Pneumonie à mycoplasmes chez les enfants: symptômes, diagnostic, traitement

La mycoplasmose est une infection des voies respiratoires causée par un microorganisme nuisible du groupe des mycoplasmes. Ces derniers sont des microbes qui peuvent parasiter les voies respiratoires, les articulations et le système urogénital. L’infection à Mycoplasma peut se présenter sous la forme d’une sinusite, d’une pharyngite, d’une bronchite et d’une pneumonie. Les principaux symptômes de l'infection: mal de gorge, essoufflement, toux sèche obsessionnelle, légère augmentation de la température corporelle.

Très souvent, l'infection évolue vers une pneumonie, qui ressemble à la grippe. Le traitement repose sur des antibiotiques du groupe des tétracyclines, des fluoroquinolones et des macrolides.

Pneumonie à mycoplasmes, urealistal et hominis chez les enfants

Au total, 12 espèces de mycoplasmes sont isolées, mais trois seulement sont pathogènes pour l'homme: la pneumonie, l'hominis et l'ureliticum. Le premier type, comme son nom l'indique, affecte les voies respiratoires, et le second et le troisième - le système urinaire, provoquant l'urétrite, la vaginite, la cervicite.

Les microbes ne sont localisés que dans les cellules infectées, ce qui les protège des effets du système immunitaire et des anticorps. Ils ont une grande mobilité, se déplaçant rapidement dans l'espace intercellulaire pour infecter les cellules saines.

L'infection se développe même avec l'ingestion d'un très petit nombre de microbes. En touchant les cellules épithéliales des voies respiratoires, les microbes se multiplient activement, ce qui affecte le fonctionnement normal des organes. De plus, les mycoplasmes, comme la chlamydia, sont très résistants aux antibiotiques, ce qui rend leur traitement parfois très difficile.

Symptômes et signes de mycoplasmes chez les enfants

L'infection est très fréquente chez les jeunes enfants d'âge préscolaire. En groupes, cela peut provoquer des foyers de la maladie. La mycoplasmose pulmonaire (respiratoire) est causée par une pneumonie à mycoplasme.

L'infection se produit par l'intermédiaire de gouttelettes en suspension dans l'air, c'est-à-dire de la salive, des expectorations, libérées par une personne malade lorsqu'elle tousse. En outre, l’infection peut survenir à partir de produits contenant les substances énumérées (jouets, vaisselle, aliments). La mycoplasmose respiratoire peut survenir comme une bronchite ou une pneumonie.

Symptômes primaires: mal de gorge, mal de gorge, toux (sèche, fréquente), congestion nasale, fièvre légère. Les parents peuvent considérer ce type d'infection comme une maladie respiratoire normale et commencer à s'auto-traiter à l'aide de médicaments antitussifs expectorants, mais le traitement sera inefficace.

Une pneumonie atypique survient avec la progression de l'infection, dont les symptômes sont similaires à ceux de la forme habituelle. La température monte à 38-39 °, il y a malaise général, mal de tête, toux. Si elle n'est pas traitée, la température augmente encore, la respiration s'accélère et devient difficile. La chlamydia et les mycoplasmes présentent des symptômes similaires. Dans ce cas, le traitement en présence de ces microbes n'est pas très différent non plus. Parfois, lorsqu'il est impossible d'établir le microbe qui a provoqué l'infection, un traitement d'essai est effectué.

La pneumonie atypique est souvent une complication de la bronchite à mycoplasme. Dans ce cas, la toux, bien que sèche, mais peut parfois produire une petite quantité d'expectorations purulentes, des taches de sang peuvent être observées. Cet état sur la radiographie ressemble à une ombre floue. Ils désignent des foyers dispersés de pneumonie.

Dans presque tous les cas de pneumonie à mikloplasma chez les enfants excrétés avec succès par le corps, l'évolution et l'évolution de la maladie sont favorables, mais les bébés dont le système immunitaire est affaibli peuvent présenter des complications telles que néphrite, méningite. Chez les bébés, les mycoplasmes peuvent provoquer une sinusite, une pharyngite et d'autres formes de microorganismes - le système urinaire.

Chlamydia et mycoplasmes: diagnostic chez les enfants

Lors du processus de détermination de l'agent causal de la maladie, deux types de tests sont utilisés:

  • Détermination des anticorps spécifiques. Le procédé permet de détecter des traces de la réponse immunitaire du corps à l’invasion de l’infection. Les patients atteints de mycoplasmose ont des anticorps IgG et IgM. Pour ceux qui ont déjà eu une maladie, il ne reste que des anticorps IgG, ce qui signifie que la personne a subi une infection mais est maintenant en bonne santé;
  • Détermination de l'ADN bactérien par PCR (réaction en chaîne de la polymérase). Il convient de noter que cette analyse est de loin la méthode de diagnostic la plus précise et la plus sensible, et que cela s'applique non seulement à la mycoplasmose, mais également à de nombreuses autres infections. Cependant, l'analyse PCR n'est pas effectuée dans toutes les institutions médicales en raison du manque d'équipement approprié.

La particularité de l'inflammation pulmonaire provoquée par les mycoplasmes est l'incohérence des paramètres physiques avec les signes radiologiques, ainsi que l'absence de résultats dans le traitement par les céphalosporines et les pénicillines.

Les tests suivants pour les mycoplasmes et autres agents pathogènes chez les enfants peuvent également être prescrits: culture bactériologique des expectorations, ELISA, RSK, RIF, lavage du nasopharynx par le milieu nutritif, étude radio-immune. Il convient de noter que les modifications radiologiques seront présentes pendant encore 4 à 6 semaines.

La présence de chlamydia dans le corps est déterminée à l'aide d'ELISA, d'études de microscopie, de cultures et d'analyse d'environnements biologiques. La plus grande valeur diagnostique est la détermination du titre en anticorps.

Comment traiter la pneumonie à mycoplasme et la forme chlamydiae chez les enfants

En règle générale, toutes les activités visant à éliminer la maladie sont menées dans un hôpital. Assurez-vous d'hospitaliser les patients atteints de pneumonie croupeuse, compliquée par la forme aiguë, d'évolution sévère avec une intoxication sévère du corps, de graves comorbidités, lorsqu'il est impossible d'obtenir un traitement ambulatoire approprié. À la maison, seules les maladies bénignes peuvent être traitées, mais les enfants sont le plus souvent hospitalisés.

Il est nécessaire de prendre soin d'un enfant malade: placez-le dans une pièce spacieuse et bien éclairée; assurer une ventilation de haute qualité; ventiler souvent la pièce, car l'air frais a un effet positif sur le sommeil et améliore également le fonctionnement du système respiratoire; Soigneusement soin de la cavité buccale.

Le traitement n'est pas complet sans une forte consommation d'alcool. Il peut s'agir d'eau minérale ou bouillie, légèrement acidifiée avec du jus de citron, de jus de fruits naturels, d'infusions de vitamines (par exemple, de la décoction de dogrose), de jus de canneberge, etc. À l'avenir, la nutrition devrait être équilibrée: incluez la quantité de protéines, de glucides, de graisses ainsi que les nutriments (vitamines, minéraux) nécessaires au corps en croissance.

Le traitement de la pneumonie à mycoplasmes et d'autres types de microbes chez les enfants comprend nécessairement des médicaments antibactériens. Ceux-ci peuvent être des macrolides (par exemple, l'érythromycine), des tétracyclines ou des fluoroquinolones. Aussi dans les premiers jours de la maladie besoin d'antitussifs. Les médicaments de ce groupe favorisent une toux sèche et irritante. À l'avenir, ils seront remplacés par des médicaments expectorants.

Assurez-vous d'inclure dans le cours du traitement la physiothérapie. En cas de forte fièvre et d’intoxication, il n’est pas utilisé, mais uniquement par les banques, les compresses d’alcool et les emplâtres de moutarde.

Le médecin doit prescrire l'inhalation. Ces procédures améliorent la fonction de drainage et de ventilation des bronches et peuvent également être utilisées à des fins anti-inflammatoires. À la maison, on utilise généralement des décoctions d’herbes (millepertuis, camomille). L'inhalation est très utile dans le traitement de tous les rhumes, accompagnée de lésions des voies respiratoires.

