Anomalie de Kimmerle - traitement et symptômes de la maladie

Toute déviation dans le fonctionnement des systèmes internes, l’anatomie du développement du corps chez l’homme entraîne une détérioration de la santé. Anomalie de Kimmerle - une pathologie de la colonne cervicale, qui conduit à la compression de l'artère qui alimente le cerveau. Ce n'est pas une maladie mortelle, parfois même de jeunes hommes sont emmenés à l'armée, mais certains désagréments peuvent parfois avoir de graves conséquences sur la santé.

Quelle est l'anomalie de Kimmerle

La maladie a été diagnostiquée pour la première fois en 1923, décrite en détail par le scientifique hongrois A. Kimmerle en 1930. Anomalie du développement de la colonne cervicale (première vertèbre (Atlanta)), ce qui entraîne la formation d'un pont osseux supplémentaire entre la vertèbre postérieure et le bord de l'atlas du processus articulaire. Pour ce trouble, un trou apparaît dans la structure qui recouvre le nerf occipital et l'artère vertébrale.Le médecin a également noté que les personnes atteintes de cette pathologie présentaient souvent des troubles de la circulation cérébrale.

Contrairement à d'autres vertèbres, l'Atlas n'a pas de corps, il ressemble à un anneau avec une arche avant et arrière. L'artère vertébrale passe par l'arc postérieur de la première vertèbre cervicale. Avec le développement de l'anomalie, cette lumière est fermée avec un ligament calciné et un pont osseux supplémentaire, ce qui conduit à la fermeture de l'ouverture. Dans certaines conditions, cette déviation conduit à des symptômes cliniques différents en raison d'une irritation des terminaisons nerveuses, d'une mauvaise circulation du sang vers le cerveau.

Causes d'anomalie

Pour le moment, les causes des anomalies de Kimmerle et les facteurs provoquant le développement de malformations ne sont pas claires. Les experts partagent cette pathologie en plusieurs types, ce qui explique parfois leur origine, par exemple, congénitale et acquise. Selon les statistiques, ce sauteur est présent chez 10% des nouveau-nés. Le développement des anomalies acquises est associé à des maladies de la colonne vertébrale.

Symptômes d'anomalie

Si la maladie est congénitale, les signes de pathologie peuvent ne pas se manifester avant longtemps. Certaines personnes ignorent la présence de la maladie de Kimmerle jusqu'à la mort. Cependant, les symptômes peuvent apparaître dès l'enfance. L'anomalie de Kimmerle présente les caractéristiques principales suivantes:

  • bruissement, acouphènes (bilatéraux), en tournant la tête, ils deviennent plus brillants;
  • mal de tête sévère;
  • engourdissement des muscles du visage;
  • le vertige, qui est aggravé en tournant la tête;
  • problèmes de coordination;
  • assombrissement des yeux, évanouissement en tournant la tête;
  • accès de douleur dans les bras et les jambes en tournant le cou;
  • tonus musculaire affaibli dans la région du visage.

Anomalie complète de kimmerli avec syndrome de maladie cérébrovasculaire

Les médecins ne distinguent pas deux types de la maladie en fonction de la forme de l'anneau osseux anormal. L'anomalie complète de Kimmerle se développe dans le cas où le faisceau d'atlas rejoint le crâne ossifié. Il s'agit d'un type de pathologie particulièrement grave qui provoque des symptômes graves. Le niveau de confort de la vie du patient avec un tel diagnostic est considérablement réduit.

Anomalie partielle

Cette option Kimmerle ne provoque pas tant de violations graves. Un patient présentant cette pathologie doit consulter régulièrement son médecin et est sous observation. L’anomalie incomplète de Kimmerla nécessite un traitement si elle a un effet négatif sur le niveau de confort de la vie, mais dans certains cas, sa présence n’est pas remarquée par le patient.

Diagnostic de l'anomalie de Kimmerle

Pour de nombreuses pathologies associées à une violation de la tension artérielle, des symptômes similaires sont inhérents. Pour cette raison, il est possible de diagnostiquer l'anomalie du Kimmerla uniquement en raison de certains signes. En règle générale, la maladie se manifeste lors des mouvements de la tête, des mouvements du corps. Le degré d'anomalie détermine le degré de changement de la vertèbre. Pour le diagnostic, utilisez de tels outils:

  1. Les modifications aideront à identifier la radiographie de la colonne cervicale.
  2. Tomographie de la colonne cervicale.
  3. Le médecin peut déterminer s'il est nécessaire de poursuivre les recherches en fonction des plaintes des patients caractéristiques de la maladie de Kimmerl: acouphènes, noircissement des yeux, vertiges lors de la rotation de la tête, etc.
  4. Sur la base de l'examen initial, le thérapeute peut transférer le patient à un neurochirurgien ou à un pédiatre.
  5. Détecter la présence d'une pathologie aidera les signes indirects, par exemple l'intensité du flux sanguin. Cet indicateur peut être testé à l'aide d'une échographie des artères cervicales qui fournissent les nutriments au cerveau.

L'option la plus fiable pour le diagnostic est considérée comme une radiographie. Sur la base des résultats du diagnostic, le médecin détermine le meilleur traitement optimal pour le patient. Parfois, les symptômes déroutent les spécialistes et il est impossible de déterminer immédiatement la pathologie. Seule une radiographie peut être utilisée pour établir un diagnostic précis. Une thérapie opportune aide à éviter les complications.

Anomalie de Kimmerle - comment vivre avec

Une personne qui a contracté la maladie après la naissance ressent une réduction significative de la qualité de vie. Lorsque les premiers symptômes apparaissent, le patient veut savoir comment vivre avec l'anomalie de Kimmerla. De nombreuses personnes présentent tous les symptômes décrits ci-dessus, mais n'associent pas leurs manifestations à la maladie. Parfois, ils confondent le diagnostic et les médecins, en se basant uniquement sur les symptômes décrits par le patient, conduisent à la désignation du mauvais traitement.

Le Kimmerle peut entraîner une altération de la coordination, de la mémoire, une perte de sensibilité, une réduction des capacités mentales. Le scénario le plus terrible est l’accident ischémique cérébral, qui entraîne la mort. Pour la prévention de la maladie, il est recommandé de surveiller attentivement votre santé, lorsque vous recevez une blessure ou lorsque les premiers signes apparaissent, consultez un médecin. Il est recommandé de recevoir modérément une activité sportive, de rester plus au grand air, de surveiller son poids.

Gymnastique thérapeutique

C’est l’une des options de traitement permettant de faire face aux manifestations de la maladie. Les exercices pour les anomalies de Kimmerley sont de nature thérapeutique et visent à étirer les muscles sous-occipitaux. Il s’agit d’une gymnastique spéciale pour la colonne cervicale. On peut obtenir le plein effet de la thérapie en normalisant l’état de la crête et en améliorant la posture. Cette thérapie aidera à normaliser le flux sanguin, soulagera la pression des muscles autour de l'artère vertébrale.

