forte toux chronique, dans laquelle les muscles du diaphragme sont constamment contractés.

Habituellement, dans le développement de la maladie se produit une combinaison de deux facteurs ou plus.

Les symptômes

Chez les femmes d'âges différents, le prolapsus utérin présente des symptômes assez évidents:

  • douleurs persistantes qui irradient souvent dans le bas du dos;
  • compression dans la région pelvienne;
  • la constipation;
  • mictions fréquentes;
  • sentiment d'avoir un objet étranger dans le vagin;
  • grandes quantités de mucus ou de sang. Une importante perte de sang peut entraîner une anémie.
  • pathologie du cycle menstruel (douleur, perturbation de la périodicité);
  • l'incapacité de vivre la vie sexuelle à cause de la douleur lors des rapports sexuels ou de l'incapacité de les commettre (dans les étapes ultérieures).

Si le prolapsus de l'utérus n'est pas diagnostiqué à temps et ne commence pas à cicatriser, la femme sera confrontée à une multiplication des pathologies dysuriques se traduisant par une incontinence urinaire ou, au contraire, des difficultés à uriner. Cela contribuera à son tour au risque d'apparition de maladies infectieuses du système urinaire, notamment la pyélonéphrite et l'urétrite.

Les étapes

Selon le degré de perte, il y a 4 degrés de la maladie:

  • Le grade 1 se caractérise par un léger surplomb de l’organe dans le vagin;
  • 2 degrés - le déplacement de l'organe à l'entrée du vagin;
  • Le grade 3 est diagnostiqué après que l'utérus dépasse du vagin;
  • 4 degrés - lorsque l'utérus sort complètement du péritoine.

Les symptômes du prolapsus utérin aux stades 2, 3 et 4 peuvent être déterminés par la patiente elle-même - il suffit de sentir les tissus de l'organe sortant du vagin. Les signes de prolapsus utérin se caractérisent souvent par un changement de la position de la vessie ou même du rectum. Un gynécologue diagnostique le prolapsus utérin après l'accouchement. Celui-ci peut, en fonction du stade de la pathologie, prescrire un traitement conservateur (bandage pour le prolapsus de l'utérus) ou une intervention chirurgicale.

Diagnostics

Pour établir le diagnostic, les plaintes sont collectées, l’historique est étudié et un examen gynécologique est effectué. Etude rectovaginale obligatoire. Lors de l'inspection, le degré de prolapsus, la présence ou l'absence de rectocèle et de cystocèle est établi.

La colposcopie est réalisée pour chaque patient. De plus, les tests suivants sont attribués:

  • frottis sur la microflore du vagin;
  • frottis cytologique;
  • détermination du statut hormonal;
  • analyses générales et bactériologiques de l'urine.

Il est également nécessaire de réaliser une échographie gynécologique avec une sonde vaginale (en cas de modifications pathologiques des organes pelviens, la question de leur retrait est résolue). L'urographie excrétrice est prescrite en présence d'une cystocèle, l'échographie des reins selon les indications. Si une pathologie est détectée à l'échographie gynécologique, une hystéroscopie avec curetage diagnostique de l'utérus est prescrite.

Comment traiter le prolapsus utérin?

Le spécialiste prescrit un traitement, ayant déterminé le degré de prolapsus de l'utérus. Cela dépend du degré de descente de l'utérus, du nombre d'autres organes qui ont souffert, de la possibilité que la femme donne naissance à l'avenir. La méthode de traitement reconnue par le médecin peut être conservatrice et chirurgicale.

Traitement conservateur

Cette méthode est utilisée dans les premiers stades de la maladie. Le médecin prescrit des médicaments à la maison, à savoir des médicaments contenant de l'œstrogène. En outre prescrit pommade avec des métabolites.

Lorsque l'utérus est omis, un ensemble spécial d'exercices est effectué, ainsi qu'un massage. Si l'opération n'est pas possible (il y a des contre-indications), le médecin prescrit une femme pessaire. Ce sont les bagues de différentes tailles en caoutchouc de haute qualité. Avec leur introduction dans le vagin, une sorte de support apparaît dans l'utérus, empêchant son déplacement ultérieur. Pour normaliser le fonctionnement des intestins, les experts recommandent un régime alimentaire spécial.

Actuellement, il est également très courant de porter un bandage pour maintenir les organes génitaux dans la position désirée. Le port d'un pansement pendant la période de portage d'un enfant aura pour conséquence que les organes ne tomberont pas. Si le traitement n'a donné aucun résultat, procéder à une intervention chirurgicale.

Exercices dans l'omission de l'utérus

La réduction du tonus et de l'élasticité des muscles du plancher pelvien crée les conditions d'un éventuel déplacement des organes génitaux. Une gymnastique spécialement conçue pour ce groupe de muscles peut prévenir les processus indésirables de prolapsus de l'utérus et d'autres organes génitaux. Elle est également incluse dans les mesures thérapeutiques chez les patientes présentant un prolapsus de l'utérus.

La gymnastique thérapeutique en cas de prolapsus utérin vise à augmenter le tonus musculaire, à améliorer la circulation sanguine et à prévenir les processus inflammatoires.

