Adénocarcinome du rectum: le danger de cette maladie

Comme vous le savez, les néoplasmes malins peuvent toucher presque tous les organes du corps humain. Aucune exception n'est l'une des parties du tube digestif impliquées dans le processus direct d'excrétion des matières fécales - le rectum.

Il est sujet à une maladie aussi dangereuse que l'adénocarcinome. Qu'est ce que c'est Le fait est que la surface interne de l'intestin direct est recouverte de ce que l'on appelle l'épithélium glandulaire. Il souffre de la défaite d'une tumeur maligne avec adénocarcinome.

Adénocarcinome du rectum

L'adénocarcinome du rectum survient le plus souvent à un âge avancé.

Il existe certains groupes à risque de personnes sujettes à cette maladie. Le plus souvent, la maladie est susceptible aux représentants de l'âge sénile. Ceux qui ont atteint la barre des cinquante ans présentent un certain risque.

La cause de l'adénocarcinome après cinquante ans n'est pas entièrement comprise. Peut-être en partie sur le développement du processus affecte le vieillissement naturel de l'organisme, ainsi que les habitudes de vie et les habitudes alimentaires.

Toutefois, il reste que le nombre de cas de tumeurs malignes du rectum au cours des dernières décennies a augmenté plusieurs fois. Selon les données de recherche, même un lien précis a été révélé entre la maladie et le niveau de vie d'un pays donné. En outre, plus l'État est développé et civilisé, plus il inclut souvent des personnes victimes d'une terrible maladie.

Les scientifiques ont identifié des facteurs pouvant en quelque sorte influer sur le développement de l'adénocarcinome du rectum. Ceux-ci comprennent:

  • âge à partir de 50 ans;
  • nourriture pauvre en fruits et légumes, mais riche en matières grasses, viande et produits à base de farine;
  • prédisposition héréditaire;
  • travaux liés à l'exposition du corps humain à des médicaments ou préparations toxiques (y compris à usage médical). Travailler également avec des hydrosilicates (amiante);
  • Chocs nerveux et constipation prolongée;
  • maladies intestinales, en particulier de sa section épaisse (colite, polypes, fistule chronique, tumeurs villeuses, etc.);
  • relations sexuelles anales non protégées, infection par le virus du papillome humain.

Typologie de la maladie

Sur la base des données obtenues lors de l’examen diagnostique, un spécialiste peut facilement déterminer le degré et l’évolution de la maladie. Sur la base de cette information, un traitement approprié sera prescrit. La maladie est divisée en les types suivants:

  1. adénocarcinome peu différencié. L'adénocarcinome muqueux, dont l'une des caractéristiques est la libération d'une grande quantité de mucus;
  2. très différencié;
  3. modérément différencié;
  4. indifférencié. Ce type est caractérisé par un courant aigu et une issue défavorable.

Estimation du pronostic de la maladie

Pour faire face à la maladie devrait immédiatement après sa découverte.

Il existe un indicateur particulier du nombre de personnes pouvant vivre avec cette maladie.

Selon certaines statistiques, il a été découvert qu'une personne extirpée depuis cinq ans, un adénocarcinome rectal en sa possession, pouvait en vivre autant, parfois plus.

Ainsi, les années décisives sont les premières années de la lutte contre la maladie. Les caractéristiques suivantes affectent l'évolution et les résultats attendus de la maladie:

  1. la taille de la tumeur (le plus petit, le meilleur);
  2. données d'études histologiques d'éducation;
  3. indicateurs de la profondeur de germination de la tumeur dans la paroi intestinale (plus il est superficiel, mieux c'est, et vice versa);
  4. le degré de différenciation de l'éducation (plus le résultat est bas, pire);
  5. la présence de métastases régionales. Ce symptôme dépend souvent de la capacité des ganglions lymphatiques à faire face à leur apparence.

Symptomatologie

Le fait est qu’au début de la maladie, les symptômes ne sont pas si alarmants qu’une personne soupçonnera que quelque chose ne va pas.

Les manifestations décrites ci-dessous peuvent être caractéristiques d'autres affections pathologiques et ne permettent pas, au départ, de faire naître une suspicion de maladie grave. Ainsi, pour le stade précoce de la tumeur maligne du rectum est typique:

  • douleur dans la région épigastrique qui se produit avec une certaine périodicité (en règle générale, la nature de la douleur est douloureuse);
  • problèmes d'appétit dans la direction de son déclin (à cause de la perte de poids), parfois des nausées, des flatulences;
  • manifestations de constipation et de diarrhée, alternant les unes avec les autres;
  • écoulement muqueux et sanglant (et plus tard purulent) dans les fèces, devenant permanent;
  • malaise général, pâleur de la peau, augmentation de la température corporelle.

Il est à noter qu'au fil du temps, les symptômes augmentent. Les manifestations de nausées et parfois de vomissements sont plus fréquentes et la sensation de lourdeur et de brûlures d'estomac est troublante. Les douleurs sont aggravées par le fait que la tumeur coalesce avec les tissus ou organes voisins. Lors d'un examen médical par palpation, une tumeur mobile présentant une tubérosité et une consistance dense peut être ressentie à travers la paroi péritonéale.

Et du fait que la tumeur se trouve dans un endroit aussi spécifique (gros intestin), où se produisent en permanence des mouvements de masses fécales, ainsi que des effets physiques et chimiques, elle s'ulcère progressivement.

Le processus décrit est la cause du développement d'une infection, qui affecte également l'intensification des symptômes locaux. En outre, il y a une augmentation de la température et une intoxication générale, ce qui entraîne des modifications des paramètres sanguins. Si l'infection se propage au-delà du péritoine (en particulier de sa fibre), des sensations douloureuses dans la région lombaire et des signes de péritonite peuvent être gênants.

Il est à noter que dans les premiers stades de la maladie, la tumeur a l’apparence de champignons en surplomb. Dans la mise en œuvre de l'incision de la tumeur, qui est effectuée après l'avoir retirée du patient pour inspection et analyse nécessaire, il existe visuellement les éléments suivants:

  • la tumeur peut être de consistance solide;
  • dans certains cas, granulaire;
  • a parfois une couleur gris-blanc.

Le développement du processus tumoral comporte certaines étapes qui se caractérisent par les suivantes:

  1. Initialement, le néoplasme est situé dans la membrane muqueuse et la sous-muqueuse du gros vêlage de l'intestin. Dans le même temps, un renflement de la lumière interne de l'intestin peut être observé. Dans le cas de métastases à ce stade de développement de la tumeur, la paroi intestinale est atteinte sur toute son épaisseur. Les métastases peuvent également atteindre les ganglions lymphatiques régionaux.
  2. Lorsqu'une croissance maligne atteint une taille plus importante, elle peut toucher non seulement les organes voisins, mais également les ganglions lymphatiques et les organes situés à une distance décent de celle-ci.

Comment est le diagnostic de la maladie?

Une étude des matières fécales aidera à diagnostiquer la maladie.

Le traitement et son issue dépendront de la gravité et de la propagation de la tumeur.

La priorité est de consulter un spécialiste en oncologie, qui effectuera une enquête détaillée, effectuera un examen approfondi et désignera également un examen approprié.