Massages

C'est l'une des options pour soulager la tension dans la région cervicale, pour améliorer le flux sanguin vers le cerveau. Le massage pour l'anomalie de Kimmerla doit être effectué par un technicien qualifié. Si vous rencontrez un massothérapeute pour la première fois, prévenez-le de la présence d'une anomalie afin qu'il en prenne en compte et choisisse la technique appropriée. La procédure aidera à soulager les spasmes musculaires, améliorer la santé globale. Sous la supervision d'un médecin, vous pouvez utiliser différents applicateurs de massage.

Comment traiter le syndrome de Kimmerle

Si les symptômes de la maladie sont dérangeants et que la personne crée un inconfort, utilisez une option de traitement complète. Le traitement de l'anomalie de Kimmerle est réalisé dans plusieurs directions à la fois: médical, thérapie manuelle, masse, entraînement physique thérapeutique. Dans les cas extrêmes, une opération (chirurgie) peut être prescrite, mais les médecins essaient d'abord d'utiliser toutes les autres méthodes possibles.

Traitement conservateur

Ce groupe comprend toutes les options de traitement qui ne constituent pas une intervention chirurgicale. En règle générale, il s’agit de la nature symptomatique du traitement, qui vise à améliorer le bien-être du patient en cas d’anomalies, en améliorant son niveau de qualité de vie. Cette thérapie comprend le massage, la prise de médicaments, la physiothérapie. Parmi les médicaments, utilisez les catégories suivantes:

  • Trental, la pentoxifylline est prescrite pour réguler la fluidité, la viscosité du sang;
  • pour améliorer la stimulation de la circulation cérébrale, appliquer Cinnarizine, Devincan, Cavinton, Sermion;
  • moyens de normaliser la pression;
  • Dans certains cas d'anomalies, des préparations métaboliques sont également prescrites (Mildronate, Piracetam), des neuroprotecteurs, des antioxydants.

Traitement chirurgical

Dans la plupart des cas, le traitement conservateur est suffisant et la chirurgie n'est pas nécessaire. L'opération en cas d'anomalie de Kimmerli est réalisée uniquement lorsqu'une manifestation décompensée du syndrome de l'artère vertébrale se produit, ce qui crée une perturbation du flux sanguin dans le bassin vertébrobasilaire. Au cours de l'opération, le chirurgien effectue la mobilisation de l'artère vertébrale, résection de l'arc pathologique. Le patient subit ensuite un processus de rééducation. Pendant 14 à 30 jours, il est nécessaire d’utiliser un collier Schantz.

Anomalie de Kimmerle chez les enfants

En règle générale, cette pathologie est diagnostiquée à un âge précoce par hasard. L'anomalie de Kimmerle se forme chez un enfant au stade de développement intra-utérin, mais la cause spécifique de ce processus n'a pas été identifiée. Le bébé peut vivre longtemps avec cette violation et ne pas en être conscient. Un facteur aggravant peut être:

  • la scoliose;
  • ostéochondrose;
  • effort physique intense;
  • position assise longue (par exemple, sur l'ordinateur).

En raison du blocage du canal d'approvisionnement en sang au cerveau, les enfants peuvent apprendre plus mal et leur endurance peut être réduite. Les symptômes suivants se manifestent activement au cours de la progression de la maladie de Kimmerla:

  • des nausées;
  • panne;
  • la faiblesse;
  • dystonie vasculaire;
  • des vertiges;
  • fond émotionnel instable.

Quel est dangereux anomalie de Kimmerle

L'une des premières questions des patients ayant appris leur diagnostic: l'espérance de vie diminue-t-elle et quelles sont les conséquences d'une anomalie? La pathologie ne présente pas de danger mortel, seulement dans certains cas, lorsque l'évolution de la maladie débute et que le traitement n'est pas effectué, un accident vasculaire cérébral peut survenir. Dans d'autres cas, la maladie provoque des migraines, a un effet déformant sur la structure des vaisseaux sanguins, ce qui entraîne une altération de la circulation sanguine dans le cerveau.

Les douleurs chroniques et les autres symptômes de la maladie de Kimmerle réduisent considérablement le niveau de vie d’une personne. Le patient ne peut pas effectuer d’activités actives et, lors de l’effort, les symptômes s’aggravent: problèmes de coordination, engourdissements, mouvements des yeux. Tout cela devient un précurseur d'un accident vasculaire cérébral dans le bassin crano-vertébral. Il est nécessaire de faire une radiographie pour un diagnostic précis, de commencer le traitement de la pathologie de Kimmerla et de suivre toutes les instructions du médecin. Tout cela aidera à éviter les complications.

Vidéo: maladie de Kimmerle

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Anomalie de Kimmerley: causes, manifestations, diagnostic, traitement, conséquences et pronostic

L'anomalie de Kimmerley (Kimmerle) est considérée comme une malformation au niveau de la jonction du crâne et de la première vertèbre cervicale. Avec cette malformation, il y a un tissu osseux supplémentaire sur la vertèbre qui altère la mobilité et peut provoquer une compression de l'artère vertébrale.

Auparavant, on pensait qu'environ 10% des personnes présentaient un défaut similaire dans le développement vertébral. Cependant, le recours généralisé aux diagnostics par rayons X et à l'IRM permet de le détecter beaucoup plus souvent: selon certaines données, jusqu'à 30% des habitants de la planète auraient un défaut.

Les anomalies osseuses congénitales sont beaucoup moins fréquentes pour les maladies vertébrales qui se développent au cours de la vie. Les ostéochondroses bien connues, les ostéophytes, la dégénérescence de l'appareil ligamentaire contribuent dans une large mesure aux modifications secondaires des canaux des vertèbres, qui affectent les vaisseaux et les nerfs. À cet égard, la pathologie de la colonne vertébrale, en tant que base de la formation de l'anomalie acquise de Kimmerley, mérite l'attention des spécialistes.

Anomalie de Kimmerly (ci-dessus), normale (ci-dessous) - il manque une arche supplémentaire au niveau de l'artère vertébrale sur la vertèbre c1

Les manifestations de l'anomalie de Kimmerley sont extrêmement diverses. Ils sont basés sur une violation du mouvement du sang à travers l'artère vertébrale jusqu'au cerveau. La symptomatologie est particulièrement prononcée en se pliant, en se retournant, en inclinant la tête, lorsque la voûte supplémentaire disponible limite l’espace dans lequel le navire passe. Les symptômes peuvent apparaître soudainement pendant l'entraînement sportif, la musculation, dans un contexte de bien-être complet.

La malformation de la première vertèbre cervicale n'est pas considérée comme une maladie indépendante et elle est loin de se manifester par aucun signe. La clinique du syndrome de l'artère vertébrale est provoquée par l'anomalie de Kimmerley chez seulement un quart des patients; dans le reste, la pathologie est inconnue ou elle est détectée par hasard, lors de l'examen d'autres maladies.

