Allergies médicamenteuses: symptômes et traitement

La maladie est une intolérance individuelle à l’ingrédient actif du médicament ou à l’un des ingrédients auxiliaires qui le composent.

Qu'est-ce qu'une allergie aux médicaments?

L'allergie aux médicaments se forme uniquement lors de la réintroduction de médicaments. La maladie peut se manifester par une complication survenue pendant le traitement d'une maladie ou par une maladie professionnelle résultant d'un contact prolongé avec des médicaments.

Une éruption cutanée est le symptôme le plus courant des allergies aux médicaments. En règle générale, il survient une semaine après le début de l'utilisation du médicament, s'accompagne de démangeaisons et disparaît plusieurs jours après l'arrêt du médicament.

Selon les statistiques, l’allergie aux médicaments survient le plus souvent chez les femmes, principalement chez les personnes âgées de 31 à 40 ans, et dans la moitié des cas de réactions allergiques associées aux antibiotiques.

Lors de l'ingestion, le risque de développer une allergie au médicament est plus faible que lors d'une administration intramusculaire et atteint les valeurs les plus élevées lorsqu'il est administré par voie intraveineuse.

Symptômes d'allergie

Les manifestations cliniques d'une réaction allergique aux médicaments sont divisées en trois groupes. Premièrement, ce sont les symptômes qui se manifestent immédiatement ou dans l'heure qui suit l'administration du médicament:

  • urticaire aiguë;
  • anémie hémolytique aiguë;
  • choc anaphylactique;
  • bronchospasme;
  • Quincke enflure.

Le deuxième groupe de symptômes est constitué de réactions allergiques du type subaiguë qui se forment 24 heures après la prise du médicament:

  • éruption maculo-papuleuse;
  • agranulocytose;
  • fièvre
  • thrombocytopénie.

Et, enfin, ce dernier groupe comprend des manifestations qui se développent en quelques jours ou quelques semaines:

  • maladie sérique;
  • lésions des organes internes;
  • purpura et vascularite;
  • lymphadénopathie;
  • polyarthrite;
  • arthralgie

Des lésions allergiques au niveau des reins surviennent dans 20% des cas. Elles se forment lors de la prise de phénothiazines, de sulfamides et d'antibiotiques, après deux semaines et sont détectées comme un sédiment pathologique dans l'urine.

Des lésions hépatiques surviennent chez 10% des patients allergiques aux médicaments. Des lésions du système cardiovasculaire apparaissent dans plus de 30% des cas. Les lésions des organes digestifs surviennent chez 20% des patients et se manifestent par:

On observe généralement une arthrite allergique lors de lésions articulaires, lors de la prise de sulfamides, d'antibiotiques à base de pénicilline et de dérivés de la pyrazolone.

Descriptions des symptômes de l'allergie aux médicaments:

Traitement d'allergie

Le traitement des allergies aux médicaments commence par l'abolition du médicament, ce qui provoque une réaction allergique. Dans les cas légers d’allergie médicamenteuse, il suffit d’annuler le médicament, après quoi les manifestations pathologiques disparaissent rapidement.

Les patients ont souvent des allergies alimentaires, ils ont donc besoin d'un régime hypoallergénique, avec restriction de l'apport en glucides, ainsi que de l'exclusion du régime des aliments qui provoquent des sensations gustatives intenses:

Allergie médicamenteuse, se manifestant sous forme d'œdème de Quincke et d'urticaire, et qui est stoppée par l'utilisation d'antihistaminiques. Si les symptômes des allergies ne disparaissent pas, appliquez une administration parentérale de glucocorticoïdes.

Habituellement, les lésions toxiques des muqueuses et de la peau associées à l’allergie au médicament se compliquent d’infections, ce qui entraîne la prescription d'antibiotiques à large spectre aux patients, dont le choix est un problème très complexe.

Si les lésions cutanées sont étendues, le patient est traité comme un patient brûlé. Ainsi, le traitement de l'allergie aux médicaments est une tâche très difficile.

Quels médecins utiliser pour les allergies aux médicaments:

Comment traiter les allergies médicamenteuses?

L'allergie aux drogues peut être observée non seulement chez les personnes qui y sont sujettes, mais également chez de nombreuses personnes gravement malades. Dans le même temps, les femmes sont plus susceptibles que les représentants masculins de contracter des allergies aux médicaments. Cela peut être la conséquence d’une surdose absolue de médicaments dans les cas où une dose trop élevée est prescrite.

Allergies ou effets secondaires?

Ce dernier est souvent confondu avec les concepts: "effets secondaires sur les médicaments" et "intolérance individuelle au médicament". Les effets secondaires sont des effets indésirables qui se produisent lors de la prise de médicaments à une dose thérapeutique, comme indiqué dans le mode d'emploi. Intolérance individuelle - ce sont les mêmes effets indésirables, mais ils ne figurent pas dans la liste des effets secondaires et sont moins fréquents.

Classification de l'allergie aux médicaments

Les complications résultant de l'action de médicaments peuvent être divisées en deux groupes:

  • Complications de la manifestation immédiate.
  • Complications de la manifestation retardée:
    • associé à des changements de sensibilité;
    • non lié aux changements de sensibilité.

Lors du premier contact avec l'allergène, il peut ne pas y avoir de manifestations visibles et invisibles. Étant donné que les médicaments sont rarement pris une seule fois, la réponse de l'organisme augmente avec l'accumulation d'irritant. Si nous parlons du danger de la vie, signalons les complications de la manifestation immédiate.

L'allergie après le traitement provoque:

  • choc anaphylactique;
  • allergie cutanée aux médicaments, angioedema;
  • l'urticaire;
  • pancréatite aiguë.

La réaction peut se produire dans un intervalle de temps très court, allant de quelques secondes à 1-2 heures. Il se développe rapidement, parfois avec la foudre. Nécessite des soins médicaux d'urgence. Le deuxième groupe se traduit souvent par diverses manifestations dermatologiques:

  • érythrodermie;
  • érythème exsudatif;
  • éruption cutanée.

Cela se manifeste en un jour et plus. Il est important de distinguer dans le temps les manifestations cutanées des allergies des autres lésions, y compris celles causées par des infections infantiles. Cela est particulièrement vrai en cas d'allergie au médicament chez un enfant.

Facteurs de risque pour les allergies aux médicaments

Le contact avec les médicaments (les agents de santé et les pharmaciens étant souvent sensibilisés), l’usage prolongé et fréquent de médicaments (l’utilisation régulière est moins dangereuse que l’utilisation intermittente) et les polyphragmes.

En outre, le risque d'allergie aux médicaments augmente:

  • fardeau héréditaire;
  • maladies fongiques de la peau;
  • maladies allergiques;
  • allergies alimentaires.

Les vaccins, sérums, immunoglobulines étrangères, dextrans, en tant que substances à caractère protéique, sont des allergènes à part entière (ils provoquent la formation d'anticorps dans l'organisme et réagissent avec eux), alors que la plupart des médicaments sont des haptènes, c'est-à-dire des substances acquérant des propriétés antigéniques. propriétés uniquement après association avec des protéines sériques ou des tissus.

En conséquence, des anticorps apparaissent qui forment la base de l’allergie au médicament, et lorsque l’antigène est réinjecté, un complexe d’antigène se forme - un anticorps qui déclenche une cascade de réactions.