Une étape importante dans le diagnostic est la radiographie avec un agent de contraste, qui donne une image plus fiable de ce qui se passe dans le corps. Les tests suivants sont également prescrits:

  1. le test sanguin est général, une attention particulière étant accordée à l'indicateur ESR (vitesse de sédimentation des érythrocytes). Cet indicateur indique la gravité du processus inflammatoire;
  2. examen des matières fécales pour le sang caché;
  3. étude de la partie directe de l'intestin par la méthode de la palpation et de l'endoscope.

Un certain nombre d'autres méthodes de diagnostic sont désignées à la discrétion d'un spécialiste ou d'une commission. Et, bien que beaucoup de procédures soient plutôt désagréables, il est nécessaire de les passer, car les tactiques de traitement et le pronostic ultérieurs du traitement de l'évolution de la maladie dépendent largement de la fiabilité des données obtenues dans l'étude.

Un examen fiable du gros intestin contribuera également à exclure l'adénocarcinome si le médecin commet une erreur dans les hypothèses de ce point.

Pour le cancer du côlon, regardez dans la vidéo:

Comment est le traitement de l'adénocarcinome du côlon?

Il est important de noter que le processus de traitement dépend directement de la forme et du stade de la maladie. Le plus souvent, les médecins ont recours à une thérapie complexe.

En particulier, une radiothérapie est prescrite, après quoi une mort partielle des cellules pathologiques (cancéreuses) est observée, ce qui entraîne une diminution de la taille de la tumeur. Ce type de traitement est effectué après le retrait chirurgical de la formation.

Cela minimise la probabilité de transférer des cellules tumorales et réduit l'inflammation possible des tissus voisins. Avec tout cela, une place importante est accordée à l'observance d'un régime spécial et d'un traitement médicamenteux.

Les principales méthodes de traitement pour lutter efficacement contre l'adénocarcinome du gros intestin

Fortrans - signifie pour nettoyer le tube digestif.

Enlèvement de la tumeur par chirurgie. Cette méthode est la plus efficace, car au cours de l’intervention chirurgicale, un néoplasme est enlevé, ce qui est essentiellement le foyer de la maladie.

En outre, l'élimination des tissus affectés par les métastases. Il est très important de suivre toutes les règles de préparation avant l'opération, à savoir:

  • suivre un régime sans scories dont le médecin dit au patient les nuances;
  • effectuer (indépendamment ou avec l'aide du personnel médical) des manipulations liées au nettoyage des intestins des selles. Cela se fait généralement 3 à 5 jours avant l'opération au moyen de lavements et de laxatifs;
  • faites (comme prescrit par le médecin) laver le tube digestif avec l'aide de moyens modernes améliorés. Les meilleurs pour cela sont "Fortrans" et "Lavage".

Le traitement par chimiothérapie est également efficace. Les médicaments suivants sont notamment utilisés: raltitrexide, Ftorafur et capécitabine, leucovorine, irinotécan et 5-fluorouracile. En combinant ces médicaments, le traitement devient plus efficace.

Thérapies adjuvantes

Un lavement nettoyant avec addition de sulfate de cuivre a un effet positif.

Exposition radio. Cette méthode convient au traitement d’une tumeur avant et après une intervention chirurgicale dans le but de réduire le volume de la tumeur et de prévenir l’apparition de métastases.

L'irradiation est la principale méthode de traitement utilisée dans certains cas. Cela est dû au fait que presque toutes les parties du gros intestin (à l'exception du rectum) sont assez mobiles et peuvent changer de position avec le changement de posture corporelle de l'homme.

Thérapie de régime. Il n'y a pas de régime spécifique pour les patients atteints de ce type de maladie. Cependant, ils doivent veiller à inclure dans leur alimentation une quantité suffisante de légumes et de fruits frais et cuits à la vapeur.

Non seulement ils saturent le corps de substances bénéfiques, mais ils sont également plus faciles à digérer et contribuent à l'amélioration des processus perestaltiques dans l'intestin. Les patients qui ont subi une résection (élimination partielle) de l'intestin doivent se rappeler que les aliments qu'ils consomment doivent être légers, ne pas rester dans l'estomac, ne pas causer de nausée et d'accumulation de gaz dans l'intestin (flatulence). Le respect de l'équilibre hydrique et du régime alimentaire est également important.

Thérapie de vitamine. L'apport de la quantité requise de vitamines améliore l'état général du patient et aide à maintenir un certain équilibre dans le fonctionnement des organes et des systèmes.

Il existe également des méthodes populaires qui sont utilisées dans le traitement de l'adénocarcinome du gros intestin. Cependant, ils constituent un ajout particulier au traitement principal. Et avant d’utiliser des remèdes populaires, il est impératif de consulter le spécialiste présent.

Les propriétés curatives de la graisse baibaka (gopher ou marmotte), qui est nécessaire pour boire 4 cuillères par jour, ou pour y cuire des aliments. Les améliorations deviennent perceptibles en un mois.

L'eau purifiée avec un lavement additionné de sulfate de cuivre a également un effet bénéfique. Pour ce faire, 2 litres d'eau doivent prendre 100 mg de concentré de sulfate de cuivre. Le traitement ne dure pas plus de deux semaines.

Aussi utile bouillon chélidoine. Il est préparé comme suit: 1 cuillère à soupe d'herbes est versée avec un verre d'eau bouillante et infusée pendant environ une demi-heure. Prendre 1 cuillère 2-3 fois par jour avant les repas.

Il existe une autre recette: Mélangez 1 cuillère de racine de calamus avec 3,5 cuillères à soupe de couleur pomme de terre, 1,5 cuillère de fleurs de calendula et 4 cuillères de racine d’absinthe. Le mélange résultant doit être versé de l'eau bouillante et insister 5 à 6 heures. La perfusion qui en résulte filtre et boit 100 ml avant de manger.

Un peu sur les nuances de l'opération

Intervention chirurgicale - une méthode de traitement de cette maladie.

Lors d'une intervention chirurgicale, les oncologues essaient de ne pas toucher le néoplasme, mais de pincer les vaisseaux sanguins et de couper la partie affectée de l'intestin.

Ceci est fait pour s'assurer que les cellules tumorales ne sont pas transportées avec le flux sanguin dans tout le corps. Dans une situation où les métastases sont à une distance décente de la formation maligne, l'opération est inefficace.

Cependant, dans certains cas, l'intervention est toujours effectuée. Cela évite des complications encore plus graves, des douleurs provenant du foyer ainsi que des inflammations. Si la maladie est au stade extrême, alors l'opération est nécessaire pour normaliser le travail de l'intestin et former la colostomie (tube avec un trou).

Que font les cas particulièrement difficiles?

Ensuite, lorsque le processus malin a donné des complications, la chirurgie est réalisée de manière urgente.

Tout d'abord, le néoplasme est enlevé et les complications sont éliminées, puis la colostomie est formée, elle peut être réalisée à un ou deux tubes. Dans le cas de la première option, le mouvement de la masse fécale passe directement à travers la colostomie.