Causes et types d'anomalie de Kimmerly

Les raisons du développement anormal de la première vertèbre cervicale n'ont pas été établies avec précision. Il s’agit d’un défaut congénital qui se forme au cours du développement embryonnaire. Il est possible que des facteurs externes, de mauvaises habitudes et des infections chez une femme enceinte aient un effet néfaste. Habituellement, le défaut est détecté par hasard, souvent lors de l'examen de personnes soupçonnées de processus dégénératifs dans la colonne vertébrale.

Selon la structure de la poignée supplémentaire, une anomalie complète et incomplète de Kimmerle est distinguée. La poignée peut s’étendre du processus articulaire à l’arc de la première vertèbre ou relier les deux processus.

Avec une anomalie complète de Kimmerle, l'arc accessoire forme un canal fermé dans lequel se trouve l'artère vertébrale. Cette variante de la pathologie s'accompagne de symptômes plus prononcés et d'une progression plus rapide. Dans le cas d'un type de défaut incomplet, l'arc n'est pas fermé, sous la forme d'une excroissance de tissu osseux.

Les artères vertébrales sont des vaisseaux importants qui alimentent la colonne vertébrale supérieure, le tronc et la partie postérieure du cerveau. Ils partent de la sous-clavier et sont dirigés vers le haut dans le canal formé par les apophyses transverses des vertèbres. À travers le foramen occipital dans le crâne, ces vaisseaux pénètrent dans le cerveau.

La première vertèbre cervicale (atlas) est agencée de manière particulière et diffère des autres: il n'y a pas de corps à l'intérieur, mais il y a deux arcs, dans la rainure arrière, il y a un vaisseau avec une racine nerveuse. En passant dans le sillon de la première vertèbre, les artères peuvent être comprimées de l'extérieur par des arcs anormaux, ce qui entrave leur mobilité lors de la rotation et de la flexion de la tête.

Le mécanisme de développement du syndrome de l'artère vertébrale avec le défaut cervical C1 consiste en une compression mécanique de l'artère, le sang le long de celle-ci se déplace avec difficulté. Un autre facteur important est l’irritation des terminaisons nerveuses de la paroi vasculaire et des branches du plexus sympathique.

La clinique de la violation du flux sanguin dans l'artère vertébrale se produit souvent en présence de facteurs aggravants:

  • Changements athérosclérotiques;
  • Inflammation de la paroi artérielle;
  • Processus dégénératifs dans la colonne vertébrale (ostéochondrose);
  • Blessures au crâne et à la colonne vertébrale;
  • L'hypertension.

Plus souvent qu'une anomalie congénitale, une circulation sanguine altérée dans les artères vertébrales provoque les modifications acquises, elles parlent alors de l'anomalie acquise de Kimmerley. Il est basé sur les processus dégénératifs du ligament atlanto-postérieur, qui est calcifié ou ossifié. Le tissu dense nouvellement formé est fermement fixé à l'arc d'Atlanta et forme ainsi un canal limité contenant l'artère vertébrale.

Symptômes de l'anomalie de Kimmerly

Les signes du syndrome de Kimmerley sont causés par une insuffisance de sang dans le cerveau, qui est particulièrement prononcée lors des mouvements de la tête, de la musculation dans les bras tendus et de certains exercices physiques. Parmi les symptômes sont possibles:

  1. Sensation de bruissement audible, bruit, craquement dans les oreilles;
  2. Assombrissement, "mouches", "voile" devant les yeux, inconfort dans les globes oculaires;
  3. Maladresse des mouvements et incertitude de la démarche;
  4. Faiblesse musculaire;
  5. Des vertiges;
  6. Évanouissement.

La plainte principale d'un patient présentant une anomalie de Kimmerley exprimée de manière hémodynamique est un mal de tête grave, des brûlures, parfois des pulsations, qui se limite à l'arrière de la tête. La douleur rend la vie difficile, interfère avec l'exécution des tâches professionnelles, perturbe le sommeil et l'état émotionnel. Le moindre mouvement de la tête peut causer une douleur accrue, mais certains patients trouvent la position dans laquelle la plus petite compression des vaisseaux est obtenue et la douleur est réduite.

Avec une difficulté significative dans la circulation du sang dans les vaisseaux alimentant le cerveau, des symptômes cérébelleux apparaissent - tremblements des membres, trouble de la coordination, nystagmus. Pour les pathologies sévères caractérisées par des maux de tête intenses, la pathologie de la sensibilité et les troubles moteurs.

Un rétrécissement critique de la lumière de l'artère vertébrale peut entraîner des crises ischémiques transitoires, lorsque le patient ressent une douleur intense à la tête, des troubles de la parole et des mouvements à court terme et une perte de conscience. La manifestation la plus grave de l'anomalie de Kimmerley est considérée comme un infarctus cérébral due à un arrêt complet du flux sanguin. Cette condition est plus probable quand il y a d'autres modifications dans les vaisseaux sanguins - l'athérosclérose, l'angiopathie hypertensive, la vascularite.

Une forte détérioration de la santé, l'apparition de nausées et de vomissements sévères, des troubles de la vue, une coordination motrice altérée et le tonus musculaire devraient être une raison pour demander de l'aide immédiatement, car ils peuvent parler d'accident vasculaire cérébral.

Diagnostic et traitement des syndromes associés à l'anomalie de Kimmerley

Le diagnostic de l'anomalie de Kimmerley comprend toute une série d'études, mais le médecin a généralement pour tâche non seulement de détecter ou d'éliminer la variante anormale du développement de la vertèbre, mais également de prouver que c'est ce défaut qui provoque les symptômes. Souvent, le diagnostic de l’anomalie symptomatique de Kimmerly consiste à éliminer toutes les autres causes possibles de pathologie de la circulation sanguine dans la tête.

Lorsqu'un patient présentant des signes de troubles circulatoires dans le service vertébro-basilaire s'adresse au médecin, il envoie d'abord un examen radiologique de la colonne vertébrale et de la tête. Le procédé est disponible, simple et fournit en même temps une quantité d'informations suffisante sur l'état des vertèbres.

Les acouphènes et autres troubles auditifs nécessitent la consultation d'un médecin ORL, car les symptômes peuvent être associés à une pathologie de l'oreille (processus inflammatoires). Le patient est examiné, examiné en tenant compte de l'état de l'appareil vestibulaire.

Pour s'assurer que l'anomalie de Kimmerley est à l'origine des symptômes, il est nécessaire d'exclure la possibilité d'anévrismes, de thromboses et de tumeurs au cerveau. Pour ce faire, effectuez un scanner, une IRM du cerveau avec rehaussement de contraste.