Les réactions allergiques peuvent être à l'origine de tous les médicaments, y compris les antiallergiques et même les glucocorticoïdes. La capacité des substances de faible poids moléculaire à provoquer des réactions allergiques dépend de leur structure chimique et de la voie d'administration du médicament.

En cas d'ingestion, le risque de réactions allergiques est plus faible, le risque augmente avec l'injection intramusculaire et est maximal lorsqu'il est administré par voie intraveineuse. L’effet sensibilisant le plus important se produit lors de l’administration intradermique de médicaments. L'utilisation de préparations de dépôt (insuline, bicilline) entraîne plus souvent une sensibilisation. La "prédisposition atopique" des patients peut être héréditaire.

Causes de l'allergie médicamenteuse

Le fondement de cette pathologie est une réaction allergique résultant de la sensibilisation du corps à la substance active du médicament. Cela signifie qu'après le premier contact avec ce composé, des anticorps se forment contre lui. Par conséquent, des allergies sévères peuvent survenir même avec une administration minimale du médicament dans le corps, des dizaines voire des centaines de fois moins que la dose thérapeutique habituelle.

L'allergie au médicament survient après le deuxième ou le troisième contact avec la substance, mais jamais immédiatement après le premier. Cela est dû au fait que le corps a besoin de temps pour produire des anticorps contre cet agent (au moins 5-7 jours).

Les patients suivants risquent de développer une allergie aux médicaments:

  • utiliser l'automédication;
  • les personnes souffrant d'allergies;
  • patients atteints de maladies aiguës et chroniques;
  • personnes immunodéprimées;
  • les jeunes enfants;
  • les personnes qui ont un contact professionnel avec des drogues.

Les allergies peuvent survenir sur n'importe quelle substance. Cependant, le plus souvent, il semble que les médicaments suivants:

  • sérum ou immunoglobulines;
  • médicaments antibactériens de la série de la pénicilline et des groupes sulfonamide;
  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens;
  • des analgésiques;
  • médicaments, teneur en iode;
  • Vitamines B;
  • antihypertenseurs.

Il peut y avoir des réactions croisées avec des médicaments contenant des substances similaires. Ainsi, en présence d'une allergie à la Novocain, une réaction aux médicaments à base de sulfanilamide peut survenir. La réaction aux anti-inflammatoires non stéroïdiens peut être associée à une allergie aux colorants alimentaires.

Conséquences des allergies aux médicaments

De par la nature des manifestations et des conséquences éventuelles, même des cas bénins de réactions allergiques aux médicaments constituent potentiellement une menace pour la vie du patient. Cela est dû à la possibilité d'une généralisation rapide du processus dans des conditions de carence relative de la thérapie, son retard par rapport à une réaction allergique progressive.

Premiers soins pour les allergies aux médicaments

Les premiers soins pour le développement d'un choc anaphylactique doivent être fournis rapidement et de manière urgente. Vous devez suivre l'algorithme ci-dessous:

Allergies médicamenteuses chez les enfants

Chez les enfants, les allergies se développent souvent aux antibiotiques, et plus particulièrement aux tétracyclines, à la pénicilline, à la streptomycine et, plus rarement, aux céphalosporines. En outre, comme chez l'adulte, il peut également provenir de novocaïne, de sulfamides, de bromures, de vitamines du groupe B, ainsi que de préparations contenant de l'iode ou du mercure. Souvent, lors d'un stockage prolongé ou inapproprié, les médicaments s'oxydent, se décomposent et deviennent par conséquent des allergènes.

Les allergies aux médicaments chez les enfants sont beaucoup plus lourdes que les adultes - les éruptions cutanées habituelles peuvent être très diverses:

  • vésiculaire;
  • Urtikarnoy;
  • papuleuse;
  • bullous;
  • papulo-vésiculaire;
  • érythème squameux.

La fièvre, des convulsions, une chute de tension artérielle sont les premiers signes d’une réaction chez l’enfant. Il peut également y avoir des anomalies au niveau des reins, des lésions vasculaires et diverses complications hémolytiques.

La probabilité de développer une réaction allergique chez les enfants à un âge précoce dépend dans une certaine mesure du mode d'administration du médicament. Le danger maximum est la méthode parentérale, qui implique des injections, des injections et des inhalations. Cela est particulièrement possible en cas de problèmes du tractus gastro-intestinal, de dysbactériose ou en conjonction avec des allergies alimentaires.

Jouent également un rôle important pour le corps des enfants et des indicateurs de médicaments tels que l’activité biologique, les propriétés physiques, les caractéristiques chimiques. Ils augmentent les risques de développer une réaction allergique, des maladies de nature infectieuse, ainsi qu'un travail affaibli du système excréteur.

Le traitement peut être effectué par différentes méthodes en fonction de la gravité de:

  • prescrire des laxatifs;
  • lavage gastrique;
  • prendre des médicaments anti-allergiques;
  • utilisation d'entérosorbants.

Les symptômes aigus nécessitent une hospitalisation urgente de l'enfant. Outre le traitement, il a besoin de repos au lit et d'une consommation d'alcool abondante.

Il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Et ceci est particulièrement important pour les enfants, car leur corps est toujours plus difficile à gérer que n'importe quel type de maux qu'un adulte. Pour ce faire, il est nécessaire d’approcher avec précaution le choix des médicaments en pharmacothérapie, et le traitement des enfants atteints d’autres maladies allergiques ou de diathèse atopique nécessite une surveillance particulière.

Lors de la détection d’une réaction violente du corps sous la forme de symptômes désagréables vis-à-vis d’un médicament en particulier, il ne faut pas le réintroduire et cette information doit être indiquée au recto de la carte médicale de l’enfant. Les enfants plus âgés doivent toujours être informés des médicaments auxquels ils peuvent avoir une réaction indésirable.

Diagnostic des allergies médicamenteuses

Tout d'abord, pour identifier et établir le diagnostic d'allergie médicamenteuse, le médecin procède à une prise en main approfondie des antécédents. Souvent, cette méthode de diagnostic est suffisante pour déterminer avec précision la maladie. Le problème principal dans la collecte de l'anamnèse est une histoire d'allergie. Outre le patient lui-même, le médecin interroge tous les membres de sa famille sur la présence de différents types d'allergies dans la famille.

De plus, en cas de non détermination des symptômes exacts ou en raison du peu d’informations, le médecin effectue des tests de laboratoire pour le diagnostic. Ceux-ci incluent des tests de laboratoire et des tests de provocation. Les tests sont effectués en relation avec les médicaments auxquels l'organisme est censé réagir.

Les méthodes de laboratoire pour le diagnostic de l’allergie aux médicaments comprennent:

  • méthode radio-allergosorbante;
  • méthode de dosage immunoenzymatique;
  • Test basophile de Shelley et ses variantes;
  • méthode de chimioluminescence;
  • méthode fluorescente;
  • vérifier la libération d'ions sulfidolekotrienov et potassium.

Dans de rares cas, le diagnostic d'allergie médicamenteuse est effectué à l'aide des méthodes de tests de provocation. Cette méthode n’est applicable que s’il n’est pas possible d’établir l’allergène en utilisant des antécédents ou des tests de laboratoire. Les tests de provocation peuvent être effectués par un allergologue dans un laboratoire spécialisé équipé de dispositifs de réanimation. En allergologie actuelle, le test sublingual est la méthode de diagnostic de l'allergie médicamenteuse la plus répandue.