Avec la deuxième option, les matières fécales peuvent être excrétées naturellement. Après l'opération correspondante, l'intestin commence à fonctionner normalement après 2-5-7 mois, cela dépend du succès de l'opération et des caractéristiques individuelles de l'organisme de chaque patient.

Résultats estimés de l'adénocarcinome du gros intestin

Si la maladie à détecter à temps, il est très facile de guérir.

Le résultat dépend directement du stade auquel la maladie a été détectée et du déroulement du traitement. La présence ou l'absence de métastases, ainsi que l'étendue de la lésion, sont également importants.

À condition que le patient ait subi une intervention, les cinq années suivantes peuvent être décisives. Il est possible de renvoyer la maladie, mais si cette étape est franchie, cela indique une prévision favorable pour l'avenir.

Lorsque l'ectomie radicale de la partie affectée du gros intestin, impliquant le retrait d'une zone impressionnante, atteint 90% du taux de survie.

Cependant, plus le stade est grave et plus la prévalence de la maladie est importante, moins il est probable que la maladie dangereuse soit éliminée. Dans ce cas, même après l'ablation chirurgicale de la tumeur, le patient vit rarement plus de 5 ans.

Si la malignité s'est métastasée aux ganglions lymphatiques, environ la moitié des patients survivront en règle générale.

Prévention de l'adénocarcinome du gros intestin

  • Un régime alimentaire dans lequel les aliments «sains» prévaudront: fruits, légumes, graisses végétales, céréales, etc.
  • Traitement en temps opportun des infections et des maladies du tube digestif.
  • Éviter les situations de stress fréquentes et l'exposition à des facteurs néfastes (par exemple, des conditions de travail dangereuses). Cela peut inclure une restriction stricte de l’usage d’alcool et de produits du tabac, ou un rejet total de ceux-ci.
  • Consommation modérée de médicaments, en particulier ceux pouvant irriter les parois de l'estomac et des intestins.
  • Ne pas abuser du sexe anal, mais il vaut mieux l'éviter.
  • L'étude de leur pedigree pour la présence de l'un des parents des tumeurs malignes. A cette occasion, vous pouvez consulter un spécialiste.

En règle générale, l’émergence d’une maladie dangereuse n’affecte pas un facteur de risque, vous devez donc absolument écouter les conseils ci-dessus. Ainsi, moins les effets néfastes sur le corps, moins le cancer est probable.

Soyez raisonnable et faites plus attention à votre santé!

Tout sur l'adénocarcinome rectal

La pathologie la plus courante du plan oncologique est l'adénocarcinome du rectum ou, dans la langue commune, un cancer de l'intestin. Les scientifiques du monde entier travaillent sur la question du diagnostic précoce de cette maladie, comme dans les derniers stades de la détection, dans 95% des cas, le patient est condamné.

L'adénocarcinome est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules glandulaires du tissu épithélial tapissant tous les organes du corps humain. Cette forme de cancer est la plus agressive et la plus commune, mais malheureusement, il est presque impossible de se défendre contre elle, car elle repose sur l’interaction du facteur héréditaire avec l’environnement et divers aspects de la vie humaine.

Étiologie de l'adénocarcinome

La principale cause d'adénocarcinome du rectum, de nombreux scientifiques du monde moderne croient à la présence de néoplasmes bénins. Les cellules altérées d'un polype ou d'un adénome normal peuvent renaître en cellules cancéreuses sous l'influence de divers facteurs. Les principales raisons du développement du processus oncologique de l'intestin sont les suivantes:

  • la présence dans la famille de personnes ayant subi une pathologie similaire, c'est-à-dire une histoire oncologique chargée de la vie;
  • Les maladies intestinales chroniques (polypes, ulcères, dysbactériose, fistule et colite de genèse différente) prédisposent au développement de processus oncologiques, en particulier si la maladie a des antécédents de plus de 10-15 ans;
  • plus de 50 ans;
  • tendance à la constipation fréquente;
  • les selles rares, qui se manifestent constamment dans la colite ulcéreuse, sont considérées comme un précurseur très dangereux du cancer;
  • le sexe anal;
  • Le papillomavirus humain lui-même est considéré comme très dangereux pour le développement de l'oncologie de tout organe, y compris l'intestin;
  • la tumeur maligne du rectum est souvent associée à des violations flagrantes de l'alimentation, c'est-à-dire à l'abus de grandes quantités de graisses animales, de produits à base de farine, de viande rouge, sans tenir compte des légumes et des fruits frais qui contribuent au développement du cancer du tube digestif;
  • la prévalence des aliments frits et fumés dans le menu du jour;
  • l'hypodynamie;
  • contact avec des substances nocives ou radioactives;
  • mauvaises habitudes (tabagisme, alcool);
  • en surpoids.
Marqué par le fait que l'adénocarcinome du rectum affecte beaucoup plus souvent le mâle.

Espèces d'adénocarcinome

Dans l'adénocarcinome du rectum, il en existe plusieurs types:

  • très différencié;
  • modérément différencié;
  • mal différencié;
  • indifférencié.
Le type de tumeur est déterminé au cours du processus de diagnostic, ce qui est particulièrement important pour la sélection d’un plan de mesures thérapeutiques efficace et adéquat. Chaque type de néoplasme a une caractéristique spécifique et des données pronostiques.

Vue hautement différenciée

L'adénocarcinome rectal hautement différencié est diagnostiqué mieux et plus facilement que les autres types de cancer, car les cellules du foyer pathologique présentent des différences significatives par rapport aux tissus sains, ce qui permet aux spécialistes expérimentés d'identifier l'oncologie aux premiers stades de développement.

Environ 7% de tous les types d'oncologie appartiennent à cette espèce. La pathologie est considérée comme assez commune dans le monde. Le cancer glandulaire dans cette interprétation peut toucher n'importe quel organe, mais grâce à une certaine structure de division des cellules anormales, il se retrouve aux stades soumis à un traitement chirurgical, ce qui donne un pronostic favorable à 50%.

Le traitement et le pronostic d'un type d'adénocarcinome hautement différencié ont le résultat le plus favorable et le nombre minimal de rechutes.

Vue modérément différenciée

Les scientifiques ont un adénocarcinome modérément différencié du rectum à la quatrième place parmi tous les processus oncologiques enregistrés. La caractéristique de ce type comprend les aspects suivants:

  • provient de cellules de tissu glandulaire;
  • la métastase se produit par le système lymphatique;
  • le succès des interventions thérapeutiques réside dans le diagnostic précoce;
  • l'identification des premières étapes du développement de ce type d'oncologie est très problématique, car les cellules atypiques ont tendance à passer inaperçues pendant longtemps, prenant la forme et la structure de cellules saines;
  • atypicalité prononcée des cellules tumorales est observée uniquement dans les derniers stades de la maladie, ce qui provoque une mortalité de 90%.
Les adénocarcinomes de ce type ne peuvent généralement pas être traités et une personne décède dans un délai relativement bref d'une intoxication par le cancer.