À des fins anti-inflammatoires, on utilise l'électrophorèse de la lidase, du chlorure de calcium, de l'héparine et de l'iodure de potassium. Lorsque le syndrome bronchospastique peut être recommandé électrophorèse de la platifilline, aminophylline, sulfate de magnésium, et lors de la toux et de la douleur - la procédure avec dikainoy ou novocaïne.

Les bains d'ozokérite, de boue et de paraffine sont autorisés pendant la période de résolution de la maladie. Avec les enfants malades, vous devez absolument faire face à la thérapie par l'exercice. Des exercices spéciaux amélioreront la mobilité thoracique, l’approvisionnement en sang, la circulation de l’oxygène, la ventilation et la fonction de drainage bronchique. En règle générale, la thérapie par l'exercice est prescrite 2 ou 3 après la diminution de la température. Dans la période aiguë de la maladie, il est recommandé de faire des exercices de respiration spéciaux qui aideront à éliminer les expectorations.

À tous les stades de la maladie, les parents doivent masser la poitrine. La procédure améliore la microcirculation du sang dans les poumons, favorise la résorption des foyers d'inflammation. Cependant, la nature du massage dépend du degré d'intoxication, de la gravité des symptômes et de la température corporelle.

Mycoplasme - l'agent causal de maladies respiratoires et autres chez un enfant

Les bactéries mycoplasmes sont des parasites intracellulaires. Mycoplasma chez les enfants se manifeste comme une maladie infectieuse des voies respiratoires supérieures, voies urogénitales, est l’agent responsable du SRAS. Les microbes, fermement implantés dans les cellules de l'épithélium des organes, restent inaccessibles aux éléments de la défense immunitaire de l'organisme. Dans les cas difficiles, une antibiothérapie à long terme est nécessaire.

Mycoplasme - infection microbienne

Les chercheurs suggèrent que trois types de bactéries les plus petites sont responsables d'un certain nombre de pathologies des organes respiratoires, du tractus urogénital et du système digestif. Ce sont des microorganismes unicellulaires: Mycoplasma pneumoniae, M. genitalium, M. hominis, qui ne possèdent pas de paroi cellulaire forte. Les mycoplasmes affectent souvent les cellules épithéliales des voies respiratoires supérieures. En deuxième lieu se trouvent les maladies infectieuses du système urogénital. La reproduction active des bactéries viole les fonctions de nombreux organes.

Mycoplasma pneumoniae provoque une amygdalopharyngite, une sinusite, une trachéobronchite, une pneumonie atypique légère. L'enfant a mal à la gorge, il a une toux obsessionnelle, une faible fièvre. Les symptômes et le traitement des mycoplasmes chez les enfants sont similaires à ceux du SRAS; Il y a des cas d'infections mixtes. La reproduction ultérieure d'agents pathogènes dans les voies respiratoires conduit souvent au développement d'une pneumonie.

Des épidémies de maladies respiratoires aiguës chez les enfants de 5 à 15 ans sont enregistrées pendant la saison froide. Dans la structure des infections respiratoires aiguës, la part de mycoplasmose ne représente que 5% environ, mais ce chiffre augmente environ 10 fois tous les 2 à 4 ans au cours des épidémies. Les mycoplasmes causent jusqu'à 20% des pneumonies aiguës.

Symptômes et diagnostic de mycoplasmose des voies respiratoires supérieures

La période d'incubation de l'agent pathogène varie de 3 à 10 jours à 4 semaines. La difficulté à reconnaître la forme respiratoire du mycoplasme réside dans le fait que le tableau clinique ressemble généralement à celui des ARVI. Les enfants, contrairement aux adultes, réagissent plus vivement à l'activité de l'agent causal. Il y a des manifestations d'intoxication, d'écoulement nasal, de toux paroxystique pouvant entraîner des vomissements.

Les premiers symptômes de mycoplasmes chez un enfant:

  1. La température élevée persiste pendant 5 à 10 jours à 37,5 ° C;
  2. chatouilles, démangeaisons et maux de gorge;
  3. nez qui coule; nez bouché;
  4. la conjonctivite;
  5. mal de tête;
  6. toux sèche;
  7. faiblesse

À l'examen de la gorge, on peut remarquer une rougeur de la membrane muqueuse de l'oropharynx. C'est la similitude de l'évolution de la mycoplasmose respiratoire chez les enfants atteints d'IVRI rend difficile le diagnostic de la maladie. Les parents donnent à l'enfant des antitussifs, des sirops pour améliorer l'expectoration. Cependant, ce traitement n'aboutit souvent pas et la toux dure plusieurs mois. Une sinusite, une bronchite, une pneumonie se développent dans les voies respiratoires supérieures chez les nouveau-nés, les prématurés et les enfants de moins de 8 ans.

Mycoplasmose des poumons

Les manifestations cliniques de la pneumonie à mycoplasmes ressemblent à la chlamydia des poumons. Le traitement des maladies présente également de nombreuses similitudes. La similitude de deux infections microbiennes différentes causées par une petite taille, par rapport à d'autres bactéries, l'absence d'une paroi cellulaire solide. Les mycoplasmes ne peuvent pas être vus au microscope optique classique.

Les signes de mycoplasmose pulmonaire chez les enfants:

  • la maladie débute soudainement ou dans la continuité de l'ARVI;
  • frissons, fièvre jusqu'à 39 ° С;
  • la toux sèche devient humide;
  • crachats maigres, purulents;
  • maux de tête et douleurs musculaires.

Un pédiatre, écoutant les poumons d'un enfant, constate une respiration difficile et un râle sec. Les rayons X montrent qu'il y a une inflammation dispersée dans le tissu pulmonaire. Le médecin propose de faire un test de dépistage du mycoplasme chez les enfants - un test sanguin à partir d'une veine, qui confirmera ou infirmera le diagnostic initial. Pour la reconnaissance de l'infection à mycoplasmes, on utilise un dosage immuno-absorbant lié à une enzyme et une réaction en chaîne de la polymérase (ELISA et PCR, respectivement). L'accumulation d'anticorps appartenant aux types d'IgG et d'IgM se produit lorsque la réponse immunitaire du corps à l'activité du mycoplasme.

Mycoplasmose des reins et d'autres organes

Les enfants peuvent être contaminés par des adultes par contact direct - il s'agit d'un rêve dans un lit commun, l'utilisation d'un siège de toilette et de serviettes. Il se trouve que la source de mycoplasmes provient du personnel de la maternelle. En cas de mycoplasmose respiratoire et urogénitale, les cellules de l'épithélium sont principalement touchées. Commencer les changements dystrophiques du tissu, sa nécrose.

L'infection du système génito-urinaire chez les adolescents entraîne une cystite, une pyélonéphrite, une vaginite. Les mycoplasmes initient des processus pathologiques dans le foie, l'intestin grêle, dans différentes parties du cerveau et de la moelle épinière. La mycoplasmose chez les adolescentes se manifeste par une vulvovaginite et de légères lésions du tractus urogénital. L'évolution des maladies est le plus souvent asymptomatique, dans le cas de formes graves, de douleurs dans le bas-ventre, de pertes muqueuses.

Les mycoplasmes dans le sang d'un enfant peuvent provoquer le développement d'une forme généralisée caractérisée par des lésions du système respiratoire et de plusieurs organes internes. La taille du foie augmente, la jaunisse commence. Peut-être l'apparition d'une méningite, d'un abcès cérébral, d'une méningo-encéphalite. Il y a une éruption cutanée rose sur le corps, les yeux larmoyants et rougissant (conjonctivite).

Traitement de l'infection bactérienne

Si seul le rhume est concerné, la température est basse, alors les médicaments antibactériens ne seront pas nécessaires. Traitement par un antibiotique - traitement spécifique de la mycoplasmose. Les macrolides, les fluoroquinolones et les tétracyclines sont considérés comme les médicaments de choix. D'autres médicaments sont donnés en fonction des symptômes.