L'état de la circulation sanguine, le niveau de compression des troncs artériels et la nature de l'hémodynamique aident à établir l'échographie Doppler, l'angiographie par résonance magnétique, la numérisation en duplex.

Le traitement des manifestations d'anomalies de Kimmerley est généralement conservateur, et seule une réparation chirurgicale de la pathologie du flux sanguin est envisagée.

Les patients présentant des malformations atlantiques identifiées au hasard et ne provoquant pas de troubles hémodynamiques n'ont pas besoin d'être traités, une observation périodique est suffisante. Dans le même temps, ces personnes doivent connaître certaines règles de mode de vie afin d'éviter toute compression des artères vertébrales. Ils doivent donc éviter les mouvements brusques de la tête, les surcharges physiques excessives, les sports pouvant être accompagnés de blessures à la tête. Il n'est pas recommandé de se tenir sur la tête et de tomber, le médecin peut vous conseiller d'abandonner la gymnastique, le fitness, divers types de lutte.

Si une personne présentant une anomalie de Kimmerly asymptomatique souhaite suivre un cours de massage ou une thérapie manuelle, le spécialiste effectuant la procédure doit être conscient de cette caractéristique des vertèbres.

Traitement médicamenteux prescrit par un neurologue. Il comprend:

  • Préparations vasculaires qui aident à améliorer la circulation sanguine, soulagent le spasme des vaisseaux - sermion, Vinpocetine, Actovegin, Stugeron;
  • Agents qui améliorent la microcirculation et les paramètres rhéologiques du sang - trental, pentoxifylline;
  • Médicaments qui améliorent les processus métaboliques dans le cerveau, préviennent l'hypoxie, antioxydants - vitamines du groupe B, piracétam, mildronate, remèdes à base de plantes contenant de l'extrait de ginkgo biloba.

Si vous avez très mal à la tête, vous pouvez prendre des analgésiques - kétorol, ibuprofène, nise. L'acupuncture est très efficace pour soulager la douleur et normaliser le travail du système nerveux autonome.

Pour réduire le tonus musculaire du cou, un massage est prescrit, afin de fixer la colonne cervicale dans la position correcte, pour éviter des tours excessifs, il est utile de porter une minerve. Il est important que les médecins recommandent l’utilisation du collier Schantz, car son abus est lourd de processus atrophiques et dégénératifs dans les muscles et la colonne vertébrale, susceptibles d’aggraver les manifestations pathologiques.

Dans les cas graves, lorsqu'une malformation de la colonne vertébrale entraîne de graves troubles du flux sanguin dans le système vasculaire cérébral, ainsi que l'inefficacité d'un traitement conservateur, un traitement chirurgical est indiqué. L'opération consiste à retirer l'arc osseux et à soulager l'artère vertébrale de la compression. Dans la période postopératoire, un traitement en douceur et le port d'un collier pendant 1 mois sont prescrits.

Il convient de noter que le traitement d’une anomalie à Atlanta n’apporte pas toujours le résultat souhaité. Avec un traitement conservateur, l'état du patient peut s'améliorer, le flux sanguin deviendra plus actif, mais certains symptômes peuvent persister. Par exemple, le bruit ou les acouphènes sont très difficiles à corriger et de nombreux patients doivent les supporter.

En cas d'instabilité émotionnelle, d'irritabilité, de dépression en présence de tout symptôme de compression vasculaire du cou, des sédatifs et des tranquillisants peuvent être utilisés. Un neurologue recommande souvent de consulter un psychothérapeute.

Le pronostic pour la vie avec des anomalies de Kimmerley est dans la plupart des cas favorable, notamment en l'absence de manifestations cliniques et de l'efficacité du traitement des troubles du flux sanguin minimal.

Il n'y a aucun moyen de prévenir la pathologie vertébrale congénitale, car personne ne connaît les raisons de ce phénomène. La prévention de l'anomalie acquise de Kimmerly fait partie des mêmes activités que celles utilisées pour prévenir l'ostéochondrose: un mode de vie actif, le renforcement des muscles, la lutte contre l'inactivité physique et le surpoids.

Souvent, les patients chez lesquels l'anomalie de l'atlas a été découverte par hasard souhaitent savoir s'ils peuvent ou non faire du sport. L'exercice et le sport avec des anomalies de Kimmerley sont possibles et même utiles, mais dans des limites raisonnables. Il est clair que frapper la balle avec la tête pendant un match de football ou de mettre une barre sur le cou ne peut être catégorique, mais la natation, le jogging, le patin à roulettes et la gymnastique ne sont pas interdits. Soyez prudent lorsque vous faites de l'exercice - évitez les mouvements brusques de la tête, évitez les grèves et, avant de commencer à assister à des activités sportives spécifiques, il est préférable de consulter votre médecin.

Anomalie kimmeure

Anomalie de Kimmerley - pas la fusion de la colonne vertébrale. Le syndrome de Kimmerly se caractérise par une violation de la structure d'Atlanta. Cet élément de la colonne vertébrale a un arc antérieur et postérieur. Une inadéquation dans la taille des arcs peut déclencher la croissance des os, ce qui conduit à la formation d'un auvent.

Très souvent, l’anomalie de Kimmerley est diagnostiquée chez l’enfant, ce qui indique que la pathologie est innée. Le syndrome de Kimmerli se forme plus souvent au stade du développement intra-utérin, beaucoup moins souvent à l'âge adulte.

Anomalie de Kimmerley: de quoi s'agit-il

En plus de la platibasia, de l'assimilation de l'atlas ou de l'anomalie de Kiari, l'anomalie de Kimmerley appartient aux pathologies congénitales. Selon les statistiques, la pathologie est diagnostiquée chez 10 à 25% des enfants. À la suite de la maladie, la circulation cérébrale est perturbée, une ischémie chronique est observée à l'arrière du cerveau. La maladie porte le nom du découvreur - A. Kimmerle, qui l’a identifiée et décrite au début de 20gg.

Atlanta - la première vertèbre cervicale, le corps est manquant. En fait, il s’agit d’un anneau composé de deux arcs reliés entre eux. Dans le sillon de l'arc postérieur passe l'artère et les nerfs. Avec l'anomalie de Kimmerly dans la gorge, il y a un pont en os qui ferme le trou. Cela conduit à l'apparition de symptômes douloureux et de complications souvent extrêmement graves. Une situation sanitaire dangereuse est observée uniquement avec un fort rétrécissement de la lumière.

L'anomalie de Kimmerley n'est pas une maladie, car elle ne provoque pas de symptômes négatifs chez la plupart des gens. Certaines personnes découvrent ce trouble uniquement lorsqu’elles sont examinées au hasard par scanner ou IRM.

Anomalie de Kimmerley: symptômes

Cette violation peut être congénitale ou acquise, en procédant de manière absolument asymptomatique. Mais cela peut aussi causer des symptômes extrêmement désagréables qui interfèrent avec le style de vie basé sur la qualité.