Vue mal différenciée

L'adénocarcinome du rectum de bas grade est appelé cancer de la muqueuse, caractérisé par la production de grandes quantités de mucus exogène. Dans presque tous les cas, il y a une accumulation de fluide anormal autour de la cellule cancéreuse. Ce type d'adénocarcinome est caractérisé par le degré le plus élevé de malignité et d'agressivité. Déjà dans les premiers stades du développement de la maladie, on observe une progression rapide des cellules cancéreuses. La vue basse comprend également:

  • carcinome épidermoïde;
  • une tumeur malpighienne glandulaire rarement diagnostiquée;
  • cancer mucocellulaire a tendance à infecter les personnes en bas âge, à se propager de manière significative dans les tissus du corps, il n'a pas de frontières claires, ce qui complique grandement le processus d'intervention chirurgicale.

Vue indifférenciée

La forme indifférenciée de l'adénocarcinome rectal est appelée cancer anaplasique. La tumeur est constituée de cellules atypiques n'appartenant à aucune des définitions histologiques. Cette forme provoque la formation d'une infiltration prononcée et de métastases fulminantes aux ganglions lymphatiques régionaux proches, ce qui accélère la propagation du processus pathologique et l'intoxication résultant de la dégradation des cellules atypiques. La probabilité de survie dans cette forme d'adénocarcinome n'est pas supérieure à 3-5%.

Symptômes de l'adénocarcinome du rectum

Malheureusement, pour détecter les adénocarcinomes rectaux à un stade précoce, il faut être extrêmement attentif à la santé, car le cancer glandulaire ne provoque aucun symptôme caractéristique pendant longtemps.

Les premières étapes du processus oncologique peuvent être détectées par hasard dans le diagnostic d'une autre pathologie de l'intestin, qui précède très souvent la formation de l'oncologie.

Les premières manifestations d’un cancer de l’intestin qui progresse déjà activement sont:

  • douleur récurrente dans les intestins, avec une prédominance d'attaques de crampes;
  • envie fréquente d'actes de défécation, sans résultat;
  • diminution de l'appétit;
  • perte de poids rapide;
  • une température corporelle élevée est de nature subfébrile;
  • pâleur de la peau;
  • gonflement fréquent de l'intestin;
  • la présence de sang, de mucus et de pus est notée dans les selles;
  • la constipation peut alterner avec une diarrhée diffuse;
  • il y a de la douleur pendant l'acte de défécation;
  • augmentation de la faiblesse générale;
  • le développement de l'état de cachexie (épuisement extrêmement prononcé).
Les symptômes de l'adénocarcinome intestinal attirent dans la plupart des cas l'attention du patient déjà à 2-3 étapes de la progression du processus tumoral, ce qui réduit considérablement les chances de succès des mesures thérapeutiques.

Diagnostic de l'adénocarcinome

La présence et le stade d'adénocarcinome du rectum sont déterminés à l'aide des méthodes de diagnostic suivantes:

  • examen de routine par un médecin ayant une grande importance informative en termes d'apparition de la manifestation de symptômes pathologiques, de la nature des plaintes, de la clarification des épisodes oncologiques dans la famille;
  • examen visuel de la peau, des muqueuses;
  • la palpation examine les organes de la cavité abdominale et du petit bassin, ce qui facilite le diagnostic préliminaire;
  • La palpation des ganglions lymphatiques contient également des informations très utiles (l'oncologie en provoque l'augmentation);
  • palpation du rectum;
  • tests sanguins et urinaires généraux, tests biochimiques du complexe hépatique et rénal;
  • analyse des masses fécales pour la présence de sang caché (des cellules atypiques sont déjà présentes dans le processus de désintégration de l'adénocarcinome);
  • la radiographie de l'intestin inférieur à l'aide d'un produit de contraste permet de détecter le processus tumoral à un stade précoce du développement;
  • l'examen endoscopique (coloscopie) est considéré comme la méthode la plus informative;
  • Dans ce cas, une échographie des organes abdominaux aidera à déterminer la prévalence du processus de métastase, de lésions des organes et des ganglions lymphatiques voisins;
  • De nouvelles méthodes, telles que la tomodensitométrie, l’imagerie par résonance magnétique, aident à déterminer la nature et le type de processus tumoral, ainsi que la quantité d’adénocarcinome distribuée dans l’intestin, les zones de métastases et de métastases;
  • analyse spécifique des marqueurs du cancer.

Un tel examen à grande échelle de patients présentant un développement probable d'adénocarcinome permet de déterminer avec précision la localisation, le type et le degré de progression de la forme glandulaire du cancer.

Complications de l'adénocarcinome intestinal

Les adénocarcinomes du rectum, en plus des processus d’intoxication, sont susceptibles de créer des situations encore plus dangereuses et urgentes, c’est-à-dire:

  • la croissance de la tumeur dans la lumière du rectum, ce qui provoque l'apparition d'une obstruction intestinale aiguë;
  • exfoliation de la paroi intestinale due à la progression du processus tumoral, qui menace de saignements intestinaux abondants, pratiquement non résécables;
  • la formation de fistules intra-intestinales, une péritonite avec un très fort pourcentage de mortalité;
  • germination par le processus tumoral des organes voisins, ce qui arrête ou perturbe leur fonctionnement normal.
Dans la moitié des cas de progression d'adénocarcinome intestinal, le décès d'un patient est dû à l'apparition de complications, et non au processus oncologique lui-même.

Méthodes de traitement et de prévention de l'adénocarcinome

Le traitement de l'adénocarcinome rectal implique généralement les méthodes suivantes:

  • intervention chirurgicale, c'est-à-dire l'ablation de la tumeur, si cette manipulation est possible en fonction de l'état du patient et de la prévalence du processus cancéreux ou, en général, est logique;
  • la radiothérapie est utilisée pour ralentir la croissance progressive du cancer, la division anormale des cellules atypiques et la préparation à la chirurgie;
  • la chimiothérapie est considérée comme une méthode auxiliaire de traitement de l'adénocarcinome rectal, c'est-à-dire qu'elle renforce les résultats d'une intervention chirurgicale.
Partout dans le monde, l'adénocarcinome du rectum, du côlon et du côlon est très difficile à traiter, même au tout début. Le taux de mortalité au cours de la première année est de 30%, après un an et demi - 42% et après cinq ans - pour un total de 78% du nombre total de cas enregistrés.

Le pronostic de l’adénocarcinome du rectum, même à un stade précoce de développement, est plutôt défavorable, il est donc important de faire attention à sa santé et de prendre les mesures préventives recommandées par l’Association internationale des oncologues.

Pour prévenir le développement d'un adénocarcinome rectal, vous devez mener une vie saine, c'est-à-dire adhérer à une alimentation appropriée, faire de l'exercice et surveiller la vidange de l'intestin en temps opportun.

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Adénocarcinome du cancer du rectum ou glandulaire

L'adénocarcinome du rectum ne se transmet pas d'un malade à une voie de contact saine, comme indiqué dans l'ADN. Par conséquent, cette maladie est répertoriée dans une catégorie distincte.

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome rectal?

Le rectum doit conserver et stocker les masses fécales formées avant la défécation.