Prévention de l'allergie aux médicaments

Il est nécessaire de procéder à la prise en charge des antécédents du patient en toute responsabilité. Lors de l’identification des allergies médicamenteuses dans l’histoire de la maladie, il est nécessaire de noter les médicaments qui provoquent une réaction allergique. Ces médicaments doivent être remplacés par un autre, qui n'a pas de propriétés antigéniques communes, éliminant ainsi la possibilité d'une allergie croisée.

En outre, il est nécessaire de savoir si le patient et ses proches souffrent d'une maladie allergique.

La présence de rhinite allergique, d'asthme, d'urticaire, de pollinose et d'autres maladies allergiques chez un patient constitue une contre-indication à l'utilisation de médicaments aux propriétés allergènes prononcées.

Réaction pseudo-allergique

En plus des véritables réactions allergiques, des réactions pseudo-allergiques peuvent également se produire. Ces derniers sont parfois appelés faux allergiques, non immuno-allergiques. Réaction pseudo-allergique, cliniquement similaire au choc anaphylactique et nécessitant l’utilisation des mêmes mesures vigoureuses, appelée choc anaphylactoïde.

Sans différer dans le tableau clinique, ces types de réactions aux médicaments diffèrent par leur mécanisme de développement. Avec les réactions pseudo-allergiques, il n'y a pas de sensibilisation au médicament. Par conséquent, la réaction antigène-anticorps ne se développera pas, mais il existe une libéralisation non spécifique des médiateurs tels que l'histamine et les substances analogues à l'histamine.

Allergie aux médicaments: principales causes, classification et manifestations cliniques

Ces dernières années, la sécurité de la pharmacothérapie est devenue particulièrement pertinente pour les médecins. La raison en est l’augmentation du nombre de complications liées à la pharmacothérapie, qui finissent par affecter le résultat du traitement. L'allergie médicamenteuse est une réaction extrêmement indésirable qui se développe lors de l'activation pathologique de mécanismes immunitaires spécifiques.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, la mortalité résultant de telles complications est près de cinq fois supérieure à celle des interventions chirurgicales. Des allergies aux médicaments surviennent chez environ 17 à 20% des patients, en particulier en cas d'ingestion indépendante et non contrôlée de médicaments.

De manière générale, les allergies aux médicaments peuvent se développer avec l’utilisation de n’importe quel médicament, quel que soit son prix.

En outre, selon le mécanisme d'occurrence de telles maladies sont divisés en quatre types. C'est:

  1. Réaction anaphylactique de type immédiat. Les immunoglobulines de classe E jouent le rôle principal dans leur développement.
  2. Réaction cytotoxique. Dans ce cas, des anticorps de la classe IgM ou IgG sont formés, lesquels interagissent avec l’allergène (un composant du médicament) à la surface de la cellule.
  3. Réaction immunocomplexe. Une telle allergie se caractérise par des lésions de la paroi interne des vaisseaux sanguins, car les complexes antigène-anticorps formés se déposent sur l'endothélium du flux sanguin périphérique.
  4. Réponse retardée à médiation cellulaire. Les lymphocytes T jouent le rôle principal dans leur développement. Ils sécrètent des cytokines, sous l'influence desquelles l'inflammation allergique progresse.

Mais une telle allergie ne survient pas toujours uniquement dans l'un des mécanismes énumérés. Il existe des situations fréquentes où plusieurs maillons de la chaîne pathogénique sont combinés en même temps, ce qui provoque une variété de symptômes cliniques et leur gravité.

L'allergie aux médicaments doit être distinguée des effets secondaires liés aux caractéristiques du corps, au surdosage, à la mauvaise combinaison de médicaments. Le principe de l'apparition d'effets indésirables est différent, respectivement, et les schémas thérapeutiques sont différents.

En outre, il existe des réactions dites pseudo-allergiques dues à la libération de médiateurs à partir de mastocytes et de basophiles sans la participation d'immunoglobuline E spécifique.

Les allergies aux médicaments les plus courantes sont causées par les médicaments suivants:

  • des antibiotiques;
  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens;
  • médicament radio-opaque;
  • vaccins et sérums;
  • médicaments antifongiques;
  • des hormones;
  • substituts de plasma;
  • médicaments utilisés dans le processus de plasmaphérèse;
  • anesthésiques locaux;
  • avec des vitamines.

En outre, cela peut être dû à un ingrédient auxiliaire, par exemple l'amidon en cas d'hypersensibilité aux céréales, etc. Cela devrait également être considéré lors de l'utilisation de tout médicament.

Les principales raisons de l'apparition des symptômes d'une réaction allergique chez toutes les catégories de patients sont les suivantes:

  • consommation croissante de médicaments;
  • l'automédication généralisée, en raison de la disponibilité des médicaments et de leurs ventes en vente libre;
  • manque de sensibilisation de la population sur les dangers d'une thérapie non contrôlée;
  • pollution de l'environnement;
  • les maladies à caractère infectieux, parasitaire, viral ou fongique ne sont pas en elles-mêmes des allergènes, mais créent des conditions préalables au développement d'une réaction d'hypersensibilité;
  • la consommation de viande et de lait provenant de bétail nourri avec divers aliments contenant des antibiotiques, des hormones, etc.

Mais dans une plus grande mesure prédisposé à de telles allergies:

  • patients présentant une prédisposition héréditaire à des réactions d'hypersensibilité;
  • les patients avec des manifestations précédentes d'allergie de n'importe quelle étiologie;
  • les enfants et les adultes avec des invasions helminthiques diagnostiquées;
  • patients dépassant la dose recommandée du médicament, le nombre de comprimés ou le volume de suspension.

Chez le nourrisson, diverses manifestations de la réaction immunologique se produisent si la mère qui allaite ne suit pas le régime alimentaire approprié.

L'allergie médicamenteuse (à l'exception d'une réaction pseudo-allergique) ne se développe qu'après une période de sensibilisation, autrement dit, l'activation du système immunitaire par le composant principal du médicament ou des ingrédients auxiliaires. La vitesse de développement de la sensibilisation dépend en grande partie de la méthode d'administration du médicament. Ainsi, l'application du médicament sur la peau ou l'utilisation par inhalation provoque rapidement une réaction, mais dans la plupart des cas, ne conduit pas au développement de manifestations menaçant le pronostic vital.

Mais avec l'introduction d'une solution médicamenteuse sous la forme d'injections intraveineuses ou intramusculaires, il existe un risque élevé de réaction allergique de type immédiat, par exemple un choc anaphylactique, ce qui est extrêmement rare lors de la prise du médicament en comprimé.

Le plus souvent, l’allergie aux médicaments se caractérise par des manifestations typiques d’autres types de réponse immunitaire similaire. C'est:

  • urticaire, démangeaisons cutanées ressemblant à une brûlure d’ortie;
  • dermatite de contact;
  • érythème fixe, contrairement à d'autres signes d'une réaction allergique, il se manifeste sous la forme d'un point clairement limité sur le visage, les organes génitaux, la muqueuse buccale;
  • éruption d'acnéforme;
  • l'eczéma;
  • l'érythème polymorphe, caractérisé par la présence d'une faiblesse générale, d'une douleur aux muscles et aux articulations, peut augmenter de température, puis, après quelques jours, une éruption papuleuse de la forme correcte de couleur rose se produit;
  • Syndrome de Stevens-Johnson, un type compliqué d'érythème exsudatif, accompagné d'une éruption cutanée grave sur les muqueuses, les organes génitaux;
  • l'épidermolyse bulleuse, dont la photo se trouve dans des ouvrages de référence spécialisés en dermatologie, se manifeste par des éruptions cutanées érosives sur les muqueuses et la peau et par une susceptibilité accrue aux blessures mécaniques;
  • Syndrome de Lyell, ses symptômes sont la défaite rapide d'une grande surface de la peau, accompagnée d'une intoxication générale et d'une violation des organes internes.