  1. Le plus populaire parmi les médecins et les patients est la technique de Kegel - une série d'exercices pour les muscles du bassin, nommée d'après son développeur. L'essence de la méthode consiste à entraîner les muscles entourant le vagin, le rectum et l'urètre (urètre) par une réduction maximale pendant 3 secondes et une relaxation ultérieure. Pour effectuer ces exercices thérapeutiques, vous n’avez pas besoin d’aller au gymnase ou dans la salle de thérapie d’entraînement, ils sont effectués dans n’importe quelle position, ils peuvent être répétés sous la douche ou avant de vous coucher au lit.
  2. Un autre exercice de Kegel populaire est lié à la capacité de la femme à s'auto-hypnose: il est demandé au patient de présenter le plancher pelvien musculaire sous la forme d’une sorte d’ascenseur sur lequel elle monte et redescend. La montée commence à partir du "sous-sol" (relaxation complète), puis progressivement la femme exerce une légère pression sur les muscles pelviens, monte au "premier étage" et s'attarde quelques secondes dans cette position (l'ascenseur s'arrête), puis continue vers le haut en s'arrêtant à chaque "étage" improvisé.. Plus il monte haut, plus la tension musculaire est forte. Au cinquième "étage", il atteint un maximum. Le mouvement descendant s'accompagne d'une relaxation progressive des muscles.
  3. Chaque exercice Kegel est répété plusieurs fois au cours de la journée, pour un total de 50 à 100 coupes par jour.

Parmi l'ensemble des exercices pour chaque patient particulier, plusieurs des plus appropriés sont sélectionnés, ou il est recommandé d'effectuer le complexe dans son intégralité. La popularité du système Kegel s'explique par le fait que de simples exercices peuvent être effectués à tout moment et dans toutes les conditions, par exemple au travail ou dans les transports en commun.

Le complexe de gymnastique médicale en cas de prolapsus utérin comprend le renforcement des muscles abdominaux (paroi abdominale antérieure). Le bon état des muscles abdominaux aide à maintenir une pression intra-abdominale normale, ce qui empêche le déplacement d'organes.

Une autre méthode populaire est la physiothérapie selon la méthode de Yunusov. Il comprend des contractions volontaires des muscles pelviens pendant la miction, jusqu'à ce que le flux d'urine cesse. Chez les femmes prédisposées au prolapsus utérin, les exercices thérapeutiques agissent comme une prophylaxie efficace et, en présence du stade initial du processus, ils peuvent devenir la seule mesure thérapeutique.

Des visites régulières à la piscine, au vélo et aux exercices avec compteur peuvent remplacer une partie importante de l'exercice.

Opération

Ce problème est souvent résolu à l'aide d'une intervention chirurgicale. Cette méthode est utilisée depuis un certain temps. Mais avant les médecins ont effectué une chirurgie abdominale. Une intervention chirurgicale était réalisée si la femme voulait préserver la fonction de fertilité. De nos jours, la chirurgie est réalisée par la méthode laparoscopique. Déjà le troisième jour après l'intervention, la femme est libérée. Environ un mois continue la période de récupération.

Après la laparoscopie, il ne reste aucune cicatrice. Cela annule la probabilité d'adhérences. L'opération n'a aucun effet sur l'état du vagin. Par conséquent, une femme peut avoir une vie sexuelle normale après son rétablissement. L’essence de l’opération est que l’utérus soit soutenu par un maillage. Les dernières technologies et matériaux permettent de laisser la grille à l'intérieur du corps.

Dans ce cas, la santé d'une femme n'est pas en danger. Le matériau est élastique. Pendant la grossesse, la grille est simplement étirée. L'opération vous permet d'obtenir de bons résultats dans les plus brefs délais. Une femme n'a pas besoin d'entraîner ses muscles ni d'utiliser d'autres méthodes de traitement conservateur.

Les récidives sont exclues ici. Au cours de l'opération, le chirurgien corrige, si nécessaire, la position de l'intestin, de la vessie et du vagin.

Avis des patients

Les examens des femmes ayant subi diverses procédures pour le traitement du prolapsus de l'utérus confirment la nécessité d'un ensemble de mesures variées.

  1. Galina: Après les soins chirurgicaux, je préparais une teinture pour coquilles d'œufs. Le mélange composé de coquille et de citron, a insisté sur la vodka ordinaire. La réception quotidienne a pris tous les symptômes désagréables postopératoires.
  2. Marina: Une opération était nécessaire pour le traitement. Mais dans la période postopératoire aidé les bains aux herbes, les décoctions et les frais.
  3. Olga: le prolapsus utérin est une maladie insidieuse. Peu de gens parviennent à l'identifier dès les premières étapes. Il se trouve que je l’avais, mais je ne le savais même pas, car il n’y avait aucune manifestation. Le médecin diagnostiqué lors de l'examen. Elle a fait des exercices de Kegel. Je crois que c'est le moyen le plus efficace de traiter une maladie. Ceci, bien sûr, seulement avec un léger prolapsus.
  4. Lyudmila: Avec le traitement, elle n'a effectué que deux exercices. Ils les ont fait avant de se coucher, couchés dans leur lit. Avant les exercices, elle a effectué un broyage à base d’herbes médicinales variées, de miel et d’écorce de chêne.

Prévention

Les mesures préventives sont simples et compréhensibles pour toutes les femmes, quel que soit leur âge et le stade de développement de la maladie.

  1. À temps pour se tourner vers des spécialistes. Aucun conseil ne sera superflu pour une femme.
  2. Envisagez la possibilité de remplacer l'accouchement, qui peut entraîner des blessures, par une césarienne.
  3. Appliquer un traitement hormonal substitutif en cas de ménopause ou de déficit en œstrogènes.
  4. Effectuer des exercices spéciaux pour renforcer les muscles pelviens.
  5. Si l'intégrité du périnée est violée, essayez de récupérer complètement, et pas seulement le tégument externe.