Il se compose de trois couches:

  • la couche muqueuse recouvrant la cavité du rectum et sécrétant un mucus spécial qui assure la libre circulation des matières fécales;
  • couche musculaire - tissu conjonctif constitué de fibres musculaires qui conservent la forme de l'intestin. Pendant la contraction, ils éliminent la masse fécale vers l’extérieur;
  • couche péritonéale - tissu adipeux absorbant recouvrant le rectum.

Adénocarcinome du rectum: symptômes et manifestations

Les ganglions lymphatiques sont situés autour de l'intestin. Ils s'attardent aux virus et aux bactéries, ainsi qu'aux cellules cancéreuses. Le cancer colorectal ou le cancer glandulaire du rectum ne se manifestent pas aux stades précoces. Par conséquent, aux stades avancés de la chirurgie et de la chimiothérapie, le risque de guérison est faible.

L'adénocarcinome se développe là où il y a un épithélium glandulaire. Dans le rectum, il tapisse le mur intérieur. Il apparaît plus souvent chez les personnes âgées, en particulier celles qui vivent dans des conditions climatiques et de vie médiocres.

Code CIM 10 - C20 Tumeur maligne du rectum.

Causes de l'adénocarcinome rectal

L'adénocarcinome intestinal se produit avec une interaction complexe du patrimoine (mutations génétiques complexes) avec des facteurs externes. Il peut se développer à partir d'un adénome bénin (polype).

Les causes de l'adénocarcinome sont associées aux facteurs suivants:

  • travailler avec l'amiante et d'autres produits chimiques et toxiques;
  • maladies du côlon: polypes, colite, tumeur villeuse, fistule chronique;
  • longue constipation;
  • stress nerveux;
  • le sexe anal;
  • infection par le papillomavirus humain;
  • nutrition de mauvaise qualité.

Tableau clinique

Les symptômes de l'adénocarcinome du rectum apparaissent:

  • douleurs douloureuses irrégulières dans l'abdomen;
  • douleur dans le rectum et le périnée;
  • perte de poids due au manque d'appétit et à la faim;
  • légère augmentation de la température;
  • ventre gonflé et selles irrégulières: la diarrhée est remplacée par la constipation ou une constipation prolongée et une diarrhée;
  • défécation accompagnée d'attaques douloureuses;
  • l'apparition de sang, de mucus et de pus dans les selles;
  • faiblesse du corps entier;
  • peau pâle.

Des complications

Le cancer glandulaire du rectum laisse de graves conséquences:

  • les cellules cancéreuses se développent dans la lumière du rectum, la ferment et provoquent une obstruction intestinale;
  • des signes douloureux d'adénocarcinome du rectum indiquent un saignement dû à la rupture des parois intestinales par une énorme tumeur;
  • les métastases de l'adénocarcinome peuvent toucher les tissus et les organes voisins et distants;
  • la péritonite se développe, forme des fistules.

Types, types et formes d'adénocarcinome rectal

Le cancer glandulaire du rectum est divisé en types. L'homogénéité est prise en compte, c'est-à-dire le degré de différenciation permettant d'identifier le type de tumeur.

La classification comprend:

  1. adénocarcinome rectal hautement différencié;
  2. adénocarcinome rectal modérément différencié;
  3. adénocarcinome rectal peu différencié;
  4. cancer indifférencié.

Dans un adénocarcinome hautement différencié, la structure des cellules tumorales reste presque inchangée, seuls les noyaux augmentent. Les cellules, comme les cellules saines, remplissent leurs fonctions. Chez les patients âgés, les métastases ne se développent pas et ne pénètrent pas dans les autres organes. Chez les patients jeunes, des foyers secondaires peuvent se former et la rechute de la maladie oncologique commence dans les 12 mois suivant la chirurgie. Il est difficile de diagnostiquer la maladie, car les cellules saines ressemblent aux cellules cancéreuses.

Ce sous-type répond positivement au traitement, de sorte que l'adénocarcinome de haut grade du rectum a un pronostic plutôt élevé: jusqu'à 98%. Cela laisse espérer un rétablissement, car il n’ya pas de métastases et la maladie se développe lentement.

L'adénocarcinome du rectum modérément différencié a un pronostic bien pire, il est de 75%. En présence de métastases dans les ganglions lymphatiques, le taux de survie à cinq ans est réduit à 50%. Une maladie à différenciation modérée se caractérise par la prolifération de cellules épithéliales. Une obstruction intestinale peut donc se produire. Une grosse tumeur décompose souvent la paroi intestinale et provoque un saignement. La maladie est aggravée par la croissance des fistules et des péritonites. Après une intervention chirurgicale et des méthodes de traitement supplémentaires, le corps donne une bonne réponse.

L'adénocarcinome du rectum de bas grade est l'un des types d'adénocarcinome du côlon à développement agressif, qui survient chez 20% des patients cancéreux. Il procède avec un polymorphisme cellulaire prononcé. Les cellules cancéreuses se développent rapidement, les métastases se propagent précocement aux organes adjacents et trois fois plus souvent que sous une forme hautement différenciée.

L'adénocarcinome de bas grade du rectum a un pronostic décevant. Si la tumeur est retirée aux stades précoces et qu'un traitement complexe est effectué, la rémission sera longue.

Le cancer ferrugineux est divisé en espèces:

  1. Adénocarcinome mucineux du rectum (muqueuse). Il contient de la mucine (un composant du mucus) et une petite quantité d’épithélium. Il n'y a pas de frontières claires. Metastasize à la région des ganglions lymphatiques régionaux. La tumeur se caractérise par des rechutes fréquentes, car elle n’est pas sensible aux radiations.
  2. Adénocarcinome cellulaire annelé. Développe de manière agressive, se métastase tôt dans le foie et les ganglions lymphatiques, se développe dans les couches intestinales. Plus souvent, les jeunes tombent malades.
  3. Adénocarcinome squameux. La tumeur est constituée de cellules plates. Plus souvent déployé dans le canal anal. La tumeur présente un degré élevé de malignité et un développement agressif. Onkokletki germe dans l'uretère, la vessie, la prostate et le vagin. Souvent récidive, les patients ne vivent pas plus de 3 ans après le diagnostic. Le seuil de survie à cinq ans - jusqu'à 30%.
  4. Adénocarcinome tubulaire. La tumeur est une formation tubulaire. La formation de petites tailles avec des limites floues se produit chez 50% ou plus des patients atteints de cancer glandulaire.

Un cancer indifférencié se développe à l'intérieur des murs, ce qui est pris en compte lors de l'opération. Pour le traitement chirurgical, la profondeur de germination, les limites du cancer de la tumeur, la fréquence des métastases dans le LN sont déterminées.

En planifiant le diagnostic et les tactiques de traitement, prenez en compte les zones de germination de l'adénocarcinome dans le rectum.

L'adénocarcinome est déployé dans les départements (en centimètres de l'anus):

  • rectosigmoïde - à une hauteur supérieure à 12 cm;
  • ampoules supérieures - à une hauteur de 8-12 cm;
  • sredneampulyarnym - à une hauteur de 4-8 cm;
  • inférieur - 4 cm de la ligne dentée;
  • Canal anal - dans l'anus.