Il y a une violation dans le formulaire:

  • le vertige, qui est aggravé en tournant la tête;
  • sons dans les oreilles, bruit dont l'amplification se produit lors de la rotation de la tête;
  • évanouissement;
  • attaques de douleur dans les jambes;
  • crises de migraine (vives, inexpliquées);
  • problèmes de coordination;
  • tonus musculaire affaibli dans le visage;
  • perte de sensibilité de la partie musculaire du visage.

Ce symptôme doit être différencié de la manifestation d'autres maladies, telles que l'hypertension. La relation entre les symptômes désagréables et les mouvements de la tête constitue une différence importante entre les anomalies. L'anomalie est complète et incomplète, ce qui affecte le degré de la situation pathologique.

Anomalie de Kimmerley: comment traiter

L'anomalie de Kimmerley n'est pas toujours une pathologie et ne nécessite souvent aucune mesure thérapeutique.

En particulier, il est nécessaire de mener une thérapie avec:

  1. Anomalie congénitale. Le traitement n’est pas toujours nécessaire, mais seulement si des symptômes douloureux l’indiquent.
  2. Forme acquise de violation. Le traitement des anomalies est souvent prescrit car cette situation se situe dans le contexte des maladies de la colonne vertébrale et peut donner des symptômes extrêmement désagréables et diverses affections (névralgie, troubles circulatoires).

Un traitement est prescrit afin d'éliminer les symptômes douloureux, d'arrêter la progression de la maladie, de ramener le patient à sa qualité de vie habituelle. Le traitement vise également à normaliser le tonus musculaire et à rétablir la circulation sanguine.

Tout cela est fait avec l'aide de médicaments spéciaux, procédures de massage, thérapie manuelle, physiothérapie, physiothérapie, hirudothérapie, réflexologie. Le collier du Schantz vous permet de réduire les tours avec votre tête et de soulager ainsi la partie endommagée de la colonne vertébrale. Dans les cas extrêmes, recourir à la chirurgie.

Anomalie de Kimmerley chez les enfants

L'anomalie de Kimmerley chez les enfants est plus souvent diagnostiquée par hasard. Il a été établi que la maladie se formait encore in utero, mais les causes exactes de son apparition n'ont pas été identifiées. Un enfant peut vivre avec cette violation et en être complètement inconscient.

Les facteurs suivants peuvent provoquer une détérioration de la situation:

  • ostéochondrose;
  • la scoliose;
  • une longue période de transfert à l'ordinateur;
  • exercice excessif, etc.

Les plaintes peuvent être des vertiges, une faiblesse, des nausées, de la fatigue. Ces enfants peuvent apprendre plus mal en raison d'un apport sanguin insuffisant au cerveau. Ils peuvent avoir une endurance médiocre, une dystonie vasculaire, un fond émotionnel instable, etc. Tout cela peut se manifester à mesure que la maladie progresse.

Si l'anomalie n'est pas trop grave, elle ne se manifestera pas. Il n'a pas besoin d'être traité, mais vous devrez protéger votre colonne vertébrale et subir des examens préventifs tout au long de votre vie.

Anomalie de Kimmerley: comment vivre avec

L’anomalie de Kimmerly a-t-elle une incidence sur l’espérance de vie et sur la manière dont elle se manifeste? Dans la plupart des cas, en particulier avec la forme acquise de la violation, cela affecte considérablement la qualité de la vie de la meilleure façon. Le patient peut avoir mal à la tête, souvent et assez souvent, avec une altération de la circulation sanguine et les symptômes correspondants apparaissent.

Dans la plupart des cas, les patients présentant une telle violation éprouvent un certain inconfort, mais rarement quelqu'un l'associe à ce type de déviation. Lors du diagnostic, les médecins se trompent aussi souvent et, en fonction des symptômes, ils peuvent prescrire un traitement peu correct.

Afin de ne pas prendre des médicaments en vain, de perdre votre temps et votre argent, vous devez procéder à un examen complet du corps. Cela devrait être fait par tous, sans exception, au moins une fois par an. Assurez-vous que, dans ces procédures, vous devez utiliser une IRM ou une tomodensitométrie, qui peuvent afficher avec précision une image de ce qui se passe dans la colonne vertébrale et identifier la violation.

Cette déficience peut entraîner des problèmes de coordination, une perte de sensation, une perte de mémoire et des capacités mentales. La conséquence la plus terrible de l'anomalie peut être un accident vasculaire cérébral, et cela est lourd de mort.

À titre préventif, vous devez faire attention à votre santé avant qu’elle ne se détériore. Pour cela, il est important de maintenir un mode de vie sain, de faire du sport (modérément), de bien manger et de surveiller son poids. Il est également important que les enfants se détendent complètement et passent plus de temps à l'air frais.

Eh bien, le plus important est de consulter un médecin dès les premiers signes de la maladie et de suivre toutes ses recommandations.

3 conséquences dangereuses Anomalie Kimmerly - pouvez-vous mourir?

Navigation de l'article:

La région craniovètebrale (1 à 3 vertèbres) est la région la plus vulnérable de la colonne vertébrale. Ses blessures et pathologies affectent directement la fonctionnalité des branches de l'artère vertébrale et des structures nerveuses adjacentes.

En 1923, pour la première fois, une anomalie a été enregistrée sous la forme d'une croissance arquée osseuse dans la première vertèbre, ce qui explique l'origine de nombreux symptômes cliniques et neurologiques. Par la suite, cette éducation a reçu le nom "Anomalie de Kimmerly" (dans diverses sources, vous pouvez trouver d'autres options: Kimerli, Kimmerle).

Essence et origine de la pathologie

Le syndrome de Kimmerly a reçu une description détaillée en 1930. Ce défaut dans la structure des vertèbres a été observé lors d'autopsies il y a des centaines d'années. Avec l'avènement des rayons X, il est devenu possible de prouver le lien entre la pathologie et l'ensemble complexe des symptômes de troubles et maladies neurologiques.

Pour décrire ce qu’il s’agit d’une anomalie de Kimmerley, il est possible d’utiliser une brève référence anatomique.

La vertèbre humaine comprend le corps et les processus situés sur un arc épais (lamina). L'arc et le corps, se fermant à l'aide des jambes, forment un espace intervertébral (canal rachidien). La vertèbre supérieure (Atlant, C1), qui assure l'articulation de la tête et du cou, n'a presque pas de corps. Il est constitué d'arcs osseux antérieurs et allongés postérieurs, des processus transversaux s'étendant sur les côtés. Sur la face externe de l'arc postérieur, il y a une petite dépression (gorge) dans laquelle se trouve l'artère vertébrale et le nerf occipital qui l'accompagne.

L'anomalie de Kimmerley est une formation pathologique au niveau de l'arc postérieur C1, qui est un mince pont ossifié. Il crée une arche au-dessus du sulcus, limitant l'espace artériel. Il en résulte une violation du flux sanguin et une irritation du nerf.