  1. Érythromycine - 20 à 50 mg par 1 kg de poids corporel par jour pendant 5 à 7 jours. La dose quotidienne est divisée en trois doses.
  2. Clarithromycine - 15 mg par 1 kg de poids corporel. Donner le matin et le soir, avec un intervalle entre les réceptions 12 heures.
  3. Azithromycine - 10 mg par 1 kg de poids corporel le premier jour. Dans les 3-4 prochains jours - 5-10 mg par kg de poids corporel par jour.
  4. Clindamycine - 20 mg par 1 kg de poids corporel par jour, 2 fois par jour.

La clindamycine est un antibiotique des lincosamides. La clarithromycine, l'érythromycine et l'azithromycine appartiennent au groupe des macrolides. Les antibiotiques tétracyclines sont utilisés moins fréquemment en raison de la propagation de souches bactériennes résistantes. Il existe une pratique consistant à combiner des médicaments antimicrobiens dont le mécanisme d'action est différent. Par exemple, les médecins peuvent prescrire une combinaison d'érythromycine et de tétracycline. Une autre option consiste à changer l’antibiotique au cours d’un traitement prolongé. Le choix des moyens est influencé par une allergie chez l’enfant à des substances appartenant à certains groupes de médicaments antibactériens.

Les antibiotiques sous forme de comprimés sont plus difficiles à administrer aux bébés, surtout si vous devez calculer la dose et diviser une capsule en plusieurs doses. Les médecins recommandent de traiter les enfants de moins de 8 à 12 ans avec des suspensions préparées à partir d'une substance antibactérienne sous forme de poudre et d'eau. Ils produisent de tels agents dans des bouteilles en verre, leur fournissent une pipette doseuse, une tasse à mesurer ou une cuillère. Le médicament dans le dosage du nourrisson est généralement doux au goût.

Traitement concomitant (pour les symptômes)

Un enfant infecté par le mycoplasme reçoit des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens à des températures élevées pour soulager son état. Les enfants se font prescrire de l’ibuprofène ou du paracétamol sous forme de suspension pour administration orale, de suppositoires rectaux. Vous pouvez utiliser un vaporisateur nasal vasoconstricteur, prendre des gouttes antihistaminiques ou un sirop à l'intérieur (médicaments "Zyrtec" ou similaire "Zodak", "Loratadin", "Fenistil" pour les patients les plus jeunes).

Il est recommandé d’administrer les médicaments contre la toux, par exemple, Sinekod, uniquement les premiers jours. L'enfant pourra alors se reposer des accès de toux douloureuse. À l’avenir, le médecin prescrira des médicaments expectorants pour se liquéfier et faciliter la décharge des expectorations. Utilisation justifiée pour le traitement des produits pharmaceutiques mycoplasmes et des remèdes populaires qui renforcent le système immunitaire.

Les mycoplasmes chez les enfants après une période aiguë de la maladie restent dans le corps, bien qu’en petites quantités. Le rétablissement complet ne se produit pas, l'immunité à l'agent pathogène n'est pas développée. Dans ce contexte, une laryngite, une pharyngite et une bronchite surviennent périodiquement. La mycoplasmose respiratoire et urogénitale devient chronique.

Prévention des mycoplasmes

Il est recommandé d'isoler un enfant atteint de mycoplasmose d'autres enfants pendant 5 à 7 jours sous la forme respiratoire d'une infection bactérienne, et de 14 à 21 jours chez une variété pulmonaire. Les mêmes mesures préventives sont appliquées que pour d’autres maladies aiguës des voies respiratoires supérieures - ARVI, grippe, mal de gorge. Aucun enfant ou adulte ne peut prendre de médicaments pour prévenir l’infection à mycoplasmes.

Signes, diagnostic et traitement de la mycoplasmose chez les enfants

Mokoplazmoz - une maladie qui se développe à la suite de l'activité vitale de micro-organismes pathogènes. Le plus souvent transmis sexuellement, et principalement les adultes en souffrent. Mais dans certaines circonstances, une telle maladie peut survenir chez un enfant. Par conséquent, il est nécessaire de rappeler les caractéristiques de cette maladie et la méthode de traitement.

Causes de mycoplasmose chez l'enfant

Parmi les principales causes de l'apparition de mycoplasmose chez les enfants peuvent être identifiés:

  • Infection de la mère pendant le développement du fœtus. Si une femme contracte un mycoplasme pendant la grossesse, l'infection peut être transmise au fœtus. Le plus souvent, cela se produit lors du passage de l'agent pathogène par le canal de naissance. Dans des cas exceptionnels, des micro-organismes peuvent pénétrer dans la barrière placentaire. Dans ce cas, le déroulement de la grossesse est très compliqué. Les nouveau-nés souffrent de malformations graves et de retards de développement. Les systèmes nerveux et cardiovasculaire, le foie sont principalement touchés.
  • Gouttelettes aéroportées. De cette manière, la pneumonie à mycoplasmes est transmise. En conséquence, la mycoplasmose respiratoire se développe chez les enfants. Le plus souvent, l'infection se produit pendant la saison froide, car le corps de l'enfant est actuellement faible et sujet à diverses maladies infectieuses.
  • Façon domestique. Cette méthode d'infection est extrêmement rare, car le mycoplasme ne survit pas dans l'air. Dans des cas exceptionnels, l’infection se produit lors de l’utilisation de la literie, d’une serviette ou d’un gant de toilette d’une personne infectée. Dans le même temps, la forme urogénitale de la maladie se développe, ce qui affecte le système reproducteur de l'enfant.

Afin de préserver la santé de l'enfant, il est important d'identifier la maladie rapidement. Les enfants nés d'une mère infectée sont particulièrement exposés. Dans ce cas, vous aurez besoin d'un examen médical obligatoire.

Symptomatologie

Les symptômes de mycoplasmes chez un enfant dépendent de la forme de la maladie. La mycoplasmose congénitale présente les caractéristiques suivantes:

  • Développement de la conjonctivite.
  • Les abcès sous-cutanés apparaissent.
  • Bouts de diarrhée.
  • Crampes
  • Symptômes de dommages aux reins et au foie.
  • Trouble du système respiratoire.
  • Long nombril de guérison.

L'apparition de tels signes conduit à Mycoplasma Hominis chez les enfants. En règle générale, la période d'incubation ne dépasse pas deux semaines. Par conséquent, dans les premiers jours de la vie, il est nécessaire de surveiller attentivement tout changement dans la santé du bébé.

Dans le cas d'une infection domestique, la forme urogénitale de la maladie se développe. Les symptômes suivants se produisent:

  • Décharge des organes génitaux. Ils sont assez rares et sans odeur.
  • Démangeaisons dans la région génitale.
  • Douleur en urinant.
  • Sensations désagréables dans le bas-ventre.

La forme la plus commune de la maladie devient respiratoire. Il se caractérise par des symptômes de la maladie des voies respiratoires sous une forme aiguë, à savoir:

  • Augmentation de la température corporelle au taux de 37,5 degrés.
  • Toux, qui peut être initialement sèche, puis des expectorations sont observées.
  • Rougeur de la surface muqueuse de la cavité buccale.
  • Congestion nasale.
  • Maux de gorge.
  • L'enfant devient paresseux, l'appétit peut disparaître, il veut constamment dormir.

Il est impossible de faire un diagnostic vous-même. Afin de déterminer avec précision l'apparition de mycoplasmes chez un enfant, un examen médical approfondi est nécessaire.

Établir un diagnostic précis

Le diagnostic de la maladie est assez difficile. La symptomatologie est semblable à beaucoup d'autres problèmes, de sorte que les médecins ne peuvent pas développer une méthode d'examen appropriée.

Parmi les principales méthodes de diagnostic figurent:

  • Examen aux rayons x. Il est possible d’établir un changement dans la plèvre interlobaire et costale.
  • Test sanguin général. Cela aidera à identifier le processus inflammatoire se produisant dans le corps.
  • Ensemencement bactériologique. Au cours de cette procédure, l’échantillon prélevé sur l’enfant est placé dans un milieu nutritif. Après un certain temps, les micro-organismes commencent à se multiplier activement et deviennent visibles au microscope.
  • Examen sérologique. Au cours d’une telle étude, la présence d’anticorps anti-mycoplasme dans le sang de l’enfant est détectée.
  • Réaction en chaîne de la polymérase. Vous permet de déterminer la présence de gènes de mycoplasmes dans l'échantillon. Cette technique vous permet de séparer avec précision ce type d'agent pathogène des autres. Mais cela ne permet pas d'évaluer la gravité de la lésion. Le temps pour une telle analyse ne dépasse pas deux jours. Avant de prélever l'échantillon, l'enfant devra s'abstenir d'aller aux toilettes pendant deux heures.
  • Immunofluorescence. Au cours de cette étude, l’échantillon sélectionné est traité par une composition spéciale. En conséquence, le mycoplasme commence à produire une fluorescence.