L'adénocarcinome le plus commun du rectum ampulaire supérieur.

Diagnostic et stades de l'adénocarcinome rectal

Pour établir ou confirmer le diagnostic d'adénocarcinome rectal, l'examen de diagnostic suivant est requis:

  1. examen et examen numérique du rectum par un médecin;
  2. test sanguin pour la présence de marqueurs tumoraux;
  3. numération globulaire complète, où la lecture de la VS est importante - vitesse de sédimentation des érythrocytes, avec une VS élevée;
  4. analyse en laboratoire du sang occulte fécal;
  5. examen radio-opaque et endoscopique (coloscopie);
  6. l'irrigoscopie et la biopsie;
  7. Échographie du bassin et de l'abdomen;
  8. échographie endorectale;
  9. CT et IRM.

Les étapes de l'adénocarcinome du rectum:

  • Adénocarcinome du rectum stade 1: tumeur de petite taille, mobile, avec une zone claire et limitée de la membrane muqueuse. La couche sous-muqueuse plus profonde ne pénètre pas. Il n'y a pas de métastases régionales et distantes.
  • L'adénocarcinome du rectum au stade 2 est divisé en 2 sous-stades:
  1. Le stade 2A est déterminé lorsque les tumeurs onconiques se propagent à un tiers ou à la moitié de la circonférence de la muqueuse sans dépasser la lumière de l'intestin et des parois, il n'y a pas de métastase;
  2. Stade 2B - il se distingue par des métastases dans la LU près de l'intestin. Les tailles peuvent être plus petites que le stade 2A.
  • L'adénocarcinome du rectum au stade 3 est également divisé en 2 sous-stades:
  1. stade 3A, qui occupe plus de la moitié de la circonférence de l'intestin. Il se développe profondément et implique la totalité du mur intestinal et du tissu intestinal périnéal dans le processus de cancer. Enregistrez les métastases rares dans la LU du premier ordre;
  2. étape 3b avec différentes tailles et profondeurs. Les métastases multiples sont notées dans tous les ganglions lymphatiques rectaux.
  • Adénocarcinome du rectum stade 4. La tumeur est de différentes tailles, il existe des métastases distantes aux organes internes et à LU. La tumeur a tendance à se désintégrer et à détruire le rectum. Croître dans les tissus pelviens et être associé aux métastases régionales.

Traitement de l'adénocarcinome rectal

Le traitement de l'adénocarcinome du rectum est effectué: méthodes chirurgicales, combinées et complexes.

La principale méthode de traitement est la chirurgie, qui est effectuée aux stades initiaux de la tumeur. Avant la chirurgie, le patient est prêt à obtenir une ablasticité et une asepticité. Traiter l'intestin avec soin, traiter les vaisseaux principaux, mobiliser l'intestin. Le chirurgien décide de l'élimination des métastases et détermine le volume de l'opération.

Lorsque le traitement de l'adénocarcinome est souvent prescrit en combinaison. Tout d'abord, l'effet sur la tumeur est effectué afin de réduire sa masse, de dévitaliser ses cellules, puis une opération est réalisée pour un adénocarcinome rectal.

Dans 50% des cas, le traitement de l'adénocarcinome rectal est prescrit par Bremsstrahlung afin de réduire la taille de la tumeur. Après la dévitalisation des cellules onco, une opération est effectuée. Avant et après la chirurgie, les effets de la chimiothérapie.

Les opérations sont typiques, combinées et étendues, en fonction des stades et des degrés de cancer de la tumeur. Résections typiques de la tumeur localisée. La résection combinée est utilisée lors de la propagation à d'autres organes. Les résections étendues suppriment les tumeurs synchrones qui se produisent simultanément.

La chimiothérapie prévient la récurrence de l'adénocarcinome. La perfusion de plusieurs médicaments (5-fluorouracile, oxaliplatine, leucovorine), à ​​laquelle les cellules du cancer colorectal sont sensibles, est réalisée dans la veine.

S'il n'est pas possible d'effectuer l'opération, alors la chimie est effectuée comme seul traitement. S'il n'y a pas d'obstacle aux opérations, la chimie est combinée à la résection.

S'il y a plusieurs métastases dans la LU ou des métastases simples dans le foie, une chimie est effectuée avec des traitements qui retardent le traitement pendant une longue période.

Vidéo informative:

Méthodes traditionnelles de thérapie

Le traitement de l'adénocarcinome rectal par des remèdes populaires comprend des remèdes à base de plantes contenant des composants antitumoraux, ce qui est confirmé par la recherche scientifique moderne.

Ces plantes comprennent:

  • champignons: bouleau chaga, shiitake, maitake, cordyceps, reishi;
  • repère de racine, pruche, aconite de Jungar, belozer des marais;
  • la fleur est noire, l’absinthe est amère, le cocklebur, la chélidoine, la racine de bardane;
  • cônes d’aulne, propolis et autres moyens.

C'est important! De nombreuses plantes médicinales sont toxiques, vous devez donc suivre la recette pour la fabrication et l’application de décoctions, de teintures et de teintures.

  1. Teinture de la racine du jalon: 1 c. Root milestone (persil félin) versez un verre d'alcool et insistez 21 jours. Appliqué avec des métastases au foie. En alternance avec la teinture de chélidoine. À 50 ml. l'eau ajouter 1 goutte le premier jour. Dans les jours suivants, ajoutez 1 goutte par jour, la quantité d'eau augmente également de 10 à 15 ml. Après avoir pris 20 gouttes dans 100-150 ml. l'eau, leur compte à rebours est dans la direction opposée en une goutte. Dans les racines de la plante, je contient une substance toxique et médicinale, la cicutoxine. Prenez à jeun le matin.
  2. Une décoction de cônes d'aulne: cônes concassés (5 g) et versez de l'eau bouillante (1 l.), Porter à ébullition, insister 2 heures et séparer le liquide du sol. Prendre après les repas - 1 cuillère à soupe / jour.
  3. Teinture de champignon Veselka: versez 200 g de champignons frais ou séchés (5 g) avec de la vodka. Insister 2 semaines dans un endroit froid. La teinture n'est pas filtrée. Prendre 1 c. avec de l'eau sur un estomac vide. Les substances de Veselka produisent activement des perforines dans le corps et, sous l'influence de substances actives, les lymphocytes matures déclenchent des mécanismes de destruction des cellules cancéreuses.
  4. Infusion de chaga: champignon pur trempé dans de l'eau bouillie et laissé reposer pendant 4-5 heures. Ensuite, le champignon est moulu dans un hachoir à viande. L'eau est utilisée en infusion. Une partie du champignon broyé est coulée avec cette infusion (5 parties), chauffée à 50 ° C et laissée à infuser pendant 48 heures. Ensuite, la perfusion est filtrée et ajoute de l’eau bouillie au volume initial. Conservez la perfusion pas plus de 3-4 jours. De l'adénocarcinome, ils boivent par petites portions de 3 cuillères à soupe / jour, une demi-heure avant les repas et entre les repas.
  5. Befungin - extrait de chagi: 3 c. sur 150 ml. arrosez et buvez 1 c. l 3 fois par jour pendant une demi-heure avant les repas. Par jour, ne pas dépasser la dose de chaga dans 3,3-3,5 g, le cours - 3-5 mois, une pause de 7-10 jours. Le médicament est non toxique.
  6. Infusion: dans un thermos vapeur pour 1 c. chagi et enroulez les racines avec de l'eau bouillante (250 ml). Insister 10-12 heures, filtré. Prendre avant les repas pour 1 cuillère à soupe. l 3 fois.
  7. Teinture: 3 c. l Le chagi et les racines d'un serpentin sont versés avec de la vodka (0,5 l) et insistent pendant 2 semaines dans un récipient en verre foncé, périodiquement secoué. Boire 1 c. l 5 fois par jour.
  8. Prenez la teinture de propolis 20% (30 gouttes de teinture 0,5 c. À soupe d’eau) 3 fois par jour. Durée du cours 3 mois. Propolis pure mastication - 3 ans À la réception.