En outre, les allergies aux médicaments sont parfois accompagnées d'une inhibition de l'hématopoïèse (habituellement marquée par l'utilisation prolongée d'AINS, de sulfonamides et d'aminazine). En outre, cette maladie peut se manifester sous forme de myocardite, de néphropathie, de vascularite systémique, de périartérite nodeuse. Certains médicaments provoquent des réactions auto-immunes.

Les dommages vasculaires sont l’un des signes les plus courants d’allergie. Ils se manifestent de différentes manières: si la réaction affecte le système circulatoire sanguin, une éruption cutanée se produit, les reins provoquent une néphrite et la pneumonie pulmonaire. L'aspirine, la quinine, l'isoniazide, l'iode, la tétracycline, la pénicilline, les sulfonamides peuvent causer un purpura thrombocytopénique.

Les allergies aux médicaments (généralement le sérum et la streptomycine) affectent parfois les vaisseaux coronaires. Dans ce cas, le tableau clinique caractéristique de l'infarctus du myocarde se développe. Dans une telle situation, des méthodes d'examen instrumentales aideront à poser un diagnostic précis.

En outre, la réaction croisée résultant de la combinaison de certains médicaments existe. Ceci est observé en prenant des antibiotiques du même groupe associant plusieurs antifongiques (par exemple le clotrimazole et le fluconazole) et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine + paracétamol).

Allergie aux médicaments: que faire lorsque les symptômes apparaissent

Le diagnostic d'une telle réaction aux médicaments est assez compliqué. Bien sûr, avec des antécédents allergiques caractéristiques et un tableau clinique typique, il n’est pas difficile d’identifier un tel problème. Mais dans la pratique quotidienne du médecin, le diagnostic est compliqué par le fait que les réactions allergiques, toxiques et pseudo-allergiques et certaines maladies infectieuses présentent des symptômes similaires. Ceci est particulièrement aggravé dans le contexte de problèmes immunologiques déjà existants.

Le retard de l'allergie aux médicaments ne soulève pas moins de difficultés lorsqu'il est assez difficile de suivre la relation entre l'évolution du traitement et les symptômes apparus. En outre, le même médicament peut provoquer des signes cliniques différents. En outre, la réaction spécifique du corps se produit non seulement sur l'outil lui-même, mais également sur ses métabolites, formés à la suite d'une transformation dans le foie.

Les médecins vous disent quoi faire si vous êtes allergique aux médicaments:

  1. Recueillir une anamnèse sur la présence de maladies similaires chez un proche, autre manifestation antérieure d'une réaction allergique. Ils découvriront également comment le patient a toléré la vaccination et les traitements à long terme avec d'autres médicaments. Les médecins s'intéressent généralement à la réaction d'une personne à la floraison de certaines plantes, de la poussière, de la nourriture, de produits cosmétiques.
  2. Formulation progressive des tests cutanés (goutte à goutte, application, scarification, intradermique).
  3. Des tests sanguins pour la détermination des immunoglobulines spécifiques, l'histamine. Mais le résultat négatif de ces tests n'exclut pas la possibilité d'une réaction allergique.

Mais les tests de scarification les plus courants présentent plusieurs inconvénients. Ainsi, avec une réaction négative sur la peau ne peut pas garantir l'absence d'allergies par administration orale ou parentérale. En outre, ces analyses sont contre-indiquées pendant la grossesse et, lorsqu’on examine les enfants de moins de 3 ans, de faux résultats sont possibles. Leur contenu en informations est très faible en cas de traitement concomitant par antihistaminiques et corticostéroïdes.

Que faire si vous êtes allergique aux médicaments:

  • Tout d'abord, vous devez immédiatement cesser de prendre le médicament.
  • prendre un antihistaminique à la maison;
  • si possible, fixez le nom du médicament et les symptômes apparus;
  • Demander de l'aide qualifiée.

En cas de réaction grave menaçant le pronostic vital, le traitement est uniquement administré à l'hôpital.

Réaction allergique aux médicaments: traitement et prévention

Les méthodes d’élimination des symptômes d’une réaction indésirable à un médicament dépendent de la gravité de la réponse immunitaire. Ainsi, dans la plupart des cas, les bloqueurs des récepteurs de l'histamine sous forme de comprimés, de gouttes ou de sirop peuvent être supprimés. Les moyens les plus efficaces considèrent Tsetrin, Erius, Zyrtec. La posologie est déterminée en fonction de l'âge de la personne, mais elle est généralement de 5 à 10 mg (1 comprimé) pour un adulte ou de 2,5 à 5 mg pour un enfant.

Si une réaction allergique aux médicaments est grave, les antihistaminiques sont administrés par voie parentérale, c’est-à-dire sous forme d’injections. L'adrénaline et de puissants anti-inflammatoires et antispasmodiques sont injectés à l'hôpital pour prévenir le développement de complications et la mort.

Éliminer la réaction allergique du type immédiat à la maison en utilisant la solution Prednisolone ou Dexaméthasone. Avec la propension à de telles maladies, ces outils doivent être présents dans la trousse de premiers soins à domicile.

Afin de ne pas développer une réaction allergique primaire ou répétée aux médicaments, il est nécessaire de prendre les mesures préventives suivantes:

  • éviter une combinaison de médicaments incompatibles;
  • la posologie des médicaments doit correspondre strictement à l'âge et au poids du patient. De plus, les atteintes possibles aux reins et au foie sont prises en compte;
  • le mode d'utilisation du médicament doit être strictement conforme aux instructions, autrement dit, il est impossible, par exemple, de creuser un antibiotique dilué dans le nez, les yeux ou de le transporter à l'intérieur;
  • pour la perfusion intraveineuse de solutions, il convient d'observer la vitesse d'administration.

Avec une tendance aux allergies avant la vaccination, la chirurgie, des tests de diagnostic utilisant des agents radio-opaques, une sédation prophylactique avec des antihistaminiques est nécessaire.

Les allergies aux médicaments sont assez courantes, surtout chez les enfants. Par conséquent, il est très important d’adopter une approche responsable en matière d’utilisation des médicaments, et non d’auto-médication.

Portail médical de Krasnoyarsk Krasgmu.net

Allergie médicamenteuse ou allergie médicamenteuse (AL) - augmentation de la réponse immunitaire à l’utilisation de certains médicaments. De nos jours, l’allergie aux médicaments est un problème urgent, non seulement pour les personnes allergiques, mais également pour les médecins qui les traitent.

Des allergies aux médicaments peuvent survenir chez tout le monde. Découvrez comment les reconnaître et quoi faire pour réduire la réaction allergique.

Causes des allergies aux médicaments. En règle générale, l’allergie aux médicaments se développe chez ceux qui, pour des raisons génétiques, y sont prédisposés.

L'allergie aux médicaments est un problème courant, le nombre de formes enregistrées de cette maladie ne faisant qu'augmenter chaque année.

Si vous avez des démangeaisons dans le nasopharynx, un nez qui coule, des yeux larmoyants, des éternuements et des maux de gorge, vous êtes peut-être allergique. Allergie signifie "hypersensibilité" pour des substances spécifiques appelées "allergènes".