Après un diagnostic complet, nous pouvons parler de la présence de mycoplasmose. Il est particulièrement important de déterminer le mycoplasma pneumoni à temps.

Le Dr Komarovsky encourage les parents à porter une attention particulière à la santé des bébés durant le mois de septembre-octobre. Cette période est considérée comme la plus propice à l’infection.

Techniques thérapeutiques de base

La détermination rapide des mycoplasmes chez les enfants en fonction des symptômes et du début du traitement sera la clé d'un rétablissement rapide de la santé. Les agents pathogènes de ce type sont peu sensibles aux antibiotiques. Il est donc important de choisir exactement les moyens qui seront efficaces dans une situation donnée.

Les spécialistes utilisent les médicaments antibactériens suivants en thérapie:

  • Résumée. La substance active principale devient l'azithromycine. La posologie est calculée en fonction du poids corporel de l'enfant.
  • Érythromycine. Il est recommandé d'utiliser dans les cas graves.
  • Rondomitstsin.
  • Tétracycline.
  • Clindamycine.

La thérapie antibactérienne a un effet négatif sur la microflore intestinale, car l'action du médicament tue non seulement les micro-organismes nuisibles, mais également les bienfaits. Par conséquent, l'utilisation de probiotiques est indiquée simultanément à l'administration d'antibiotiques. La composition de ces médicaments contient des souches de bactéries bénéfiques. Pour les enfants, Bifiform, Hilak Forte, Atsipol et quelques autres conviennent mieux.

En cas de lésion des voies respiratoires dans la mycoplasmose respiratoire, il sera nécessaire de prendre des médicaments expectorants. Les plus sûrs sont les sirops Dr. IOM et Dr. Theis. Ils ont un goût et un arôme agréables, il n’est donc pas difficile de les donner à un enfant.

Si la mycoplasmose est accompagnée d'une augmentation de la température corporelle, il est nécessaire de recevoir des médicaments antipyrétiques. Les enfants sont les meilleurs pour donner Nurofen. Pour les bébés, achetez du sirop et les pilules conviennent aux adolescents.

La maladie affecte grandement le système immunitaire du bébé. Par conséquent, dans certains cas, les experts recommandent l’utilisation d’agents immunomodulateurs. Ceux-ci incluent l'interféron. Il se présente sous forme de gouttes, qui doivent être régulièrement instillées dans le nez du bébé.

Le choix des médicaments spécifiques doit être sous la supervision du médecin traitant. Il détermine le dosage et la durée du traitement. Une surdose de médicaments peut provoquer des effets indésirables. Pour contrôler l'efficacité du traitement, il faudra tester.

En même temps qu'un traitement médicamenteux, l'enfant doit suivre un régime alimentaire. Tous les repas lourds doivent être exclus de son régime alimentaire. Les aliments doivent être légers et rapidement absorbés par le corps. Fournissez à votre enfant un régime d'alcool complet. En plus d'une quantité suffisante d'eau pure, donnez-lui des boissons aux fruits et aux fruits, des jus de fruits.

Remèdes populaires de thérapie

Le traitement de la mycoplasmose chez les enfants peut être effectué à l'aide de recettes de la médecine traditionnelle. Mais une telle thérapie ne devrait pas être la seule méthode. Il ne peut être utilisé qu'en complément d'un traitement médical. Les recettes les plus efficaces sont les suivantes:

  • Mélangez trois cuillères de feuilles de bouleau, d'immortelle et de renouée. Dans le mélange, entrez quatre cuillères de plantain. Mélangez bien les ingrédients. Deux cuillères de la composition résultante zaarite deux tasses d'eau bouillante. Après 10 heures, l'infusion doit être versée dans une casserole et bouillie. Il ne fera que filtrer et refroidir. Donnez à l'enfant 50 ml de bouillon cuit trois fois par jour.
  • Préparez une collection de deux parties de Lobaznika et d'une partie d'Hypericum. Paire deux cuillères à soupe du mélange préparé avec deux tasses d'eau bouillante. Protome dans un bain d'eau pendant 10 minutes. Après cela, filtrer et refroidir le bouillon cuit. Donnez à l'enfant dans la quantité de 50 ml trois fois par jour, faites-le avant de nourrir.
  • Préparez une collection de filles du bore, de l’hiver-hiver et de l’hiver, prises en quantités égales. 45 grammes d'une telle composition zaparte trois verres d'eau bouillante. Laisser agir 45 minutes. Après cela, filtrer la perfusion et donner à l'enfant un demi-verre trois fois par jour. La durée de cette tolérance peut atteindre 28 jours.
  • Entrez dans deux cuillères à soupe d'écorce de chêne une cuillère de pinède. Bien mélanger la composition et la cuire à la vapeur avec 300 cl d’eau bouillante. Après 45 minutes, la perfusion est prête. Ils sont recommandés pour doucher les organes génitaux des filles.
  • La myrtille est en train de devenir un médicament efficace et savoureux. Faire du thé à partir des feuilles et des baies de cette plante. Il suffit de verser de l'eau bouillante sur la matière première et de la maintenir pendant environ 10 minutes. Cette infusion est nécessaire pour donner à l'enfant trois fois par jour. Pour améliorer le goût, ajoutez un peu de sucre et un meilleur miel.
  • La mycoplasmose respiratoire gagnante est possible avec l'aide de l'inhalation. Dans l'eau bouillante, envoyez un peu de sauge, d'eucalyptus, de camomille, de millepertuis et de chélidoine. L'enfant doit inhaler les vapeurs du liquide bouillant pendant 15 minutes. Ces procédures doivent être répétées chaque jour avant de mettre le bébé au lit.
  • Mycoplasma chez les enfants pénètre souvent les surfaces muqueuses du nasopharynx. Le rinçage peut aider dans cette situation. Pour préparer la solution, ajoutez 10 grammes de propolis à 100 mois d’alcool. Partez pour quelques jours. Ensuite, filtrez la teinture obtenue. Dans un verre d'eau tiède et propre, dissolvez 30 gouttes de teinture préparée. Un tel liquide à se gargariser. Ces procédures sont répétées quatre fois par jour.

Ces recettes simples et efficaces vous permettent de faire face rapidement à la maladie. Ils peuvent avoir des contre-indications. Par conséquent, avant de recourir à de telles méthodes de traitement, il est nécessaire de consulter un spécialiste.

Prévention

Garanti de protéger l'enfant contre l'infection par mycoplasme ne peut pas être, mais vous pouvez prendre des mesures qui permettront de réduire le risque d'infection.

  • Pendant la saison froide et la période d'apparition de diverses maladies respiratoires, il est nécessaire de protéger l'enfant des sites surpeuplés d'un grand nombre de personnes. Si cela ne peut être évité, utilisez des masques de protection.
  • Renforce l'immunité de l'enfant. Pour ce faire, entrez dans le régime plus de légumes, baies et fruits frais. Sur recommandation du médecin, vous pouvez administrer à votre enfant des complexes de vitamines et de minéraux. L’état du système immunitaire est influencé favorablement par les promenades au grand air et les sports.
  • Afin d'éviter le développement de la mycoplasmose urogénitale, il est nécessaire de respecter scrupuleusement les règles d'hygiène personnelle. Assurez-vous que l'enfant n'utilise pas les effets personnels du porteur de l'infection.
  • Prévenir le développement de la mycoplasmose intra-utérine chez un bébé est possible avec le comportement correct d'une femme enceinte. A ce moment, il est nécessaire d'éviter les rapports sexuels avec les porteurs probables de l'infection, utilisez un préservatif lors des rapports sexuels. Les médecins recommandent à une femme enceinte de faire une analyse de la mycoplasmose. Vous devez surveiller attentivement les règles d'hygiène personnelle. Vous ne pouvez jamais utiliser les serviettes, les débarbouillettes et la literie de quelqu'un d'autre, car il existe un risque de transmission de l'infection par des moyens domestiques.