Nourriture pendant la période de traitement

Lorsqu’un adénocarcinome rectal est diagnostiqué, le régime alimentaire avant l’opération doit soutenir le système immunitaire et renforcer le patient. Vous pouvez tout manger sauf les aliments plus lourds, frits et gras, épicés, salés. La nourriture devrait être fractionnée (5-6 fois) en petites portions.

Le menu du jour / semaine est donné dans le tableau:

Adénocarcinome du rectum

La maladie dont il sera question, à savoir l’adénocarcinome du rectum, est dangereuse car elle ne se transmet ni par gouttelettes aéroportées ni par voie sexuelle, ni par l’intervention des médecins. Il est inscrit dans le code génétique d'une personne, de sorte qu'il y a peu d'espoir pour des seringues à usage unique, des pansements de gaze et un préservatif.

Des précurseurs de cette terrible maladie sont observés chez un quart de la population. Lorsqu'elle est activée, cette maladie tue une personne en parfaite santé en un an. Les survivants après la première grève ne vivent généralement pas plus de deux ans. Rencontre: l'adénocarcinome rectal est un cancer du rectum. Cet adénocarcinome est la plus commune des tumeurs malignes connues du rectum.

Le cancer colorectal, mais nous l'appellerons scientifiquement un adénocarcinome du rectum, a déjà été reconnu dans le monde comme le principal problème de cancer de l'humanité au XXIe siècle. Et le plus gênant est que le stade précoce d'une tumeur bénigne ou maligne ne cause aucun inconvénient à son porteur. Si le diagnostic d'adénocarcinome était posé précisément à un stade précoce, le taux de mortalité ne serait pas aussi élevé. Malheureusement, les tumeurs, qui sont déjà impossibles à guérir, se font sentir et les chances de guérison, même après une chirurgie et une chimiothérapie, sont faibles. C'est pourquoi les médecins du monde entier se concentrent sur l'étude de l'adénocarcinome rectal et surtout des symptômes de cette maladie.

Code CIM-10

Causes de l'adénocarcinome rectal

Les progrès de la médecine ont révélé le mystère de l'origine du cancer collocal. Donnons un exemple - en unités d'une tumeur - des conséquences de mutations génétiques. Chez la plupart des patients atteints d'adénocarcinome rectal, la maladie est une interaction complexe de facteurs externes et de patrimoine. Les scientifiques ont découvert un schéma et affirment que dans la plupart des cas, l'adénocarcinome du rectum se développe à partir d'un adénome bénin (en d'autres termes, un polype). Parmi les causes de la maladie telles que l'adénocarcinome du rectum, les scientifiques appellent les suivantes:

  • Tout d'abord, il s'agit malheureusement d'un facteur héréditaire. Très probablement, ceux dont les parents ont souffert de cette maladie développeront un cancer du côlon;
  • Puissance Une petite quantité de fibre végétale contenue dans les fruits et légumes frais, la prédominance de la matière grasse, un excès de farine, un régime inadéquat;
  • Âge Selon les statistiques, le nombre principal de patients atteints d'adénocarcinome rectal est constitué de personnes âgées de plus de cinquante ans;
  • Une personne travaillant avec de l'amiante double le risque de tomber malade;
  • Stress nerveux constant, constipation prolongée, exposition à des composés chimiques toxiques (y compris des médicaments)
  • Sexe anal, papillomavirus;
  • Maladies du côlon - polypes, fistule, colite.

Symptômes de l'adénocarcinome du rectum

Il est important de connaître les symptômes de la maladie pour pouvoir diagnostiquer et traiter le plus tôt possible. Méfiez-vous si vous en rencontrez un, et plus encore plusieurs facteurs énumérés ci-dessous. Donc, les principaux symptômes de la maladie:

  • Douleur douloureuse dans l'abdomen;
  • Pas de faim, perte de poids;
  • Légère augmentation de la température;
  • L'affaiblissement du patient, apparence pâle;
  • La présence de sang, de muqueuses ou éventuellement de pus dans les selles;
  • Abdomen distendu;
  • Selles irrégulières - lorsque la constipation alterne avec la diarrhée, seule une constipation persistante ou une diarrhée persistante est possible;
  • La défécation est accompagnée de sensations douloureuses.

Où ça fait mal?

Classification de l'adénocarcinome rectal

Les scientifiques et les médecins prennent en compte les différents paramètres de la systématisation du cancer du côlon. Par type de maladie, l'indicateur principal est le degré de différenciation (homogénéité), ce facteur est la méthode déterminante pour traiter le cancer et un diagnostic minutieux est nécessaire pour identifier le type de tumeur. Donc distinguer

  • Adénocarcinome du côlon hautement différencié,
  • Adénocarcinome modérément différencié du côlon,
  • Adénocarcinome peu différencié
  • Et cancer indifférencié peu traitable.

L'adénocarcinome du côlon hautement différencié est traité plus rapidement, plus facilement, et espère un rétablissement plus rapide dans de tels cas.

Adénocarcinome de bas grade du côlon est divisé en types suivants:

  1. Adénocarcinome muqueux (on l'appelle aussi cancer muqueux, cancer colloïdal). La principale différence est une grande quantité de sécrétion de mucus avec des grappes de taille différente;
  2. Cellule annelée (cancer mucocellulaire). Ce type de cancer est également présent chez les jeunes. Le traitement de ce type d'adénocarcinome est compliqué par la croissance généralisée de la tumeur aux limites floues. Dans le même temps, la résection d'un intestin est compliquée. Ce type de cancer "déclenche" rapidement des métastases, qui ne se propagent généralement pas uniquement dans l'intestin, mais se propagent également aux organes et tissus voisins si l'intestin est au moins légèrement endommagé.
  3. Carcinome épidermoïde
  4. Carcinome glandulaire – cellulaire (diagnostiqué moins souvent que d'autres types de cancer du côlon).

Le cancer indifférencié est caractérisé dans la paroi de la prolifération tumorale, qui doit être prise en compte lors de la chirurgie.

Pour le traitement, il est nécessaire de connaître un indicateur tel que la profondeur de germination, la clarté des limites de la tumeur, la fréquence des métastases lymphogènes.