Une hypersensibilité signifie que le système immunitaire du corps, qui protège contre les infections, les maladies et les corps étrangers, ne répond pas correctement à l'allergène. Le pollen, les moisissures, la poussière, les plumes, les poils de chat, les cosmétiques, les noix, l’aspirine, les palourdes et le chocolat sont des exemples d’allergènes courants.

Les allergies aux drogues sont toujours précédées d’une période de sensibilisation, au cours de laquelle le système immunitaire et les médicaments du corps sont au premier contact. L'allergie ne dépend pas de la quantité de médicament entrée dans l'organisme, c'est-à-dire qu'une quantité microscopique de substance active suffit.

Rhume des foins. La rhinite allergique désigne parfois des démangeaisons dans le nasopharynx, l'écoulement nasal, le larmoiement, les éternuements et le mal de gorge. Elle est généralement causée par des allergènes présents dans l'air, tels que le pollen, la poussière et les plumes ou le poil de l'animal. Une telle réaction du corps est appelée "rhume des foins" si elle est saisonnière, par exemple en réponse à l'absinthe.

Eruption cutanée et autres réactions cutanées. Cela est généralement causé par quelque chose que vous avez mangé, ou par le contact cutané avec une substance allergène, telle que l'enracinement du sumac ou divers produits chimiques. Des réactions allergiques cutanées peuvent également survenir en réponse à des piqûres d'insectes ou à des troubles émotionnels.

Choc anaphylactique. Démangeaisons généralisées soudaines, suivies rapidement par un essoufflement et un choc (forte diminution de la pression artérielle) ou la mort. Cette réaction allergique rare et grave, appelée choc anaphylactique, survient généralement lors de l'introduction de certains médicaments, notamment des tests d'allergie, des antibiotiques tels que la pénicilline et de nombreux médicaments anti-arthritiques, notamment la tolmétine, ainsi que pour lutter contre les piqûres d'insectes telles que les abeilles ou les guêpes.. Cette réaction peut devenir plus forte à chaque fois. Le choc anaphylactique nécessite des soins médicaux immédiats. S'il existe un risque de choc anaphylactique, par exemple, après une piqûre d'abeille dans une région éloignée où aucun soin médical qualifié ne peut être fourni, il est nécessaire d'acheter une trousse de premiers soins contenant de l'adrénaline et d'apprendre à l'utiliser.

Si vous êtes allergique au médicament, vous devez d’abord cesser de prendre ce médicament.

Méthodes de traitement des allergies. Le meilleur traitement pour une allergie consiste à en découvrir la cause et, si possible, à éviter tout contact avec cet allergène. Ce problème est parfois facilement résolu, et parfois non. Si, par exemple, vous avez les yeux gonflés, un nez qui coule et vous vous couvrez d'une éruption chaque fois qu'il y a des chats, alors vous éviterez tout contact avec eux, vous résoudrez vos problèmes. Si vous éternuez pendant une certaine période de l’année (généralement la fin du printemps, l’été ou l’automne) ou une fois par an, peu de mesures peuvent être prises pour éviter d’inhaler du pollen, de la poussière ou des particules d’herbe. Certaines personnes restent chez elles closes à la maison pour se soulager de la situation, car la température de l'air est plus basse et la poussière moins dense, mais ce n'est pas toujours possible.

Méfiez-vous des allergologues qui vous renvoient chez vous avec une longue liste de substances à éviter, car ils donnent un test d'application positif sur la peau ou des allergènes dans le test sanguin. Même si vous évitez toutes ces substances, vous pouvez toujours souffrir d'allergies si aucune des substances répertoriées dans la liste ne correspond exactement à l'allergène responsable des symptômes d'une réaction allergique dans votre cas.

Si vous souhaitez déterminer la cause de votre allergie, consultez un médecin. Si vous ne pouvez pas identifier la cause de l'allergie, vous pouvez choisir un traitement symptomatique. Les symptômes d'allergie sont causés par la libération d'une substance chimique appelée histamine (l'un des médiateurs de l'inflammation). Les médicaments antihistaminiques sont une méthode de traitement efficace. Nous recommandons l'utilisation d'antihistaminiques à un seul composant (tavegil, Erius, Suprastinex) pour les symptômes d'allergie.

La rhinite allergique ne doit pas être traitée avec des anti-encombrants nasaux locaux (gouttes, pulvérisations et inhalations), qui sont recommandés pour le traitement de la congestion nasale temporaire pendant un rhume. Les allergies durent des semaines, des mois, voire des années et l'utilisation de ces décongestionnants locaux pendant plus de quelques jours peut entraîner une augmentation de la congestion nasale après l'arrêt du traitement et des lésions parfois irréversibles de la muqueuse nasale. Si vous savez que votre rhinorrhée est causée par des allergies, n'utilisez pas de vaporisateurs en vente libre, car leur utilisation peut entraîner le fait que vous ne pourrez pas respirer par le nez sans ces médicaments.

Médicaments contre les allergies

Antihistaminiques: Parmi toutes les préparations contre les allergies disponibles sur le marché, il est conseillé d'utiliser des préparations à un composant contenant un seul antihistaminique. Les antihistaminiques sont le moyen le plus efficace de traiter les allergies sur le marché et, en utilisant des préparations à composant unique, vous minimisez les effets secondaires.

Indications pour l'utilisation de médicaments pour les allergies est un traitement symptomatique des conditions suivantes:

  • rhinite et conjonctivite allergique saisonnière (persistante) et saisonnière (prurit, éternuement, rhinorrhée, larmoiement, hyperémie conjonctivale);
  • rhume des foins (pollinose);
  • urticaire, incl. urticaire chronique idiopathique;
  • angioedema;
  • dermatose allergique, accompagnée de démangeaisons et d'éruptions cutanées.

Lors de la prescription de cette classe de pilules pour les allergies, il est important de se rappeler qu’après avoir commencé à prendre, vous ne pouvez pas cesser de prendre le médicament à la fois.

Allergie aux antihistaminiques modernes et les plus efficaces: lévocétirizine (Xyzal, Glentset, Suprastinex, à l'intérieur de 5 mg par jour), Azélastine, diphenhydramine

La somnolence est le principal effet secondaire des antihistaminiques. Si la prise d'antihistaminiques cause de la somnolence, évitez de conduire des véhicules ou des mécanismes qui augmentent le danger en prenant ces médicaments. Même si ces médicaments ne provoquent pas de somnolence, ils ralentissent tout de même votre réaction. En outre, rappelez-vous que la somnolence augmente considérablement lors de la prise de sédatifs, y compris de boissons alcoolisées.

Bloqueurs d'histamine H récemment créés1-récepteurs (antihistaminiques II et III générations), caractérisés par une sélectivité élevée de l'action sur l'H1-récepteurs (hifénadine, terfénadine, astémizole, etc.). Ces médicaments ont peu d’effet sur les autres systèmes de médiation (cholinergique, etc.), ne passent pas par la BBB (n’affectent pas le système nerveux central) et ne perdent pas d’activité avec une utilisation prolongée. De nombreux médicaments de deuxième génération sont associés de manière non compétitive à la1-récepteurs et le complexe résultant ligand-récepteur est caractérisé par une dissociation relativement lente, entraînant une augmentation de la durée de l'action thérapeutique (attribué une fois par jour). Biotransformation de la plupart des antagonistes de l'histamine H1-récepteur se produit dans le foie avec la formation de métabolites actifs. Un certain nombre de bloqueurs H1-Les récepteurs à l'histamine sont des métabolites actifs des médicaments antihistaminiques connus (cétirizine - le métabolite actif de l'hydroxyzine, fexofénadine - terfénadine).