Le respect de ces recommandations simples réduira le risque d'infection. Toute maladie est plus facile à prévenir que longue et difficile à traiter.

Prévisions

Le succès du traitement de la mycoplasmose dépendra de la rapidité de la détection du problème et de la forme de la maladie. Le plus difficile est l'infection intra-utérine. Les nouveau-nés souffrent souvent de lésions du foie, d'encéphalites, de méningites et d'autres maladies. Ils sont à la traîne dans le développement de leurs pairs, car les cellules du cerveau sont endommagées. Un enfant peut naître prématurément et présenter des pathologies dans la structure des organes internes. Dans une telle situation, l’antibiothérapie ne suffira pas. Nécessitera une approche intégrée du traitement de la mycoplasmose et de toutes les maladies associées.

La forme respiratoire de la mycoplasmose répond bien au traitement, surtout si le traitement a été instauré à temps.

La maladie ne dure pas plus d'une semaine et demie. Il se termine par un rétablissement complet du bébé. Dans le même temps, il est nécessaire de suivre strictement toutes les recommandations d'un spécialiste. Dans certains cas, des complications peuvent se développer.

Complications possibles

Parfois, la maladie ne se fait pas sentir immédiatement. Au début, les symptômes peuvent être flous ou complètement absents. Dans une telle situation, le risque de complications augmente. Les comorbidités suivantes apparaissent:

  • Expansion pathologique des bronches.
  • L'encéphalite est un processus inflammatoire qui se produit dans le cerveau.
  • Pyélonéphrite - lésions rénales.
  • L'arthrite est un processus inflammatoire qui se produit dans les articulations.

De telles complications sont souvent observées chez les enfants atteints de mycoplasmose intra-utérine. La pneumonie peut compliquer la forme respiratoire de la mycoplasmose. En règle générale, il est bien traité et passe sans laisser de trace.

Le mycoplasme est une maladie grave qui nécessite un traitement rapide et compétent. N'essayez pas de diagnostiquer et de mener une thérapie vous-même. Aux premiers signes avant-coureurs, contactez votre médecin.

Comment traiter la mycoplasmose respiratoire chez les enfants: mycoplasma hominis, tests, traitement

Parmi les maladies infantiles, les infections persistantes accompagnées de symptômes de type chlamydia et mycoplasme prévalent. Les manifestations latentes de ces maladies étant mal comprises, la pertinence du traitement des infections périnatales est due au degré élevé d’infection lors de l’accouchement et à la présence d’une importante population de pathogènes dans le sang des enfants. Parallèlement à une infection prononcée, on peut diagnostiquer chez les enfants la persistance d'agents pathogènes de la mycoplasmose et de la chlamydia, qui à leur tour entraînera inévitablement un processus infectieux lent, par exemple la pneumonie. Le diagnostic inapproprié et non opportun de chlamydia et de mycoplasmes dans le sang d'un enfant est généralement causé par le manque de temps nécessaire au diagnostic, la difficulté à déterminer les symptômes et l'infériorité du traitement prescrit.

Les formes les plus aiguës et les plus difficilement traitables de la maladie, à savoir la chlamydia et les mycoplasmes chez les enfants, sont observées avec une infection intra-utérine ascendante de l'enfant. Il est possible de détecter les symptômes de la chlamydia dans le sang au moyen d’une analyse hématogène des vaisseaux ombilicaux des services intrapéritonéaux et de la présence d’une périartérite ou d’une périphlébite d’étiologie lymphohistiocytaire. Lorsque l'infection locale à mycoplasmes développe un syndrome spécifique de trouble respiratoire - mycoplasmose respiratoire chez les enfants.

Pour les enfants provoqués par une pneumonie à mycoplasmes, un processus respiratoire interstitiel-desquamant sera caractéristique. Chez un enfant d’âge préscolaire, la chlamydia dans le sang peut provoquer des maladies chroniques des sinus paranasaux et des maladies progressives du nasopharynx et des poumons, jusqu’à la pneumonie. Souvent, des tests ciblés au cours du traitement révèlent une chlamydia respiratoire chez un enfant asthmatique, en particulier chez les enfants ayant une évolution sévère de la maladie. En présence de bronchite chronique, une infection respiratoire d'étiologie à Chlamydia sera diagnostiquée plus souvent que chez les enfants asthmatiques et un traitement spécial sera nécessaire.

La pneumonie à Mycoplasma chez les enfants nécessite un traitement systématique et cohérent. La première étape consiste à diagnostiquer et analyser en temps opportun les symptômes caractéristiques. Pour les clôtures de laboratoire, on utilise des écouvillons bébé, des écouvillons, des empreintes, des raclures, du sang et, moins souvent, des matériaux détachables spécifiques. Pour les études de diagnostic de la chlamydia et des mycoplasmes chez les enfants en médecine moderne, utilisez:

  • L'analyse cytologique est l'identification de l'agent pathogène cytoplasmique dans les cellules de médicament épithéliales.
  • Analyse d'immunofluorescence - coloration d'antigènes avec des colorants spéciaux d'anticorps monoclonaux.
  • ELISA ou analyse du mycoplasme chez l’enfant - définition d’anticorps spécifiques dans le sang d’un enfant.
  • Polymerase Chain Reaction - analyse développée basée sur l’amplification d’une région spécifique de l’ADN de l’enfant.
  • La détection de l’ADN de chlamydia et de mycoplasme Hominis chez le nouveau-né est réalisée par l’analyse d’aspirats d’urine, de sang et de bronches.

Pour avoir une confiance absolue dans le diagnostic de Chlamydia et de Mycoplasma Hominis chez l’enfant, il est habituel d’utiliser au moins trois tests de diagnostic simultanément.

Le traitement de la mycoplasmose chez les enfants est presque identique à celui de la chlamydia. Des antibiotiques macrolides sont prescrits, leurs doses, leur mode et leur méthode d'administration sont déterminés, certains schémas thérapeutiques et la durée du traitement sont alignés. Avant de traiter les mycoplasmes chez les enfants, il est nécessaire de procéder à des tests appropriés pour la résistance aux antibiotiques du micro-organisme pathogène Hominis.

En cas de détection de mycoplasma hominis chez l’enfant, le traitement devrait commencer par l’administration d’azithromycine, qui ralentit considérablement la croissance des agents pathogènes M. urealiticum et M. Hominis. Les deux souches de mycoplasmes peuvent également être traitées avec des antibiotiques tétracyclines, ainsi que le lévometsétinome, la doxycycline et la ciprofloxacine, en fonction des symptômes. En cas de bronchite respiratoire et de pneumonie, apparues dans le contexte d'une infection à Mycoplasma Hominis, le traitement au macrofoam est efficace. Pour le traitement de la pneumonie, il est prescrit à une dose de 50 mg par kilogramme de la masse de l’enfant, une dose obligatoire - deux ou trois fois par jour, en parties. En cas d'infection respiratoire, la posologie est significativement plus basse - 20 mg par kilogramme, à prendre par voie orale deux fois par jour. Lorsque le poids de l'enfant dépasse 30 kg, la dose est prescrite à raison de 400 mg 3 fois par jour.

Cependant, chez les enfants, les effets secondaires possibles de ces médicaments sur le sang sont nombreux, de sorte qu'ils ne sont prescrits que dans les cas de pneumonie grave ou de mycoplasmose respiratoire compliquée.

Mycoplasmose chez les enfants - les symptômes, les manifestations et le schéma thérapeutique seront complètement différents, en fonction de la forme et de l'évolution de la maladie.