Diagnostic de l'adénocarcinome rectal

Les méthodes de traitement modernes acceptées suggèrent la possibilité de détecter le cancer du côlon en respectant toujours les conditions suivantes: maintien clair de l'algorithme de diagnostic et utilisation de toutes les méthodes de diagnostic disponibles pour la science. La séquence de diagnostic de l'adénocarcinome du côlon est la suivante: évaluation des plaintes, études cliniques, examen numérique du rectum, une rectoromanoscopie approfondie, une analyse clinique du sang, une analyse obligatoire du sang occulte dans les selles, une coloscopie et, dans certains cas, une irrigation, une échographie de l'abdomen et du bassin, une échographie endo-rectale étude, une biopsie de la tumeur quand il est détecté. Tout symptôme gênant dans la région intestinale doit être considéré comme un risque possible pour les personnes de plus de cinquante ans. Les statistiques montrent que soixante-dix pour cent des tumeurs sont localisées dans le rectum et le côlon sigmoïde. Par conséquent, un simple test au doigt donne de bons résultats en diagnostic. Il est également important de procéder avec compétence à une échographie - l’évaluation de la prévalence de la tumeur et des métastases possibles n’est réalisée que de cette manière. Dans les cas les plus difficiles, les médecins exigent généralement une tomodensitométrie et une IRM.

Qu'est-ce que vous devez examiner?

Qui contacter?

Traitement de l'adénocarcinome rectal

Il existe trois méthodes de traitement de ce type de cancer: purement chirurgicale, combinée et complexe. La première méthode est utilisée uniquement dans les premiers stades de la maladie.

La principale méthode de traitement est l’intervention radicale et le retrait chirurgical de l’organe enflammé. L'intervention chirurgicale est radicale, ablastique et aseptique. Opération réussie en raison de la préparation minutieuse de l'opération. L'ablasticité et l'asepsie lors d'une intervention chirurgicale résultent de tout un ensemble d'actions interdépendantes. Par exemple, manipulation prudente du côlon, traitement précoce des principaux vaisseaux, mobilisation de l'intestin. Le radicalisme de l'opération est la décision du chirurgien quant à une quantité suffisante d'intervention avec le retrait obligatoire de la zone des métastases.

Le plus souvent, les médecins ont recours au traitement combiné et complexe de l'adénocarcinome rectal. Tout d'abord, les médecins agissent sur la tumeur afin de réduire sa masse, de dévitaliser les cellules tumorales et ensuite seulement de recourir à la chirurgie. Selon les recherches, les adénocarcinomes du rectum et du côlon sont radiosensibles et, par conséquent, ils sont irradiés avec du Bebatron Bremsstrahlung. Chez de nombreux patients après une telle procédure, une diminution de la taille de la tumeur (chez cinquante pour cent des patients) est observée en raison de la dévitalisation de cellules dangereuses. Ainsi, des conditions fructueuses pour l'intervention chirurgicale ultérieure sont créées.

Maintenant, un nombre suffisant de régimes de traitement de l'adénocarcinome du rectum, qui incluent à la fois avant et après les effets chimiques de fonctionnement sur les cellules cancéreuses, dans certains cas, les médecins décident individuellement. L'association de la radiothérapie et de la chimiothérapie est généralement recommandée dans les cas extrêmes, lorsque d'autres méthodes ne permettent pas de résoudre le problème.

Chirurgie de l'adénocarcinome rectal

En termes de volume, les chirurgiens divisent les interventions chirurgicales en interventions étendues combinées typiques. Tout dépend du stade du cancer, du degré de propagation, de la présence de métastases. Résections typiques - localiser la tumeur. Les résections combinées sont utilisées lorsque le cancer s'est propagé à d'autres organes, tandis que les résections avancées sont utilisées pour plusieurs tumeurs synchrones apparues simultanément.

Plus sur le traitement

Prévention de l'adénocarcinome rectal

Malheureusement, les patients surmontent souvent la honte lorsque le problème devient insupportable. De tous les médecins, ce sont les proctologues qui craignent le plus. Les gens souffrent jusqu'au dernier inconvénient. C’est une attitude erronée envers soi-même et sa santé, qui entraîne d’horribles conséquences, notamment le développement d’un adénocarcinome rectal. Et le pronostic de cette maladie n'est pas rassurant. Et le traitement est l'un des plus difficiles. Il est nécessaire de surmonter le sentiment de peur, car le proctologue est en train de diagnostiquer la maladie. Que faut-il faire pour éviter la maladie? Tout d'abord, il prend soin de son tractus gastro-intestinal. Traiter rapidement les maladies du tube digestif. Il est tout d'abord nécessaire de veiller à une nutrition adéquate, si nécessaire, de demander conseil à un spécialiste en nutrition. Si vous avez déjà nommé un régime, respectez-le. Essayez d'éviter l'exposition à l'amiante. Ne prenez que les médicaments qui vous ont été prescrits après un examen approfondi. Combattre le stress est un must. Soyez conscient de votre problème et apprenez à le gérer. Les maladies infectieuses doivent être traitées, le principe de "se passer" est destructeur. Le sexe anal est interdit. Etudiez attentivement ce que vos proches étaient malades. Si vous trouvez des cas d’adénocarcinome parmi vos proches, sachez que vous êtes à risque. Enquête! Habituellement, une personne contracte un adénocarcinome rectal, lorsque plusieurs facteurs indésirables agissent en même temps. Il est donc en votre pouvoir et votre capacité d'éliminer les facteurs nocifs qui affectent votre corps. En laissant un, deux facteurs défavorables de la liste ne sont pas aussi mauvais que l'inaction générale.

Pronostic de l'adénocarcinome rectal

Le pronostic du cancer du côlon dépend directement du stade du processus tumoral. Les stades initiaux de la maladie sont de bonnes statistiques de survie des patients, même après des opérations radicales, les patients survivent dans 90% des cas. Mais à mesure que le stade de la maladie augmente, le taux de guérison se détériore. Avec la défaite du système lymphatique, le taux de survie à cinq ans est déjà de 50% ou moins. Avec la localisation droite de la tumeur sur le côlon, on ne prévoit une survie à cinq ans que chez 20% des patients. La survie moyenne des patients avec un tel diagnostic subissant une chirurgie radicale n’est pas supérieure à 50%.

Nous ne pouvons pas vous satisfaire en affirmant qu’il existe déjà dans le monde des méthodes permettant de détecter cette maladie au moment de son apparition. Oui, et les méthodes de traitement avec une garantie totale de récupération, aussi, pour le moment. La tâche la plus importante pour un patient atteint d'adénocarcinome rectal est de survivre cinq ans après le diagnostic de cancer. Ensuite, le corps sera plus facile. Nous espérons que les médecins continueront de révéler la cause de cette maladie et d’arrêter sa propagation. Nous ne donnons que deux faits à considérer: l’adénocarcinome du côlon n’est pratiquement pas diagnostiqué au Japon et en Afrique du Nord et n’est pas retrouvé chez les végétariens.

Éditeur expert médical

Portnov Alexey Alexandrovich

Éducation: Université de médecine nationale de Kiev. A.A. Bogomolets, spécialité - "Médecine"