  1. Ossification (ossification) du ligament oblique de l'atlas.
  2. Dysplasie (prolifération excessive, développement altéré) du sillon dans lequel se trouve l'artère.

Une anomalie peut être congénitale (l'hérédité dominante est confirmée) ou acquise en raison de blessures ou de troubles de la colonne vertébrale.

Le syndrome de Kimmerley n'est pas une maladie. La pathologie affecte le bien-être et la longévité d’une personne en fonction de la gravité des symptômes. Diverses variantes d’écarts similaires lors de l’inspection sont révélées chez 30% de la population. La grande majorité des gens vivent avec cette anomalie, ignorant de quoi il s'agit. Le pont osseux est une découverte accidentelle qui ne peut se manifester que sous certaines conditions: spasme, perte d'élasticité des parois artérielles, développement d'un processus cicatriciel, athérosclérose, vascularite, traumatisme. Avec de graves perturbations hémodynamiques cérébrales, la pathologie prend une forme menaçant le pronostic vital.

Causes de développement

Il n'y a pas de cause exacte de l'anneau osseux, seuls les facteurs provoquants sont indiqués.

La forme congénitale est un héritage génétique ou le résultat de malformations fœtales dues à des influences externes (mauvaises habitudes typiques de la mère, mauvaise écologie).

  • ostéochondrose;
  • dégénérescence de l'appareil ligamentaire;
  • les ostéophytes;
  • blessures.

La forme congénitale devient rarement un facteur aggravant, mais elle est acquise de manière beaucoup plus agressive: les symptômes peuvent augmenter, nuisant gravement à la santé.

Classification

Le pont osseux peut avoir une épaisseur différente et être formé sur la colonne vertébrale à partir d'un côté de la première vertèbre C1 et de deux à la fois. Avec une localisation bilatérale de l'anomalie, la compression affecte les deux artères vertébrales, ce qui aggrave les symptômes.

Selon la configuration du cavalier, l'anomalie est divisée en deux options: complète et incomplète. Dans le premier cas, une sorte de boucle osseuse est formée. L'anomalie de Kimmerly incomplète est diagnostiquée avec un «anneau atlas» ouvert quand une excroissance osseuse arquée est observée au lieu d'un pont. Dans ce cas, la présence d'une éducation n'est généralement pas indiquée par des signes prononcés. L'anomalie complète est diagnostiquée plus souvent en raison de la manifestation de symptômes typiques.

  • médial. Le cavalier est situé entre le processus transverse et l'arc postérieur C1. Cette forme est bien pire détectée lors du diagnostic;
  • latéral. Le pont s'étend entre les processus articulaire et transverse.

Les deux formes d'anomalies droite et gauche sont formées à la même fréquence.

Anomalie chez les enfants

L'anomalie de la structure vertébrale C1 chez l'enfant peut être congénitale (chez 10% des nourrissons) ou acquise. Dans ce dernier cas, les causes du développement de la pathologie résident dans un long séjour en position statique (sur un ordinateur, un ordinateur portable), à ​​cause duquel une scoliose et une ostéochondrose se développent. Un facteur provocateur peut être une blessure ou un effort physique intense.

  • plaintes de nausée, faiblesse, vertiges;
  • faible endurance pendant l'exercice;
  • baisse de la performance scolaire, inattention;
  • instabilité de la psyché.

Si la pathologie ne conduit pas à l'apparition de symptômes cliniques (caractéristiques des formes congénitales), sa présence chez les jeunes hommes ne constitue pas une indication d'exemption du service militaire. Cependant, dans le dossier personnel, le médecin laisse une note sur la présence d’une anomalie.

Les symptômes

Avec les anomalies de Kimmerley, les symptômes sont exprimés en fonction du degré de compression de l'artère vertébrale, ainsi que du nerf. Souvent provoqués par des mouvements inconfortables dans la région cervicale, ils se produisent lorsque la tête se courbe et tourne fortement, une charge statique prolongée sur le cou, lorsque le volume de sang traversant l'artère diminue immédiatement de 25%. L'irritation du nerf entraîne une augmentation du tonus des parois artérielles, puis le débit sanguin baisse de 1/3.

  1. Facile Cela inclut le syndrome de la douleur, une diminution du volume du flux sanguin dans la région de la tête, des pathologies liquidodynamiques (diminution de la production, absorption et circulation du liquide céphalo-rachidien).
  2. Moyenne Les dysfonctionnements végétatifs (troubles fonctionnels provoqués par une diminution du tonus vasculaire: névroses, hypertension) sont ajoutés aux symptômes caractéristiques du premier degré. Cela se produit plusieurs fois par an.
  3. Lourd Les attaques se produisent chaque semaine ou chaque mois.
  • vertiges (98% des patients se plaignent);
  • mal de tête (principalement à l'arrière de la tête);
  • déficience visuelle, apparition périodique de "mouches", points, éblouissements, étincelles, assombrissement soudain;
  • démarche chancelante;
  • acouphènes (grondement, sonner, frapper, siffler);
  • évanouissement, sensation forte de faiblesse dans les muscles, souvent accompagnée de nausée, vomissement.

Certaines personnes ont enregistré des attaques de panique: sensation de chaleur dans le cou et la tête, peur irrationnelle, sensation de suffocation.

  • tremblement (tremblement incontrôlé) des pieds et des mains;
  • mouvements oculaires volontaires (nystagmus);
  • mal de tête de fond;
  • faiblesse persistante de certains muscles;
  • attaques ischémiques.

Dans ce dernier cas, la vie est gravement menacée. Par conséquent, si vous présentez plusieurs symptômes récurrents ou persistants, vous devez rechercher un diagnostic.

Diagnostics

Les méthodes de diagnostic permettant de détecter et d’évaluer l’anomalie de Kimmerle sur C1 sont les suivantes:

  • radiographie latérale;
  • échographie doppler transcrânienne (échographie du flux sanguin);
  • angiographie par contraste vertébral (série de photographies à rayons X de vaisseaux sanguins avec un agent de contraste injecté);
  • études neurophysiologiques de la vision et de l'audition;
  • TDM avec reconstruction panoramique;
  • IRM

Il est important de différencier le syndrome de compression de l'artère vertébrale des autres pathologies pouvant provoquer des symptômes similaires: kyste, thrombose, anévrisme. Par conséquent, une attention particulière est accordée non seulement au diagnostic de la présence même du linteau osseux, mais également à l'évaluation de son degré d'influence sur l'apport sanguin au cerveau. Pour ce faire, pendant le doppler, des capteurs spéciaux déterminent la vitesse d'écoulement du sang et son indice d'asymétrie.

Les statistiques médicales montrent que la présence d'un pont osseux sur la première vertèbre n'est à l'origine d'une insuffisance vertébrobasilaire des vaisseaux que chez un quart des patients. Dans la majeure partie des symptômes provoqués par des comorbidités.