La mycoplasmose respiratoire ou respiratoire chez un enfant est caractérisée par des infections respiratoires aiguës ou une pneumonie. Le virus plasmatique Hominis peut être asymptomatique dans le sang du corps d’un enfant jusqu’à un mois, alors que l’apparition de la maladie sera facile et que le processus inflammatoire devrait se développer progressivement. On peut initialement noter une sécheresse de la gorge et des douleurs persistantes, puis un nez qui coule et une toux paroxystique et larmoyante qui peut ne pas s'arrêter avant plusieurs semaines. L'effet respiratoire sans traitement augmente la température corporelle à 37-39 degrés. Caractérisé par de fortes baisses de température. En cas de pneumonie, les symptômes de la maladie ressemblent également aux manifestations d’une maladie respiratoire aiguë, mais après 3-4 jours, la température atteint 40 degrés. Ensuite, la température tombe à 38 et reste à ce niveau pendant assez longtemps. La toux passe progressivement de humide à sèche et vice versa.

La plasmose du système génito-urinaire ne présente pas de symptômes lumineux ni chez les enfants.

Les enfants atteints de plasmose périnatale ou acquise dans 90% des cas reçoivent des mères infectées. Hominis plasmatique congénital menace l'enfant avec des défauts prévisibles et divers problèmes physiologiques. Les nourrissons infectés par l'agent pathogène Hominis présentent les symptômes caractéristiques de la maladie suivants:

  • Symptôme de difficulté pneumonique à respirer.
  • L'oppression de la fonctionnalité du cerveau.
  • Immaturité lorsque le seuil gestationnel est atteint.
  • Symptôme de déficit immunitaire.
  • Érythème fessier cutané et muguet infantile.
  • Jaunisse symptomatique.
  • L'enfant a un hématocrite élevé.
  • Mauvaise coagulation du sang.

En cas d'infection intra-utérine avec le plasma de l'espèce Hominis, vous pouvez ajouter ce qui suit à la liste des symptômes de mycoplasmes chez les enfants:

  • Cystite hémorragique sous forme aiguë.
  • Nécrose des hépatocytes.
  • Septicémie symptomatique.

La mycoplasmose provoque un pourcentage élevé de mortinatalité, de prématurité et de naissance prématurée. Le plus souvent, Mycoplasma pneumoniae, M. Hominis, M. Urealiticum sont les causes sous-jacentes des pathologies obstétricales, à condition qu’il n’y ait pas de traitement prénatal pour la mère.

En résumé, on peut dire que les mycoplasmes hominis et les chlamydioses provoquent le plus souvent des lésions respiratoires des bronches et des pneumonies chez les enfants. Par conséquent, si vous identifiez les premiers symptômes évidents de la maladie, le traitement doit commencer immédiatement et consulter un médecin. Ces infections, bien qu’elles ne présentent pas de complications graves, doivent tout de même être traitées, car leur présence dans le sang peut servir de marqueur des symptômes d’autres maladies graves.

Zeftera vs SARM

Traitement des infections cutanées et du SARM

Comment traiter la mycoplasmose respiratoire chez les enfants: mycoplasma hominis, tests, traitement

Parmi les maladies infantiles, les infections persistantes accompagnées de symptômes de type chlamydia et mycoplasme prévalent. Les manifestations latentes de ces maladies étant mal comprises, la pertinence du traitement des infections périnatales est due au degré élevé d’infection lors de l’accouchement et à la présence d’une importante population de pathogènes dans le sang des enfants. Parallèlement à une infection prononcée, on peut diagnostiquer chez les enfants la persistance d'agents pathogènes de la mycoplasmose et de la chlamydia, qui à leur tour entraînera inévitablement un processus infectieux lent, par exemple la pneumonie. Le diagnostic inapproprié et non opportun de chlamydia et de mycoplasmes dans le sang d'un enfant est généralement causé par le manque de temps nécessaire au diagnostic, la difficulté à déterminer les symptômes et l'infériorité du traitement prescrit.

Les formes les plus aiguës et les moins faciles à traiter de la maladie, à savoir la chlamydia et les mycoplasmes chez les enfants, sont observées avec une infection intra-utérine ascendante de l'enfant. Il est possible de détecter les symptômes de la chlamydia dans le sang au moyen d’une analyse hématogène des vaisseaux ombilicaux des services intrapéritonéaux et de la présence d’une périartérite ou d’une périphlébite d’étiologie lymphohistiocytaire. Lorsque l'infection locale à mycoplasmes développe un syndrome spécifique de trouble respiratoire - mycoplasmose respiratoire chez les enfants.

Pour les enfants provoqués par une pneumonie à mycoplasmes, un processus respiratoire interstitiel-desquamant sera caractéristique. Chez un enfant d’âge préscolaire, la chlamydia dans le sang peut provoquer des maladies chroniques des sinus paranasaux et des maladies progressives du nasopharynx et des poumons, jusqu’à la pneumonie. Souvent, des tests ciblés au cours du traitement révèlent une chlamydia respiratoire chez un enfant asthmatique, en particulier chez les enfants ayant une évolution sévère de la maladie. En présence de bronchite chronique, une infection respiratoire d'étiologie à Chlamydia sera diagnostiquée plus souvent que chez les enfants asthmatiques et un traitement spécial sera nécessaire.

La pneumonie à Mycoplasma chez les enfants nécessite un traitement systématique et cohérent. La première étape consiste à diagnostiquer et analyser en temps opportun les symptômes caractéristiques. Pour les clôtures de laboratoire, on utilise des écouvillons bébé, des écouvillons, des empreintes, des raclures, du sang et, moins souvent, des matériaux détachables spécifiques. Pour les études de diagnostic de la chlamydia et des mycoplasmes chez les enfants en médecine moderne, utilisez:

L'analyse cytologique est l'identification de l'agent pathogène cytoplasmique dans les cellules de médicament épithéliales.
Analyse d'immunofluorescence - coloration d'antigènes avec des colorants spéciaux d'anticorps monoclonaux.
ELISA ou analyse du mycoplasme chez l’enfant - définition d’anticorps spécifiques dans le sang d’un enfant.
Polymerase Chain Reaction - analyse développée basée sur l’amplification d’une région spécifique de l’ADN de l’enfant.
La détection de l’ADN de chlamydia et de mycoplasme Hominis chez le nouveau-né est réalisée par l’analyse d’aspirats d’urine, de sang et de bronches.

Pour avoir une confiance absolue dans le diagnostic de Chlamydia et de Mycoplasma Hominis chez l’enfant, il est habituel d’utiliser au moins trois tests de diagnostic simultanément.

Le traitement de la mycoplasmose chez les enfants est presque identique à celui de la chlamydia. Des antibiotiques macrolides sont prescrits, leurs doses, leur mode et leur méthode d'administration sont déterminés, certains schémas thérapeutiques et la durée du traitement sont alignés. Avant de traiter les mycoplasmes chez les enfants, il est nécessaire de procéder à des tests appropriés pour la résistance aux antibiotiques du micro-organisme pathogène Hominis.

En cas de détection de mycoplasma hominis chez l’enfant, le traitement devrait commencer par l’administration d’azithromycine, qui ralentit considérablement la croissance des agents pathogènes M. urealiticum et M. Hominis. Les deux souches de mycoplasmes peuvent également être traitées avec des antibiotiques tétracyclines, ainsi que le lévometsétinome, la doxycycline et la ciprofloxacine, en fonction des symptômes. En cas de bronchite respiratoire et de pneumonie, apparues dans le contexte d'une infection à Mycoplasma Hominis, le traitement au macrofoam est efficace. Pour le traitement de la pneumonie, il est prescrit à une dose de 50 mg par kilogramme de la masse de l’enfant, une dose obligatoire - deux ou trois fois par jour, en parties. En cas d'infection respiratoire, la posologie est significativement plus basse - 20 mg par kilogramme, à prendre par voie orale deux fois par jour. Lorsque le poids de l'enfant dépasse 30 kg, la dose est prescrite à raison de 400 mg 3 fois par jour.

Cependant, chez les enfants, les effets secondaires possibles de ces médicaments sur le sang sont nombreux, de sorte qu'ils ne sont prescrits que dans les cas de pneumonie grave ou de mycoplasmose respiratoire compliquée.

Mycoplasmose chez les enfants - les symptômes, les manifestations et le schéma thérapeutique seront complètement différents, en fonction de la forme et de l'évolution de la maladie.