Le degré de somnolence provoqué par un antihistaminique dépend des caractéristiques individuelles du patient et du type d'antihistaminique utilisé. Parmi les antihistaminiques en vente libre classés comme sûrs et efficaces par la FDA, le maléate de chlorphéniramine, le maléate de bromphéniramine, le maléate de phénamine et la clémastine (TAVEGIL) sont les moins susceptibles de causer de la somnolence.

Le maléate de pyrylamine est également approuvé par la FDA, mais a un effet sédatif légèrement supérieur. Les médicaments qui causent une somnolence importante incluent le chlorhydrate de diphenhydramine et le succinate de doxylamine, qui sont les ingrédients des médicaments hypnotiques.

L’émergence de nouveaux antihistaminiques tels que l’astémizol et la terfénadine, qui n’ont pas d’effet sédatif, mais qui se sont révélés potentiellement plus dangereux que les médicaments plus anciens, a conduit au fait que des antihistaminiques plus anciens, moins chers et plus sûrs, tels que le maléate de chlorphénamine, sont actifs. ingrédient de nombreux médicaments antiallergiques sur ordonnance et en vente libre. Après avoir essayé de réduire la dose, vous constaterez peut-être que l’effet sédatif du médicament en sera considérablement réduit.

Un autre effet secondaire des antihistaminiques est la sécheresse de la bouche, du nez et de la gorge. Une vision floue, des vertiges, une perte d'appétit, des nausées, une indigestion, une pression artérielle basse, des maux de tête et une perte de coordination sont moins courants. Les personnes âgées atteintes de prostate hypertrophiée sont souvent confrontées au problème de la difficulté à uriner. Parfois, les antihistaminiques provoquent de la nervosité, de l’anxiété ou de l’insomnie, en particulier chez les enfants.

Lorsque vous choisissez un antihistaminique pour traiter les allergies, essayez d’abord une faible dose de maléate de chlorphéniramine ou de maléate de bromphéniramine, disponible en tant que médicament à composant unique. Vérifiez l'étiquette et assurez-vous que la préparation ne contient rien de plus.

Pour l'asthme, le glaucome ou les mictions difficiles associées à une prostate hypertrophiée, n'utilisez pas de préparations antihistaminiques pour vous auto-traiter.

Décongestionnants nasaux: de nombreux médicaments anti-allergiques contiennent des substances semblables à l'amphétamine, telles que le chlorhydrate de pseudoéphédrine ou les ingrédients que l'on trouve dans de nombreuses préparations orales utilisées pour le rhume. Certains de ces effets indésirables (tels que la nervosité, l'insomnie et une perturbation potentielle du système cardiovasculaire) se produisent plus fréquemment lors de l'utilisation de ces médicaments pour traiter les allergies, car les médicaments antiallergiques sont généralement utilisés plus longtemps que les médicaments utilisés. avec un rhume. En outre, les décongestionnants nasaux ne soulagent pas les symptômes les plus fréquents chez les patients allergiques: nez qui coule, yeux qui piquent et qui pleurent, éternuements, toux et mal de gorge. Ces médicaments ne traitent que la congestion nasale, ce qui n'est pas un gros problème pour la plupart des patients allergiques.

Les exemples de décongestionnants nasaux recommandés par les fabricants pour le traitement de "l'absence de somnolence" (car ils ne contiennent pas d'antihistaminiques) pour les symptômes d'allergie sont l'afrinol et le Sudfed. Nous ne recommandons pas l'utilisation de ces médicaments pour les allergies.

Asthme, bronchite chronique et emphysème

L'asthme, la bronchite chronique et l'emphysème sont des maladies courantes pouvant survenir simultanément et pouvant nécessiter des traitements similaires.

L'asthme est une maladie associée à une hyperréactivité bronchique dans les poumons. Les attaques, qui peuvent être déclenchées par divers facteurs, entraînent des spasmes des muscles lisses des petites bronches et des difficultés respiratoires. L'essoufflement est généralement accompagné d'un stridor, d'une sensation d'oppression dans la poitrine et d'une toux sèche. La plupart des asthmatiques ont rarement de la difficulté à respirer.

Les crises d'asthme surviennent généralement sous l'influence d'allergènes spécifiques, d'une pollution atmosphérique, de produits chimiques industriels ou d'infections (ARD, ARVI, mycoplasmose, pneumocystose, chlamydia). Les attaques peuvent être provoquées par un effort physique ou un exercice physique (surtout par temps froid). Les symptômes de l'asthme peuvent s'aggraver sous l'influence de facteurs émotionnels et cette maladie est souvent héréditaire. Les patients asthmatiques et les membres de leur famille souffrent souvent de rhume des foins et d'eczéma.

La bronchite chronique est une maladie dans laquelle les cellules qui tapissent les poumons produisent une quantité excessive de mucus, ce qui entraîne une toux chronique, généralement avec expectoration de mucus.

L'emphysème est associé à des modifications destructrices des parois alvéolaires et se caractérise par un essoufflement avec ou sans toux. La bronchite chronique et l'emphysème sont en grande partie similaires, et parfois ces deux maladies sont collectivement appelées «maladie pulmonaire obstructive chronique» ou BPCO. Le stridor peut être observé à la fois dans la bronchite chronique et dans l’emphysème.

La bronchite chronique et l'emphysème sont souvent le résultat final du tabagisme au fil des ans. Parmi les autres causes peuvent être la pollution atmosphérique industrielle, une mauvaise écologie, les infections pulmonaires chroniques (qui incluent récemment les mycoplasmes, les infections à pneumocystes, les infections à Candida et à Chlamydia) et des facteurs héréditaires.

L'asthme, la bronchite chronique et l'emphysème peuvent être des maladies professionnelles. L'asthme est souvent observé chez les emballeurs de viande, les boulangers, les menuisiers et les agriculteurs, ainsi que chez les travailleurs en contact avec des produits chimiques spécifiques. La bronchite chronique est souvent le résultat d'une exposition à la poussière et à des gaz nocifs.

L'asthme, la bronchite et l'emphysème peuvent survenir sous forme bénigne. Cependant, pour certains patients, ces maladies peuvent constituer une menace mortelle ou conduire à des restrictions du mode de vie. Des médicaments puissants sont prescrits aux patients souffrant de ces problèmes pour arrêter ou prévenir les attaques de la maladie. Si pris de manière inappropriée, ces médicaments peuvent avoir un effet dangereux sur la santé.

N'essayez pas de vous diagnostiquer ou de vous soigner. Dans l'asthme, la bronchite chronique et l'emphysème, le diagnostic et le traitement doivent être établis et prescrits par un médecin. L'insuffisance cardiaque congestive et la pneumonie, deux autres maladies qui causent des difficultés respiratoires, présentent des symptômes similaires. De nombreux médicaments utilisés pour traiter l'asthme ou la bronchite chronique peuvent aggraver l'état d'un patient souffrant de ces maladies. Par conséquent, il est très important de poser un diagnostic correct avant de commencer tout traitement médicamenteux.