Traitement

Le traitement des anomalies est prescrit en présence de symptômes cliniques. S'il n'y a aucune violation de l'hémodynamique (approvisionnement en sang), l'observation, ainsi que la prévention des complications, est recommandée.

  • éviter les surtensions physiques;
  • ne pas pratiquer de sports associés à des mouvements actifs du cou;
  • N'effectuez pas de crémaillères sur la tête et ne prenez pas de longues poses statiques qui nécessitent de fixer le cou dans une position inconfortable.

Pour des pathologies telles que l’anomalie de Kimmerly, les médecins utilisent deux types d’approches thérapeutiques: conservatrice et chirurgicale. Le choix est fait en fonction de l'état du patient et des résultats des examens. Le traitement de la colonne cervicale avec des anomalies de C1 est possible à l'aide de méthodes conservatrices, si le débit sanguin n'est pas réduit à une valeur critique. Dans certains cas, un retard dans l'opération peut avoir des conséquences irréparables. La tactique, comment traiter le patient, est sélectionnée en fonction des symptômes, en tenant compte des maladies associées.

Thérapie conservatrice

La tâche principale de la thérapie conservatrice est la normalisation de la vitesse et du volume du flux sanguin dans l'artère vertébrale, l'amélioration des caractéristiques mécaniques du sang, appelées propriétés rhéologiques (viscosité). Dans le premier cas, des médicaments tels que «Kavinton», «Devincan», «Sermion» sont prescrits, dans le deuxième cas, «Trental», «Pentoxifylline».

  • neuroprotecteurs qui protègent les neurones du cerveau contre les effets négatifs: Cerebrolysin, Actovegin;
  • métabolisme, régulant la vitesse et la qualité des processus métaboliques du corps: "Mildronat", "Piracetam";
  • des antioxydants (Mexidol);
  • médicaments nootropes - stimulants neurométaboliques qui améliorent le métabolisme des tissus nerveux ("Noben").

Lorsque la douleur exprimée est prescrite antispasmodique. L'ozone par voie intraveineuse et une thérapie au laser sont utilisés, et le blocage des artères vertébrales par Novocain est effectué.

Entraînement spécial et exercices pour les anomalies - exercices thérapeutiques, étirements aident à renforcer les muscles du cou, soulagent leur pression sur les vertèbres, permettent de maintenir l'épaisseur des disques cartilagineux. Un exercice aérobique équilibré à faible allure (marche, ellipse, stepper) est bénéfique. Cela donnera un apport supplémentaire d'oxygène aux cellules du cerveau.

Les massages ordinaires et les thérapies manuelles visant au développement de la région du cou, en présence d'une anomalie, sont dangereux, car dans un tiers des cas présentant cette pathologie, la pression du liquide céphalo-rachidien augmente. L'écoulement forcé de sang à l'arrière de la tête sera néfaste. Effectuer de telles procédures ne peut être qu'un spécialiste qualifié, et sous surveillance médicale du résultat.

Vous pouvez appliquer les techniques de la thérapie craniosacrale (travail des os de tout le corps) visant à améliorer le fonctionnement du système nerveux central dans son ensemble. L'acupuncture donne un effet relaxant prononcé et durable.

Traitement chirurgical

La chirurgie des anomalies devient nécessaire si les symptômes de l’échec circulatoire ne sont pas soulagés par des méthodes conservatrices, le patient continue de se plaindre de maux de tête, de vertiges, d’évanouissements et de réduction progressive du niveau de vision et de l’ouïe. Habituellement, cette situation se produit lors de la compression des deux artères vertébrales.

L'opération est effectuée à l'aide de dispositifs d'amplification optique. L'accès se fait par une petite incision dans la région d'Atlanta, exposant son arc arrière. Habituellement, après l’élimination du pont osseux dans la zone libérée de l’artère, les modifications cicatricielles et le rétrécissement se distinguent visuellement, ce qui confirme la signification pathogénique de l’anomalie. Les cicatrices sont soigneusement excisées si elles sont présentes.

Après l'opération, la région cervicale est fixée pendant environ 2 semaines avec un collier de Schantz. Un traitement antispasmodique (No-Shpa) est prescrit. Les complications sont rarement résolues. Dans 95% des cas, le flux sanguin est normalisé et les symptômes sont éliminés.

Votre médecin devrait vous prescrire la posologie de la prise de n'importe quel médicament ou médicament

Qu'est-ce qu'une pathologie dangereuse sans traitement?

L'anomalie de Kimmerley, qui se manifeste par un symptôme clinique, doit être corrigée médicalement et contrôlée par des spécialistes. Les complications sans traitement sont associées à une insuffisance vasculaire progressive et à une irritation du nerf occipital. Il s'agit d'une perte de conscience périodique, d'une douleur constante, d'une altération de la mémoire.

La conséquence la plus dangereuse est la privation aiguë d'oxygène du cerveau avec la mort ultérieure d'une partie de ses tissus (accident vasculaire cérébral ischémique, infarctus cérébral). L'agression peut entraîner une invalidité, une paralysie complète et la mort.

Vidéo

Vidéo - diagnostic de l'anomalie de Kimmerly.

Prévention

Pour prévenir le développement de pathologies, il est important de maintenir la mobilité du cou, de préserver l'intégrité des vertèbres, du cartilage et des ligaments de la région craniovertébrale. Cela nécessite une activité physique régulière modérée, une bonne nutrition. Avec une tendance à l'ostéochondrose, il est possible d'utiliser des additifs alimentaires, tels que la glucosamine, la chondroïtine, l'acide hyaluronique, le collagène, les vitamines. Ceci fournira la nutrition et le renforcement du cartilage, des os et du tissu ligamenteux, empêchera la compression des disques vertébraux. Les mouvements traumatiques du cou doivent être évités.

L'anomalie de Kimmerley n'est pas un diagnostic terrible, ni une maladie chronique. Il s’agit d’une déviation de la structure normale de la vertèbre, qui permet de vivre pleinement, mais en suivant des règles simples afin d’éviter les exacerbations.

Les formes graves sont rares. Dans la plupart des cas, si des symptômes apparaissent, ils sont corrigés avec succès par un traitement conservateur.

Qu'est-ce qui est dangereux et comment traite-t-on l'anomalie de Kimmerle?

Anomalie de Kimmerle est une maladie conditionnelle entraînant dans certains cas un rétrécissement de la lumière des artères vertébrales avec tout le tableau clinique qui en résulte. En fait, dans cette pathologie, un anneau osseux fermé anormal est observé autour des artères vertébrales.

La maladie est localisée dans l'arc postérieur de la première vertèbre cervicale C1. Cette pathologie conditionnelle dans la population est assez courante, elle affecte environ 10% de la population. Pendant ce temps, l'anomalie de Kimmerle n'affecte généralement pas l'espérance de vie et est dans la plupart des cas asymptomatique.