La mycoplasmose respiratoire ou respiratoire chez un enfant est caractérisée par des infections respiratoires aiguës ou une pneumonie. Le virus plasmatique Hominis peut être asymptomatique dans le sang du corps d’un enfant jusqu’à un mois, alors que l’apparition de la maladie sera facile et que le processus inflammatoire devrait se développer progressivement. On peut initialement noter une sécheresse de la gorge et des douleurs persistantes, puis un nez qui coule et une toux paroxystique et larmoyante qui peut ne pas s'arrêter avant plusieurs semaines. L'effet respiratoire sans traitement augmente la température corporelle à 37-39 degrés. Caractérisé par de fortes baisses de température. En cas de pneumonie, les symptômes de la maladie ressemblent également aux manifestations d’une maladie respiratoire aiguë, mais après 3-4 jours, la température atteint 40 degrés. Ensuite, la température tombe à 38 et reste à ce niveau pendant assez longtemps. La toux passe progressivement de humide à sèche et vice versa.

La plasmose du système génito-urinaire ne présente pas de symptômes lumineux ni chez les enfants.

Les enfants atteints de plasmose périnatale ou acquise dans 90% des cas reçoivent des mères infectées. Hominis plasmatique congénital menace l'enfant avec des défauts prévisibles et divers problèmes physiologiques. Les nourrissons infectés par l'agent pathogène Hominis présentent les symptômes caractéristiques de la maladie suivants:

Symptôme de difficulté pneumonique à respirer.
L'oppression de la fonctionnalité du cerveau.
Immaturité lorsque le seuil gestationnel est atteint.
Symptôme de déficit immunitaire.
Érythème fessier cutané et muguet infantile.
Jaunisse symptomatique.
L'enfant a un hématocrite élevé.
Mauvaise coagulation du sang.

En cas d'infection intra-utérine avec le plasma de l'espèce Hominis, vous pouvez ajouter ce qui suit à la liste des symptômes de mycoplasmes chez les enfants:

Cystite hémorragique sous forme aiguë.
Nécrose des hépatocytes.
Septicémie symptomatique.

La mycoplasmose provoque un pourcentage élevé de mortinatalité, de prématurité et de naissance prématurée. Le plus souvent, Mycoplasma pneumoniae, M. Hominis, M. Urealiticum sont les causes sous-jacentes des pathologies obstétricales, à condition qu’il n’y ait pas de traitement prénatal pour la mère.

En résumé, on peut dire que les mycoplasmes hominis et les chlamydioses provoquent le plus souvent des lésions respiratoires des bronches et des pneumonies chez les enfants. Par conséquent, si vous identifiez les premiers symptômes évidents de la maladie, le traitement doit commencer immédiatement et consulter un médecin. Ces infections, bien qu’elles ne présentent pas de complications graves, doivent tout de même être traitées, car leur présence dans le sang peut servir de marqueur des symptômes d’autres maladies graves.

Comment traiter l'infection à mycoplasmes chez les enfants

La mycoplasmose chez les enfants est une maladie infectieuse causée par une bactérie du genre Mycoplasma. Il existe quatre espèces pathogènes de ces micro-organismes pour l'homme. Les enfants développent le plus souvent une mycoplasmose respiratoire, dont l'agent responsable est la pneumonie à Mycoplasma. Ce microorganisme est distribué par des gouttelettes en suspension dans l’air et colonise les muqueuses des voies respiratoires d’un enfant. L'infection à Mycoplasma peut également être transmise à l'enfant par la mère pendant la grossesse ou pendant l'accouchement. Dans ce cas, les voies respiratoires sont également touchées, mais l'agent responsable de la maladie est le mycoplasme urogénital, Hominis.

La mycoplasmose respiratoire se développe le plus souvent dans le contexte d'une immunité réduite pendant la saison froide. Cette maladie est relativement facile à traiter. Pour le traitement des mycoplasmes chez les enfants peuvent utiliser des remèdes populaires. Ce traitement a des effets anti-inflammatoires et antimicrobiens. Il est également très important de renforcer l'immunité de l'enfant à l'aide de cours de remèdes populaires. Dans ce cas, le corps du bébé combattra l’infection elle-même.

Caractéristiques de l'agent pathogène

Les mycoplasmes sont un genre de bactéries dépourvues de leur propre paroi cellulaire, capables de vivre et de se multiplier uniquement à l'intérieur des cellules d'un autre organisme. Ainsi, les bactéries sont des parasites intracellulaires. Quatre types de ces bactéries sont considérés comme pathogènes pour l’homme; trois d'entre eux provoquent des infections urogénitales chez les hommes et les femmes, le quatrième est l'agent causal des infections des voies respiratoires supérieures.

Mycoplasma affecte la membrane muqueuse des voies respiratoires ou du système urogénital. Chez les enfants, c'est la forme respiratoire de la maladie qui se développe le plus souvent, même si l'infection a été transmise à une mère malade lorsque le nourrisson passe par le canal utérin et que l'agent pathogène est Mycoplasma Hominis.

Ces bactéries sont caractérisées par une petite taille et une absence de paroi cellulaire. Étant donné que de nombreux antibiotiques inhibent la synthèse de la paroi cellulaire, Mycobacterium est insensible à l'action de ces médicaments. De plus, la bactérie est protégée de manière fiable par la membrane de la cellule épithéliale dans laquelle elle parasite.

Causes de la maladie

La mycoplasmose est une maladie infectieuse toujours transmise d'une personne à une autre. Le mycoplasme est une bactérie sensible aux facteurs environnementaux. Dans l'environnement externe, le mycoplasme meurt rapidement.

Il existe trois manières principales de transmettre l’infection mycoplasmique aux enfants:

  1. Infection de la mère pendant le développement du fœtus ou par le canal de naissance.
    Si une femme a une infection à mycoplasmes pendant la grossesse, elle peut être transmise au nourrisson. Le plus souvent, l'infection se produit lorsque le nourrisson passe par le canal utérin. De cette manière, d'autres agents pathogènes peuvent également être transmis: chlamydia, Candida et divers virus. Dans le même temps, les infections urogénitales peuvent causer la forme respiratoire de mycoplasmose et de conjonctivite. Dans de rares cas, une infection à mycoplasmes chez la mère peut entraîner le développement d’une infection intra-utérine. Cela perturbe le cours de la grossesse et l’enfant risque de souffrir d’une maladie grave et d’un retard de développement. Le nouveau-né souffre d'une infection généralisée, de lésions du système nerveux, du cœur et du foie.

  • Infection par des gouttelettes aéroportées. La mycoplasmose respiratoire est transmise d'un patient à un autre par les gouttelettes ou la poussière en suspension dans l'air. L'infection survient généralement pendant la saison froide, lors de l'exacerbation de toutes les maladies respiratoires. Un enfant peut être infecté à la maternelle, à l'école, dans les transports ou lors de divers événements. Cette maladie survient souvent dans le contexte d'une diminution des défenses naturelles de l'organisme.
  • Infection par ménage. Au sein de la même famille, la transmission de l'infection des adultes au bébé est possible. Cela se produit lorsque vous utilisez une seule serviette, une débarbouillette, du linge de lit. Dans ce cas, le bébé peut développer une forme urogénitale de la maladie avec des lésions des organes génitaux, de l'urètre, de la vessie et des reins. Mycoplasma Hominis peut causer cette maladie.
  • Symptômes de la maladie

    Les premiers signes de la maladie surviennent après une courte période d'incubation (de plusieurs jours à deux semaines). La mycoplasmose respiratoire chez l’enfant se manifeste par des signes caractéristiques de maladie respiratoire aiguë. La bactérie commence à se développer sur la membrane muqueuse des sinus nasaux et des voies respiratoires supérieures, et affecte également les bronches et les alvéoles des poumons. Si le processus inflammatoire se propage aux poumons, l'enfant développe une pneumonie.