Comme pour le diagnostic, le traitement de l'asthme ou de la bronchite chronique doit être effectué par un médecin. Les crises peuvent être douloureuses et les patients se «guérissent» eux-mêmes, surtout lorsque la dose recommandée ne soulage pas. N'utilisez pas de médicaments pour l'asthme ou la bronchite en quantités supérieures ou inférieures à la dose prescrite, sans d'abord consulter votre médecin.

Les médicaments pour le traitement de ces maladies doivent être choisis conjointement par vous et votre médecin. Dans l’asthme, les médecins prescrivent généralement un ou plusieurs médicaments. Le meilleur médicament pour traiter les symptômes d'asthme aigu est une forme d'inhalation de stimulants de récepteurs spécifiques, tels que la terbutaline (BRICANYL). Ces médicaments sont généralement utilisés pour la bronchite chronique ou l'emphysème.

Les corticostéroïdes tels que la prednisolone par voie orale (DECORTIN) ou utilisés sous forme d'inhalation de béclométhasone (BECONASE), de flunisolide (NASALID) et de triamcinolone (Nazacort) sont généralement utilisés dans les cas où les symptômes d'asthme aigu sévère ne s'arrêtent pas à la terbutaline. Ces médicaments ne sont pas utilisés pour la MPOC, sauf en cas d'association d'asthme.

La théophylline et l'aminophylline sont couramment utilisées pour soulager les symptômes d'asthme chronique, de bronchite ou d'emphysème. L'aminophylline est identique à la théophylline, mais contrairement à elle, l'aminophylline contient de la 1,2-éthylènediamine, qui provoque une éruption cutanée chez certains patients. Ces médicaments doivent être utilisés en stricte conformité avec le but recherché, et le médecin doit surveiller le niveau de ces médicaments dans le sang. Ces mesures préviendront les effets secondaires et vous permettront de déterminer la dose optimale.

Le zafirlukast et le zileuton appartiennent à un nouveau groupe de médicaments anti-asthmatiques, les inhibiteurs compétitifs de la leucotriène. Ces deux médicaments ne sont approuvés que pour prévenir les crises d'asthme chez les personnes souffrant d'asthme chronique, mais pas pour soulager les crises d'asthme aiguës. Le zafirlukast et le zileuton peuvent tous deux affecter le foie et sont associés à un certain nombre d'interactions médicamenteuses potentiellement dangereuses. Le rôle de ces médicaments dans le traitement de l'asthme reste à clarifier.

Utilisation appropriée des inhalateurs

Afin de maximiser les avantages de l'inhalation, suivez les recommandations ci-dessous. Bien agiter l'emballage avant de prendre chaque dose. Retirez le capuchon en plastique recouvrant l'embout buccal. Gardez l’inhalateur droit, à environ 2,5 - 3,5 cm de vos lèvres. Ouvre grand la bouche. Expirez aussi profondément que possible (sans vous causer de gêne particulière). Inspirez profondément tout en appuyant simultanément sur le pot avec votre index. Lorsque vous avez fini d'inhaler, retenez votre respiration le plus longtemps possible (essayez de retenir votre souffle pendant 10 secondes sans causer de désagréments particuliers). Cela permettra au médicament d’affecter les poumons avant de l’exhaler. Si vous avez des difficultés à coordonner les mouvements de la main et la respiration, saisissez l'embout buccal de l'inhalateur avec les lèvres.

Si le médecin vous a prescrit plus d'une inhalation à chaque séance de traitement, attendez une minute, secouez la boîte et recommencez toutes les opérations. Si, en plus du corticostéroïde, vous prenez également un bronchodilatateur, vous devez le prendre en premier. Faites une pause de 15 minutes avant d'inhaler un corticostéroïde. Cela assurera l'absorption de plus de corticostéroïdes dans les poumons.

L'inhalateur doit être nettoyé quotidiennement. Pour le faire correctement, retirez la boîte du boîtier en plastique. Rincez le couvercle en plastique et le couvercle sous l'eau courante chaude. Séchez bien. Insérez soigneusement le ballon dans son emplacement d'origine, dans le boîtier. Placez le capuchon sur l'embout buccal.

Les inhalants stéroïdiens utilisés pour l'asthme aux États-Unis sont principalement vendus dans des conditionnements dosés sous pression, créés par un propulseur. Les chlorofluorocarbures dans ces préparations ne sont pas utilisés pour des raisons environnementales. Les préparations en poudre sèche pour inhalation, activées par inhalation, ne nécessitent pas de propulseur et sont plus pratiques à utiliser pour les personnes qui ont des difficultés à coordonner le mouvement des mains et la respiration. Si vous avez des difficultés à coordonner les mouvements du bras et la respiration, demandez à votre médecin de passer à la poudre sèche pour inhalation.

Selon les documents de la publication Sidney M.Wolf "Worst Pills Best Pills", 2005

Remarque: la FDA est la Food and Drug Administration des États-Unis (Food and Drug Administration).

Allergie aux médicaments, symptômes, traitement

L'allergie aux médicaments est un problème courant, le nombre de formes enregistrées de cette maladie ne faisant qu'augmenter chaque année.

La médecine a appris à faire face à de nombreuses maladies grâce au développement de produits pharmaceutiques.

Avec leur admission au cours, le bien-être général est amélioré, le fonctionnement des organes internes est amélioré, grâce aux médicaments, l'espérance de vie a considérablement augmenté et le nombre de complications possibles a diminué.

Mais le traitement des maladies peut être compliqué par une réaction allergique au médicament utilisé pour le traitement, qui se traduit par différents symptômes et nécessite le choix d'un autre remède.

La cause des allergies aux médicaments

Une réaction spécifique aux produits pharmaceutiques peut survenir chez deux catégories de personnes.

Chez les patients recevant un traitement médicamenteux de toutes les maladies. L'allergie ne se développe pas immédiatement, mais avec l'administration ou l'utilisation répétée du médicament. Dans l'intervalle de temps qui sépare deux doses du médicament, le corps est sensibilisé et des anticorps sont produits, par exemple, des allergies à Amoxiclav peuvent être administrées.

Les travailleurs professionnels qui sont obligés de toujours être en contact avec des médicaments. Cette catégorie comprend les infirmières, les médecins et les pharmaciens. Sévère, peu susceptible aux allergies aux médicaments dans de nombreux cas, provoque un changement de travail.

Il existe plusieurs groupes de médicaments pour lesquels il existe un risque élevé de développer des allergies:

  1. Les antibiotiques sont à l’origine des symptômes les plus fréquents et les plus graves des allergies aux médicaments.Tous les détails sont disponibles ici http://allergiik.ru/na-antibiotiki-simptomy.html;
  2. Les sulfanilamides;
  3. Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens;
  4. Vaccins, sérums, immunoglobulines. Ces groupes de médicaments sont à base de protéines, ce qui en soi affecte déjà la production d’anticorps dans le corps.

Bien sûr, des allergies peuvent survenir lors de la prise d'autres médicaments, à usage externe ou interne. Il est impossible de reconnaître sa manifestation à l'avance.

De nombreuses personnes sont prédisposées à des réactions allergo-spécifiques à divers médicaments, car elles souffrent d’autres formes d’allergies, de prédispositions héréditaires ainsi que d’infections fongiques.

Une intolérance aux médicaments est souvent constatée lors de la prise d'antihistaminiques prescrits pour éliminer d'autres formes d'allergies.

Il est nécessaire de séparer les allergies médicamenteuses des effets secondaires et des symptômes apparaissant lorsque la dose est dépassée.