Quelle est l'anomalie de Kimmerle?

L'Atlant est la première vertèbre cervicale et, contrairement à d'autres vertèbres, il n'a pas de «corps». Autrement dit, l'atlas est une vertèbre en forme d'anneau avec un arc antérieur et postérieur. Normalement, il existe un sillon sur l’arc postérieur par lequel passe directement l’artère vertébrale.

Avec l'anomalie de Kimmerle, le sillon acquiert un pont osseux supplémentaire capable de comprimer l'artère vertébrale. Dans ce cas, la compression survient le plus souvent lorsque la tête est rejetée en arrière.

L'anomalie de Kimmerle est de deux types:

  • médial - la présence d'un pont entre le processus articulaire de l'atlas et son arc postérieur;
  • latéral - la présence d'un cavalier entre le processus articulaire de la vertèbre cervicale 1 et le transverse.

En outre, la maladie est également divisée en types, en fonction de la gravité:

  • incomplet - excroissance en forme d'arc (en d'autres termes, l'anneau ne se ferme pas);
  • anneau complètement fermé.

L'anomalie de Kimmerle ne se manifeste que dans de rares cas, alors qu'elle est asymptomatique dans la majorité absolue des cas et ne constitue pas une menace pour la vie d'un individu. De plus, la présence d'une telle anomalie sans symptômes ne nécessite pas de contrôle prophylactique (surveillance).

Causes de

La raison exacte du développement d'une telle anomalie n'a pas encore été établie. On pense qu'il s'agit d'une caractéristique congénitale de la structure de la colonne vertébrale, mais récemment, des études ont révélé la possibilité d'acquérir des anomalies au cours de la vie.

Il s'avère que les raisons évidentes et prouvées du développement de l'anomalie de Kimmerle ne sont toujours pas établies. Cependant, les raisons pouvant causer des troubles de la circulation cérébrale en cas d'anomalie de Kimmerle ont été clarifiées.

Ceux-ci comprennent:

  • athérosclérose des vaisseaux de la tête et du cou;
  • tout processus inflammatoire dans les parois des artères (par exemple, dans la vascularite);
  • pathologies dégénératives dystrophiques de la colonne cervicale (par exemple, ostéochondrose vraie, spondylarthrose ou spondylose);
  • hypertension artérielle longue;
  • la présence d'anomalies associées de la région craniovertébrale;
  • lésion cérébrale traumatique de gravité moyenne ou élevée;
  • processus cicatriciels (y compris après les maladies infectieuses) dans la région craniovertébrale;
  • blessures directes de la colonne cervicale.

Des troubles aigus de la circulation cérébrale dans le contexte de l'anomalie de Kimmerle peuvent survenir lorsque la tête est inclinée vers l'arrière ou par des mouvements brusques sur les côtés.

Anomalie Kimmerle (vidéo)

Comment est-ce dangereux?

Le principal danger de l’anomalie de Kimmerle réside dans le fait que, dans le contexte d’une nette réduction du transport de sang dans les artères vertébrales, de graves violations de la circulation cérébrale peuvent se produire jusqu’à un accident vasculaire cérébral.

Anomalie Kimmerle fait référence aux maladies qui sont à la base du syndrome de l'artère vertébrale. Dans certaines situations, la compression (compression) avec une excroissance supplémentaire des artères vertébrales est si forte que, lors de mouvements brusques de la tête, un blocage complet d'une ou deux artères de ce type se produit.

De plus, même sans arrêt complet de la circulation sanguine, des conditions dangereuses pour la santé et même la vie peuvent survenir. Par exemple, avec l'anomalie de Kimmerle, des accès de syncope peuvent survenir (perte de conscience à court terme), pouvant entraîner la chute du patient et une blessure à la tête.

Parfois, des troubles circulatoires se produisent dans un rêve lorsque le patient adopte une posture infructueuse du point de vue de la maladie existante (par exemple, lorsque la tête est tournée dans une direction pendant tout le sommeil).

Heureusement, ces anomalies sont relativement rares dans l'anomalie de Kimmerla et environ 90% des patients atteints de cette pathologie ne présentent aucun symptôme et ne nécessitent pas de restriction de l'activité physique.

Symptômes et diagnostic

Comme indiqué précédemment, les symptômes de l'anomalie de Kimmerle sont observés chez environ 10% des patients atteints de cette maladie. Dans le même temps, la variabilité des symptômes est très grande et ressemble souvent à d’autres maladies vasculaires.

En général, les symptômes de l'anomalie de Kimmerle peuvent être:

  1. Attaques de perte de conscience à court terme.
  2. Mal de tête chronique, principalement localisé dans la région occipitale.
  3. Attention diminuée, concentration, mémoire.
  4. Troubles du sommeil (anxiété pendant le sommeil, parfois cauchemars).
  5. Bruit constant (généralement couinement) dans une ou deux oreilles (le soi-disant acouphène).
  6. L'apparition soudaine de "mouches" ou de voile devant vos yeux.
  7. Démarche instable.
  8. Vertige, aggravé par la chute de la tête.
  9. Violations de la coordination des mouvements, tremblements des mains.
  10. Artefacts visuels (y compris les hallucinations visuelles).
  11. Attaques de mal de tête sévère avec nausée ou, moins fréquemment, vomissements qui ne soulagent pas.

Le diagnostic de l'anomalie de Kimmerle est réalisé en utilisant la radiographie classique. En cas de litige, une tomodensitométrie peut être nécessaire. Pour évaluer le degré de compression des artères vertébrales, une angiographie des vaisseaux de la région cervicale peut être nécessaire.

Méthodes de traitement

Dans la majorité absolue des cas, il n'est pas nécessaire de traiter l'anomalie de Kimmerle. Cependant, lorsque des symptômes ou des complications potentiellement mortelles se manifestent, une intervention chirurgicale est nécessaire. La chirurgie de l’anomalie de Kimmerle consiste à supprimer le processus osseux supplémentaire.

Il existe des recommandations pour les patients présentant une anomalie de Kimmerle (elles sont également pertinentes pour ceux qui ne présentent aucun symptôme de la maladie). À savoir:

  • ne faites pas de mouvements brusques de la tête;
  • ne penchez pas la tête le plus possible vers l'arrière (par exemple, lors de l'inspection d'immeubles de grande hauteur);
  • éviter toute blessure à la colonne cervicale;
  • surveiller la tension artérielle, en prévenant son augmentation à long terme;
  • éviter la thérapie manuelle visant la colonne cervicale;
  • assurer un maximum de confort pendant le sommeil, il est particulièrement important de choisir un oreiller confortable;
  • si des symptômes vasculaires apparaissent - consultez votre médecin sans tarder pour vérifier l'absence de compression des artères vertébrales.