    Les symptômes de mycoplasmose respiratoire chez les enfants:

    • la température monte à 37–37,5 ° C;
    • symptômes d'intoxication: maux de tête, faiblesse, léthargie, irritabilité;
    • nez bouché;
    • maux de gorge ou maux de gorge;
    • rougeur de la muqueuse des voies respiratoires supérieures;
    • si le processus d'infection à mycoplasmes se propage à la membrane muqueuse des yeux, une conjonctivite peut se développer, une rougeur de la sclérotique des yeux, un arrosage des yeux se produit;
    • avec la défaite des bronches, une toux sèche se produit;

    Si le traitement de la maladie était inefficace, l'enfant pourrait développer une lésion pulmonaire - pneumonie. Manifestations cliniques de pneumonie:

    • la température monte à 39 ° C;
    • avec le temps, une petite quantité d'expectorations claires ou blanchâtres peut apparaître;
    • la toux devient douloureuse, prolongée;
    • l'état général s'aggrave: un mal de tête, une faiblesse, des troubles émotionnels apparaissent, l'enfant devient capricieux.

    Les symptômes de la mycoplasmose chez les enfants ressemblent aux signes d'autres maladies respiratoires, en particulier des infections virales. Afin de prescrire un traitement efficace, il est nécessaire de poser un diagnostic précis.

    Aussi chez les enfants peuvent se produire une infection mycoplasmique du système génito-urinaire. Simultanément, une inflammation des muqueuses des organes génitaux, de l'urètre et de la vessie se développe. L'infection peut causer des dommages aux reins - pyélonéphrite.

    En cas d'infection intra-utérine d'un nouveau-né, ces bébés naissent souvent prématurément. À l'avenir, ils pourraient connaître un retard dans leur développement mental et physique. En outre, ces enfants ont une immunité réduite et développent souvent des infections concomitantes: chlamydia, candida et autres. La mycoplasmose congénitale se manifeste par des maladies respiratoires, des éruptions cutanées, une conjonctivite, des ganglions lymphatiques enflés, une jaunisse. Dans les cas graves, le mycoplasme provoque une septicémie (infection du sang) ou une méningite. La maladie peut entraîner la mort d'un nouveau-né.

    Diagnostic de la maladie

    Le processus d’infection à Mycoplasma rappelle au début les infections respiratoires aiguës. Souvent, les parents pensent qu’un enfant a un rhume et ne se précipitent pas pour obtenir un diagnostic. Afin de poser un diagnostic précis, vous devez effectuer une série d’études. Dans la forme respiratoire de la maladie, le patient est examiné en écoutant sa poitrine. Cela vous permet d'identifier la respiration sifflante et les lésions des poumons. Également effectuer une inspection des muqueuses des voies respiratoires supérieures.

    Un diagnostic précis ne peut être établi qu’à l’aide de tests de laboratoire:

    1. Test sanguin général. Cette analyse montre la présence d'inflammation dans le corps.
    2. Examen microscopique de l'échantillon. Vous permet d'identifier les bactéries dans les cellules de l'échantillon.
    3. Ensemencement bactériologique de l'échantillon. Sur des milieux nutritifs spéciaux, on peut cultiver le mycoplasme pour déterminer le type de maladie et la sensibilité de la souche aux antibiotiques.
    4. Etude immunologique. La présence d'anticorps, en particulier d'IgM contre le mycoplasme, est détectée dans le sérum.
    5. Analyse PCR. La méthode de diagnostic la plus précise qui identifie les gènes d'un microorganisme dans un échantillon.

    Traitement de la maladie

    Les mycoplasmes chez les enfants se manifestent le plus souvent sous la forme d'une maladie respiratoire. Il existe des remèdes populaires pour aider à faire face à l'infection. Le traitement traditionnel de l’infection à mycoplasmes est plus sûr car il n’a pas d’effets secondaires. La sécurité de la thérapie dans le traitement des enfants est particulièrement importante.

    Pour le traitement de l'infection à mycoplasmes, utilisez les recettes suivantes:

    1. Décoction d'herbes numéro 1. Pour le traitement de l'infection mycoplasmique, vous devez préparer une collection d'une partie des feuilles de millepertuis et de deux parties d'herbe des prés. À 400 mois d'eau bouillante, vous devez prendre 2 c. l Cette collection, tremper dans un bain-marie pendant 10 minutes, refroidir et filtrer. L’enfant doit recevoir 50 ml de bouillon 3-4 fois par jour avant les repas.
    2. Décoction d'herbes numéro 2. Il est nécessaire de préparer une collection de 3 parties de fleurs d’immortelle, de feuilles de bouleau et de renouée et de 4 parties de feuilles de plantain et de busserole. 2 cuillères à soupe l Ce mélange doit être rempli de 400 ml d’eau et laisser infuser pendant 8 à 10 heures. Après cela, la perfusion doit être portée à ébullition et laisser mijoter pendant quelques minutes, puis refroidir et filtrer. Un bouillon de 50 mois est administré à l'enfant 3-4 fois par jour.
    3. Les myrtilles Une recette populaire efficace pour traiter la mycoplasmose est le thé à base de feuilles de myrtille et de baies. Les matières premières végétales ont versé de l'eau bouillante. insister 10 minutes et donner à l'enfant au lieu de thé. Boire cette infusion peut être 3-4 fois par jour. Pour goûter, vous pouvez ajouter du miel au thé.
    4. L'inhalation. Pour le traitement de la pneumonie sera utile l'inhalation. Un enfant doit respirer au-dessus d'une casserole avec une décoction d'herbes médicinales: sauge, camomille, eucalyptus, millepertuis, chélidoine et autres. Durée de la procédure: 10-15 minutes. L'inhalation doit être faite chaque nuit avant le coucher.
    5. Propolis pour le rinçage. Les mycoplasmes affectent également les muqueuses des voies respiratoires supérieures. Il est utile de laver les voies nasales et de se gargariser avec de la teinture de propolis. L’outil est préparé comme suit: on verse 100 ml d’alcool à la propolis, on laisse infuser pendant plusieurs jours, puis on filtre sur plusieurs couches de gaze. Pour laver et rincer, la teinture de propolis doit être dissoute dans de l'eau bouillie tiède (30 gouttes pour 100 ml d'eau). La procédure doit être effectuée 4 à 5 fois par jour.

    Pronostic et prévention

    Le pronostic de l'infection à mycoplasmes dépend de la forme de la maladie. Si nous parlons de mycoplasmose congénitale, le pronostic peut être défavorable. Un enfant peut développer un processus d'infection généralisé, une méningite, une encéphalite, des lésions du foie et d'autres organes internes. De plus, au cours d'une infection intra-utérine, le bébé naît souvent prématurément et présente des pathologies intra-utérines.

    Pour la forme respiratoire de la maladie, le pronostic est favorable. Le plus souvent, le processus infectieux dure entre 1 et 1,5 semaines et se termine par un rétablissement complet. Parfois, un enfant développe une pneumonie à mycoplasme, mais cette maladie est également bénigne et évolue sans complications.

    Pour la prévention de l’infection intra-utérine à mycoplasmes, lorsqu’elle planifie une grossesse, une femme doit être examinée pour la présence de mycoplasmes avant la conception. Pendant la grossesse, il est également nécessaire d'éviter les rapports sexuels occasionnels et les contacts non protégés. Il est important pour une femme de respecter les règles d'hygiène personnelle et de ne pas utiliser la serviette, le gant de toilette, la literie de quelqu'un d'autre, car dans de rares cas, il est possible de transmettre la maladie par des moyens domestiques.

    La prévention de la mycoplasmose respiratoire chez les enfants est similaire à la prévention des autres maladies respiratoires saisonnières. En période d'épidémie de DRA, il est préférable d'éviter les endroits surpeuplés et d'utiliser des masques. Il est également important de renforcer l'immunité de l'enfant, car l'infection à mycoplasme se développe souvent dans le contexte d'un système immunitaire affaibli.

    Renforcer le système immunitaire est un régime important. Vous devez manger plus de fruits et de légumes frais. Utile sera le sport et la marche au grand air, le durcissement. Il est recommandé deux fois par an, au printemps et en automne, de prendre des médicaments préventifs à base de remèdes populaires pour renforcer le système immunitaire. Cette pratique aidera à prévenir le développement de diverses maladies infectieuses.

    Écrivez dans les commentaires sur votre expérience dans le traitement des maladies, aidez les autres lecteurs du site!
    Partagez des contenus sur les réseaux sociaux et aidez vos amis et votre famille!