Effets secondaires

Les effets secondaires sont caractéristiques de nombreux produits pharmaceutiques. Chez certaines personnes, ils ne se manifestent pas, d’autres peuvent ressentir les effets de tout le complexe de symptômes concomitants.

Les effets secondaires prononcés nécessitent la nomination d'un analogue du médicament. Excès de dose intentionnel ou involontaire conduit à un empoisonnement du corps, les symptômes de cette maladie sont déterminés par les composants du médicament.

Signes de maladie

En cas d'allergie aux médicaments, les symptômes chez les patients sont exprimés différemment. Après le retrait du médicament, ils peuvent passer eux-mêmes ou inversement, le patient a besoin de soins d’urgence.

Il arrive également que le corps humain lui-même puisse faire face à une réaction non spécifique et qu'après quelques années d'utilisation du même médicament, les symptômes ne soient pas déterminés.

Formes posologiques

La capacité des composants des médicaments à former un complexe antigène-anticorps dépend de la forme de leur introduction.

Lorsqu'elle est administrée par voie orale, c'est-à-dire par la bouche, une réaction allergique se développe dans un nombre minimal de cas. Avec une injection intramusculaire, le risque d'allergie augmente et l'injection de médicaments par voie intraveineuse atteint son apogée.

Cependant, lorsqu'un médicament est injecté dans une veine, les symptômes de l'allergie peuvent se développer instantanément et nécessitent des soins médicaux rapides et efficaces.

Les symptômes

Les réactions allergiques en fonction de la vitesse de développement peuvent être divisées en trois groupes.

Le premier groupe de réactions comprend des modifications du bien-être général d'une personne, qui se développent immédiatement après l'entrée du médicament dans l'organisme ou dans l'heure qui suit.

Le deuxième groupe de réactions se développe pendant la journée, après l’entrée des composants du médicament dans le corps.

  • Thrombocytopénie - une diminution du nombre de plaquettes dans le sang. Une faible numération plaquettaire augmente le risque de saignement.
  • L'agranulocytose est une diminution critique du nombre de neutrophiles, entraînant une diminution de la résistance du corps à divers types de bactéries.
  • La fièvre

Le troisième groupe de réactions non spécifiques à un médicament se développe sur plusieurs jours ou plusieurs semaines.

Ce groupe est généralement caractérisé par l’apparition des états suivants:

  • Maladie sérique.
  • Vascularite allergique.
  • Polyarthrite et arthralgie.
  • La défaite des organes internes.

L'allergie aux médicaments se manifeste par une grande variété de symptômes. Il ne dépend pas des composants du médicament et peut se manifester chez des personnes complètement différentes.

Avec le développement des allergies, des manifestations cutanées apparaissent, on observe souvent de l'urticaire, de l'érythrodermie, de l'érythème, une dermatite médicale ou un eczéma.

L'apparition de troubles respiratoires est caractéristique - éternuements, congestion nasale, larmoiement et rougeur de la sclérotique.

Elle se caractérise par l'apparition de cloques sur une grande partie de la surface du corps et par des démangeaisons intenses. Les bulles se développent assez rapidement et, après l’annulation, les médicaments passent rapidement.

Dans certains cas, l’urticaire est l’un des symptômes de l’apparition de la maladie sérique. Cette affection provoque également de la fièvre, des maux de tête, des reins et des maladies cardiaques.

Angioedema et angioedema.

Il se développe sur les parties du corps où se trouve une fibre très lâche - les lèvres, les paupières, le scrotum ainsi que sur les muqueuses de la bouche.

Dans environ un quart des cas, un œdème apparaît dans le larynx, ce qui nécessite une assistance immédiate. L'œdème laryngé est accompagné d'enrouement, de respiration bruyante, de toux et, dans les cas graves, de bronchospasme.

Il se développe avec le traitement local des maladies de la peau ou avec le travail constant du personnel médical avec des médicaments.

Se manifeste par une hyperémie, des vésicules, des démangeaisons, des taches de larmes. Un traitement tardif et un contact continu avec l'allergène entraînent le développement d'un eczéma.

Une dermatite photo-allergique se développe sur les zones du corps exposées au soleil pendant le traitement par les sulfamides, la griséofulvine et la phénothiazine.

L'apparition d'un érythème et d'une éruption papuleuse. Souvent associé à des lésions des articulations, des maux de tête, un essoufflement. Dans les cas graves, des dommages enregistrés aux reins, aux intestins.

Fièvre allergique.

Il peut s'agir d'un symptôme d'une maladie sérique ou du seul signe d'une réaction non spécifique.

Se produit après environ une semaine de traitement et passe deux jours après l’arrêt du médicament.

On peut suspecter une fièvre du médicament en l'absence d'autres signes de maladies respiratoires ou inflammatoires, avec une anamnèse allergique aggravée, par la présence d'une éruption cutanée.

Allergies aux médicaments hématologiques.

Les allergies aux médicaments hématologiques sont détectées dans 4% des cas et ne peuvent être exprimées que par une image sanguine modifiée, une agranulocytose, une anémie, une thrombocytopénie.

Le risque de développer une réaction allergique aux médicaments est accru chez les patients asthmatiques, ayant des antécédents de choc anaphylactique et d’allergies à d’autres facteurs précipitants.

Traitement d'allergie

Avant de procéder au traitement des allergies médicamenteuses, il est nécessaire d'établir un diagnostic différentiel avec d'autres affections présentant des symptômes similaires.

Au cours du traitement avec la prise de plusieurs groupes différents de médicaments, il est nécessaire de déterminer l'allergène pour le corps. Pour ce faire, le médecin collecte soigneusement l'anamnèse, vérifie les symptômes, le moment de leur apparition, la présence de signes similaires dans le passé.

Le traitement de l’allergie médicamenteuse comporte deux étapes:

  1. L'abolition des médicaments qui causaient des signes d'allergies.
  2. Les médicaments sur ordonnance visant à éliminer les symptômes.

Dans les cas bénins, il suffit d’arrêter le médicament pour éliminer les allergies qui ne sont pas accompagnées par un essoufflement, un gonflement, une éruption cutanée sévère, une modification de la formule sanguine,

Après cela, le bien-être général est généralement rétabli en un à deux jours. Avec une manifestation modérée d'une réaction allergique, les antihistaminiques sont prescrits - Claritin, Kestin, Zyrtec.

Lorsqu'ils sont prescrits, les symptômes cutanés, les démangeaisons, l'enflure, la toux, les larmoiements et les problèmes respiratoires sont réduits.

Pour éliminer les symptômes cutanés, des pommades et des lotions anti-inflammatoires supplémentaires peuvent être nécessaires.

Dans les symptômes graves, les médicaments prescrits avec des corticostéroïdes, visant à éliminer l'œdème, les démangeaisons et les réactions inflammatoires.

La fourniture immédiate de soins d’urgence nécessite un essoufflement, un gonflement du visage et de la gorge, un développement rapide de l’urticaire. Avec le développement de telles conditions, l'adrénaline, des hormones, des antihistaminiques sont injectés.

En cas de choc anaphylactique et d'œdème de Quincke grave, une assistance médicale doit être fournie dans les minutes qui suivent, sinon la mort est possible.

La prévention des allergies aux médicaments consiste à effectuer des tests, clarifier les antécédents. Les injections intraveineuses et intramusculaires ne doivent être pratiquées que dans des établissements médicaux.